Rechercher
Rechercher

Société - Repère

Crèches au Liban : le point sur la réglementation en vigueur

Le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, annonce des inspections plus régulières et évoque l'installation obligatoire de caméras de surveillance. 

Crèches au Liban : le point sur la réglementation en vigueur

L'entrée de la crèche "Garderêve" à Jdeidé, dans le Metn, le 11 juillet 2023. Photo Houssam Chbaro

Suite au scandale qui a éclaté en début de semaine après la diffusion d'une vidéo montrant une puéricultrice frappant et nourrissant de force des enfants dans une crèche de la banlieue de Beyrouth, le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, a annoncé que son ministère avait pris une série de décisions pour mieux surveiller les garderies.

Dans une interview jeudi à la radio La Voix de tout le Liban, M. Abiad a déclaré que "des visites surprises d'inspection seraient organisées de manière plus régulière", évoquant également l'installation de caméras de surveillance dans les bâtiments. "Les crèches qui ne respectent pas ces mesures se verront retirer leur licence ou seront fermées", a ajouté le ministre. Il a assuré que le ministère allait encore s'assurer que toutes les employés des crèches ont les "diplômes requis" et qu'un suivi plus précis serait effectué en cas de modification des effectifs dans les établissements accueillant des enfants, afin de vérifier que la personne "répond aux normes". 

Témoignages

"Je n'ai pas dormi de la nuit" : après les violences à la crèche, l'indignation

Mais quelles sont ces normes et quelles sont les conditions requises pour ouvrir une crèche au Liban ?

Le décret n° 4876 du ministère de la Santé établit toutes les règlementations relatives à l'ouverture et à la gestion de ces établissements qui accueillent des enfants "âgés de 40 jours à 3 ans accomplis". Le ministère de la Santé est chargé d'évaluer tous les deux ans si les crèches répondent toujours aux normes afin de renouveler leur licence. 

L'infrastructure

- Le bâtiment dans lequel la crèche est établie doit être habitable. La crèche ne doit pas être située dans un espace souterrain, dans un entrepôt, dans les locaux d'une école, d'un hôpital ou d'un bâtiment industriel. Les sols carrelés doivent être recouverts. Au moins deux extincteurs doivent être disponibles, la ventilation et l'éclairage doivent être adéquats.

Lire aussi

Maltraitance d'enfants dans une crèche : deux suspectes arrêtées

- Le bâtiment doit comprendre des pièces séparées dans lesquelles les enfants peuvent dormir, jouer et manger. Une infirmerie, une cuisine, une salle de bain et des toilettes doivent également être installées dans des pièces distinctes. Les spécifications du mobilier, y compris des chaises, des tables et la taille des lits, sont également précisées dans le décret. Les toilettes doivent répondre à des spécifications. Un minimum d'un cabinet doit être disponible par groupe de dix enfants âgés de plus d'un an et demi, sans compter les infrastructures réservées au personnel. 

- Le nombre d'enfants pouvant être accueillis est déterminé en fonction de la surface disponible dans les différentes pièces, un mètre carré devant être alloué par enfant dans la salle de classe et l'aire de jeux et deux mètres carrés par enfant dans la salle où les enfants dorment.

L'équipe sur place

- Le propriétaire de la crèche doit être Libanais, ne pas avoir de casier judiciaire et être assuré pour tout accident pouvant survenir à l'intérieur de l'établissement.

Chaque crèche doit également employer :

- Un directeur, détenteur d'une licence en puériculture, sociologie, psychologie ou sciences de la santé, administratives ou économiques.

- Une infirmière à temps plein, disposant d'une autorisation d'exercer délivrée par le ministère de la Santé.

- Par groupe de dix enfants âgés de quarante jours à un an : une infirmière auxiliaire titulaire d'une autorisation d'exercer délivrée par le ministère de la Santé ou d'un certificat attestant d'une expérience de travail avec les enfants d'au moins cinq ans, certifiée par le syndicat des puéricultrices. 

- Une puéricultrice diplômée par groupe de 20 enfants de plus d'un an.

- Un médecin autorisé à exercer au Liban, spécialisé en pédiatrie, en médecine générale ou en médecine familiale, qui peut consulter à la crèche deux fois par an ou chaque fois que cela s'avère nécessaire.

- Selon la procédure de demande d'autorisation, tous les employés de la crèche doivent être titulaires d'un diplôme de premiers secours.

Suite au scandale qui a éclaté en début de semaine après la diffusion d'une vidéo montrant une puéricultrice frappant et nourrissant de force des enfants dans une crèche de la banlieue de Beyrouth, le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, a annoncé que son ministère avait pris une série de décisions pour mieux surveiller les garderies. Dans une interview jeudi à la radio La Voix...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut