Rechercher
Rechercher

L’émissaire chez les neuneus

Comme si l’animation engendrée par la dernière séance électorale ratée ne suffisait pas à plomber l’ambiance, il faut en plus qu’Istiz Nabeuh peaufine ses talents de créatif en affinant son concept habituel : l’interruption volontaire de scrutin présidentiel. Une sacrée trouvaille dans un pays où l’IVG est encore gravée au burin dans le code pénal.

Incontestablement, lui et le Barbu, porte-parole de Dieu sur terre, restent les maîtres d’œuvre de cette gelée. Pourquoi se gêner, tant que les deux hommes sont d’accord sur tout. On pourra penser : comment peut-on évoluer face à une personne avec laquelle on est toujours d’accord ? Allez savoir !

Pour l’heure, on passera certainement de bons moments en regardant Jean-Yves Le Drian virevolter d’un neuneu à l’autre de cette classe politique imbuvable, qui lui donne à avaler des tartines à la couleuvre et des boas sur canapé. Passés maîtres à faire danser les émissaires étrangers, les ténors de cette démocratie calcifiée, tous atteints de la folie des glandeurs, lui expliquent déjà en vrac : 1- Comment aligner douze premiers tours de scrutin pour la présidentielle, sans jamais parvenir au second. 2- De quelle manière on trouve deux candidats théoriquement prêts à en découdre pour amuser les foules, et au finish sortir de sa manche un grincheux qui viendra gâcher le spectacle pour se poser en cobaye de compromis. 3- L’impossibilité pour un responsable politique de bouger d’un orteil s’il n’a pas auparavant effectué sa tournée des popotes auprès des curetons et enturbannés pour faire le plein d’opium du peuple. 4- Par quelle entourloupe on peut zapper soudain la présidentielle et amener les députés à pondre une augmentation de la rente viagère des fonctionnaires, dont plus de la moitié sont constitués de la pire mauvaise graisse de planqués…

On l’aura compris, ce pensum débile permettra sans doute à notre invité d’évaluer ce que ses interlocuteurs sont censés savoir, avec le sentiment qu’ils ne savent pas grand-chose et qu’ils ne savent pas vraiment dans combien d’années ils sauront quelque chose. Ce qui pour un politicien libanais est déjà énorme de le savoir. Gavé de cette lasagne indétricotable tissée par des indigènes décolonisés trop tôt, l’émissaire français finira probablement par détaler en se bouchant le nez.

Ce n’est qu’après son départ que nos birbes déliquescents se retrouveront à nouveau dans l’intimité de leur incurie : le Haut-Perché du Parlement replongera dans l’ennui en enfilant les visiteurs à son clapier de Aïn el-Tiné qui déborde de petits riens, pendant que Mikou-les-Miquettes continuera de naviguer à la godille en distillant des banalités. Tous les matins, le Grand Sérail, véritable palais endormi, se réveillera par la grâce de la baguette de ce grand magicien, qui par ailleurs pédégère une tapée de sociétés dont il se gave des dividendes. Grand seigneur avec les fonctionnaires véreux, grigou assermenté avec le populo d’en bas.

Bref, en un mot comme en mille, les deux hommes n’ont rien à faire... et ils ont toute la vie pour le faire.

gabynasr@lorientlejour.com

Comme si l’animation engendrée par la dernière séance électorale ratée ne suffisait pas à plomber l’ambiance, il faut en plus qu’Istiz Nabeuh peaufine ses talents de créatif en affinant son concept habituel : l’interruption volontaire de scrutin présidentiel. Une sacrée trouvaille dans un pays où l’IVG est encore gravée au burin dans le code pénal.Incontestablement, lui...
commentaires (9)

"nos juristes, nos profs de droit constitutionnel doivent ... changer tout un système, et de fond en comble". Je quote 'Nabil', et j'ajoute: Merci pour l'article et les commentaires;

Irene Souki

17 h 18, le 04 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • "nos juristes, nos profs de droit constitutionnel doivent ... changer tout un système, et de fond en comble". Je quote 'Nabil', et j'ajoute: Merci pour l'article et les commentaires;

    Irene Souki

    17 h 18, le 04 juillet 2023

  • Il ne fallait pas trop charger la barque du président Berry, car en matière d’obstruction à un processus éminemment démocratique, on pourrait dire que l’absence d’un leadership sunnite, (avec toutes mes excuses au président du Conseil, qui ne fait qu’expédier les affaires dites courantes) l’absence d’un leader sunnite donc, du calibre de cheikh Saad Hariri peut être interprété comme handicapante pour la tenue d’élection présidentielle. Saad, dégoûté par les trahisons successives d’un certain ami chrétien, et allié politique par-dessus le marché (que dieu le préserve de ses amis, ses ennemis, il s’en chargera), dégouté donc, a préféré un exil doré au Golfe pour faire du business, et que son retour pourrait modifier la donne et l’impulsion qu’il pourrait donner pour débloquer la situation. Je rêve peut-être, mais je veux dire qu’avec son retour, les choses peuvent décanter…

    NABIL

    14 h 06, le 23 juin 2023

  • """""....il peaufine ses talents de créatif en affinant son concept habituel : l’interruption volontaire de scrutin présidentiel"""" Ça n’échappe à personne, c’est presque un marronnier de parler d’interruption du processus démocratique, car, nous vivons sous une démocratie unique au monde. Il a son gimmick, son truc, pour parvenir à ses fins, un savoir-faire dont une députée, une parvenue de la politique, quoi ! Une nouvelle recrue, parle de son école en politique, dont elle est fière d’avoir une attestation de fin d’études. Après la farce de la séance électorale, il propose des élections anticipées… ou bien s’il est contraint de changer de champion, de réclamer tous les portefeuilles régaliens, avec au passage le chantage aux ""incidents sécuritaires"". Passons, nos juristes, nos profs de droit constitutionnel doivent en rire, car ce n’est pas l’homme qu’il faut changer, mais tout un système, et de fond en comble. Sa devise : ""j’y suis, j’y reste"" même pour après la retraite, je veux dire pour l’histoire…

    NABIL

    12 h 13, le 23 juin 2023

  • Si seulement on pouvait leur traduire votre truculente prose en langage accessible à ces sagouins !…

    Citoyen Lambda

    10 h 54, le 23 juin 2023

  • Si la Suisse a son Chapatte (de mère libanaise), nous on fait mieux avec notre Gabriel national.

    Zampano

    10 h 07, le 23 juin 2023

  • Toujours excellent. Même le vitriole ne fait plus d’effets sur ces politiciens sclérosés mais qui gardent une certaine lucidité pour abuser de leur pouvoir et berner le peuple de moutons qui les a élus si on peut parler d’élection

    Mok Potreau

    09 h 26, le 23 juin 2023

  • Merci de trouver les mots pour le dire.

    Sissi zayyat

    09 h 15, le 23 juin 2023

  • Portrait au vitriol bien mérité pour ces mafieux qui ont pris tout un pays en otage de leurs folies des grandeurs et leurs folies meurtrières.

    Zeidan

    08 h 57, le 23 juin 2023

  • Toujours aussi excellent Gaby Nasr

    Yazbek Ronald

    03 h 04, le 23 juin 2023

Retour en haut