Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

À l’occasion de l’appel du 18 juin : à la mémoire du grand Charles

Il y a 83 ans, un général rebelle, Charles de Gaulle, refusant la capitulation dans le déshonneur, prenait le maquis en se réfugiant à Londres chez un vieux lion britannique : sir Winston Churchill…

Avec une poignée de militaires en exil, il lança sur la BBC son fameux appel du 18 juin 1940… Et entra dans la Résistance, ce qui lui valut d’être condamné à mort !

Avec sa taille de géant, sa logique, ses convictions, son assurance, sa clairvoyance, sa maîtrise et sa persévérance, le grand Charles avait une hauteur de jugement rarement égalée qui va lui donner raison… au fil des événements !

Une foi inébranlable dans le destin de la France, fait d’un courage surgi du fond des âges, face aux nuages menaçants des périls ténébreux et qui ont toujours cerné cette bonne vieille terre de pâturage et de labourage. « Gloire, noble sentence, unique message de France, synonyme d’excellence éternelle, et qui ne ment et qui ne repose ! »

(Chloé Kattar dans L’OLJ du 29 juin 2015).

Après le Débarquement et la libération de l’Europe en 1945, les États-Unis ont mené une politique d’intérêts nuisible qui amena le président de la République française Charles de Gaulle à avoir cette phrase prémonitoire en 1963 déjà : tous les trucages imaginés par les Américains sont démentis par les événements ! Les Américains finiront par se faire détester par tout le monde…

Cette phrase reste d’actualité aujourd’hui, même 60 ans plus tard !

Les Américains n’ont jamais besoin de personne, ils ont toujours utilisé leurs amis (contre les intérêts mêmes de ces amis) comme moyen de combattre leurs ennemis !

Aujourd’hui, pour affaiblir la Chine, ils cherchent à vaincre la Russie en détruisant l’Europe militairement et économiquement… Pourtant, depuis un an et demi, il y avait bien d’autres moyens !

L’Europe, ce beau continent berceau de la civilisation gréco-romaine puis chrétienne, sortira affaibli et déchiré au lieu d’être le grand continent fort, de l’Atlantique à l’Oural, face à l’Asie et l’Afrique…

Quand la Chine s’éveillera, disait Alain Peyreffite à de Gaulle, le monde tremblera ! Et la voilà bien réveillée, cette fois, avec la non moins redoutable Inde, avec des acolytes de poids comme l’Iran, l’Afrique du Sud ou le Brésil…

Les Américains dans leur égoïsme ont-ils pensé à l’Europe et au Moyen-Orient en cas de défaite militaire ukrainienne ?

Nous voilà revenus bien en arrière, à la guerre des tranchées, cette boucherie monumentale de milliers d’humains pour quelques mètres de terrain et qui a donné des gueules cassées, des estropiés et des invalides !

Toutes ces armes atomiques n’ont rien dissuadé du tout et personne n’ose les utiliser…

Heureusement que les oligarques russes ont détourné les fonds et n’ont pas modernisé l’armée russe comme il fallait, car elle serait aujourd’hui à la frontière balte ou polonaise… !

De Gaulle manque énormément aujourd’hui, et le grand Charles, qui savait dire non aux Américains dans leur propre intérêt, n’est plus là pour faire entendre raison en ce 18 juin 2023… Hélas !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

Il y a 83 ans, un général rebelle, Charles de Gaulle, refusant la capitulation dans le déshonneur, prenait le maquis en se réfugiant à Londres chez un vieux lion britannique : sir Winston Churchill…Avec une poignée de militaires en exil, il lança sur la BBC son fameux appel du 18 juin 1940… Et entra dans la Résistance, ce qui lui valut d’être condamné à mort ! Avec sa taille...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut