Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

"Partial", volonté de "satisfaire le Hezbollah" : le jugement sur les affrontements de Khaldé fait des remous

Plusieurs dizaines de membres des tribus arabes de Khaldé condamnés à la peine de mort ou plusieurs années de travaux forcés. 

L'armée déployée à Khaldé en août 2021, après des affrontements meurtriers. Photo d'archives L'OLJ

Le jugement rendu mercredi par le tribunal militaire libanais dans l'affaire des affrontements d'août 2021 à Khaldé, au sud de Beyrouth, a provoqué des remous, tant sur le terrain qu'au niveau politique, plusieurs parties dénonçant une sentence favorisant le Hezbollah au détriment des membres des tribus arabes de la région, qui sont constituées de descendants de tribus bédouines sunnites, installées sur la côte depuis des décennies.

En août 2021, de violents affrontements à l'arme automatique et aux roquettes RPG avaient eu lieu plusieurs heures durant entre des partisans du Hezbollah pro-iranien et des tribus arabes de Khaldé, faisant au moins deux morts. Les combats avaient commencé après que le convoi funéraire d'un membre du parti chiite, Ali Chebli, avait été pris dans une embuscade. Chebli avait été tué par balles quelques jours avant, lors d'un mariage, par le frère d'un jeune de la famille Ghosn, tué dans une rixe un an auparavant à Khaldé. 

Le jugement rendu par le président du tribunal militaire, le général Khalil Jaber, concernait plusieurs dizaines de personnes, toutes membres des tribus de Khaldé. Neuf hommes ont été condamnés à mort par contumace. Un a été condamné à 10 ans de travaux forcés, cinq à neuf ans de la même peine. Omar Ghosn, cheikh d'obédience salafiste considéré comme un chef de file hostile au Hezbollah dans la région de Khaldé, a, lui, été condamné à 7 ans de travaux forcés. Deux autres ont été condamnés à cinq ans de travaux forcés et six à un an et demi de prison. Ces derniers ont été libérés, ayant déjà purgé leur peine. Un mineur a, lui, été déféré devant la justice compétente. Par ailleurs, onze personnes ont été innocentées.

La peine capitale est prévue par la loi libanaise, mais un moratoire sur les exécutions est en vigueur depuis 2004. La justice continue toutefois de prononcer des peines de mort, et un consensus national est toujours attendu pour l'abolir officiellement.  

Lire aussi

Au carrefour de Khaldé, les tribus arabes jalonnent leur territoire

Dès le prononcé du jugement, des membres des tribus arabes ont protesté contre ce qu'ils ont dénoncé comme une injustice à leur égard. L'autoroute reliant Khaldé à la capitale a été bloquée par des manifestants à plusieurs reprises depuis mercredi, au moyen notamment de barrages de pneus enflammés, selon le centre de gestion du trafic (TMC). 

Jugement "partiel", "cruel" ou "injuste"
Au niveau politique également, des voix se sont élevées contre le jugement, notamment au sein des partis opposés au Hezbollah. 

Le député Ghayath Yazbeck (Forces libanaises - FL) a estimé jeudi, selon des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), que les sentences prononcées "prouvent une fois de plus que le tribunal militaire est sous la coupe du Hezbollah et qu'il émet des jugements en son nom et non au nom du peuple". Il a rappelé que les FL avaient présenté une proposition de loi pour que ce tribunal soit réservé au jugement des militaires, appelant à ce qu'elle soit rapidement adoptée. Le parti dirigé par Samir Geagea avait vivement critiqué l'instance pour son suivi des affrontements de Tayouné, en octobre 2021, entre des membres du mouvement chiite Amal et du Hezbollah d'un côté, et des tireurs postés dans le quartier de Aïn el-Remmané, connu pour son allégeance aux FL.

De son côté, le député de Tripoli Achraf Rifi, connu pour son hostilité au Hezbollah, a condamné mercredi "la partialité et la politisation du tribunal militaire", qui est selon lui un "outil entre les mains du Hezbollah qu'il utilise pour se venger de ses rivaux, ce que nous rejetons et que nous contesterons par tous les moyens".

Pour mémoire

« Les tribus arabes sunnites ne forment pas un seul bloc politique »

Le député Bilal Hocheimi, apparenté au Courant du Futur, a pour sa part dénoncé des "jugements cruels à l'encontre des jeunes des tribus arabes de Khaldé" et la partialité des peines imposées. "Comment la partie surarmée qui a mené l'agression a-t-elle été exemptée de toutes poursuites malgré les preuves de son implication dans des affrontements ?" s'est-il indigné, appelant Dar el-Fatwa, plus haute instance sunnite au Liban, et les députés de cette confession, à réagir. 

Dans un long communiqué, le député issu de la contestation Marc Daou, représentant la circonscription du Mont-Liban IV (à laquelle est rattaché Khaldé), a critiqué de son côté un jugement "injuste" qui vise uniquement à "satisfaire le Hezbollah". 

Pour sa part, le Parti socialiste progressiste (PSP) a réagi à la décision judiciaire dans un communiqué jeudi. Le PSP et son chef Walid Joumblatt avaient tenté une médiation, aux côtés de plusieurs autres parties et de l'armée, entre les tribus arabes et le Hezbollah. Dans son texte, le parti souligne l'importance de la réconciliation, et réclame que le tribunal militaire se limite à juger les dossiers concernant le personnel de l'armée.

Le jugement rendu mercredi par le tribunal militaire libanais dans l'affaire des affrontements d'août 2021 à Khaldé, au sud de Beyrouth, a provoqué des remous, tant sur le terrain qu'au niveau politique, plusieurs parties dénonçant une sentence favorisant le Hezbollah au détriment des membres des tribus arabes de la région, qui sont constituées de descendants de tribus bédouines...

commentaires (9)

Mr. Paradox est durieux car le liban lui vole son rôle : 2 clans illégalement armés se battent à coups de mitraillettes, RPG et autres armes lourdes et le tribunal MILITAIRE, pas moins, se place comme arbitre entre eux pour choisir le gagnant... euh, juste pour dire, dans un pays normal les 2 seraient poursuivis pour possession d'armes illégales et bien sûr pour une liste super-longue d'infractions qui s'ajoutent à la stupidité homo-sapienne. Bienvenue au wild wild west.

Wlek Sanferlou

15 h 14, le 22 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Mr. Paradox est durieux car le liban lui vole son rôle : 2 clans illégalement armés se battent à coups de mitraillettes, RPG et autres armes lourdes et le tribunal MILITAIRE, pas moins, se place comme arbitre entre eux pour choisir le gagnant... euh, juste pour dire, dans un pays normal les 2 seraient poursuivis pour possession d'armes illégales et bien sûr pour une liste super-longue d'infractions qui s'ajoutent à la stupidité homo-sapienne. Bienvenue au wild wild west.

    Wlek Sanferlou

    15 h 14, le 22 avril 2023

  • "les FL avaient présenté une proposition de loi pour que ce tribunal soit réservé au jugement des militaires". Un tribunal militaire est une instance interne à l'institution militaire. Ses compétences doivent se limiter au jugement des militaires pour infraction au règlement ou atteinte à l'honneur de l'armée. Imagine-t-on un dentiste jugé par l'ordre des avocats? C'est une évidence pour toute personne honnête et dotée d'un minimum de bon sens. Ce ne semble, malheureusement pas être le cas de nos dirigeants!

    Yves Prevost

    07 h 20, le 22 avril 2023

  • IL N,Y A PLUS UNE INSTITUTION ET MEME UNE COMMUNAUTE OU LA PIEUVRE N,A PAS DES TENTACULES.

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    07 h 15, le 22 avril 2023

  • 1) La cour militaire ne doit s'occuper que des problèmes de militaires. 2) C'est un secret de polichinelle, que les "juges" de l'armée, vont plus satisfaire le Hezbollah, que la VRAIE JUSTICE. 3) Tant est aussi longtemps que le Hezbollah et ses parasites politiques restent au pouvoir, la justice biaisé sera de mise. 4) Les seuls pays qui mêlent la justice militaire avec celle de la loi civile, sont des dictatures. Nous devons remercier chaleureusement le CPL et Amal, pour leur "dévouement" à vendre même la justice Militaire au Hezbollah!

    Marwan Takchi

    18 h 36, le 21 avril 2023

  • La justice est très rapide et efficace lorsqu’il s’agit de satisfaire les fossoyeurs de son pays. Cet incident date de 2021 et il a eu la priorité sur la catastrophe du port qui, comme elle vise ces gens au pouvoir est enterrée sous différents prétextes. Bravo la justice, les juges, les avocats, bâtonniers et greffiers vendus de notre pays, vous êtes à vomir.

    Sissi zayyat

    16 h 41, le 21 avril 2023

  • La vie est déjà bien difficile au Liban, et ils arrivent encore à se battre pour se venger d'une vengeance comme si on était au Moyen Age ! Réformer le Liban, oui, mais par où commencer ? L'archaïsme, la corruption, le communautarisme ?

    Pandora

    15 h 38, le 21 avril 2023

  • La vendetta ne s'arrêtera pas de si tôt, quel folklore passionnant...

    IBN KHALDOUN

    15 h 30, le 21 avril 2023

  • I impunité, chaos et vive le Liban Libre.

    Le juste milieu

    15 h 06, le 21 avril 2023

  • Dans ceux semaines , ils sortiront de prison frais et pimpants

    Hitti arlette

    15 h 06, le 21 avril 2023

Retour en haut