Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

C’est de la faute à Richter !

Après avoir été respectivement analyste politique, épidémiologue, immunologue, spécialiste des maladies rares, expert en finance internationale et publique, expert en explosifs, le Libanais s’est trouvé un nouveau dada : la sismologie.

Actuellement, les plus peureux sont capables (c’est une histoire vraie!) de sentir une onde sismique à 40 kilomètres du littoral, dans les eaux territoriales chypriotes, à une échelle de 4,4. Franchement, Richter n’aurait pas mieux fait !

Bon ! Sans être méchant, les répercussions continuent à se faire ressentir jusqu’à maintenant à moindre envergure. Maintenant, les fins géologues et analystes de la tectonique des plaques ont inventé l’échelle de la peur en proportion de la force de la secousse. Autrement dit, le phénomène est le suivant : plus c’est fort, plus on a peur. Par contre, même si c’est moins fort, on a toujours aussi peur.

Imaginez-vous ! Même le dollar a eu peur et a chuté de 1 200 LL. Ce n’est pas le Pérou non plus ! Mais il faut parfois se contenter de peu pour être heureux. En fait, c’est simple, plus les ondes sismiques sont fortes, plus le dollar va tomber, d’où on aboutit à une équation inversement proportionnelle sur les prix. Autrement dit, plus le séisme sera fort, plus les prix en magasin vont hausser. Aussi simple que ça ! Tout est relié au Liban !

Sinon, l’onde matinale de ces derniers jours et que personne n’a ressentie a fait réaliser que nous sommes à la fin du mois et que, par conséquent, l’onde de choc salariale va tomber et s’évaporer dans les méandres de factures en tout genre. Et l’éternel suspense perdure : va-t-on changer en dollars notre poche pleine à craquer de billets de Monopoly ? Pas tout le montant ? Ou les lollariser (après tout, à 15 000 LL, certains y voient une bonne affaire aussi) ?

Le problème est que le séisme est rapidement oublié et nous revenons aux ennuis de la vie quotidienne. C’est ça le problème avec un tremblement de terre : on a à peine le temps de le ressentir qu’il est déjà terminé. Mais les gens continuent à trembler. Car leur immeuble aurait pu s’effondrer sur eux. Sur tous les autres aussi d’ailleurs. Mais bon, les autres, c’est l’enfer et on s’en fout un peu quelque part sans le dire ouvertement.

Maintenant, on attend tous avec impatience le prochain choc électromagnétique qui fera chuter le dollar de 20 000 LL. Coup politique ou coup de bluff ? Les débats sont à nouveau lancés après ce petit entracte qui a donné du répit à ceux qui en avaient besoin. Ce n’était pas non plus le tremblement de terre qui a détruit Beryte jadis. Et ce n’est pas non plus sous l’effet d’un séisme qu’en février-mars, on continue à frissonner.

Du coup, les sismologues en herbe se sont rabattus à nouveau sur les sujets truculents d’actualité. Rien d’original ! La vie continue…


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

Après avoir été respectivement analyste politique, épidémiologue, immunologue, spécialiste des maladies rares, expert en finance internationale et publique, expert en explosifs, le Libanais s’est trouvé un nouveau dada : la sismologie.Actuellement, les plus peureux sont capables (c’est une histoire vraie!) de sentir une onde sismique à 40 kilomètres du littoral, dans les eaux...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut