Rechercher
Rechercher

Société - Police

Plan de sécurité au Liban à la veille des fêtes

"La situation sécuritaire est sous contrôle. Il n'y a aucune crainte d'incidents isolés qui puissent mener à une détérioration ", affirme le chef de l'armée.

Plan de sécurité au Liban à la veille des fêtes

Des voitures de police dans le souk de Sabra, à Beyrouth. Photo d'illustration AFP

Un plan de sécurité pour l'ensemble du Liban a été annoncé mercredi par le ministre sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, à l'approche des fêtes de Noël et du Nouvel an, dans un pays en plein effondrement économique depuis 2019.

La date exacte du début du plan n'a pas été communiquée par le ministre, mais ce plan restera en vigueur jusqu'au 1er janvier.

Pas de "politique" au ministère de l'Intérieur

"Les forces de l'ordre ont mis en place un plan pour préserver la sécurité en période de fêtes et ces forces sont entièrement prêtes", a annoncé M. Maoulaoui, lors d'un point de presse à l'issue d'une réunion du Conseil central de sécurité.

"Nous ne permettrons pas que la politique s'immisce dans le ministère de l'Intérieur ou dans les forces de sécurité. Quels que soient les différends en politique, il est interdit de jouer avec la sécurité", a prévenu le ministre sortant.

391 églises

Concrètement, M. Maoulaoui a indiqué que des mesures de sécurité seront renforcées autour des églises et des lieux de culte. "Nous avons 391 églises devant lesquelles 522 officiers et 7.690 agents seront déployés. 440 patrouilles des FSI, de la police de Beyrouth, des unités de gendarmeries, des unités mobiles et de la police judiciaire couvriront tout le territoire. Le plan sera maintenu jusqu'au Nouvel an", a souligné le ministre sortant. Il a précisé que ce plan s'effectuera en coopération avec la Sûreté générale et la Sécurité de l'Etat.

Lire aussi

Qui sont « Les yeux d’Achrafieh », ces nouveaux « gardiens » du quartier ?

"Nous avons demandé que des mesures soient prises contre les coups de feu et de s'assurer de l'application de l'interdiction du port d'arme pendant les fêtes. (...) Nous insistons grandement sur le périmètre de l'aéroport (de Beyrouth) pour qu'il n'y ait pas de coups de feu en l'air qui menacent la sécurité des gens et du trafic aérien", a ajouté M. Maoulaoui. Plusieurs incidents impliquant des balles perdues tombés sur l'aéroport de Beyrouth ont déjà été enregistrés par le passé. En novembre, un appareil de la Middle East Airlines a ainsi été perforé par une balle.

La situation sécuritaire s’est dernièrement dégradée au Liban, en proie à un effondrement financier inédit qui a plongé plus des trois quarts de la population dans la pauvreté. En septembre dernier, le ministre sortant de l’Intérieur avait déjà annoncé qu’un plan de sécurité "durable" avait été élaboré pour le Liban-Nord, après deux fusillades meurtrières à Tripoli, agglomération la plus pauvre du pays, qui ont fait craindre une recrudescence de la violence.

Lire aussi

Au Akkar, ces civils qui se muent en vigiles la nuit

Le 12 décembre, les FSI ont commencé la mise en exécution d’un plan de sécurité dans cette même ville, après qu'elle ait connu une série d’incidents. Le même jour, un homme a été abattu d'une balle dans la tête à Tripoli, lors d'une dispute autour d'une priorité de passage routier. Les incidents sanglants impliquant des armes à feu sont courants au Liban, où le port d'armes est peu réglementé.

Mercredi, toujours dans le Nord, au niveau de l'autoroute de Abdé-Halba au Akkar, des personnes non identifiées ont battu et volé un homme qui transportait environ 100.000 dollars, a indiqué une source sécuritaire à notre correspondant dans la région Michel Hallak. Les voleurs ont fui vers une destination inconnue et les services de sécurité ont ouvert une enquête sur l'incident. La victime a été transférée à l'hôpital gouvernemental de Tripoli pour y être soignée.

Le chef de l'armée au Grand sérail

Toujours sur le plan sécuritaire, le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, a été reçu mercredi par le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, avec qui il a évoqué "la situation sécuritaire dans le pays", selon la présidence du Conseil.

Le commandant en chef de l'armée, Joseph Aoun (g), reçu le 14 décembre 2022 par le Premier ministre sortant, Nagib Mikati. Photo Twitter/@grandserail

"La situation sécuritaire est sous contrôle. Il n'y a aucune crainte d'incidents isolés qui puissent mener à une détérioration", a affirmé le général Aoun à M. Mikati. "L'armée va intensifier ses mesures durant la période des fêtes dans le cadre du plan de sécurité global", a ajouté le chef de la troupe.

Un plan de sécurité pour l'ensemble du Liban a été annoncé mercredi par le ministre sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, à l'approche des fêtes de Noël et du Nouvel an, dans un pays en plein effondrement économique depuis 2019.La date exacte du début du plan n'a pas été communiquée par le ministre, mais ce plan restera en vigueur jusqu'au 1er janvier.Pas de "politique" au...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut