Rechercher
Rechercher

Société - Reportage

Au Akkar, ces civils qui se muent en vigiles la nuit

Face à la recrudescence des vols, des habitants de Halba montent la garde durant la nuit pour protéger leur village. Cette initiative, qui s’est propagée à d’autres localités du Akkar, est motivée par le vide sécuritaire qui prévaut dans plusieurs régions du pays en raison de la crise. Un retour au « amen zete » (autosécurité ) ? Pas tout à fait.

Au Akkar, ces civils qui se muent en vigiles la nuit

Abou Sami (à droite), le doyen des vigiles à Halba, dans le Akkar, avec deux de ses camarades sont postés au point « Haraké ». Situé à l’entrée de Halba, ce point est le plus dangereux et les hommes y montent souvent des barrages. Photo Marie Jo Sader

La municipalité de Halba a des airs d’administration hantée en cette nuit hivernale. Dans l’enceinte du bâtiment, le téléphone sonne sans arrêt. Il est pourtant 23h et il n’y a personne à joindre à une heure aussi tardive. « C’est comme ça tout le...
La municipalité de Halba a des airs d’administration hantée en cette nuit hivernale. Dans l’enceinte du bâtiment, le téléphone sonne sans arrêt. Il est pourtant 23h et il n’y a personne à joindre à une heure aussi tardive. « C’est comme ça tout le...
commentaires (3)

Et comment ils se font protéger ce héros…

Eleni Caridopoulou

12 h 56, le 28 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et comment ils se font protéger ce héros…

    Eleni Caridopoulou

    12 h 56, le 28 février 2022

  • les applaudir est la moindre des choses.

    Gaby SIOUFI

    09 h 37, le 28 février 2022

  • Quand la police est absente seul le peuple peut sauver ces villages ou la pauvrete est Reine .

    Antoine Sabbagha

    19 h 31, le 27 février 2022

Retour en haut