Rechercher
Rechercher

Environnement - Intempéries

Les premières fortes averses au Liban font un mort

Un octogénaire souffrant d'un handicap a été retrouvé mort lundi après avoir été porté disparu dimanche à Zouk Mosbeh, au nord de Beyrouth.

Les premières fortes averses au Liban font un mort

Une autoroute inondée au Liban, le 23 octobre 2022, après de fortes averses. Photo Twitter/@CivilDefenseLB

Affaibli par trois années de crise multiforme, le Liban se retrouve, une fois de plus, mal préparé aux tempêtes. Des pluies intenses ont gravement inondé dimanche soir de larges pans des zones côtières de basse altitude du pays, suscitant de nombreuses demandes d'assistance et de secours, et un octogénaire souffrant d'un handicap a été retrouvé mort lundi après avoir été porté disparu la veille, selon la Défense civile libanaise.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la Défense civile a mené des opérations de sauvetage pour évacuer des civils piégés dans des voitures submergées par la montée des eaux, et a évacué l'eau de plusieurs bâtiments résidentiels et entrepôts dans les zones côtières du nord, ont indiqué les secours sur Twitter.


Un homme retrouvé mort

Les pluies torrentielles ont emporté la voiture d'une famille dans la zone de Zouk Mosbeh, au nord de Beyrouth. Seuls une femme et son fils ont réussi à survivre à l'incident, tandis que le père, âgé de 80 ans, retraité de l'armée et handicapé, a été emporté par les fortes crues alors que son fils tentait de le sortir de la voiture, a expliqué un porte-parole de la Défense civile, Maroun Srour, à L'Orient Today. L'unité de sauvetage maritime de la Défense civile, secondée par des secouristes de centres avoisinants et l'armée libanaise, avait recherché l'homme disparu, identifié par les initiales R.M., pendant toute la nuit. Son corps a été retrouvé lundi vers 9h30, à environ un kilomètre de l'endroit où il avait disparu.

Pour mémoire

Des plages recouvertes de neige, le froid s'installe au Liban

Pendant ce temps, les fortes pluies ont causé des dégâts au réseau électrique national. Electricité du Liban (EDL) a indiqué, dans un communiqué dimanche soir, que de l'eau s'était infiltrée dans la centrale de Zouk Mikael, l'une des plus grandes du pays, qui fonctionne déjà à capacité minimale, provoquant son arrêt total. EDL a assuré que son équipe, avec l'aide de la Défense civile, "travaille à retirer l'eau de la centrale pour ensuite déterminer les dommages et œuvrer pour son redémarrage et sa reconnexion au réseau public". Un porte-parole d'EDL n'était pas joignable dans l'immédiat pour une mise à jour sur cette question.

Pour sa part, le ministre sortant des Travaux publics, Ali Hamiyé, a annoncé dans un tweet que l'équipe de contractuels du ministère enlevait depuis dimanche soir les ordures qui bloquent les canalisations, précisant qu'il fallait garder à l'esprit que "ce n'est pas du tout leur rôle". Il a également affirmé que son équipe "avait commencé il y a un mois à nettoyer les canalisations d'égout, alors que le ministère fait toujours appel aux municipalités et aux entrepreneurs d'enlèvement des déchets pour qu'ils enlèvent (les ordures) et assument leur rôle complémentaire avec les équipes du ministère". Le porte-parole de M. Hamiyé n'était pas joignable pour un commentaire.

Explications du ministre

Lors d'une conférence de presse lundi, le ministre sortant des Travaux publics a dédouané son ministère de la responsabilité des inondations survenues sur la voie publique.

Le Conseil du développement et de la reconstruction, une organisation gouvernementale libanaise, "a assigné deux entreprises, l'une pour la collecte des déchets et l'autre pour le balayage" des ordures, a déclaré M. Hamiyé, ajoutant que "le ministère des Travaux publics, les Fédérations des municipalités, les entreprises de collecte des déchets et le ministère de l'Énergie doivent travailler ensemble".

"Il est inacceptable que les villes restent les bras croisés. Tout le personnel doit travailler et les citoyens doivent demander des comptes à chaque fonctionnaire", selon M. Hamiyé pour qui "les routes relèvent de la responsabilité du ministère des Travaux publics, mais il y a ceux qui les endommagent... et le (manque) d'argent ne doit pas être une excuse pour laisser les choses en l'état".

Affaibli par trois années de crise multiforme, le Liban se retrouve, une fois de plus, mal préparé aux tempêtes. Des pluies intenses ont gravement inondé dimanche soir de larges pans des zones côtières de basse altitude du pays, suscitant de nombreuses demandes d'assistance et de secours, et un octogénaire souffrant d'un handicap a été retrouvé mort lundi après avoir été porté...
commentaires (4)

Ils ne l’ont pas laissé…

Gros Gnon

19 h 49, le 24 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Ils ne l’ont pas laissé…

    Gros Gnon

    19 h 49, le 24 octobre 2022

  • Encore un ministre a l'image des libanais, qui l'ont elu. Il oublie de dire que les ordures sur la voirie et dans les tuyaux font effectivement partie de la strategie d'encerclement americain sur le Liban, n'est-ce pas? Incapable.

    Mago1

    17 h 08, le 24 octobre 2022

  • A quand des ministres nettoyant les égouts ? Là pour une fois nous serions fiers de la classe politique ! Mais ils sont trop occupés à ne pas élire le président :((

    Pandora

    16 h 34, le 24 octobre 2022

  • "... de l'eau s'était infiltrée dans la centrale de Zouk Mikael, l'une des plus grandes du pays, qui fonctionne déjà à capacité minimale, provoquant son arrêt total. " Oui, la différence entre 0,001 et 0...pas grand-chose, il faut l'avouer! Je défie quiconque a senti la différence de le déclarer sur les réseaux sociaux...

    Georges MELKI

    13 h 29, le 24 octobre 2022

Retour en haut