Rechercher
Rechercher

Société - Liban

La députée Cynthia Zarazir obtient gain de cause et quitte sa banque avec 8.500 dollars

La parlementaire réclamait ses fonds à son agence bancaire, la banque Byblos d'Antélias, afin de payer une intervention chirurgicale.

La députée Cynthia Zarazir obtient gain de cause et quitte sa banque avec 8.500 dollars

Cynthia Zarazir, députée issue de la contestation, dans une agence de la banque Byblos à Antelias, le 5 octobre 2022. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

La députée issue de la contestation Cynthia Zarazir a récupéré de force une partie de ses économies bloquées en banque mercredi, après plusieurs heures de négociations dans une agence de la banque Byblos à Antélias, au Mont-Liban, a déclaré la députée par téléphone à L'Orient Today. La parlementaire a besoin de ces fonds pour payer les frais d'une intervention chirurgicale.

Dina Abou Zour, avocate et porte-parole du syndicat des déposants, qui était présente à l'intérieur de la banque avec la parlementaire, a confirmé à L'Orient Today que Mme Zarazir a récupéré 8.500 dollars, soit une " petite " partie du solde de son dépôt bancaire, qu'elle a exigé pour couvrir une partie de ses frais médicaux qui ne sont pas couverts par son assurance maladie.

Après avoir quitté la banque, Mme Zarazir a déclaré aux médias locaux qu'elle était entrée dans la banque en tant que "déposante et citoyenne libanaise normale, pour réclamer mon droit". Elle a indiqué qu'avant de recevoir l'argent, elle a été contrainte de signer un accord de non-divulgation, ce qui ajoute "encore plus d'injustice" à son cas, selon elle. Mme Abou Zour a estimé que cet accord de non-divulgation n'a aucun fondement juridique.

Lire aussi

L’ABL tente de rediriger vers l’État la colère des déposants

La députée, qui occupe pour la première fois un siège parlementaire, avait déclaré plus tôt dans la journée que la banque lui avait proposé de prendre "la somme qu'elle voulait" au taux de change de 8.000 LL par dollar, ce qu'elle avait refusé, n'acceptant que des dollars "frais".

L'avocat Fouad Debs, qui accompagnait la députée à l'intérieur de la banque, a déclaré à la chaîne d'information locale al-Jadeed que Cynthia Zarazir et lui avaient demandé à tous les clients et employés de quitter la banque pour assurer leur sécurité, mais que la banque aurait gardé plusieurs clients à l'intérieur "pour les utiliser comme tactique" contre la députée.

Cette dernière a également déclaré à al-Jadeed, en direct, qu'elle était entrée dans la banque pour demander son dépôt "en tant que citoyenne, pas en tant que députée."

Deux de ses collègues au sein du bloc parlementaire issu de la contestation, Halimé Kaakour et Yassine Yassine étaient présents sur les lieux pour soutenir Mme Zarazir. Cette dernière avait demandé à Halimé Kaakour de ne pas intervenir, a déclaré Mme Abou Zour.

Par ailleurs, la colère continuait de bouillir contre les restrictions bancaires dans le pays, où un autre déposant tente toujours d'accéder à son épargne dans une branche du Crédit libanais à Haret Hreik, tandis que des activistes réclament l'annulation de circulaires de la Banque du Liban et menacent de s'en prendre aux domiciles des propriétaires d'établissements bancaires. 

Série d'actions contre les banques

Le Liban a connu une série de braquages de banques par des déposants mécontents qui tentaient d'accéder à leurs propres fonds, les derniers s'étant produits mardi. Des déposants ont tenté de retirer de force leurs fonds de la Lebanese Bank for Commerce (BLC) à Chtaura, dans la Békaa ;  de l'Intercontinental Bank of Lebanon (IBL) à Hazmieh, dans la banlieue de Beyrouth ; et de la Byblos Bank à Tyr. Les Forces de sécurité intérieure ont arrêté plusieurs auteurs après ces incidents.

Lire aussi

Actions coups de poings dans plusieurs banques, issues mitigées

Cette nouvelle série d'opérations contre les banques suivait celle du 16 septembre, journée au cours de laquelle au moins cinq braquages ont eu lieu dans différentes banques du pays. Deux jours plus tôt, deux braquages de banques s'étaient également produits, dont l'un perpétré par une jeune femme, Sali Hafez, armée d'un pistolet factice.

Ces opérations coup de poing ont incité les banques à fermer pendant une semaine et à exiger des mesures de sécurité de la part des autorités. La plupart d'entre elles ont ensuite rouvert, en appliquant des mesures strictes telles que l'accueil des clients uniquement sur rendez-vous.

Mardi soir, l'Association des banques du Liban s'est une nouvelle fois dédouanée de toute responsabilité dans la crise actuelle, en faisant porter la responsabilité à l'Etat.


La députée issue de la contestation Cynthia Zarazir a récupéré de force une partie de ses économies bloquées en banque mercredi, après plusieurs heures de négociations dans une agence de la banque Byblos à Antélias, au Mont-Liban, a déclaré la députée par téléphone à L'Orient Today. La parlementaire a besoin de ces fonds pour payer les frais d'une intervention chirurgicale....

commentaires (12)

Si c'était une citoyenne ordinaire est-ce qu'elle aurait reçu son dû en dollars !!!! La triche continue de plus BELLE....

Derwiche Ghaleb

23 h 03, le 05 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Si c'était une citoyenne ordinaire est-ce qu'elle aurait reçu son dû en dollars !!!! La triche continue de plus BELLE....

    Derwiche Ghaleb

    23 h 03, le 05 octobre 2022

  • elle a exigé son argent pour couvrir une partie de ses frais médicaux qui ne sont pas couverts par son assurance maladie. Elle a probablement raison si c'est une intervention à caractère esthétique, et le chantier semble conséquent, il n'y a pas de prise en charge par l'assurance...

    C…

    20 h 26, le 05 octobre 2022

  • Bravo Cynthia. Un seul reproche, il ne fallait pas transiger sur le montant. Il faut prevenir loyalement les banquiers : quand une vie humaine ou un probleme de sante grave sont en jeu, il feraient mieux de liberer l'epargne. Sinon, par simple equivalence, ils mettront leur sante et leurs vies et celles de leur proche dans la balance. Trois ans, ca suffit. Les Libanais en ont marre. Les crapules bancaires ont largement eu le temps de reajuster leurs comptes et doivent maintenant restituer les depots. Progressivement certes, mais a un taux "reel", sans plus voler les gens.

    Michel Trad

    18 h 34, le 05 octobre 2022

  • Elle a obtenu 8.500$ mais ça sera nécessairement au détriment d’autres déposants. C’est ce qui appelé l’Etat libanais qui a fait défaut sur ses dettes, décision prise par le génie Hassane Diab. Ce ne sont pas les banques qui ont fait défaut. Que ce ramassis de torchons appelé État libanais honore ses dettes et que les pourris de politiciens rendent l’argent volé et tout rentrera en ordre

    Liberté de penser et d’écrire

    17 h 24, le 05 octobre 2022

  • En tant que citoyenne, dit-elle. Mais c'est la députée qui a joui de ce privilège, contrairement à un citoyen lambda.

    Politiquement incorrect(e)

    16 h 36, le 05 octobre 2022

  • Il est difficile de croire à ce qu'elle raconte. Même assuré en 3ème classe, actuellement en dollars frais, on n'a rien à payer jusqu'à atteindre le plafond de la couverture médicale.

    Esber

    15 h 21, le 05 octobre 2022

  • EN TANT QUE DEPUTEE MEME SE VOULANT PRETENDRE ETRE THAWRISTE, NOM VIDE, ELLE S,EST TRES MAL COMPORTE E ET DOIT S,EXCUSER AUPRES DE TOUS CEUX QUI ONT PERDU LEURS ECONOMIES. LES NOUVEAUX ANIERS TOUT COMME LES ANCIENS, UNE FATSA UNE RATSA.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    14 h 30, le 05 octobre 2022

  • As an MP, doesn’t Ms. Zarazir benefit from a health insurance? She didn’t explain.

    Mireille Kang

    13 h 59, le 05 octobre 2022

  • Une petite question : elle n’a pas souscrit d’assurance hospitalisation ? Ça serait une grave erreur de discernement

    Liberté de penser et d’écrire

    13 h 27, le 05 octobre 2022

  • On a besoin d'un president, alors elle ferait bien d'aller voter pour un patriote Libanais, et non pas de faire le cirques à la banque ou a la chambre et de gaspiller son vote au profit de l'Iran. Votre jeux n'a servis qu'a élire Berry qui semble vous tenir bien a coeur ! Vous avez réussis a infiltrer notre revolution, le peuple se le rappellera au moment voulue.

    Aboumatta

    12 h 33, le 05 octobre 2022

  • Qu’elle réclame son épargne (dont on ne doute pas de son origine) à son ancien mentor du CPL premier responsable à la tête de l’Etat de pacotille dont elle est députée élue avec quelque centaines de voix

    Liberté de penser et d’écrire

    12 h 28, le 05 octobre 2022

  • Qu'elle attende comme tout le monde. Quel pays ou quelques minoritées élitaires ou des voyous bruyants et armés prennent avantage sur ceux qui jouent le jeu.

    michael mouawad

    11 h 55, le 05 octobre 2022

Retour en haut