Rechercher
Rechercher

Politique - Affaire Moussa el-Hage

Raï : "Cherchez ailleurs les agents"

Grand rassemblement de citoyens et de politiques, notamment membres des FL et des Kataëb, au siège du patriarcat maronite d’été, à Dimane, en signe de solidarité avec le patriarche.

Raï :

Le chef de l'Église maronite, Béchara Raï, lors d'une messe célébrée au siège du patriarcat maronite d’été, à Dimane, le 24 juillet 2022. Photo Fathi AL-MASRI / AFP

"Cherchez ailleurs les agents", "Vous savez qui ils sont et où ils se trouvent" : le chef de l'Église maronite, Béchara Raï, a une nouvelle fois haussé le ton dimanche contre le Hezbollah et son camp dans l'affaire de l'arrestation du vicaire patriarcal archevêque maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage.

Lors de son homélie dominicale au siège du patriarcat maronite d’été, à Dimane, au milieu d'une vaste foule de citoyens et de politiques, notamment des Forces libanaises (FL) et des Kataëb, mobilisés pour soutenir ses positions, le prélat a implicitement fustigé le Hezbollah, accusé d'être à l'origine de l'arrestation de Mgr Hage dans l'intention d'envoyer un message fort au patriarche, dont les positions politiques souverainistes sont à l'opposé du parti pro-iranien. 

Foule de citoyens mobilisés au siège du patriarcat maronite d’été, à Dimane, pour soutenir les positions du patriarche Béchara Raï, le 24 juillet 2022. Photo Fathi AL-MASRI / AFP

Mgr Hage avait été interrogé pendant 13 heures par les autorités libanaises lors de son passage lundi dernier au point de Ras Naqoura, alors qu'il rentrait au Liban venant d'Israël en possession d'aides en espèces et en médicaments fournies par des personnes privées de diverses confessions à leurs proches dans un pays en plein effondrement.

Lire aussi

Tout comprendre sur l’affaire Moussa el-Hage

Ceux qui "nuisent au Liban" sont appelés à "cesser de dire que les aides proviennent d'agents", a souligné le patriarche, après que l'archevêque el-Hage a été accusé d'avoir acheminé des fonds en provenance d’un État ennemi et importé des médicaments israéliens. "Cherchez les agents ailleurs, vous savez qui ils sont et où ils sont", a ajouté Mgr Raï, dans une référence implicite au Hezbollah dont la politique pro-iranienne est axée sur la lutte contre l'État hébreu.

Si le chef du groupe parlementaire du Hezbollah Mohammad Raad avait insinué de manière indirecte samedi que l'archevêque Moussa el-Hage serait un agent israélien, en estimant que "la collaboration avec l'ennemi est une trahison nationale et un crime", certains observateurs estiment que le patriarche a voulu accuser le Hezbollah d'œuvrer en faveur de l'Iran dans le pays et la région.

"Le patriarcat demeure attaché à ses positions et poursuivra sa marche en se fondant sur la neutralité positive et active", a-t-il poursuivi, dans une nouvelle pique contre la parti chiite.

Conférence internationale pour le Liban

"La souveraineté de l'archevêque Moussa el-Hage a été violée à Naqoura", a rappelé le patriarche, estimant qu'il est "inacceptable de porter atteinte à un évêque sans en référer au patriarcat". Le dignitaire religieux, qui réside au siège de l’évêché de Jérusalem, avait été arrêté par la Sûreté générale à son arrivée à Ras Naqoura, sur ordre du commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Fadi Akiki.

Lire aussi

Moussa el-Hage à « L’OLJ » : Mon arrestation vise à envoyer un message musclé au patriarche

"Nous refusons ces comportements policiers à portée politique et appelons à ce que tout ce qui a été confisqué au prélat lui soit restitué", a poursuivi le patriarche, dans une référence aux passeport, téléphone portable et dons de quelque 460.000 dollars en possession du prélat. Il a enfin appelé à "l'organisation d'une conférence internationale pour le Liban en vue de traiter les dossiers controversés que le pays ne parvient pas à résoudre".

Réagissant à l'homélie de Mgr Raï, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan a commenté l'arrestation de Mgr Moussa el-Hage. "Nous ne voulons pas glisser vers un jeu émotionnel qui déchire le pays et le mène vers l'inconnu", a-t-il dit, notant que "tout le monde est soumis à la loi, qu'il s'agisse d'un cheikh ou d'un évêque". "Il faut protéger le Liban et ne pas faire preuve d'indulgence en matière sécuritaire ou lorsqu'il s'agit des intérêts nationaux", a ajouté le mufti, en faisant valoir que "la protection du Chrétien et du Musulman passe par l'hostilité à l'égard d'Israël". "Les affaires personnelles, c'est autre chose. Mêler les deux questions place le Liban face à un nouveau cauchemar israélien", a-t-il conclu.

La veille, le chef de l'Église maronite avait par ailleurs estimé que "ce qu'a fait l'évêque el-Hage est une action humanitaire", rappelant que des Libanais "sont présents en Terre sainte et qu'ils ont un rôle, une présence, indépendamment de la politique israélienne juive".

S'exprimant au sujet des échéances politiques, le prélat a insisté dimanche pour "la formation d'un nouveau gouvernement le plus rapidement possible et l'élection d'un nouveau président dans les délais constitutionnels", alors que le cabinet du Premier ministre Nagib Mikati gère les affaires courantes depuis le 22 mai dernier. Les tractations gouvernementales semblent faire du surplace, près de deux mois après la désignation de M. Mikati et avant la fin du mandat de M. Aoun.

Solidarité du métropolite grec-orthodoxe

De son côté, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Élias Audi, a qualifié d'"inacceptable" ce qui s'est passé avec l'archevêque. "Nous sommes avec la reddition des comptes et des sanctions contre tout criminel, voleur, ou violeur de la loi, quel qu'il soit, mais ce qui s'est passé avec l'archevêque est inacceptable", a critiqué Mgr Audi dans son homélie dominicale.

Selon lui, "ce qui s'est passé révèle une nouvelle approche au niveau du traitement sécuritaire et judiciaire des affaires et engendrera des répercussions dangereuses dans le pays". "Si l'arrestation de l'archevêque est un message envoyé à l'Église pour étouffer sa voix, sachez que celle-ci ne se soumet pas aux menaces ni à la mauvaise foi", a-t-il renchéri.


"Cherchez ailleurs les agents", "Vous savez qui ils sont et où ils se trouvent" : le chef de l'Église maronite, Béchara Raï, a une nouvelle fois haussé le ton dimanche contre le Hezbollah et son camp dans l'affaire de l'arrestation du vicaire patriarcal archevêque maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage.Lors de son homélie dominicale au siège du patriarcat maronite d’été,...

commentaires (10)

L’OLJ, vous qui êtes le flambeau de la libre expression dans notre pays qui ne ressemble plus à grand chose ne devriez pas censurer les citoyens qui disent tout haut ce que la majorité des libanais pensent tout bas. C’est notre seule soupape pour exprimer notre dégoût de ces politiciens vendus qui nous ont anéanti sans scrupule et que vous protéger en leur épargnant les insultes qui fusent pour les récompenser de leur trahison suprême de notre pays. Un journal libre ne devrait pas faire ça. Merci

Sissi zayyat

14 h 56, le 25 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • L’OLJ, vous qui êtes le flambeau de la libre expression dans notre pays qui ne ressemble plus à grand chose ne devriez pas censurer les citoyens qui disent tout haut ce que la majorité des libanais pensent tout bas. C’est notre seule soupape pour exprimer notre dégoût de ces politiciens vendus qui nous ont anéanti sans scrupule et que vous protéger en leur épargnant les insultes qui fusent pour les récompenser de leur trahison suprême de notre pays. Un journal libre ne devrait pas faire ça. Merci

    Sissi zayyat

    14 h 56, le 25 juillet 2022

  • En dessous du patriarche, l’archevêque est en principe l’autorité la plus importante dans l’Église. Le juge Fadi Akiki est maronite donc en principe sujet de Mgr Raï. Non seulement il a commis une injustice flagrante en volant le portable le passeport et surtout les médicaments transportés par le prélat, non seulement c’est lui qui est à l’origine de la convocation illégale de Samir Geagea suite aux évènements de Tayyouné, mais il est celui qui a mis en prison les 68 résistants qui ont défendu Ain el Remmané le 14 octobre 2021, il est celui qui a accusé de collaboration avec Israël Kinda el Khatib, etc etc… Étant donné la violation flagrante de la loi de l’Église avec la persécution de Mgr Moussa el Hajj et le background de collaboration du juge Akiki avec le camp anti-national, l’excommunication à son encontre est un devoir pour celui qui est censé détenir l’autorité dans l’Église maronite. En tant que maronite, je suis interpellé par l’absence même d’une menace d’excommunication contre Mr Akiki. La nouvelle religion de Vatican II et son dogme de dignité INALIÉNABLE de la personne humaine et sa contradiction fondamentale avec la religion catholique qui est la religion de la rédemption de l’homme DÉCHU, par Notre-Seigneur Jésus-Christ vrai Dieu et vrai homme est sans doute une des clés du mystère. Vatican II nous fait oublier la pénitence de Canossa.

    Citoyen libanais

    08 h 21, le 25 juillet 2022

  • Le Patriarche Maronite a dit clairement ce que pensent la majorité des chrétiens (sauf les vendus à l’Iran), la majorité des sunnites, la majorité des Druzes et la majorité des chiites libres. Tous les maronites vendus à l’Iran doivent être excommuniés de l’Eglise immédiatement notamment les maronites forts soumis au Hezbollah

    Liberté de penser et d’écrire

    19 h 36, le 24 juillet 2022

  • A force d'abuser et d'agresser, les khomenistes qu'ils soient libanais ou iraniens, ont fait de sorte à ce que nombre de pays arabes se sont tournés vers Israël pour contrer leur rêve d'hégémonie régionale. Mais, il semble qu'ils ne veulent pas reconnaître leurs fautes. Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne pourront que rêver.

    Esber

    18 h 54, le 24 juillet 2022

  • Il faut enfin reconnaitre que le Liban appartient à toutes les confessions et les chrétiens restent et resteront les pionniers de la religion chrétienne au Moyen Orient et de tout autre religion . Il faudra les respecter ou ils se trouvent en terre Sainte ou autre pays arabe, et toute insulte contre les instances religieuses est refusée.

    Antoine Sabbagha

    18 h 40, le 24 juillet 2022

  • Liban doit couper ses relations diplomatiques avec l’Iran qui a créé, financé et finance toujours un groupe armé hors de la loi.

    Georges S.

    18 h 12, le 24 juillet 2022

  • Monsieur Kabalan, "la protection du Chrétien et du Musulman passe par l'hostilité à l'égard du Hezbola et de l'Iran qui, je vous le garantis, va aller crescendo jusqu'à la dispartion de ces 2 représentants de Lucifer.

    Remy Martin

    17 h 44, le 24 juillet 2022

  • Et a vous Cheykh la Alan si vous voulez qu’on continue à vous respectez svp ne vous mêlez pas de cette affaire de 1 et de 2 attendez au moins la conclusion de l’enquête (impartial je l’espère mais je n’y compte pas bcp)

    Bery tus

    16 h 11, le 24 juillet 2022

  • BRAVO AU PATRIARCHE QUI FINALEMENT COMMENCE À DIRE TOUT HAUT CE QUE TOUT LE MONDE PENSE TOUT BAS …. CONTINUER MONSEIGNEUR SVP NOUS SOMMES TOUS AVEC VOUS … MÊME SI UN GROUPE D’INCULTE DE VOS PROPRES OUAILLES VOUS MÉPRISE D’AILLEURS ILS ONT DE TOUT TEMPS MÉPRISER BKERKE SOUVENEZ VOUS EN 1989 … TOUT SIMPLEMENT CAR ILS NE PEUVENT ACCEPTER D’AVOIR DE LA CONCURRENCE

    Bery tus

    16 h 08, le 24 juillet 2022

  • Le Patriarche a ainsi mis fin au projet d'une visite papale dans notre pays ! il sera difficile de raccomoder cette déchirure . Jamais un patriarche d'un rang aussi haut n'aura levé son étendard politique aussi haut chez nous !

    Chucri Abboud

    14 h 09, le 24 juillet 2022

Retour en haut