Rechercher
Rechercher

Politique - Entretien exclusif

Moussa el-Hage à « L’OLJ » : Mon arrestation vise à envoyer un message musclé au patriarche

Le vicaire patriarcal maronite de Haïfa et de Jérusalem s’exprime longuement, pour la première fois depuis lundi, sur ce qu’il estime être les raisons, le timing et les conséquences de son arrestation. 

Moussa el-Hage à « L’OLJ » : Mon arrestation vise à envoyer un message musclé au patriarche

Le vicaire patriarcal maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage, a présidé jeudi soir, la messe au couvent de l'Église Saint Nohra à Kornet el-Hamra. Photo Jeanine Jalkh

Le vicaire patriarcal maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage, a présidé jeudi soir la messe au couvent de l’église Saint-Nohra à Kornet el-Hamra, à l’occasion de la fête du saint patron de l’église. Plusieurs voitures appartenant à la Sûreté générale (SG) se trouvaient sur les lieux. Lundi, le vicaire patriarcal avait été arrêté par la SG pendant douze heures au check-point frontalier de Ras Naqoura, au Liban-Sud, alors qu’il se rendait, comme il le fait chaque mois, à Beyrouth, transportant des aides aux familles dans le besoin. Un incident inédit que les milieux de Bkerké considèrent comme un dangereux précédent. « Bienheureux ceux qui sont persécutés pour le bien qu’ils font. Saint Nohra a été arrêté et supplicié pour ses bonnes œuvres et sa foi. Un peu comme cela se passe de nos jours », a lancé Moussa el-Hage, sur un ton badin, en référence à l’incident qu’il venait de vivre avec la SG. « Sachez toutefois que ma souffrance n’a rien de comparable avec celle des Libanais », a-t-il ajouté. Le dignitaire maronite a accepté de répondre à nos questions et de revenir longuement sur son arrestation et ses conséquences.

Comment expliquez-vous le timing de votre arrestation ?

Il semble que ce nouveau développement est destiné à faire plier le patriarche. L’objectif est clairement d’envoyer un message musclé au patriarche. C’est un précédent très dangereux. Ceux qui m’ont arrêté n’ont pas agi d’eux-mêmes. Il y a certainement une partie politique derrière eux qui les a poussés dans cette direction.

L'éditorial de Issa GORAIEB

La cuisine du diable

Quelles sont les règles qui régissent vos déplacements entre Israël et le Liban ?

L’accord d’armistice avec Israël en 1949 comprend une clause qui prévoit que les évêques de Terre sainte puissent traverser la frontière. Les évêques des paroisses se trouvant dans les territoires occupés peuvent également venir au Liban, mais ils ne le font pas. De tout temps, l’évêque traversait, parfois avec sa voiture, la frontière, et n’avait jamais été inquiété. Après la guerre civile, l’évêque Boulos Sayyah a fait le même chemin pendant seize ans. Puis je suis venu le remplacer. Cela fait dix ans que je traverse cette frontière de manière régulière, une fois par mois, à l’exception de la période de la pandémie.

Comment expliquez-vous alors votre arrestation ?

Il faut avoir en tête la visite effectuée par des responsables du Hezbollah au patriarche en 2014. Ils lui avaient clairement signifié qu’il lui était interdit d’aller dans les territoires occupés. Il leur avait répondu que personne ne pouvait lui dire ce qu’il peut faire ou non. Depuis, les relations entre Bkerké et le Hezb sont tendues. Encore plus depuis que le chef de l’Église a haussé le ton et exprimé des positions très tranchées au sujet de l’échéance présidentielle et du profil du futur président. Donc ils essayent aujourd’hui de lui faire du tort à travers moi.

Lire aussi

Bkerké veut la tête de Fadi Akiki

Quelles peuvent être les conséquences de cet incident selon vous ?

Dans son communiqué, le patriarcat a mis les points sur les i. La situation est devenue insoutenable à tous les points de vue. Les exactions se sont multipliées, les agressions morales, psychologiques et physiques aussi, contre certaines parties de la société de la part d’un camp donné. Maintenant, ils s’en prennent à l’Église maronite. Ils savent parfaitement qu’elle est un pilier fondamental au Liban et que le patriarche s’exprime le plus librement possible et ils cherchent à l’assujettir. Ses propos les dérangent.

Cette affaire peut-elle prendre une dimension diplomatique avec une éventuelle intervention du Vatican ?

Bien sûr. Si l’affaire n’est pas réglée, cela pourrait aller loin. Ils m’ont confisqué mon passeport et mon portable et toutes les aides que je transportais. Le Vatican est au courant. Pour l’instant, il laisse une marge de manœuvre aux autorités ecclésiastiques locales et les soutient. Mais en cas de besoin, il interviendra. S’ils vont s’entêter et refuser de me rendre mon passeport, le patriarche ne va pas se taire.

Lire aussi

Bkerké somme l’État de mettre fin à « la farce sécuritaire, judiciaire et politique »

Bkerké a demandé la révocation du juge Fadi Akiki. Pourquoi ?

Le juge Fadi Akiki m’a convoqué mercredi à 11 heures, mais je ne me suis pas rendu au tribunal. Durant mon interrogatoire à la frontière, le juge Akiki appelait toutes les cinq minutes l’officier en charge et suivait de près le processus. C’est quasiment lui qui a dicté à l’officier le rapport que ce dernier a renvoyé au tribunal.

Comment s’est déroulé l’interrogatoire ?

Je n’ai pas été maltraité, mais j’étais surtout dérangé par la longueur de l’interrogatoire, pendant douze heures d’affilée, de 11 heures du matin à 23 heures. J’étais surtout peiné de ce qu’ils ont fait avec les médicaments que je transportais. Certains médicaments portaient des inscriptions en hébreu. Ils ont tout pris à l’exception de certains médicaments sur lesquels il n’y avait pas d’inscription.

Vous transportiez 460.000 dollars avec vous. Pourquoi ?

Ce sont des aides que j’achemine depuis des mois aux familles et ce n’est jamais aux mêmes personnes. Cela fait dix ans que je rends ce service. Depuis l’explosion du port le 4 août 2020 et l’effondrement économique, les sommes ont augmenté parce que le besoin est devenu plus grand.

Lire aussi

Arrestation de l’archevêque de Haïfa : un message du Hezbollah à Raï ?

À qui était destinée cette aide ?

J’avais sur moi une liste d’individus avec leurs noms et leurs numéros de téléphone. Chaque personne dans les territoires occupés qui souhaite envoyer de l’argent à sa famille au Liban vient à la paroisse pour me remettre l’enveloppe. Ceux qui m’ont arrêté prétendent que cet argent est destiné aux familles des agents d’Israël et cherchent à me punir.

Ce ne sont pas des agents, mais les Libanais qui ont fui en Israël (après le retrait d’Israël en 2000, NDLR). Il y a également beaucoup de Palestiniens parmi eux. Ce n’est certainement pas la première fois que j’effectue cette navette en amenant les aides avec moi. Il y a actuellement près de 4 000 Libanais qui envoient des aides, dont 30 familles chiites. La Sûreté générale a entrepris hier de convoquer les destinataires de cette aide un par un pour les interroger, dont les chiites parmi eux, qui sont fichés aux yeux de leur communauté comme étant des traîtres. Ils leur en veulent bien plus qu’aux chrétiens.

Le fait de transporter argent et médicament entre le Liban et Israël est-il légal ?

Eux considèrent que non. Je ne sais pas ce qu’il adviendra de l’argent qu’ils ont confisqué. Ils affirment que les fonds seront retenus, mais le patriarche a porté plainte et demande que l’argent soit restitué.

Comptez-vous retourner en Israël ?

Bien sûr. Dès que je pourrai récupérer mon passeport. Ils n’ont pas le droit de m’interdire de le faire. Je suis à la lettre la procédure à chaque fois en envoyant une demande de déplacement à la Finul. D’ailleurs, les soldats de la Finul ne m’ont pas quitté d’une semelle durant l’interrogatoire. 


Le vicaire patriarcal maronite de Haïfa et de Jérusalem, Moussa el-Hage, a présidé jeudi soir la messe au couvent de l’église Saint-Nohra à Kornet el-Hamra, à l’occasion de la fête du saint patron de l’église. Plusieurs voitures appartenant à la Sûreté générale (SG) se trouvaient sur les lieux. Lundi, le vicaire patriarcal avait été arrêté par la SG pendant douze heures...

commentaires (16)

Les mêmes mafieux qui reprochent au prélat de faire entrer l’argent au Liban ont fait évader le leur ! Mieux vaut faire entrer des dollars que d’en faire sortir.

Citoyen Lambda

11 h 10, le 24 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Les mêmes mafieux qui reprochent au prélat de faire entrer l’argent au Liban ont fait évader le leur ! Mieux vaut faire entrer des dollars que d’en faire sortir.

    Citoyen Lambda

    11 h 10, le 24 juillet 2022

  • Not all politicians only some of them … coz Madame we have elected the so called thawrayot and look what they did ?!?! NOTHING

    Bery tus

    20 h 57, le 23 juillet 2022

  • The precipitate action by the Judge Fadi Akiki against the Archbishop Moussa el- Hage shocked the whole world. The civil justiice system cannot involve itself with the Christian Church. We cannot play with religion. There no frontiers for charity and there is no way for political interference in the performance of religious duties. It is sad what is happening in Lebanon. The political parties are destroying the name of Lebanon in the world.

    Mme Pauline Davidson

    18 h 29, le 23 juillet 2022

  • Et si un haut responsable du Hezbollah présentait un cancer colorectal que l'on puisse soigner seulement avec des médicaments israéliens, en rėfėrerait il à ses supérieurs iraniens ou accepterait il ce traitement ?

    C…

    14 h 39, le 23 juillet 2022

  • C’est la limite ça … sans avoir à déclarer sinon tu peux bien plus et tu vas déclarer et payer une taxe mais il te faudra aussi une preuve d’origine de l’argent et officiel lol.

    Bery tus

    06 h 20, le 23 juillet 2022

  • Le problème n’est pas la limite de faire passer ou non en cash ou non le KYC je connais il suffit d’avoir un document officiel sur la provenance de cette somme … dans ce cas ci l’évêque le signalait à chaque mois donc faux argument

    Bery tus

    06 h 15, le 23 juillet 2022

  • Bravo la SG aux ordres du Hezbollah ( parti du diable ) honte …

    Eleni Caridopoulou

    00 h 21, le 23 juillet 2022

  • Dans n'importe quel pays au monde, il est interdit de passer la frontriere avec plus de 10,000 USD ou equivalent... 460,000 USD!!!

    Khalil Chehade

    21 h 08, le 22 juillet 2022

  • Je commence a me demander serieusement apres longue reflexion, si la seule solution aux problemes insolubles de ce pays ne serait pas tout simplement la partition a quelque prix que ce soit. Helas !

    Remy Martin

    20 h 40, le 22 juillet 2022

  • Quelle incurie de la part des services policiers.

    Vincent Gélinas

    20 h 29, le 22 juillet 2022

  • Tant qu’il aura des libanais? Qui pensent comme certains commentateurs que seul le HB est là pour le bien du pays et que tous les autres sont des agents sionistes nous ne sommes pas prêts de sortir de l’Auberge ni de sauver notre pays. Non mais franchement, ils s’entendent parler.

    Sissi zayyat

    18 h 51, le 22 juillet 2022

  • MONSEIGNEUR MOUSSA EL HAGE ET LES DONATIONS VENANT DE LA PALESTINE OCCUPÉE (ENNEMI ) : MERCI POUR VOTRE HONNÊTETÉ ET GENTILLESSE. DITES COMMENT FAITES-VOUS POUR RÉUSSIR À COLLECTER 6 (SIX) MILLIONS DE DOLLARS DE DONATIONS/ AN AUX PAUVRES LIBANAIS DANS LE BESOIN ?(CALCUL : LE DERNIER VOYAGE ON A TROUVE 500 000$ ! X 12 MOIS ! ?) DANS UN PAYS NORMAL, VOUS CONTREBANDIER ET TOUTE LA PAUVRE/CLIC/RÉCEPTEUR/COLLABORATEUR (LOCAL) AVEC L’ENNEMI DEVRAIENT PASSER QUELQUE MOIS EN PRISON POUR ENQUÊTE… BRAVO M. FADI AKIKI.

    aliosha

    15 h 50, le 22 juillet 2022

  • Ca va bientôt pêté comme un barils de poudre tout ça ! A la première eteincelle avec Israel, le Hezb va se retrouver seul mais vraiment tt seul, voir même assiéger sur ces arrières pas les libanais à qui il a fait tant de tords

    Aboumatta

    15 h 43, le 22 juillet 2022

  • À bien voir la photo, on ne peut conclure que l’évêque est un saint. Il est victime d’un harcèlement moral pendant son travail. Il faut se rappeler une chose, que d’argent, mais que d’argent de provenance douteuse a bien servi depuis des décennies à alimenter la guerre, et ce n’est un secret pour personne. On peut ajouter qu’on ne connaît pas très bien l’origine de l’argent de certaines aides internationales de toute sorte, mais on fait confiance. Et voilà qu’un bienfaiteur de l’humanité, en la personne de l’évêque, agissant selon sa foi, et de bonne foi, en bon samaritain, munit de son seul courage (car il ne faut pas l’oublier, les professionnels de transport de fonds sont armés et munis de gilets par balles), pour le compte de personnes souffrantes de maladies et de pauvreté (sans distinction de confession, bien sûr). Que nous dit cette terrible histoire ? Que l’appartenance communautaire reprend le dessus quand un candidat à la fibre maronite sensible, bien qu’il est sous couverture du Hezb et alliés pour les présidentielles, s’empresse de visiter notre Patriarche, avec le souci évident de ne pas le mécontenter, avec l’idée qu’on ne touche pas au fauteuil présidentiel. Qu’un zaïm druze préfère fermer les yeux, sachant que des montants sont destinés à des Druzes. Au finish, il y a un tiraillement chez le candidat maronite, peut-on faire campagne avec un l’alibi électoral que sa candidature bénéficie des deux soutiens à la fois ?

    Nabil1

    15 h 31, le 22 juillet 2022

  • Courage monseigneur … ON EST TOUS AVEC VOUS !!! NE VOUS SOUMETTEZ PAS RESISTER

    Bery tus

    15 h 08, le 22 juillet 2022

  • le patriarche, Mgr Audi Le Vatican devraient appeler a bcp plus que la mise a l'ecart de F Akiki. ils devraient etendre leur edit aUX TROIS KELLON a leurs familles et a leurs associes.

    Gaby SIOUFI

    14 h 07, le 22 juillet 2022

Retour en haut