Rechercher
Rechercher

Culture - Initiative

Prêtez, empruntez et faites circuler l’art dans vos intérieurs...

Vous avez envie de vous entourer d’art et de beauté, en cette période difficile, sans pour autant débourser vos dernières économies disponibles ? Vous voulez accrocher une toile sur vos murs en ayant l’opportunité de la remplacer le mois suivant par une autre ? Rejoignez le cercle des amis de la collection « Rotating Art ». Une initiative qui, comme son nom l’indique, permet de faire circuler les œuvres artistiques entre particuliers. Une opération de démocratisation de l’art menée par la BEMO Bank, sous-tendue d’une volonté de soutenir les artistes par le biais d’une démarche originale.

Prêtez, empruntez et faites circuler l’art dans vos intérieurs...

Riad Obegi souhaite créer un lien convivial et direct entre les œuvres et les individus. Photo DR

C’est le PDG de l’établissement bancaire Riad Obegi, lui-même grand amateur d’art, qui est à l’origine du projet « Rotating Art » (Art tournant) qui consiste à offrir aux particuliers ainsi qu’aux institutions la possibilité d’emprunter – gracieusement – et d’accueillir chez eux, durant un mois, une toile ou une sculpture. Il fournit à L’OLJ tous les détails.

Présentez-nous l’opération « Rotating Art » ?

Il s’agit d’une initiative qui a pour objectif de démocratiser l’art en le rendant accessible à un plus large public. Notamment à des amateurs qui ne veulent ou ne peuvent pas acheter dans l’immédiat une œuvre. D’autre part, en diffusant leur travail autrement que par les voies habituelles des expositions en galeries, nous apportons également, par ce biais, un soutien aux artistes.

Ainsi, à travers une communauté formée de collectionneurs, d’artistes, d’institutions et d’entreprises qui mettent à disposition leurs tableaux ou sculptures auprès d’autres particuliers ou institutions pendant un mois, la banque BEMO espère créer un lien simple et direct entre les œuvres et les individus, et favoriser la proximité de chacun avec l’art. D’autant que le prêteur peut aussi être emprunteur, et vice versa.

L’affiche du projet « Rotating Art » de la BEMO. Photo DR

Comment est née cette initiative ?

Comme dans beaucoup de banques, nous avons toujours eu des toiles et des sculptures qui ornaient surtout les bureaux de direction et les espaces qui reçoivent les clients. Il y a quelques années, réalisant à quel point l’art est dispensateur de bien-être, nous nous sommes dit qu’il n’était pas juste que seuls les directeurs puissent en bénéficier. Nous avons alors décidé d’en faire également profiter tous les employés en faisant circuler les œuvres dans les différents départements de l’établissement. Une manière de renforcer aussi l’esprit de famille au sein de nos équipes. Puis, nous avons eu l’idée d’aller plus loin en prêtant aux employés de la banque des tableaux à accrocher chez eux. C’est ainsi que depuis un peu plus d’un an (alors que le pays était encore en période de confinement), nous avons commencé à faire des tirages au sort pour permettre à ceux qui en manifestaient le désir d’emporter (de manière équitable, sans favoritisme) la pièce qu’ils avaient envie d’avoir chez eux. Et d’en bénéficier l’espace d’un mois. Devant l’intérêt suscité, nous avons eu l’idée ces derniers mois d’ouvrir davantage cette opération de popularisation de l’art en l’élargissant à une communauté que nous avons appelée « Friends of Rotating Art ».

Lire aussi

A Tabaris, la maison Saleh retrouve son âme musicale

Quels sont les critères exigés pour pouvoir faire partie des amis du Rotating Art ? Y a-t-il un comité qui valide l’intégration d’une personne dans la communauté des prêteurs/emprunteurs ?

Le cercle des « Friends of Rotating Art », qui compte déjà une centaine d’adhérents, est ouvert à tout le monde*, sans restriction aucune, sinon une bonne moralité et une solvabilité à hauteur de quelques milliers de dollars frais, en cas de dommage subi par l’œuvre prêtée. À cet effet, un comité composé de personnes au sein de la banque et d’autres extérieures évalue chaque candidature.

Je voudrais signaler, par ailleurs, qu’une assurance incendie est gracieusement offerte par la Commercial Insurance.

Y a-t-il un dénominateur commun entre les œuvres proposées au prêt ?

Mis à part le fait que la valeur des œuvres mises en circulation ne doit pas dépasser les 10 000 dollars, il n’y en a pas. Il y a une totale liberté laissée aux prêteurs et aucun parti pris, ni pour un art exclusivement libanais ni même pour des artistes professionnels. Parmi la vingtaine de pièces que « Rotating Art » a rassemblé pour le tirage de demain, on trouve par exemple aussi bien une sculpture de Hady Sy qu’une tête romaine ; des peintures de Mona Trad Dabaji et de Nivine Matar que des dessins d’enfants autistes prêtés par Sesobel... C’est avant tout un projet basé sur la générosité.

Où et comment se fera le tirage au sort ?

Le premier tirage au sort de la collection « Rotating Art » se fera demain, jeudi 26 mai, à 18h, à la crypte de l’église Saint-Joseph de l’USJ, durant la cérémonie de lancement du projet. Par la suite, les tirages se feront une fois par mois au siège de la BEMO Bank à Achrafieh. Assez vite, je l’espère, nous ferons des tirages au sort électroniques. Je pense que ce projet va se développer, évoluer et déboucher sur une nouvelle dynamique notamment au niveau des activités annexes à l’art.

*Pour rejoindre le cercle des « Friends of Rotating Art », envoyez votre nom et prénom à l’adresse e-mail suivante : [email protected]


C’est le PDG de l’établissement bancaire Riad Obegi, lui-même grand amateur d’art, qui est à l’origine du projet « Rotating Art » (Art tournant) qui consiste à offrir aux particuliers ainsi qu’aux institutions la possibilité d’emprunter – gracieusement – et d’accueillir chez eux, durant un mois, une toile ou une sculpture. Il fournit à L’OLJ tous les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut