Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Machnouk ne sera pas candidat aux législatives

"Un pays ne peut se redresser en présence d'armes illégales et au vu de l'occupation iranienne de la décision politique et militaire", déplore l'ancien ministre, emboîtant le pas à d'autres figures sunnites. 

Machnouk ne sera pas candidat aux législatives

L'ancien ministre de l’Intérieur et député Nouhad Machnouk. Photo Ani

Le député et ancien ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, a annoncé mardi qu'il ne sera pas en candidat aux législatives du 15 mai, emboîtant le pas à d'autres figures sunnites, notamment le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, qui avait annoncé son retrait de la vie politique en janvier dernier. Dans l'annonce de sa décision, M. Machnouk s'en est pris au Hezbollah, estimant qu'un "pays ne peut se redresser en présence d'armes illégales et au vu de l'occupation iranienne de la décision politique et militaire". 

"Compromis injustes"
"J'annonce aujourd'hui que je ne serai pas candidat aux prochaines législatives", a affirmé l'ancien ministre dans un communiqué, assurant que "les jeunes ont le droit de saisir une chance". "Nous avions toujours à choisir entre des compromis injustes ou le blocage, qui a des conséquences encore plus injustes sur les gens. Nous avions choisi des compromis de toutes formes", a déploré M. Machnouk. "Nous avions parié sur une certaine libanité dans le projet de l'autre, celui des attentats aux voitures piégées et des drones", a-t-il poursuivi, dans une critique implicite au Hezbollah. 

Ces propos font écho à ceux prononcés par l'ancien Premier ministre Saad Hariri, qui avait également regretté avoir "fait des compromis pour éviter une guerre civile", "notamment l’accord de Doha, la visite à Damas, et l’élection de Michel Aoun à la présidence, entre autres", déplorant le fait qu'ils aient été faits "à ses dépens".

Lire aussi

Nawaf Salam à « L’OLJ » : Ma candidature aux élections dépend d’un projet politique clair

L’Arabie saoudite était autrefois le principal allié régional de M. Hariri, avant que leurs relations ne se détériorent au cours des dernières années, Riyad estimant qu’il était trop complaisant envers le Hezbollah pro-iranien. La crispation de ses relations avec le royaume wahhabite a constitué un tournant dans sa carrière politique. Le 4 novembre 2017, Saad Hariri avait annoncé sa démission depuis Riyad, dénonçant l’impact négatif du Hezbollah sur le Liban. Son annonce avait suscité l’indignation au Liban, même chez ses adversaires qui avaient dénoncé une décision dictée par l’Arabie saoudite et accusé Riyad de le retenir en "otage".

La décision de retrait de M. Hariri a eu l'effet d'un séisme sur la scène politique et mis dans l’embarras différents partis et alliés potentiels. Si l'ancien Premier ministre Tammam Salam, connu pour sa proximité avec M. Hariri, avait, lui, annoncé qu'il renonçait à briguer un siège au Parlement, le Premier ministre Nagib Mikati et l'ancien Premier ministre Fouad Siniora avaient affirmé qu'ils n'appelleront pas à un boycott sunnite des législatives. Le frère de Saad Hariri, Baha’, avait pour sa part annoncé que son mouvement Sawa li Lubnan présentera une trentaine de candidats aux législatives, sans toutefois confirmer sa propre candidature.

Lire aussi

Leadership sunnite cherche figure anti-Hezbollah

Machnouk s'en prend au Hezbollah
"Si nous avions osé dire ensemble, à travers un projet politique hautement représentatif, que la démocratie libanaise est confisquée, que les élections sont une opération fictive, depuis le  7 mai 2008 (invasion de Beyrouth et de la Montagne par des éléments armés du Hezbollah, ndlr), en arrivant enfin à la loi électorale contre laquelle j'ai voté au Parlement ... si nous avions osé, nous aurions peut-être été plus honnêtes envers nous-mêmes et les gens", a regretté M. Machnouk. 

Le député a estimé, par ailleurs, qu'"un pays ne peut se redresser en présence d'armes illégales et au vu de l'occupation iranienne de la décision politique et militaire". "Le temps de la paix, de la prospérité et des relations libano-arabes saines ne viendra pas à l'époque du 'Hassane'", a-t-il critiqué, dans une référence au drone lancé vendredi dernier par le Hezbollah contre Israël. "C'est là que résidait et que réside toujours le problème, jusqu'à ce qu'on arrive à une entente nationale réelle autour du Liban qu'on veut", a enfin déploré le responsable sunnite.

Le Liban tente de rétablir ses relations diplomatiques avec les pays arabes Golfe suite aux déclarations hostiles de l'ancien ministre de l'Information Georges Cordahi sur le rôle de Riyad dans la guerre au Yémen. Une feuille de route arabe qui s'oppose à l'arsenal du Hezbollah avait été remise par le chef de la diplomatie du Koweït aux autorités libanaises, afin de s'orienter vers un dégel diplomatique. L'étude de la réponse libanaise à ce document est toujours en cours. 

Le député et ancien ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, a annoncé mardi qu'il ne sera pas en candidat aux législatives du 15 mai, emboîtant le pas à d'autres figures sunnites, notamment le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, qui avait annoncé son retrait de la vie politique en janvier dernier. Dans l'annonce de sa décision, M. Machnouk s'en est pris au Hezbollah, estimant...
commentaires (6)

La décision de machnouk m'a bouleversée . Un parlement sans le pendu, le barbu ou le tondu etc...ne sera jamais un parlement

Hitti arlette

21 h 56, le 23 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • La décision de machnouk m'a bouleversée . Un parlement sans le pendu, le barbu ou le tondu etc...ne sera jamais un parlement

    Hitti arlette

    21 h 56, le 23 février 2022

  • Quelle triste nouvelle, un corrompu en moins aux élections... Il fait partie de cette élite qui profite d'un salaire à vie? Que d'inepties quand il s'agit de parler de la résistance divine. Dommage que l'orient mette encore l'accent sur la communauté religieuse à laquelle appartiendrait cet ancien ministre

    Georges Olivier

    22 h 02, le 22 février 2022

  • Bon débarras, lui et TOUS ceux de sa génération qui ont PILLÉ NOTRE PAYS sans scrupule ni morale. Le peuple éveillé veut une nouvelle génération de PATRIOTES LAÏCS et COMPÉTENTS. La plus grande poubelle de l'histoire moderne commence seulement à se remplir.

    KASSIR Mounir

    20 h 54, le 22 février 2022

  • En tous cas tu n’avais aucune chance d’être élu. Tu es détesté de tous les bords. Tu t’es assez enrichi avec les marchés suspects. Fais attention quand même à la Justice qui enquêtera un jour ou l’autre sur l’origine des fortunes de tous les hommes politiques. Adieu aussi à La Première Classe sur les compagnies d’aviation …

    Lecteur excédé par la censure

    19 h 14, le 22 février 2022

  • Qu'il commence par comparaitre devant le juge Bitar avant de donner des lecons. Et ensuite il ne se presente pas car il sait qu'il va perdre, rien a voir avec les armes illegales

    Le Phenicien

    19 h 09, le 22 février 2022

  • Bon débarras et un de plus.

    Achkar Carlos

    19 h 04, le 22 février 2022

Retour en haut