Rechercher
Rechercher

Économie - Réforme

L’étude du plan pour l’électricité se heurte à la barrière de... la langue

Le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla, précise que les travaux d’entretien du gazoduc reliant l’Égypte au Liban sont censés s’achever fin février.

L’étude du plan pour l’électricité se heurte à la barrière de... la langue

Réunion du Conseil des ministres hier à Baabda. Photo Dalati et Nohra

Il n’est un secret pour personne que la réforme du secteur de l’électricité est en tête de liste des démarches prioritaires que les dirigeants doivent se résoudre à lancer. Encore faut-il que les responsables s’affranchissent d’un obstacle pour le moins inattendu, mais qui s’est néanmoins avéré décisif hier pour justifier le report par le Conseil des ministres de l’examen du plan de réforme du secteur présenté par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Walid Fayad : la barrière de la langue. S’étant vus remettre une version du plan uniquement rédigée en anglais, les ministres, réunis hier à Baabda ont en effet décidé de reporter le sujet à une séance ultérieure, « le temps qu’une version soit disponible, selon les normes, en version arabe », selon une source ministérielle contactée par L’Orient-Le Jour. Toutefois, les grandes lignes du plan ont tout de même été évoquées durant la réunion d’hier, selon plusieurs ministres. Condition sine qua non pour pouvoir éventuellement obtenir plusieurs financements-clés dans ce secteur auprès de la Banque mondiale, l’adoption de ce plan est supposée prévoir une révision à la hausse des tarifs d’Électricité du Liban. Ces derniers sont figés depuis les années 1990 à un niveau bien inférieur à leur coût réel, contraignant l’établissement public à compter sur les avances du Trésor afin de pouvoir financer son fonctionnement et ses achats de carburant, ce qui contribue à creuser encore plus un endettement public déjà abyssal.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Les identités aventurières

Dans un entretien accordé le 13 février à la chaîne al-Manar, le ministre Fayad avait indiqué que « si tout le monde s’engageait à appliquer ce plan », en s’éloignant des problèmes politiques, il permettrait au Liban de se doter de « 24 heures d’électricité par jour d’ici à 2025-2026 ». À ce niveau, il a précisé qu’en fonction de ce plan, EDL devrait assurer 8 à 10 heures par jour de courant à partir du printemps et entre 16 à 18 heures par jour d’électricité en 2023.

Prêt de la Banque mondiale

N’étant plus capable de payer le carburant de ses centrales sans ponctionner sèchement ses réserves de devises, le Liban a recours depuis l’été 2021 a des accords bilatéraux et multipartites pour en sécuriser une partie. Si l’accord avec l’Irak lui permet depuis août 2021 d’en acquérir via un système de « swap » en échange de services, l’initiative américaine annoncée courant août et consistant en deux volets – acheminement de courant électrique depuis la Jordanie et importation de gaz depuis l’Égypte – tarde encore à porter ses fruits, le financement de ces importations demeurant encore à l’heure actuelle l’un des plus grands obstacles à sa mise en œuvre.

Il y a près de trois semaines, le directeur régional de la BM, Saroj Kumar Jha, avait précisé à notre publication jumelle L’Orient Today que l’organisation étudiait les demandes soumises par le gouvernement libanais pour financer à la fois le contrat d’électricité jordanien et le contrat de gaz égyptien, à condition que le gouvernement adopte d’abord un plan de réforme du secteur de l’électricité. Le montant exact de l’enveloppe sollicitée n’avait pas encore été déterminé, alors que la demande initiale du gouvernement était de 250 millions de dollars, avait indiqué M. Jha à l’époque.

Outre les contacts menés entre les autorités libanaises, syriennes, jordaniennes et égyptiennes, l’aboutissement de ces négociations dépendent aussi du fait que les États-Unis acceptent de faire exception aux sanctions imposées à la Syrie dans le cadre de la loi César, visant les personnes et entités collaborant avec le régime de Bachar el-Assad. Une dérogation indispensable et qui dépend du feu vert de la BM.

Lire aussi

Le projet de budget 2022 adopté en Conseil des ministres

Concernant l’électricité jordanienne, le Liban, la Jordanie et la Syrie ont signé le contrat d’importation du courant le 26 janvier. Au cours de la conférence de presse tenue suite à cet événement, le ministre Walid Fayad avait annoncé pouvoir « assurer 250 MW de courant en coopération avec la Jordanie et avec le soutien de la Syrie », une capacité qui devrait être disponible d’ici à fin mars. « Il reste encore à finaliser la question du financement de la part de la Banque mondiale et nous allons œuvrer pour cela rapidement afin que l’accord entre en exécution », avait-il promis.

Le volet égyptien

De son côté, le volet égyptien, toujours pas conclu, semble bien avancer. En marge de la conférence « Egyps » qui se déroule au Caire, le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla, a précisé lundi que les négociations avec la BM, les États-Unis et le Liban « se déroulent bien ». « Nous nous sommes mis d’accord sur les questions techniques et financières, et les travaux d’entretien (du gazoduc) sont censés s’achever fin février », a-t-il encore ajouté. En plus de cela, il a indiqué qu’il ne reste que certaines « procédures » sur lesquelles les parties devront se mettre d’accord.

Fin décembre 2021, Walid Fayad avait donné le coup d’envoi des travaux de réparation du gazoduc reliant l’Égypte au Liban pour le rendre opérationnel. Présent sur les lieux, Hicham Radwane, PDG de la société égyptienne TGS (Technical Company for Gas Pipeline Operation Services) choisie par les autorités concernées pour s’occuper de ce projet, avait précisé que cette opération devrait être finalisée dans un délai qui ne devrait pas dépasser « mars prochain ». Un délai qui semble pour l’instant respecté.

Une fois tous les détails finalisés, cet accord organisera l’importation de 650 millions de mètres cube par an de gaz égyptien par le Liban, soit de quoi fournir les 450 mégawatts (MW) à la centrale de Deir Ammar (Nord), qui pourrait donc fonctionner à plein régime toute l’année. Bien que le Liban dispose aussi d’une seconde centrale fonctionnant au gaz à Zahrani (Sud), celle-ci ne pourra pas toutefois être approvisionnée à court terme en gaz égyptien, vu le manque d’infrastructures nécessaires.

Gaz israélien

Si l’aboutissement de l’accord pour l’importation de gaz égyptien est impatiemment attendu par les Libanais, compte tenu de l’augmentation des heures d’approvisionnement en courant qu’il permettrait, il est déjà sujet à controverse. Depuis plusieurs semaines il faisait déjà polémique, au vu des rumeurs qui circulaient concernant la possibilité que le Liban importe du gaz israélien à travers son accord avec l’Égypte. Celles-ci avaient ensuite été reprises par la chaîne d’information israélienne Channel 12, qui avait rapporté le 15 janvier qu’un accord pour la fourniture de gaz israélien au Liban avait été négocié par Amos Hochstein, l’envoyé spécial de Washington et coordinateur des affaires énergétiques internationales, et signé en secret. Ces informations avaient été démenties dans la foulée par le ministre Walid Fayad et le département d’État américain.

Lire aussi

Pour Hochstein, le Liban doit diversifier ses sources d’énergie

Toutefois, ce sujet est de nouveau revenu sur le devant de la scène suite aux déclarations de la ministre israélienne des Infrastructures nationales, de l’Énergie et de l’Eau, Karine Elharrar, présente elle aussi à la conférence Egyps. Selon l’agence Reuters, cette dernière a ainsi déclaré il y a deux jours qu’il n’y aurait pas de problème si le gaz naturel israélien, déjà exporté vers l’Égypte, parvenait finalement au Liban.

Selon des propos rapportés par cette agence, elle a aussi indiqué que « personne ne peut aller inspecter les molécules et vérifier si elles proviennent d’Israël ou d’Égypte », en ajoutant que si les exportations israéliennes de gaz atteignent le Liban et qu’elles « apportent le calme dans la région, je ne peux pas m’y opposer ».


Il n’est un secret pour personne que la réforme du secteur de l’électricité est en tête de liste des démarches prioritaires que les dirigeants doivent se résoudre à lancer. Encore faut-il que les responsables s’affranchissent d’un obstacle pour le moins inattendu, mais qui s’est néanmoins avéré décisif hier pour justifier le report par le Conseil des ministres de l’examen...

commentaires (13)

Inno ye3neh on savait pas qu'une version non en langue arabe était illégale. C'est tellement médiocre que çane peut pas être un accident. Et puis, Mr Hoshtein, wein 3ayish pour proposer du gaz israélien? Bil maarikh? La' bi Ameirka. eh c'est pareil.

PPZZ58

19 h 32, le 16 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Inno ye3neh on savait pas qu'une version non en langue arabe était illégale. C'est tellement médiocre que çane peut pas être un accident. Et puis, Mr Hoshtein, wein 3ayish pour proposer du gaz israélien? Bil maarikh? La' bi Ameirka. eh c'est pareil.

    PPZZ58

    19 h 32, le 16 février 2022

  • A voir le cirque mediatique autour des citernes, Je croyais pourtant que l'Iran avait deja commence a couvrir l'ensemble de nos besoins energetiques via la Syrie et le Hezb dans la Bekaa ? J'attends confirmation du Sayyed avant de condamner l'importation de gaz Egyptien (qu'il qualifie d'Israelien).

    Michel Trad

    17 h 39, le 16 février 2022

  • Qu'est ce que nos ministres n'ont pas compris ? Les mentions en Arabe (Egyptien) ? Encore une nouvelle qualite de nos dirigeants : ni-kulturni....

    Michel Trad

    17 h 32, le 16 février 2022

  • A force que nos polichinelles, se gavent et nous gavent de mensonges et d'ordures indigestes... on est si plein de gaz watané, qu'on n'a plus besoin d'en quémander........ malheureusement.

    Wlek Sanferlou

    17 h 06, le 16 février 2022

  • La paix avec Israel, ? et rater tout le folklore de la Resistance.? C'est pas gentil.

    SATURNE

    14 h 52, le 16 février 2022

  • quelqu'un peut il me dire pourquoi nous ne faisons pas la paix avec israel nous aussi et on profite de tous les avantages lies a cela?: 1)2em frontiere ouverte pour le Liban vers les pays du golf 2) tourisme israelien 365 jours de l'an 3) fin d'un etat de guerre donc fini la necessite de d'avoir soit disant une milice pour proteger le Liban d'une guerre avec Israel 4) la possibilite enfin pour le Liban de s'en sortir de cette crise financiere cree par tous ce qui nous ont gouverner depuis 2005 au moins LA VERITE: QUEL EST L'ARGUMENT MAJEUR CONTRE CETTE PAIX? SHEBAA? OU UN AUTRE LOPIN DE TERRE SOIT DISANT LIBANAIS? merci car un editorial analysant ceci pourrait aider le pays a s'en sortir rapidement . priere OLJ d'analyser donc dans un article prochain les avantages et les inconvenient d'une paix aujourdhui

    LA VERITE

    13 h 21, le 16 février 2022

  • Pourquoi se soucier de la provenance ? On a bien vu du mauvais fuel iranien débarquer ( virtuellement ) et circuler dans le Békaa . Au moins, ce gaz provenant directement de notre voisin du sud est plus eco- friendly , local et contient tout autant de compassion que les autres sinon plus.

    Wow

    12 h 31, le 16 février 2022

  • al'adresse de l'OLJ & a celle du cher mr. Gemayel : puis- ( peut on ) savoir jusqu'a quand et a quel cout total annuel la BM serait disposee a "financer" ces 2 projets "pharaoniques?"

    Gaby SIOUFI

    10 h 50, le 16 février 2022

    • Bonjour, Les détails concernant le financement de ces deux projets n'ont toujours pas été communiqués, et son approbation dépend du plan de réformes du secteur de l'électricité qui doit être étudié en Conseil des ministres. Bien à vous,

      L'Orient-Le Jour

      11 h 24, le 16 février 2022

  • LE GROS A RAISON...

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 28, le 16 février 2022

  • D,ORDINAIRE, LIBANAISEMENT PARLANT, ON SE HEURTAIT AUX INTERETS PERSONNELS. QUI PEUT GARANTIR QUE LA LANGUE N,EST PAS UNE COUVERTURE POUR GAGNER DU TEMPS POUR QUELQUE LATTA LIBANAISE ? ORDINAIREMENT C,EST DU FOLKLORE LIBANAIS.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 23, le 16 février 2022

  • "… personne ne peut aller inspecter les molécules et vérifier si elles proviennent d’Israël ou d’Égypte …" - Le comble dans tout ça c’est qu’il s’agit en fin de compte de gaz libanais, puis qu’il est pompé de la même poche sous marine (il n’y a pas de tracé de frontières sous l’eau). Et le pire de tout, c’est que nous devons le payer directement à l’Egypte, à la Syrie et à la Jordanie pour le transit, et indirectement à Israel pour l’extraction, tout ça parce que nos "dirigeants" n’arrivent pas à s’entendre sur le partage du gâteau…

    Gros Gnon

    08 h 57, le 16 février 2022

  • " personne ne peut aller inspecter les molécules et vérifier si elles proviennent d’Israël ou d’Égypte ","si les exportations israéliennes de gaz atteignent le Liban et qu’elles « apportent le calme dans la région, je ne peux pas m’y opposer ". C'est le bon sens même! On a bien vu arriver du mazout venu d'Iran et transitant par la Syrie, deux pays figurant parmi les principaux ennemis du Liban.

    Yves Prevost

    07 h 26, le 16 février 2022

Retour en haut