Rechercher
Rechercher

Politique - Crise politique

Des négociations en coulisses entre Bassil et Berry sous le parrainage du Hezbollah ?

Le package deal en gestation consisterait en un troc dont les différentes parties impliquées sortiraient gagnantes : la redynamisation de la Haute Cour chargée de juger les présidents et ministres contre l’acceptation par le Conseil constitutionnel du recours présenté par le CPL.

Des négociations en coulisses entre Bassil et Berry sous le parrainage du Hezbollah ?

Le président du Parlement Nabih Berry (d.) recevant à Aïn el-Tiné le chef du CPL Gebran Bassil. Photo d’archives Parlement libanais

Le président de la République Michel Aoun et le Courant patriotique libre, dirigé par son gendre Gebran Bassil, veulent voir le gouvernement Mikati reprendre vie... et ce le plus vite possible. C’est pour cette raison qu’ils seraient actuellement engagés dans des négociations avec le président du Parlement Nabih Berry, en quête d’un compromis à la libanaise chapeauté par le Hezbollah. Le package deal en gestation consisterait en un troc dont les parties impliquées sortiraient gagnantes : la redynamisation de la Haute Cour chargée de juger les présidents et ministres contre l’acceptation par le Conseil constitutionnel du recours en invalidation de la loi électorale présenté par la formation aouniste.

Le gouvernement de Nagib Mikati ne s’est plus réuni depuis le 12 octobre dernier. Ce jour-là, le tandem chiite avait agité le spectre d’une démission des ministres chiites si le cabinet ne limogeait pas Tarek Bitar, le juge en charge de l’enquête sur la double explosion meurtrière au port de Beyrouth. Depuis, les ministres chiites boycottent le cabinet qui se retrouve incapable de siéger. Cerise sur le gâteau : la brouille avec les monarchies du Golfe causée par les propos polémiques du ministre de l’Information Georges Cordahi sur le rôle de l’Arabie saoudite dans la guerre du Yémen. Le Hezbollah refuse la démission du ministre concerné, malgré les appels en ce sens lancés par le Premier ministre et plusieurs protagonistes.

Lire aussi

Bassil : Même si Riad Salamé est soutenu par les Etats-Unis, nous voulons sa chute

Sauf que le camp présidentiel n’est plus en mesure de tolérer cette léthargie et ne cache plus sa colère. La paralysie gouvernementale devient en effet un fardeau que le mandat ne peut plus porter, à quelques mois de la fin du sexennat en octobre 2022. « Nous ne resterons pas les bras croisés face au blocage du gouvernement qui est un crime », a lancé Gebran Bassil dans un entretien publié samedi par le quotidien ad-Diyar. « Le cabinet doit se réunir. Sinon, il vaut mieux qu’il ne soit pas maintenu », a ajouté le leader aouniste. Réuni samedi, le bureau politique du Courant patriotique libre a emboîté le pas à son chef et appelé à « libérer le gouvernement des considérations qui bloquent son action », voyant dans la paralysie du cabinet « une entorse à la Constitution et une injustice à l’égard des Libanais ». Cette même colère s’est fait sentir hier chez le patriarche maronite Béchara Raï. « Il est inacceptable que le Conseil des ministres demeure pris en otage par telle ou telle partie, alors qu’il est le principal pouvoir concerné par le sauvetage », a-t-il lancé dans son homélie dominicale.

Lire aussi

Nasrallah met en garde contre la "discorde" si la justice se plie aux pressions

Un troc en coulisses ?

Malgré le ton virulent employé par le CPL, celui-ci serait en pleines discussions menées loin des projecteurs pour une sortie de crise. De sources concordantes, on indique à L’Orient-Le Jour qu’il serait actuellement question d’un compromis politique élargi qui « réglerait » aussi bien le différend autour de l’affaire Bitar que la mésentente entre le président de la Chambre et le camp aouniste autour des amendements récemment apportés à la loi électorale. Le package deal porterait sur des concessions faites des deux côtés : le CPL assurerait le quorum requis pour la tenue d’une séance parlementaire durant laquelle serait débattue la question de déférer les responsables politiques poursuivis dans le cadre de l’enquête du port devant la Haute Cour formée à cet effet. Tarek Bitar serait alors uniquement chargé d’interroger les responsables sécuritaires et administratifs. En contrepartie, ajoute une source informée des contacts en cours, le recours en invalidation des amendements apportés à la loi électorale présenté par le CPL devant le Conseil constitutionnel serait accepté. Si les discussions portaient leurs fruits, les parties impliquées en sortiraient gagnantes : le tandem chiite obtiendrait que Tarek Bitar soit écarté du volet politique de l’enquête sur la tragédie du port. Quant à Gebran Bassil, il obtiendrait que les élections se tiennent en mai 2022 et non en mars, mais aussi que le vote des émigrés soit limité à six députés qui formeraient une seizième circonscription, en lieu et place d’un vote des Libanais de la diaspora pour les 128 sièges de l’Assemblée. Samedi, le communiqué du bureau politique du parti de Gebran Bassil avait déjà donné le ton. « Le CPL estime que tout problème lié à l’enquête du port devrait être réglé au Parlement et par les pouvoirs judiciaires compétents », peut-on lire dans le texte. Il s’agit là d’un revirement dans la position du courant aouniste dont les députés s’étaient abstenus en août dernier, aux côtés de plusieurs autres députés, de prendre part à une séance parlementaire consacrée à l’enquête du port. « Il ne s’agit pas d’un marché conclu avec Nabih Berry, que nous avons attaqué dans notre communiqué samedi (sur la question de la paralysie du gouvernement). Mais il est temps de réactiver les institutions, dont la Chambre et le Conseil des ministres », explique à L’Orient-Le Jour, Eddie Maalouf, député CPL du Metn. Il ne confirme pas toutefois un vote pour que les responsables politiques soient déférés devant la Haute Cour. Cela risque en effet de provoquer la colère de la rue chrétienne contre le camp de Michel Aoun et Gebran Bassil. Pour le moment, il s’agirait uniquement d’assurer le quorum à la tenue de la séance parlementaire. Pour assurer les voix requises, Nabih Berry devra pouvoir compter sur le soutien de Walid Joumblatt et de Saad Hariri. Rien n’est donc encore joué.

Lire aussi

Raï : Non à un report des législatives

Parallèlement à ces calculs d’épicier, le forcing international en faveur d’un déblocage de la crise se poursuit. Le dossier libanais a été ainsi évoqué entre le président français Emmanuel Macron et le pape François au Vatican vendredi dernier. Il sera aussi au menu des entretiens de M. Macron avec les responsables saoudiens et émiratis qu’il rencontrera lors de son déplacement à Riyad et Abou Dhabi, début décembre. Le président Michel Aoun sera lui aussi en déplacement au Qatar cette semaine.


Le président de la République Michel Aoun et le Courant patriotique libre, dirigé par son gendre Gebran Bassil, veulent voir le gouvernement Mikati reprendre vie... et ce le plus vite possible. C’est pour cette raison qu’ils seraient actuellement engagés dans des négociations avec le président du Parlement Nabih Berry, en quête d’un compromis à la libanaise chapeauté par le...

commentaires (22)

ET DEMAIN BASSIL ET NASRALLAH DIRONT MAIN DANS LA MAIN QU'ILS ONT DEFENDU LE PAYS ONTRE L'AGRESSION D'ISRAEL ET TOUS LEURS MOUTONS LES CROIRONT PUISQUE NASRALLAH EST UN SAINT ET AOUN EST A LA DROITE DE DIEU ET JESUS A LA GAUCHE DE DIEU COMME DISAIT UNE MEMBRE DU CPL LORS DES MANIFESTATIONS A BAABDAT CONTRE AOUN IL N' Y PAS SI LONGTEMPS DE CELA LA VERITE: L'ONU DOIT METTRE LA MAIN SUR LE PAYS SI NOUS VOULONS AVOIR UNE SEULE CHANCE DE NOUS EN SORTIR

LA VERITE

23 h 41, le 01 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • ET DEMAIN BASSIL ET NASRALLAH DIRONT MAIN DANS LA MAIN QU'ILS ONT DEFENDU LE PAYS ONTRE L'AGRESSION D'ISRAEL ET TOUS LEURS MOUTONS LES CROIRONT PUISQUE NASRALLAH EST UN SAINT ET AOUN EST A LA DROITE DE DIEU ET JESUS A LA GAUCHE DE DIEU COMME DISAIT UNE MEMBRE DU CPL LORS DES MANIFESTATIONS A BAABDAT CONTRE AOUN IL N' Y PAS SI LONGTEMPS DE CELA LA VERITE: L'ONU DOIT METTRE LA MAIN SUR LE PAYS SI NOUS VOULONS AVOIR UNE SEULE CHANCE DE NOUS EN SORTIR

    LA VERITE

    23 h 41, le 01 décembre 2021

  • Ce ne sont pas des hommes politiques visionnaires que nous avons dans ça pays mais des “nains” calculateurs et magouilleurs dont le seul but est de préserver leur petite épicerie et leurs “clients”. Donc mafieux et clientélistes.

    Karam Georges

    07 h 46, le 30 novembre 2021

  • Trocs et arrangements entre mafieux ... what else ?

    Zeidan

    20 h 14, le 29 novembre 2021

  • Épicier de l apocalypse.

    sarraf antoine

    17 h 27, le 29 novembre 2021

  • Les libanais de l’étranger voteront contre Bassil , contre le Hezbollah et contre Berry ….en bonne entendeur salut….

    Eleni Caridopoulou

    17 h 25, le 29 novembre 2021

  • « Nous ne resterons pas les bras croisés face au blocage du gouvernement qui est un crime », a lancé Gebran Bassil  = La poule qui s'extasie devant l'œuf qu'elle a elle-même pondu ! L'oeuf et la poule étant ici une métaphore polie pour décrire une situation que le CPL et ses alliés du parti de Dieu ont eux-mêmes créée : les uns par leur bêtise crasse, les autres par leurs allégeances à la République islamique près du Golfe (persique ou arabique, c'est selon la force du vent et l'âge du capitaine).

    CHAHINE Omaya

    15 h 31, le 29 novembre 2021

  • L,ADAGE DIT QUE LES DOGUES SE LECHENT MAIS NE SE MORDENT PAS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    14 h 24, le 29 novembre 2021

  • C’est quoi ce troc débile? En Anglais ça s’appelle “lose-lose”.

    Akote De Laplak

    12 h 34, le 29 novembre 2021

  • Ce Hezbollah, parti terroriste chiite, est depuis trop longtemps notre pire calamité, avec les 2 millions de réfugiés Palestiniens et Syriens sensibles aux discours des terroristes sunnites de DAECH, du Hamas, de al-Nosrah, d'Al-Qaïda, des Talibans, etc..etc...qui vont finir par polluer Tripoli. Ce n'est ni Israël, ni les sionistes nos vrais adversaires, ce sont ceux justement qui justifient tous leurs méfaits contre les Libanais "à cause du sionisme".

    Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

    10 h 51, le 29 novembre 2021

  • Les cloportes corrompus se remettent en ordre de marche, au secours !

    TrucMuche

    09 h 59, le 29 novembre 2021

  • Nous n’avons pas fini avec leur magouilles qui ressemblent à des Matroschkas. A chaque fois qu’on croit arriver à une issue ils se réussissent pour trouver un obstacle qui paralyse le pays dans le seul but de rester au pouvoir et de continuer le saccage du pays. Aoun, CPL, Berry, HN, Joumblatt et Hariri devraient être écartés du pouvoir sans condition et pour cela les pays aidants devraient montraient leur crocs et agir au plus vite en prononçant leurs fameuses sanctions accompagnées de gel total de tous leurs avoirs et se concentrer sur le désarmement de HB sans condition. Tant que l’impunité règne rien ni personne ne pourra arrêter ces malotrus dans leurs scénarios de destructions massives de notre pays. Il est temps que les responsables de ce crime contre l’humanité soit puni et pour cela il nous faut une décision unanime de tous les pays puissants qui veulent arriver à une solution pour notre pays, U.S.A, l’Europe, les pays du golf, la Grande Bretagne et les russes sinon ils risquent de perdre définitivement le contrôle de la situation à force de tergiverser et ce ne sera pas le Liban seul qui paiera les pots cassés mais aussi tous ces pays qui perdront la face parce qu’ils ont misé sur le temps qui risque de leur jouer un sale tour. On se demande pourquoi une décision dans ce sens n’a pas été encore adoptée et pourquoi tant d’indulgence vis à vis de ces assassins qui les font tourner en bourriques.

    Sissi zayyat

    09 h 53, le 29 novembre 2021

  • AIE AIE AIE ! encore un troc/ un compromis ainsi appele par discretion, pour ne pas ecrire COMPROMISSION ? on l'a toujours su, que les kellon soient en accord "entre eux" ou pas, c'est le pays qui le paye cher . mais je suis sur que nous payons d'autant plus cher quand ils sont en harmonie.

    Gaby SIOUFI

    09 h 22, le 29 novembre 2021

  • SI CES RUMEURS SE CONFIRMENT, ÇA SERA LA GOUTTE DE TROP DE BASSIL. MAIS HÉLAS, SES MOUTONS SONT DROGUÉS PAR AOUN ET HABITUÉS À AVALER TOUT CE QU'ON LEUR OFFRE COMME DÉCHETS. SACRÉ BASSIL SANS PITIÉ.

    Gebran Eid

    08 h 59, le 29 novembre 2021

  • Honte

    Bachir Karim

    08 h 37, le 29 novembre 2021

  • Un troc scandaleux surtout concernant le vote des emigres et le juge Bitar

    Tabet Ibrahim

    08 h 06, le 29 novembre 2021

  • Gebran Bassil sait très bien que les émigrés voteront en masse contre lui et contre le CPL. Toutes ces gesticulations ont pour but de neutraliser le vote des émigrés en leur créant une circonscription particulière et les empêcher de s’exprimer au niveau national. Voilà la preuve du niveau patriotique de ce parti.

    Choqué par Censure OLJ

    07 h 47, le 29 novembre 2021

  • Suite à cet accord à la libanaise, "les parties impliquées en sortiraient gagnantes"' Certes, mais ni le Liban, ni la justice qui serait foulée aux pieds. Cependant, que valent le Liban et la justice devant cet intérêt essentiel qu'est le salut de nos hommes politiques?

    Yves Prevost

    07 h 16, le 29 novembre 2021

  • "… le CPL serait en pleines discussions menées loin des projecteurs pour une sortie de crise …" - le CPL, son dirigeant, ses ambitions et son amateurisme politiques, son populisme, son rôle dans les gaspillages (pour rester poli) d’EDL et autres, sont parmi les causes majeures de la crise !!!

    Gros Gnon

    06 h 11, le 29 novembre 2021

  • Discussion en coulisse C’est clair … surtout depuis le fameux mot B *** que Bassil a employer !!

    Bery tus

    03 h 32, le 29 novembre 2021

  • Et cela continue!!! C’est bien là le problème! Quand va t on comprendre que « Les compromis à la Libanaise » ne règlent pas les problèmes mais les amplifient?? C’est à cause de tous leurs compromis qu’on en est arrivé la! Un pays sans lois ne peut survivre! Les lois ne sont pas «à la carte » ni « sur mesure » elles s’appliquent aux plus grands comme aux plus petits! La reconstruction du pays commence par le respect des droits et des lois et non par les compromis!

    Abdul-Massih Nicole

    03 h 02, le 29 novembre 2021

  • Le dernier Charles Dickens : "le gendre et le baltagi"

    Wlek Sanferlou

    01 h 25, le 29 novembre 2021

  • LA TRAITRISE AU TABLEAU. LES PROTAGONISTES PLUS LE HEZBOLLAH EN SONT DES HABITUES.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    00 h 22, le 29 novembre 2021

Retour en haut