Rechercher
Rechercher

Politique - Commentaire

Entre le Hezbollah et les FL, la délicate ligne de crête

Pour les protagonistes du 17 octobre, il n’est pas aisé de se frayer un chemin entre un ni ni un peu puéril et un alignement sur l’un des deux blocs.

Entre le Hezbollah et les FL, la délicate ligne de crête

Des Libanais jouant au backgammon dans le quartier de Aïn el-Remmané, le 15 octobre 2021. Photo JOSEPH EID / AFP

Qu’il paraît triste ce deuxième anniversaire du soulèvement du 17 octobre 2019. Qu’ils paraissent loin les espoirs d’un autre Liban quand celui que les plus optimistes d’entre nous pensaient avoir enterré ressurgit dans ce qu’il a de plus sectaire, de plus haineux et de plus mortifère. Rien ne ressemble moins aux rêves de la thaoura que les scènes qui ont traumatisé et endeuillé Beyrouth jeudi dernier. Faut-il en conclure que le mouvement a échoué sur toute la ligne et qu’il tombera dans les oubliettes de l’histoire ? Certainement pas. Une révolution est un long processus. Et ce qui s’est passé il y a deux ans a marqué toute une génération de Libanais, qui ont prouvé qu’ils avaient à la fois le désir de construire un État et de faire nation. Mais comment y parvenir ? C’est là que le bât blesse. Personne n’a encore formulé une réponse digne de ce nom au-delà des slogans généraux et un peu naïfs demandant le départ de la classe politique ou souhaitant la disparition du système communautaire. Non pas que les intentions ne soient pas louables et légitimes, mais elles ne peuvent suffire à définir une stratégie politique, encore moins dans un contexte aussi problématique que celui dans lequel se trouve actuellement le Liban. Les enjeux sont ici d’ordre existentiels et les forces contre-révolutionnaires sont nombreuses et puissantes, à commencer par le Hezbollah, principal fossoyeur de l’intifada libanaise.

Il y a deux ans, une partie des manifestants a préféré éviter d’aborder le sujet de front, par idéologie ou par lâcheté, convaincue que celui-ci relevait d’enjeux qui dépassent le cadre libanais et qu’il fallait se concentrer avant tout sur des objectifs plus pragmatiques. C’était probablement le seul moyen de ne pas exclure d’emblée de larges pans de la communauté chiite. Mais avec le recul dont on dispose aujourd’hui, il est permis de penser que c’était une grave erreur. Les pro-Hezbollah ont de toute façon abandonné le soulèvement – auquel ils avaient pourtant participé durant les premiers jours – dès lors que Hassan Nasrallah a sifflé la fin de la récréation. Les mouvements issus de la société civile ont donné pour leur part le sentiment qu’ils n’étaient pas capables de voir “l’éléphant dans la pièce”. Cela a participé à les décrédibiliser et a ouvert un boulevard à certaines formations traditionnelles qui ont pu prétendre avoir le monopole de la défense de la souveraineté et de l’État de droit, alors même qu’elles avaient contribué à les phagocyter par le passé.

Une double faute
A vouloir échapper à toute forme de polarisation dans de telles conditions, les forces du 17 octobre ont pris le risque de demeurer en marge de la vie politique. Deux ans plus tard, et alors que tout le pays retient son souffle après les scènes de guerre civile qui ont opposé le Hezbollah à des éléments armés appartenant probablement aux Forces libanaises, demeurer non aligné relève d’un exercice extrêmement périlleux. Comment en effet ne pas prendre position quand un parti décrit les révolutionnaires comme des agents à la solde de l’étranger, qu’il est accusé d’avoir assassiné l’intellectuel et écrivain Lokman Slim, quand il menace de “déboulonner” le juge en charge de l’enquête sur la double explosion du port, ou encore quand il organise une “manifestation pacifique” pour décapiter la justice ? Comment considérer que ce parti milicien n’est qu’un mal parmi d’autres quand il fait lui-même preuve d’autant de zèle à démontrer qu’il est le principal obstacle à tout changement ? Le Hezbollah a une attitude si radicale et si méprisante qu’elle rend à la fois détestable et pernicieux tout discours relativisant son rôle dans la décomposition du pays du Cèdre ou le plaçant au même niveau de responsabilité que les autres forces politiques. Le kellon yaané kellon (tous ça veut dire tous ! ) est un acquis essentiel du soulèvement libanais auquel il ne faut surtout pas renoncer mais cela ne doit pas empêcher pour autant d’établir une hiérarchie entre les maux, tout comme la justice ne condamne pas à la même sentence les corrompus et les assassins. Faut-il alors s’allier avec les uns pour venir à bout des autres ? Autrement dit ressusciter le 14 Mars pour gagner la bataille contre le Hezbollah ?

Là aussi, l’on est en droit de penser que ce n’est pas seulement une erreur, mais une double faute à la fois morale et stratégique. Une partie de la rue chrétienne, et même certainement au-delà, s’est clairement réjouie, ouvertement ou secrètement, de voir le Hezbollah être défait à son propre jeu lors des affrontements jeudi dans le secteur de Tayouné. Les vidéos montrant des membres du tandem chiite pénétrer dans le quartier chrétien, ultra-sensible et ultra-symbolique, de Aïn el-Remmané, laissent à penser que le Hezbollah était dès le départ à la recherche d’une confrontation avec les FL. Mais est-ce une raison pour se féliciter du fait que sept personnes (six militants du tandem et une civile) aient été tuées, dans des circonstances encore troubles, lors de ces combats ? Doit-on renier toutes ses valeurs lorsqu’on lutte contre un adversaire qui n’en a cure ? Il ne doit pas être aisé de répondre honnêtement à cette question quand on est directement menacé par un tel adversaire. D’autant que ceux qui prônent le recours à la confrontation ne manquent pas d’arguments: comment venir pacifiquement à bout d’une milice sur-entraînée et sur-armée ? Comment lui faire respecter des lignes rouges quant, à l’instar de son parrain iranien ou de son allié syrien, elle ne comprend que le langage de la force ?

Pas un anditote
Là encore, il semble pourtant nécessaire de garder raison. Plonger le pays dans une nouvelle guerre civile, dont le Hezbollah serait le premier responsable et peut-être le principal bénéficiaire, est le pire des scénarios possibles. Cela finirait de détruire ce qu’il reste du Liban sans pour autant résoudre ses problèmes fondamentaux.

Si les deux parties ne sont pas aujourd’hui comparables, ni dans leur nature ni dans leurs actions, force est de constater que les FL sont loin d’être un antidote au Hezbollah. Au contraire, elles sont pour lui l’ennemi idéal qui lui permet de mobiliser sa base contre ce parti honni dans ce milieu pour son rôle durant la guerre civile. Les FL contribuent à renforcer le lien entre le Hezbollah et la communauté chiite, celui-là même qu’il est pourtant absolument nécessaire de distendre si l’on veut pouvoir affaiblir le parti de Dieu. Celui de Samir Geagea, malgré ses évolutions, demeure un symbole de l’ordre milicien, d’un communautarisme étroit et d’un pays encore coincé dans un passé toujours pas passé.

Entre 2005 et 2009, le 14 Mars a perdu le combat contre le Hezbollah en raison du déséquilibre du rapport des forces mais aussi de la médiocrité des formations qui le composaient. Celles-ci ont laissé le parti chiite remodeler le système à son avantage en essayant simplement d’y préserver leurs petits intérêts. Les partis issus du 17 octobre sont longtemps restés trop ambigus sur cette question. Mais désormais, et s’ils veulent exister durant les prochaines élections législatives, ils devraient peut-être prouver qu’ils sont capables de se frayer un chemin entre un ni-ni un peu puéril et un alignement sur l’un des deux blocs. Qu’il est possible, même dans une situation d’extrême polarisation, d’être fermement et fondamentalement anti-Hezbollah sans pour autant faire le jeu des FL.


Qu’il paraît triste ce deuxième anniversaire du soulèvement du 17 octobre 2019. Qu’ils paraissent loin les espoirs d’un autre Liban quand celui que les plus optimistes d’entre nous pensaient avoir enterré ressurgit dans ce qu’il a de plus sectaire, de plus haineux et de plus mortifère. Rien ne ressemble moins aux rêves de la thaoura que les scènes qui ont traumatisé et...

commentaires (18)

Le 27 novembre 1095 à Clermont le Pape Urbain II avait appelé les chevaliers d'Occident à la défense des Chrétiens d'Orient . Malgré les ordinateurs et la télé les Chrétiens d'Orient sont toujours tués ou volés . Ô fils de Dieu ! Après avoir promis à Dieu de maintenir la paix dans votre pays et d'aider fidèlement l'Église à conserver ses droits, et en tenant cette promesse plus vigoureusement que d'ordinaire, vous qui venez de profiter de la correction que Dieu vous envoie, vous allez pouvoir recevoir votre récompense en appliquant votre vaillance à une autre tâche. C'est une affaire qui concerne Dieu et qui vous regarde vous-mêmes, et qui s'est révélée tout récemment 1. Il importe que, sans tarder, vous vous portiez au secours de vos frères qui habitent les pays d'Orient et qui déjà bien souvent ont réclamé votre aide. En effet, comme la plupart d'entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu'à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu'à ce qu'on appelle le Bras Saint-Georges 2. Dans le pays de Romanie 3, ils s'étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu. Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cet

yves gautron

18 h 57, le 22 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Le 27 novembre 1095 à Clermont le Pape Urbain II avait appelé les chevaliers d'Occident à la défense des Chrétiens d'Orient . Malgré les ordinateurs et la télé les Chrétiens d'Orient sont toujours tués ou volés . Ô fils de Dieu ! Après avoir promis à Dieu de maintenir la paix dans votre pays et d'aider fidèlement l'Église à conserver ses droits, et en tenant cette promesse plus vigoureusement que d'ordinaire, vous qui venez de profiter de la correction que Dieu vous envoie, vous allez pouvoir recevoir votre récompense en appliquant votre vaillance à une autre tâche. C'est une affaire qui concerne Dieu et qui vous regarde vous-mêmes, et qui s'est révélée tout récemment 1. Il importe que, sans tarder, vous vous portiez au secours de vos frères qui habitent les pays d'Orient et qui déjà bien souvent ont réclamé votre aide. En effet, comme la plupart d'entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu'à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu'à ce qu'on appelle le Bras Saint-Georges 2. Dans le pays de Romanie 3, ils s'étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu. Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cet

    yves gautron

    18 h 57, le 22 octobre 2021

  • Bientôt en France. C'est ce que Jean-Marie LE PEN appele "la libanisation" depuis déjà l'invasion palestinienne avec le collaboration meurtrière de la gauche libanaise.

    Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

    00 h 12, le 20 octobre 2021

  • On peut arreter de fantasmer sur la "separation du Hezbollah de sa base" ? Tous les Chiites sont pro-Hezb ou Amal (le tandem). Vous me citerez cet opposant-la ou ce groupuscule-ci. Face a la loi du nombre ils n'ont aucune importance. les urnes ont parlé et le tandem represente plus de 95% des voix Chiites ! Faut se reveiller et tenter de former un front uni, fort et qui n'a pas peur de son ombre (donc sans Saad). l'expansionisme du Hezb ne s'arretera pas la.

    Lebinlon

    09 h 27, le 19 octobre 2021

  • Le Hezbollah est moins Libanais qu' iranno-chiite, c'est un fait indiscutable. Il bénéficie d'une communauté croissante en nombre, et manipulable grâce à une propagande aux relents totalitaire, lorsque le Liban se vide de ses Chrétiens. A la création du pays les seuls maronites représentait plus de la moitié de tous les Libanais. Aujourd'hui l'ensemble des Chrétiens n'est même plus le tiers de la population. Les chiites à eux seuls sont plus nombreux que nous; et avec les invasions sunnites arabes, turques, palestiniennes et syriennes, les sunnites doivent peut-être nous dépasser en nombre ? Le Liban disparaîtra lorsque les Chrétiens représenteront moins de 25% de la population laissant la place à une guerre entre chiites et sunnites qui ne peuvent s'entendre entre eux que contre NOUS.

    Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

    09 h 21, le 19 octobre 2021

  • l'auteur de cet article est curieusement accuse d'etre a la fois timide vis a vis la traitrise de hezb&de amal & trop FL ou trop chretien dans son analyse..... VIVE L'EXPRESSION LIBRE TELLE QU'AURISEE PAR LES LOIS.. moi j'ai une seule contestation a ajouter: l'omission d'un autre acteur pourtant ESSENTIEL,LE MOTEUR PRINCIPAL qui a permis a nasrallah autant de privaute & d'arrogance , qui lui a assure une couverture ideale: le tres cher general michel aoun, pres de la republique et de son pcl.

    Gaby SIOUFI

    09 h 17, le 19 octobre 2021

  • « Celui de Samir Geagea, malgré ces évolutions, demeure un symbole de l’ordre milicien. » C’est pour cela que Samir Geagea travaille d’arrache pied à la consolidation d’un front souverainiste rassemblant toutes les communautés. Hier même il recevait à cet effet à Meerab Achraf Rifi en présence du coordinateur des FL à Tripoli. Ce que fait Samir Geagea c’est reconstituer un 14 mars mais sans les erreurs du premier, autour d’actions concrètes plutôt que de paroles vides. Pourquoi l’OLJ n’envoie pas un micro-trottoir à Tripoli pour demander aux gens ce qu’ils pensent des évènements de Ain el Remmané ? Là on verrait qu’ils en pensent la même chose que ce que les chrétiens de Ain el Remmané pensent des évènements de Khaldé ou de Chouayia. Seuls les néo-safavides du Hezbollah sont emprisonnés dans leur communauté et n’ont d’amis nulle part ailleurs.

    Citoyen libanais

    08 h 31, le 19 octobre 2021

  • À qui profite le crime ?Au Hezbollah pardi ! Tout ce raffut c’est pour préparer les futures élections alors on resserre les rangs chiites et on se prête à n’importe quel jeu!

    PHENICIA

    07 h 50, le 19 octobre 2021

  • 100 000 combattants entraine’s nous dit Nasrallah ! A quoi bon, puisque les Israeliens se sont retire’s du Liban il y a plus de vingt ans. Cette armee sectaire illegale vise uniquement a s’emparer du Liban et est aidee pour cela par deux pays retrogrades l’Iran et la Syrie. Ce projet diabolique est en cours de realisation grace a la soumission humiliante de nos politiciens corrompus vendus et laches. Le hezbollah s’est attaque aux sunnites, puis aux druzes. Reste les chretiens.

    Goraieb Nada

    07 h 34, le 19 octobre 2021

  • Vos commentaires ne soulignent que la confession à laquelle vous appartenez. Finalement on peut dire qu'aucun je bien aucun Libanais n'est objectif. Vous êtes une exception mondiale! Marre de toutes vos histoires de hizb, de Fl ,de chiites de maronites ! On est au 21e siècle bon Dieu ! Tout le monde s'en fout de vos histoires ringardes et dépassées. Ce qui compte c'est la paix civile et l'état de droit mais personne n'en a la volonté. Continuez à détruire ce pays j'ai l'impression que ça vous arrange tous ! Honte à vous .

    BOURGI NADER

    03 h 36, le 19 octobre 2021

  • Depuis 2005 le 14 Mars a perdu le combat contre le Hezbollah en raison du déséquilibre qui est le résultat de ces évidences:- 1) les incessants, impunis meurtres et les attentats de meurtres qui ont visés un grands nombres des leaders du 14 Mars. 2) le 14 Mars à fait trop de concessions depuis jusqu'à ce jeudi dernier pour évité toutes instigations à la violence du camps du 8 Mars. 3) le fait que Walid Joumblat c'est camouflé en leader du14 Mars tendi qu'il est politiquement soudé à Nabih Berri

    Sarkis Dina

    01 h 37, le 19 octobre 2021

  • Le mollah iranien traître doit comprendre qu’il doit soit rester dans son trou éternellement ou alors choisir de rentrer chez lui en Iran . Ses menaces d’un autre monde et temps sont hautement condamnables et vont se retourner contre lui et ses partisans vendus.

    Wow

    20 h 54, le 18 octobre 2021

  • PLUS QUE PLAUSIBLE CONSTATATION. OPERATION A LA NAZI.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    19 h 52, le 18 octobre 2021

  • ET SI LE PREMIER TIREUR SUR LE TOIT DE L'IMMEUBLE ÉTAIT UN AGENT CHÏTE. VU QUE TOUS LES RÉSIDENTS DE CE MÊME IMMEUBLE SONT DES CHÏTE, D'APRÈS LA DÉCLARATION DU CONCIERGE. JUSTEMENT POUR CRÉER UN FUTUR PRÉTEXTE D'ENVAHIR LE PAYS COMPLÈTEMENT. AFFAIRE À SUIVRE.

    Gebran Eid

    19 h 11, le 18 octobre 2021

  • Monsieur Samrani; Si vous persistez encore à dire que le Hezeb et Amal étaient uniquement pacifiques... Vous avez certainement un problème.Vous oubliez que l'année dernière les Fiers à bras du Hezeb a Chiah ont essayé de nouveau du faire du grabuge à 3 Ayn el remeneh.Une fois je dirais un mouvement spontané, deux fois? Non c'était bien calculé par le tandem.Mon analyse qu'il y est des morts et comme ça nous ferons sauter le juge Bitar. Le juge se sentira responsable et démissionnera.La maison du Juge Bitar n'est pas dans Badaro, Tayyone ou 3 Ayn el remeneh. Le palais de justice non plus! À moins que Nasrallah avec sa croyance Divine Iranienne ait réussi à déplacer le palais de justice, avec l'aide d'Harry Potter .Triste que ce soit arriver JUSTE, Triste qu'il y ait eu des victimes innocentes absolument. Cela doit-il se répéter préférablement non! Sur les 7 victimes combien sont des Fiers à bras du tandem Chiite. Quand on porte une arme on s'attend à se faire tirer dessus.Pour la Première fois le Hezbollah a goûté à sa médecine Iranienne qu'il nous a servie en 2008. Alors oui pour cette journée fatidique, Je suis content qu'ils s'y soient cassés les dents!

    Marwan Takchi

    19 h 00, le 18 octobre 2021

  • Rien ne sera détruit Mr … toutefois du chaos renaît le phénix !! On ne peut pas ne rien faire car la finalité serai pareil

    Bery tus

    18 h 17, le 18 octobre 2021

  • DE LOIN AVEC LES FORCES LIBANAISES QUI SONT DES RESISTANTS LIBANAIS CONTRE L,OCCUPATION IRANAISE VIA LEURS DEUX MILICES CHIITES COMME ILS LE FURENT CONTRE L,OCCUPATION PALESTINIENNE DU CRIMINEL ARAFAT.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    18 h 12, le 18 octobre 2021

  • Le Hizb n'a aucun projet national a offrir. Il reste dans sa petite boite sectaire et n'est d'aucune pertinence pour la majorité des libanais. Il n'a pas gagné beaucoup de bons points pour son image a Tayyouneh.

    Mago1

    18 h 10, le 18 octobre 2021

  • Au Liban il n'y a qu'un seul vrai problème: Le Hezbollah. Tout le reste n'est que fumisteries et discussions de salon bêtes et stupides qui ne mèneront a rien. Tant que le hezbollah qui a pour idéologie la soumission du Liban a l'Iran, tant qu'il détient des armes et se comporte comme un neutron Libre, le pays est en danger de mort et votre protestation de pacotille ne conduira qu'a des catastrophes. Lorsque la protestation massive d'octobre 2019 a commencé, tout le peuple s'y est joint quelques soient ses convictions politiques. Comme vous l'aviez si bien décrit, Nasrallah a rameuter ses sbires pour lui enlever sa connotation nationale. Que s'est il passé? Les biens pensants de la société civile ont cru bien faire en demandant aux FL de se retirer. Celles-ci ont acquiescé, le résultat fut la déferlante des hordes du tandem chiite qui les a étrillées transformant leur potentielle révolution en une simple protestation d’imbéciles heureux. Mettez vous tous bien dans le a tête que le Liban est et restera confessionnel tant qu'il n'y aura pas un vainqueur et un vaincu. Le Vainqueur imposera alors sa vision du Liban. Ne vous inquiétez pas, les FL sont la pour que la notre passe et non la leur. Réveillez-vous et ralliez nous pour que justement nous puissions enfin faire fleurir le rêve de Bachir et de tout Libanais: Vivre en paix, souverain, libre et égaux.

    Pierre Hadjigeorgiou

    17 h 47, le 18 octobre 2021

Retour en haut