Rechercher
Rechercher

Campus - ENTREPRENEURIAT

En échange à l’AUB, un étudiant burundais lauréat d’un concours international

Représentant le Liban où il poursuit ses études depuis 2019, Jean Crespin Cubahiro vient de remporter le concours international d’entrepreneuriat étudiant organisé par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

En échange à l’AUB, un étudiant burundais lauréat d’un concours international

En échange à l’AUB où il suit une formation en génie industriel, Jean Crespin Cubahiro représentait le Liban au concours international d’entrepreneuriat étudiant de l’AUF. Photo AUF

Le bio-digesteur conçu par Jean Crespin Cubahiro, un étudiant originaire du Burundi en génie industriel et bénéficiant d’un échange à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), lui a permis de gagner le premier prix du concours international d’entrepreneuriat étudiant organisé par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) à l’occasion de son 60e anniversaire. Face à lui, neuf autres finalistes concouraient en provenance d’Arménie, du Canada, du Gabon, de Haïti, de Madagascar, du Maroc, du Togo et du Vietnam. Les résultats ont été annoncés vendredi passé lors de la Semaine de la francophonie scientifique qui s’est tenue du 21 au 24 septembre à Bucarest, en Roumanie.

Le projet du jeune lauréat qui représentait donc le Liban consiste à produire de l’électricité sans polluer. Son concept ? Transformer les déchets organiques ainsi que les excréments des animaux, comme la bouse de vache, en biogaz grâce à un bio-digesteur afin de produire de l’électricité, lutter contre la déforestation et protéger l’environnement en réduisant la coupe abusive du bois de chauffe et la pollution…

L’idée à visée écologique a de toute évidence séduit le jury du concours, composé de notre collègue Roula Azar Douglas, Bruno Faure, journaliste à RFI et présentateur de l’émission Éco d’ici, éco d’ailleurs, Anass Kettani, responsable du pôle Saleem de l’Université Hassan II de Casablanca, et Driss Sayah, président du jury, conseiller du recteur de l’AUF pour l’innovation et les partenariats.

Encouragé par un ami à prendre part à cette compétition, Jean Crespin Cubahiro, 23 ans, a opté pour un projet qui a du sens pour lui et pour les autres. En effet, l’intérêt de son concept réside dans le fait qu’il constitue une des solutions durables permettant de résoudre des questions liées au changement climatique, à l’accès à l’énergie, à la protection de l’environnement ou encore à la sécurité alimentaire, notamment dans les zones rurales. « Dès le départ, j’ai pensé à l’impact de mon projet sur ma communauté », avoue-t-il. « Au Burundi, il n’y a pas d’électricité en milieu rural. Les gens coupent le bois pour le chauffage, l’éclairage et la cuisson. Non seulement c’est nuisible pour la santé, mais cela signifie que des forêts partent en fumée. J’ai donc pensé aux moyens non traditionnels qui nous permettraient de générer de l’énergie moins polluante, notamment au biogaz, comme une alternative au charbon et autres combustibles », ajoute-t-il.

En échange au Liban depuis 2019, le jeune lauréat a également pensé au pays du Cèdre où être fourni en électricité relève du défi à l’heure actuelle. « Le bio-digesteur permet de produire du biogaz à travers un processus naturel de fermentation qui dégrade la matière organique entreposée dans un réservoir ou un milieu hermétique sans oxygène durant une période allant de 7 à 10 jours » explique-t-il. Verte, économique, cette technologie, qui s’appuie sur un bassin d’entrée, un digesteur, un dôme, un bassin de sortie, des fosses à compost et des canalisations qui acheminent le gaz produit, à savoir le méthane, aux différents points d’utilisation, permettrait, d’après M. Cubahiro, d’alimenter les foyers en énergie propre pour la cuisson et l’éclairage, alors que le compost fabriqué pourrait être utilisé comme fertilisant et engrais dans les champs agricoles. Si la quantité d’énergie générée dépend du nombre et de la grandeur des conteneurs construits, il n’empêche que cette technique constitue une alternative de taille qui mérite d’être valorisée et généralisée.

Le lauréat, qui, avant d’apprendre qu’il avait décroché le premier prix, avait confié que sa sélection parmi les finalistes représentait déjà pour lui un grand pas, ambitionne aujourd’hui de développer son prototype. Il s’agit pour lui d’une étape cruciale et nécessaire pour matérialiser son idée.

Un soutien pour concrétiser leurs idées

Le 2e prix du concours international d’entrepreneuriat étudiant a été décerné à Claude Aubin Boussougou et Charles Zokoubadi, de l’Université Omar Bongo de Libreville, Gabon, et le 3e à Hua Ngan Tue, de l’Académie diplomatique du Vietnam. Le prix du public a été décerné ex æquo à Sargis Melkonyan, de l’Université française en Arménie, et Shonly Bonel Laguerre, de l’Université d’État de Haïti.

Conçu en trois étapes, ce concours, organisé en collaboration avec TV5 Monde, France Médias Monde (RFI, France 24 et Monte-Carlo Doualiya) et L’Orient-Le Jour, a pour objectif de valoriser l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes. Les participants, en provenance de l’un des établissements d’enseignement supérieur et de recherche membres de l’AUF dans le monde, devaient présenter leurs projets en 60 secondes chrono en format vidéo. En récompense, les lauréats ont reçu des prix d’une valeur allant jusqu’à 1 500 euros. Mais au-delà de la dotation financière, les jeunes entrepreneurs primés seront mis en relation avec des mentors, des accompagnateurs et des incubateurs pour concrétiser concepts et idées.

Pour découvrir le projet de Jean Crespin Cubahiro : https ://www.youtube.com/watch ? v=t7PPXEc299Q



Le bio-digesteur conçu par Jean Crespin Cubahiro, un étudiant originaire du Burundi en génie industriel et bénéficiant d’un échange à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), lui a permis de gagner le premier prix du concours international d’entrepreneuriat étudiant organisé par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) à l’occasion de son 60e anniversaire. Face à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut