Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nouvelles sanctions américaines contre des personnes accusées de financer le Hezbollah

Le Trésor US ajoute à sa liste noire des ressortissants libanais, chinois et koweïtiens qui travaillent, selon lui, pour le compte du parti chiite et de la force al-Qods.

Nouvelles sanctions américaines contre des personnes accusées de financer le Hezbollah

Le siège du Trésor américain, à Washington, en janvier 2017. Photo d'archives AFP / PAUL J. RICHARDS

Le département américain du Trésor a annoncé vendredi des sanctions financières à l'encontre de plusieurs individus - dont des Libanais, des Koweïtiens et des Chinois - affiliés, selon lui, au Hezbollah, parti libanais pro-iranien classé groupe terroriste par Washington, et parmi lesquels sont notamment cités un haut responsable et un intermédiaire financier de la formation chiite. Ces personnes sont principalement visées par des sanctions pour avoir financé ou apporté de l'aide au Hezbollah et à la force al-Qods des gardiens de la révolution iraniens.

Un subordonné de Nasrallah
Dans un communiqué publié sur son site, le Trésor américain a annoncé avoir notamment sanctionné Hasib Mohammad Hadwan, également connu sous le nom de Hajj Zayn, un haut responsable du parti chiite libanais et subordonné de Hassan Nasrallah. Il est tenu responsable "de collecte de fonds auprès de donateurs et d'hommes d'affaires étrangers" dans l'intérêt de la formation pro-iranienne. Cet homme a été sanctionné pour avoir "agi ou prétendu agir pour le compte ou au nom du Hezbollah, de manière directe ou indirecte".

Un employé travaillant pour M. Hadwan, Ali el-Chaeer, "qui reçoit depuis 2000 des contributions financières au nom du Hezbollah", est de son côté mis sur la liste des sanctions pour avoir "assisté matériellement, sponsorisé ou fourni des aides financière, matérielle ou technologique, des biens ou des services au Hezbollah", poursuit le communiqué. 

Réseau de facilitateurs financiers
Le communiqué précise avoir sanctionné d'autres personnes ayant facilité des transactions financières pour la force al-Qods et le Hezbollah dans le cadre d'un réseau de près de 20 individus et sociétés, situés dans de nombreux pays. Ce réseau facilite le transfert et la vente d'or, pour un montant équivalant à des dizaines de millions de dollars, ainsi que de gadgets électroniques et des devises étrangères. 

"Un intermédiaire financier du Hezbollah, Ali Kassir, travaille avec des officiers du Hezbollah pour gérer les comptes bancaires du parti en Iran", affirment les Etats-Unis. "Il collabore aussi avec des responsables de la force iranienne pour gérer des transactions financières au profit du Hezbollah et des gardiens de la révolution", ajoutent-ils. 

Ressortissants koweïtiens
Le département américain a également sanctionné, entre autres, deux ressortissants koweïtiens, Talib Hussein Ali Jarak Ismaïl et Jamal Hussein Abd Ali Abd-al-Rahim al-Chatti, qui ont coordonné le transfert de millions de dollars du Koweït au profit du parti chiite.

Washington a également émis des sanctions à l'encontre d'un homme d'affaires basé en Chine, Morteza Minaye Hachemi, accusé "d'avoir abusé de son accès au système financier international pour blanchir de grandes sommes d'argent au profit du Hezbollah et de la force al-Qods". Il est ainsi visé pour avoir "assisté matériellement, sponsorisé ou fourni des aides financière, matérielle ou technologique, des biens ou des services au Hezbollah".

En raison de ces sanctions, les avoirs de ces personnes doivent être gelés et signalés au Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC), précise le communiqué. L'OFAC peut également "interdire ou imposer de strictes conditions à l’ouverture ou au maintien aux États-Unis d’un compte correspondant ou d’un compte créditeur par l’intermédiaire d’un compte d’une institution financière étrangère qui a consciemment effectué ou facilité une transaction importante au profit d’un terroriste mondial". 

Commentant ces sanctions, le secrétaire d’Etat américain, Anthony Blinken, a dénoncé le fait que "le Hezbollah utilise des revenus générés par des réseaux pour financier des activités terroristes et perpétuer l'instabilité au Liban et dans la région". "Les Etats-Unis n'hésiteront pas à viser ces réseaux, et continueront de prendre des mesures pour interrompre leurs actions". "Le Hezbollah cherche toujours plus de sources de revenus supplémentaires pour renflouer ses coffres. Nous demandons aux gouvernements du monde entier de prendre des mesures pour veiller à ce que ce parti et d’autres groupes terroristes n’exploitent pas leurs territoires et leurs institutions financières", a ajouté le haut-diplomate dans un communiqué.

Le 11 mai dernier, le département américain avait annoncé des sanctions contre sept Libanais qu'il accuse d'être liés au Hezbollah. Ce parti, créé en 1982 avec le soutien de l'Iran dans le cadre de la lutte contre l'occupation israélienne du Liban, a accru son influence dans le pays du Cèdre, où il est le seul à avoir conservé ses armes après la fin de la guerre civile en 1990. Il mène en outre des opérations militaires dans la région, notamment en Syrie en soutien au régime de Bachar el-Assad, ou encore en Irak et au Yémen aux côtés des rebelles houthis. Une dizaine de pays, avec à leur tête les États-Unis, considèrent le parti chiite comme un groupe terroriste.


Le département américain du Trésor a annoncé vendredi des sanctions financières à l'encontre de plusieurs individus - dont des Libanais, des Koweïtiens et des Chinois - affiliés, selon lui, au Hezbollah, parti libanais pro-iranien classé groupe terroriste par Washington, et parmi lesquels sont notamment cités un haut responsable et un intermédiaire financier de la formation chiite....

commentaires (4)

Après l’acheminement du fuel ça sent le gaz auquel ce parti vendu s’expose en défiant les américains alors que ces derniers le tiennent par la barbe vu qu’il n’a pas de bout.

Sissi zayyat

13 h 06, le 18 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Après l’acheminement du fuel ça sent le gaz auquel ce parti vendu s’expose en défiant les américains alors que ces derniers le tiennent par la barbe vu qu’il n’a pas de bout.

    Sissi zayyat

    13 h 06, le 18 septembre 2021

  • BOF EUX ET LEURS SANCTIONS , (mentalité CHEWING GUM RAMBO ! ) ILS ne sont pas CAPABLES de comprendre qu’UNE PETITE BRÈCHE DANS UNE DIGUE rend TOUTE LA DIGUE INUTILE.

    aliosha

    13 h 05, le 18 septembre 2021

  • "Ce parti, créé en 1982 avec le soutien de l'Iran". Non pas "avec le soutien de l'Iran", mais bien "par l'Iran". De même, il faut corriger l'expression: "Hezbollah, parti libanais pro-iranien " par: "Hezbollah, milice iranienne implanté au Liban".. Par ailleurs, la mission du Hezbollah est double: transformer le Liban en base avancée de l'Iran face à Israël, mais aussi - il ne faut pas l'oublier - établir au pays du Cèdre, une république islamique sur le modèle iranien. La seule modification, apporté, il y a quelques années, à ce programme, a été de renoncer à imposer cette théocratie par la force: la démographie suffit!

    Yves Prevost

    07 h 18, le 18 septembre 2021

  • DU VENT DANS LES AIRS.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    00 h 24, le 18 septembre 2021

Retour en haut