Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement Mikati

Bassil : Berry tire les ficelles et demeure capable de faire obstruction

"Un corrompu qui fait des prédictions... Il est le seul à ne pas avoir laissé son beau-père gouverner", réplique le camp du président du Parlement.

Bassil : Berry tire les ficelles et demeure capable de faire obstruction

Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil. Photo d'archives AFP

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a accusé le président du Parlement, Nabih Berry, de "tirer les ficelles" du nouveau gouvernement de Nagib Mikati, formé vendredi dernier après 13 mois de crise. Le gendre du président de la République Michel Aoun a également estimé que le chef du Législatif était "capable de faire obstruction" au travail du cabinet. Des accusations qui lui ont valu une réponse cinglante des milieux proches du chef du mouvement Amal.

"Lorsque M. Berry dit +Que Dieu m'emporte si je laisse Michel Aoun gouverner+, cela veut dire qu'il tire les ficelles et qu'il est capable de faire obstruction", a affirmé M. Bassil, lors d'un entretien diffusé mercredi soir sur la chaîne "Télévision arabe".

Lire aussi

Après la formation du gouvernement, un Hezbollah renforcé ?

La réaction du camp de Nabih Berry a fusé aussitôt. Dans un communiqué, les milieux proches du groupe parlementaire du président de la Chambre, majoritairement composé du mouvement Amal, ont qualifié Gebran Bassil de "corrompu qui fait des prédictions". "Il est le seul à ne pas avoir laissé son beau-père gouverner", l'ont-il accusé. Gebran Bassil, qui entretient des relations tendues avec Nabih Berry, est accusé par ses détracteurs d'ingérence dans les dossiers relevant des responsabilités du chef de l'État. Des accusations régulièrement démenties par les intéressés.

Macron-Raïssi
Gebran Bassil n'a pas épargné l'ex-Premier ministre Saad Hariri dans ses accusations. Revenant sur le blocage gouvernemental qui a duré treize mois, le député de Batroun a estimé que le chef du courant du Futur "n'est pas parvenu à former un gouvernement et n'a laissé personne accomplir cette mission".

Neuf mois après sa désignation en tant que Premier ministre en octobre 2020, Saad Hariri avait fini par se récuser en raison d'un bras de fer politico-personnel avec Michel Aoun et Gebran Bassil. Ces derniers étaient en effet accusés de vouloir détenir le tiers de blocage, hypothèse qu'ils ont toujours réfutée. Succédant à M. Hariri, Nagib Mikati est parvenu à mettre sur pied son équipe ministérielle vendredi dernier plus d'un mois après sa nomination. Les communautés arabe et internationale exigent du nouveau cabinet qu'il mette en place de sérieuses réformes pour redresser l'État et améliorer les conditions de vie et de travail dans le pays.

Lire aussi

La déclaration ministérielle discutée aujourd’hui en Conseil des ministres

Dans ce contexte, Gebran Bassil a démenti que le gouvernement ait été formé suite à un appel téléphonique entre le précisent français Emmanuel Macron et son homologue iranien Ebrahim Raïssi, comme l'ont affirmé plusieurs médias. Il a ensuite estimé que le gouvernement actuel "respecte les composantes libanaises et les équilibres dans le pays".

Emmanuel Macron s'active depuis août 2020 auprès du Liban, qui traverse la pire crise socio-économique de son histoire contemporaine, pressant les dirigeants à former un gouvernement et allant même jusqu'à imposer des sanctions à des dirigeants libanais, sans toutefois publier leurs noms. Certains observateurs ont lié la mise en place du gouvernement Mikati à un rapprochement entre Paris et Téhéran.

Le concept de "président fort"
"L'idée du +président fort et du constituant fort+ dans le respect des équilibres a été gommée entre les années 1990 et 2005", a estimé Gebran Bassil, en référence à la période d'exil de Michel Aoun en France. "Lorsqu'elle est réapparue, ils ont vu qu'elle n'est pas dans leur intérêt, c'est-à-dire l'intérêt du système politique en place dont Nabih Berry, Saad Hariri et les autres sont le noyau", a-t-il ajouté. Selon le chef du CPL, ces derniers "cherchent toujours une couverture chrétienne et veulent étouffer le président fort et le partenaire fort qui ne s'accommode pas et ne répond pas à leurs revendications". "La situation nécessite un véritable changement, du moins au niveau des politiques erronées qui ont profité au système politique et financier en place durant trente ans", a-t-il poursuivi.

Sur un autre plan, Gebran Bassil a fermement démenti qu'il convoitait la présidence de la République à tout prix, comme l'accusent ses détracteurs. "Je l'ai déjà dit, je ne suis pas candidat à la présidence et tant que le président Aoun est à Baabda, je n'aborde pas ce sujet. Face aux souffrances de la population, l'élection présidentielle n'est qu'un détail", a-t-il dit. Le député de Batroun a enfin affirmé qu'il était en faveur de la tenue des législatives à la date prévue en mai prochain, "sur base de la loi électorale en vigueur".

Des élections présidentielle, parlementaires et municipales sont prévues en 2022 et elles sont perçues par les Libanais comme un premier tremplin vers le changement. Mais nombreux sont ceux qui craignent qu'elles ne soient reportées en raison des profonds clivages politiques qui paralysent le pays.


Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a accusé le président du Parlement, Nabih Berry, de "tirer les ficelles" du nouveau gouvernement de Nagib Mikati, formé vendredi dernier après 13 mois de crise. Le gendre du président de la République Michel Aoun a également estimé que le chef du Législatif était "capable de faire obstruction" au travail du cabinet. Des...

commentaires (11)

Je suis heureux de ne plus lire tous les jours sur Gebran Bassil dont le nom est cité dans tous les sujets à controverse du pays. Pour cela je remercie Najib Mikati de l'avoir écarté du nouveau gouvernement. Il est devenu une méduse jetée sur les galets d'une plage ensoleillée de Batroun. J'espère qu'il ne s'en relèvera pas.

Honneur et Patrie

20 h 08, le 16 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Je suis heureux de ne plus lire tous les jours sur Gebran Bassil dont le nom est cité dans tous les sujets à controverse du pays. Pour cela je remercie Najib Mikati de l'avoir écarté du nouveau gouvernement. Il est devenu une méduse jetée sur les galets d'une plage ensoleillée de Batroun. J'espère qu'il ne s'en relèvera pas.

    Honneur et Patrie

    20 h 08, le 16 septembre 2021

  • L’OLJ continue à lui épargner certains de nos commentaires alors que lui n’a pas la décence ni le moindre respect pour nous libanais massacrés par sa faute et celle de son cher père spirituel, ils continuent tous les deux à nous prendre pour des bœufs.

    Sissi zayyat

    18 h 45, le 16 septembre 2021

  • Il n'est pas candidat a la présidence. On aura certainement l'occasion de le lui rappeler l'année prochaine !

    Yves Prevost

    17 h 36, le 16 septembre 2021

  • Visiblement, ce monsieur est une victime ... incompris dans sa grandeur !!! Il a endossé le chapeau de Calimero, personne ne l'aime tout le monde lui en veut lui le chantre de la justice le roi de l'honnêteté ... Merci de ne plus nous infliger ce genre d'intervention.

    Zeidan

    14 h 15, le 16 septembre 2021

  • Il peut faire des déclarations à la pelle, il ne nous fera pas oublier qu’il fait l’objet de sanctions US pour corruption. A sa place, je serais mort de honte, encore faut il avoir un petit sens de dignité.

    Censuré par l’OLJ

    14 h 00, le 16 septembre 2021

  • Les zones obscures se heurtent comme d’habitude! Dorénavant, il nous faudrait de jeunes femmes et hommes patriotes et consciencieux.

    Wow

    13 h 00, le 16 septembre 2021

  • Arrête de nuire à ton beau père. Laisse le terminer en paix. A quoi sert ton attaque maintenant que tout le monde veut essayer de calmer le jeu inutile, pour sauver les gens en détresse ? Tu n'apprendra jamais, et tu perds toujours.

    Esber

    12 h 52, le 16 septembre 2021

  • Il est tellement emberlificoté dans ses propres filcelles, épaisses et fines, qu'il n'arrive plus à s'en sortir...il nous fait pitié...c'est tout ! Ils peuvent démentir à longueur de journées, les faits sont là !!! Il veut absolument être...ce dont il est incapable...et personne dans son entourage n'a le courage de le lui dire franchement. Dommage pour le CPL...!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 58, le 16 septembre 2021

  • Si Ce bonhomme vit encore, c' est avec la carte de credit du Hezb...

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 50, le 16 septembre 2021

  • LA BLAGUE C,EST QUE LES DEUX BELIERS INFERNAUX DE L,APOCALYPSE, DONT L,UN S,EXPRIME ICI, NE FONT QU,ACCUSER LES AUTRES D.OBSTRUCTION. ANECDOTE DE L,ANNEE VENANT DE CE TYPE SI HONNI DES LIBANAIS. GOUPIL NE FAIT QUE BLOQUER AUSSI MAIS A 99,99PCT LEURS BLOCAGES. CELUI-LA JOUE UN AUTRE JEU GOUPILIOTE HEZBIEN POUR L,INSTANT.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 32, le 16 septembre 2021

  • Kif fif bourico..les 2 garnements d’Amal et du CPL font le show et passent leur recréation à se chamailler et c’est le surveillant Hassan (mandaté par le préfet Khamenei) qui siffle la fin de la récré et les met tout 2 dans le rang.

    Liban Libre

    10 h 44, le 16 septembre 2021

Retour en haut