Rechercher
Rechercher

Politique - Mandat Aoun

Geagea fait son mea culpa et fustige le « président-pirate »

Mise en garde musclée du chef des Forces libanaises contre un report des échéances électorales.


Geagea fait son mea culpa et fustige le « président-pirate »

Samir Geagea, Sethrida Geagea, et de nombreux députés et responsables FL lors de la messe célébrée dimanche à Meraab à l’intention des martyrs des Forces libanaises. Photo DR

Cinq ans après avoir échafaudé le compromis politique qui devait hisser en octobre 2016 le fondateur du Courant patriotique libre Michel Aoun à la tête d’une République aujourd’hui agonisante, le chef des Forces libanaises Samir Geagea a reconnu qu’il avait commis une erreur fondamentale, affirmant sans ambages regretter une décision dont les conséquences ont été « tragiques » pour le Liban.

Par ce mea culpa qui fait écho aux reproches allant dans le même sens formulés à son encontre par des milliers de Libanais toutes appartenances communautaires confondues, Samir Geagea a officiellement inauguré dimanche sa bataille électorale dans la perspective des législatives de 2022, mais aussi de la présidentielle qui devrait suivre cette échéance. Deux rendez-vous sur lesquels il a particulièrement insisté, au point de menacer indirectement d’un recours à la rue au cas où ils seraient compromis. « Toute tentative de reporter les élections déclenchera un nouveau soulèvement populaire multiforme », a-t-il prévenu. Leur importance à ses yeux réside dans le fait qu’ils représentent de vrais vecteurs de changement, alors que le soulèvement populaire d’octobre 2019, aussi gigantesque soit-il, n’avait pas réussi à déloger une classe politique qui reste réfractaire au changement.

Le discours que le leader chrétien a prononcé dimanche soir à Meerab, au terme de la messe annuelle à la mémoire des victimes des FL, ne ressemble en rien aux précédents, sinon par ses critiques au Hezbollah et au CPL à qui il a fait assumer la responsabilité principale de la déliquescence de l’État et de l’effroyable crise dans laquelle le pays ne fait que s’enliser. Une véritable diatribe qui a vite fait pâle figure face au réquisitoire qu’il a dressé contre la personne de Michel Aoun, le « président-pirate qui prend en otage tout un pays au profit de ses propres intérêts ». Samir Geagea n’a pas appelé à la démission du chef de l’État, sans doute parce que ce dernier ne franchira jamais le pas – et il l’a déjà annoncé – et parce qu’une telle démarche à quelques mois des législatives sera inutile, compte tenu de la majorité actuelle à la Chambre.

Il a donc choisi de lancer sa bataille dès à présent contre le camp présidentiel et sur un terrain exclusivement chrétien, prenant ainsi le risque d’une exacerbation de la polarisation politique interchrétienne au fur et à mesure que nous nous rapprochons des élections parlementaires. Le chef des FL, qui s’est dit en faveur de législatives et d’une présidentielle anticipées, a affirmé vouloir se prononcer sur cette échéance en temps voulu, il est vrai, mais il a quand même dressé le portrait du futur président. Un portrait à l’antipode, selon lui, de celui de l’actuel chef de l’État contre qui il s’est déchaîné avec une violence inouïe, devant une foule qui l’ovationnait. « Nous ne voulons pas d’un président fort qui provoque les crises, fait couler l’État et appauvrit les Libanais (…). Nous refusons un président qui soit soumis, qui est capable de concessions sur les constantes nationales et qui est seulement fort lorsqu’il s’agit de faire primer ses intérêts et ceux de son entourage sur ceux de l’État et des Libanais », a-t-il martelé. « Les résultats du mandat du président Michel Aoun ont été catastrophiques pour tous, mais surtout pour les chrétiens. Et si certains nous reprochent d’avoir favorisé son élection à la tête de l’État, je dois avouer que je regrette profondément qu’une démarche dont l’objectif aux plans national et chrétien était très importante se transforme en véritable tragédie. Nous voulions mettre fin au vide présidentiel. Nous voulions que son élection soit l’occasion d’une véritable unité nationale, qu’elle consacre le retour des chrétiens à l’État et panse les blessures historiques au sein d’un même foyer », a poursuivi Samir Geagea, en allusion à la guerre dite d’élimination déclenchée en 1989 par le général Michel Aoun contre les FL. « Nous voulions un président souverain, libre, indépendant et intègre pour avoir une République souveraine, libre, indépendante, forte et crédible. Nous voulions un président-capitaine qui puisse mener à bon port le navire de l’État et des Libanais et non un président-pirate qui fait de la population l’otage de son égoïsme et qui oriente le navire en fonction de ses propres intérêts », a encore lancé Samir Geagea, pour qui il est « incontestable » qu’il n’y a pas de salut possible pour le Liban avec le duo Hezbollah-CPL.

Des ratés et des voleurs
Les deux partis n’ont d’ailleurs pas échappé aux foudres du chef des FL qu’il a pratiquement accusés de former à eux deux « le noyau » d’une association de malfaiteurs, qui hypothèque le pouvoir des décisions nationales et draine ses ressources. « La crise aujourd’hui est causée par la prise en otage de l’État et de ses institutions par des puissances non libanaises », a-t-il dit, en allusion à l’Iran. « C’est l’ère de l’effondrement général que dirige un groupe au pouvoir qui a renoncé à la souveraineté de l’État, porté un coup à ses institutions et fait du Liban un État failli, gouverné par des corrompus, des ratés, des voleurs et des traîtres criminels. L’État ne peut pas se relever avant d’avoir récupéré son pouvoir de décision et le monopole de l’usage de la force sur tout le territoire », a prévenu le leader chrétien, pour qui le Hezbollah « ne peut plus ignorer les demandes de la population ».

Quoique très critique à l’égard de la formation chiite, le leader chrétien a opté pour une nouvelle stratégie, plus porteuse que les condamnations habituelles, pour descendre la politique que celle-ci suit. Il s’est adressé directement au public chiite pour l’interroger sur le point de savoir ce qu’il gagne, au plan personnel, de toutes les « victoires » dont s’enorgueillit le Hezbollah. « Les missiles ne rassasient pas les affamés et les drones ne guérissent pas les blessés. Celui qui vous appelle les “plus honorables” accepte de vous humilier dans les files d’attente devant les stations essence, les boulangeries et les pharmacies. Frères chiites, les Libanais attendent que vous criez à la figure du Hezbollah pour lui dire : “Non à l’humiliation” », a tonné Samir Geagea, soucieux aussi de faire adhérer à sa cause les partisans de la révolte du 17 octobre, qui accusent le chef des FL de vouloir surfer sur cette vague. Lui pense ferme, au contraire, qu’en joignant leurs efforts, les protestataires et les forces politiques de l’opposition, notamment son parti, peuvent opérer le changement souhaité. « Peuple du 17 octobre, les FL font partie de vous et sont à votre disposition. Ne gaspillez pas cela, sinon vous perdrez le dernier espoir d’un vrai changement », leur a-t-il lancé.Dans le même ordre d’idées, il a fustigé les détracteurs de Bkerké ainsi que l’indifférence de Baabda face aux souffrances des Libanais, prenant fait et cause pour le patriarcat maronite, contre qui le public de la formation chiite et celui du CPL avaient lancé une violente campagne de dénigrement, il y a quelques semaines. « Entre une orange flétrie (couleur du CPL) et un jaune blême (couleur du Hezbollah), le rouge de l’habit (patriarcal) reste rayonnant, tel le disque d’un soleil qui ne se couche jamais », a-t-il encore affirmé.

Samir Geagea a enfin abordé la question de l’enquête sur la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth. « L’enquête sur l’affaire du port revient au juge d’instruction et non au Parlement. Il n’y a pas de lignes rouges dans ce dossier », a-t-il affirmé, au moment où la classe politique tente d’entraver l’enquête en réclamant que les responsables poursuivis par le juge d’instruction soient jugés devant la Chambre et non par le magistrat.


Cinq ans après avoir échafaudé le compromis politique qui devait hisser en octobre 2016 le fondateur du Courant patriotique libre Michel Aoun à la tête d’une République aujourd’hui agonisante, le chef des Forces libanaises Samir Geagea a reconnu qu’il avait commis une erreur fondamentale, affirmant sans ambages regretter une décision dont les conséquences ont été...

commentaires (35)

Il nous faut des dirigeants qui ne volent pas ce pays et ces ressources. C'EST TOUT ! Il n'est plus a demontrer que le CPL, Harriri, Amal (et par extension le hezb), Frangieh (en digne heritier de son grand-pere) nous ont depouillé !! Reste les FL tout le monde (sauf evidement le CPL) s'accorde a dire que leurs ministres furent d'une probité exemplaire. le reste n'a que peu d'importance a ce niveau d'effondrement

Lebinlon

11 h 17, le 07 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (35)

  • Il nous faut des dirigeants qui ne volent pas ce pays et ces ressources. C'EST TOUT ! Il n'est plus a demontrer que le CPL, Harriri, Amal (et par extension le hezb), Frangieh (en digne heritier de son grand-pere) nous ont depouillé !! Reste les FL tout le monde (sauf evidement le CPL) s'accorde a dire que leurs ministres furent d'une probité exemplaire. le reste n'a que peu d'importance a ce niveau d'effondrement

    Lebinlon

    11 h 17, le 07 septembre 2021

  • Les Aounistes et ex-Aounistes en veulent à Geagea parce qu’il a facilité l’ascension de Aoun à la présidence.

    Cedrus Fidelis

    02 h 45, le 07 septembre 2021

  • Kellon Ya3ne Kellon

    Michel Trad

    23 h 14, le 06 septembre 2021

  • Le démagogue se fourre le doigt dans l'œil en tentant sa chance de rallier les contestataires du 16 oct à son camp .

    Hitti arlette

    22 h 41, le 06 septembre 2021

  • Quel piètre comédien

    Hitti arlette

    22 h 25, le 06 septembre 2021

  • Toute une classe politico-hezbiote à déraciner. 2 options uniques: coup d'état par l'armée appuyée par le peuple car eux seuls souffrent, ou invasion par une puissance qui nous mettra sous tutelle de l'ONU. Sinon on se retrouvera, nous tous libanais, dans des pâturages étrangers et on se fera remplacé par des réfugiés venant des pays voisins... Les décisions doivent être prises rapidement...

    Wlek Sanferlou

    20 h 53, le 06 septembre 2021

  • En plus de président pirate, un type insensé, sans scrupules. Aucun sentiment réel pour la souffrance des gens, dont il fait abstraction.

    Esber

    19 h 30, le 06 septembre 2021

  • Je pense que le prochain leader du camp chrétien devrait être sélectionner par le Patriarche, car les voix hégémoniques risquent de refroidir ceux qui ont la capacité de travailler avec tout le monde à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

    Shou fi

    17 h 26, le 06 septembre 2021

  • Avant d'accuser les FL d'avoir appuyé aoun, faut surtout pas oublier qu'une bonne partie du 'peuple' qui maintenant s'est tourné contre lui, lui avait donné une majorité de députés au parlement en 2018. Faut peut-être que chacun qui a voté pour lui commence par faire son propre mea culpa pour être honnête et conséquent avec soi-même...

    Gilbert A.

    16 h 59, le 06 septembre 2021

  • Vos mots et votre vision stratégique ne sont plus à démontrer DR par contre maintenant ça sent déjà le roussi et les mots n’ont plus de place, il faut à tout prix que vous fassiez le travail que le Front Libanais fit entre 1973 et 1975 en se préparant à l’inévitable qui nous est imposé car la vermine gagne du terrain. Il faut créer des alliances extérieures s’armer et rassembler le plus possible quitte a rester dans l’ombre. La seule différence avec 1975 c’est qu’il faut à tout prix éviter le confessionnalisme et créer des alliances avec les Sunnites et les Druzes ainsi que tout Chiite non inféodé qui en ont aussi ras le bol de la mainmise iranienne. C’est seulement en oubliant les égos et en travaillant ensembles qu’on aura une chance de commencer a renverser la vapeur.

    Liban Libre

    15 h 42, le 06 septembre 2021

  • Hakim oubliez les vendu qui demandent un État séculier non confessionnelle … ceux la pêche par ignorance car ils ne savent pas que si cela se passait maintenant le Liban tel qu’on le connaît n’existerait plus !! Cela n’est pas du tout difficile à comprendre !! Vous êtes le seul qui peut redonner son image au Liban !!! … on continue

    Bery tus

    14 h 36, le 06 septembre 2021

  • HAKIM MALGRE L,ENORME FAUTE D,AVOIR PROPULSE UN LIETENANT DE BELZEBUTH AU SOMMET, JE VOUS CONSEILLE DE REUNIR TOUS LES CHRETIENS EN UN SEUL BLOC, EXCLUS LES INFERNAUX, UN BLOC CHRETIEN FORT, SLEIMANE FRANGIEH NE PREFERERA PAS LA PRESIDENCE AU DEVENIR DES CHRETIENS DU LIBAN, DU MOINS JE L,ESPERE. L,ESPRIT DE LA RESISTANCE POUR SAUVER LE LIBAN DES GRIFFES D,ARAFAT ET DE SES SEIDES DOIT PREVALOIR AUJOURD,HUI POUR SAUVER LE PAYS DES ENFERS DE BELZEBTH, SES DEUX LIEUTENANT ET LUCIFER LEUR PATRON. ET PUISQU,ON NOUS MENACE A TOUT VENT DE GUERRE CIVILE, S,ILS LA VEULENT QU,IL EN SOIT. CE SERA LEUR FIN D,UN COTE LES LIBANAIS ET DE L,AUTRE 3IZRAEIL MAITRE DES ENFERS DONT ILS SE REFERENT CITOYENS. ARAFAT II AURA PIRE FIN QUE ARAFAT I.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 45, le 06 septembre 2021

  • Très bien dit. Maintenant il nous faut des actes concrets. Les libanais n’en peuvent plus des discours creux et des accusations en pluie. Cet appel aux libanais de se rassembler autour d’une opposition pour chasser du pouvoir tous les malfrats est salutaire mais encore faut il qu’elle s’accompagne de preuves irréfutables sur l’accomplissement de la tâche qui s’avère plus qu’ardue vue l’expansion des tentacules de la pieuvre à trois têtes et à leurs manigances pour anéantir le pays. Malgré tout le mépris et le désespoir que ces malotrus ont infligé au peuple, il reste encore des libanais qui croient en eux et pensent que leurs actes de désintégration de la nation est pour leur bien. Avec ça allez libérer un pays et bon courage pour la suite. Le libanais reste inchangé, il court à sa perte en connaissance de cause et prie pour un miracle pour lequel il refuse de participer en espérant qu’un pays étranger le fasse à sa place. Cela n’est pas nouveau d’où la main mise de tous les pays qui soit disant ont participé à le sauver pour mieux le dominer à commencer par la Syrie qui s’est toujours considérée comme tel alors que son seul souci était de le déplumer en lui substituant son pouvoir et sa richesse et maintenant l’Iran qui aspire à la même position au grand dam des libanais patriotiques qui cherchent à l’en empêcher et ne trouvent pas d’écho auprès des citoyens aveuglés par la haine de l’autre.

    Sissi zayyat

    12 h 24, le 06 septembre 2021

  • Les FL, malgre leurs erreurs, leur passif, restent le seul antidote credible contre la vermine qui ronge le pays. Les seuls, qui , sauraient se faire respecter si l' on n' avait plus le choix que de faire front a la milice. On est dans une guerre froide, et l' on espere que le changement ne se fera pas a travers les armes.

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 40, le 06 septembre 2021

  • Le seul homme d’état qui reste encore au pays et qui est encore capable de sauver le Liban. Oui seule les FL peuvent faire encore la différence car ce parti représente l’âme du Liban libre et démocratique dont nous rêvons tous. Son passé ? Qu'a-t-il a son passé autre qu’être glorieux et vibrant d'exploits historiques et de fierté contrairement a tous les autres. Sans les FL il n'y aurait pas eu de Liban aujourd'hui. Et de plus, elles sont restés propres et non salie par la corruption. Concernant le choix de Aoun, ce n’était pas celui des FL mais de Saad Hariri qui balançait entre ce sénile ou Franjieh après avoir lâché la candidature de Geagea. Il fallait faire un choix entre un vendu soutenu par la Syrie et un imbécile Libanais même corrompu. L’imbécile qui fut ministre et six ministres, qui se prétendait fort et Mr. Propre était quand même soutenu par une partie non négligeable du peuple et surtout par ceux qui le dénigre maintenant sur ces colonnes sous anonymat. Ils étaient ou ces gens la lorsque les FL le clamait haut et fort lors des dernières élections? Ils ont facile de jeter la responsabilité sur ceux qui se brûlent les doigts pour tenter de les sauver même lorsqu'ils sont insultés. Quand a la déconfessionnalisation du pays, n'en rêvez plus, elle est impossible au Liban. Déconfessionnaliser le pays c'est le condamner a disparaître et perdre son identité. Les FL augmenteront leur part au parlement aux prochaines élections, promis, juré! On continue!

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 04, le 06 septembre 2021

  • Certes Mr Geagea s’est trompé sur le président mais a sa décharge nous nous somme trompés pour beaucoup d’entre nous qui naïvement croyions que ce général incarnait vraiment le Liban fort indépendant et surtout qui ne compromettra jamais ses principes pour devenir un président laquais syrien comme Hraoui ou encore pire Lahoud Entre 2005 et 2008 certains croyaient toujours qu’en fait il n’avait pas renié ses principes mais qu’il avait un plan pour intégrer la milice Iranienne dans les rouages de l’état. La suite est que trop bien connue hélas, ce fut l’état Libanais ou ce qu’il en reste qui fut inclus dans les rouages du Fakih

    Liban Libre

    11 h 03, le 06 septembre 2021

  • Fallait dire: avec le TRIO: Hezbollah, CPL et...VOUS !!! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 32, le 06 septembre 2021

  • Excellent discours, dans la forme et dans le fond, digne d'un vrai homme d'etat !

    Remy Martin

    08 h 50, le 06 septembre 2021

  • Trop tard Monsieur Geagea. Vous vous êtes trompés trop de fois dans vos choix pour prétendre être un dirigeant politique. Les FL n’ont jamais été un parti politique. Le président martyr Bechir Gemayel n’avait pas créé les FL pour en faire un parti politique, il a toujours laissé ce rôle aux Kataeb et au PNL.

    Censuré par l’OLJ

    08 h 41, le 06 septembre 2021

  • Tout ce discours est une suite d'évidences ... qu'il est parfois bon de rappeler!

    Yves Prevost

    07 h 07, le 06 septembre 2021

  • Désolé Hakim, tu as appuyé et voté pour Michel Aoun. Et nous sommes les victimes de ta décision. Quand des politiciens font une grosse bêtise et que peuple tout entier en souffre, ils démissionnent !!!

    Algebrix

    02 h 45, le 06 septembre 2021

  • Je voudrais rajouter si vous permettez, le Hakim n’est pas pro américain mais pro libanais dans un d’un autre coter vous avez omis aussi de citer qu’il a aussi présenter ses excuses au tout début de son speech

    Bery tus

    02 h 44, le 06 septembre 2021

  • Il ne serait pas mal celui-la a la limite, s'il n'avait son passé comme passif. Il devrait laisser les clés a un autre visage, mais c'est le Liban et chacun doit penser a comment financer sa retraite par les temps qui courent...

    Mago1

    00 h 47, le 06 septembre 2021

  • Le salut peux venir de Mearab, si, les FL, les Kataeb, le Front National, ElTajadod ElDimocrati, & et tous les indépendants inclus bien sûr tous du 17 Octobre, (et les ex Aounist, les vrais !), Ce qui valorise "L'état Libanais" avant tout ; ce décide de former un Nouveau parti politique. Un regroupement qui simbolise L'unité et L'indépendance et qui forme un front inbatable aux prochaines élections législatives. Une liste, Un parti, Un seul candidat pour la présidentielle, un nouveau technocrates, fort dans la gestion comme dans la diplomatie, capable d'unir le pays des cèdres. Aucun des anciens, pas parce-que tous son fautifs, mais parce-que il est temps de mètre les égos de côté et luté; pas pour le siège mais pour sauver la nation. Un candidat élu par les membres de ce nouveau parti. Un parti qui commence par gagner les législatives, restitu les relations Arabs, libère la Livre Libanaise, sépare les institutions, relance l'économie, applique l'accord de Tayef, évolu l'accord de Tayef....

    Sarkis Dina

    00 h 40, le 06 septembre 2021

  • M geagea , en fait il propose rien de nouveau , qu on prend les memes et qu,on recommence , il veut toujours protéger les chretiens du Liban mais pas les libanais la loi electorale qui propose est la meme , un liban laique civil, ne l interesse pas , les droit de la femme non plus , une justice la meme pour tout le monde. Taef c est une comedie , les responsables à l époques etaient prets à accepter n importe quoi pour toucher le cheque et pdt 30 ans on a fermé les yeux tant qu il y a de l argent .

    barada youssef

    00 h 34, le 06 septembre 2021

  • Première fois que j’entend Mr Geagea sous entendre qu’il s’est trompé en ouvrant la voie à Aoun. Pourtant le document d’entente partageait les sièges et les postes. Pour rejoindre ma contestation, il faut aussi faire son mea culpa sur ces pratiques de fromagers et redescendre de l’argumentation éculée de la defense des seuls chrétiens. Nous n’avons plus peur des autres.

    Bachir Karim

    00 h 31, le 06 septembre 2021

  • Quoi que l'on dise, de quoi que ce soit que l'on peut l'accuser, le mec a passe environ 10 ans en prison ayant refuse de faire un pacte avec le diable. Pendant ce temps, il a beaucoup lu, et a ma connaisance c'est le sut homme politique libanais qui s'est publiquement excuse.

    Zampano

    00 h 25, le 06 septembre 2021

  • Je suis très partisan que le prochain président soit une Femme! Il est temps de se doter d'une nouvelle image qui nous distingue du monde arabe et perse!

    Georges S.

    23 h 39, le 05 septembre 2021

  • Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Monsieur Geagea a fait son mea culpa pour avoir aidé Aoun à accéder à la présidence. Maintenant il faut foncer dans le tas sans mollir, et faire avancer le shmile bick.

    Le Point du Jour.

    22 h 53, le 05 septembre 2021

  • Le Liban martyr prie pour un changement total. Tout le monde doit partir reste le meilleur slogan.

    Antoine Sabbagha

    22 h 36, le 05 septembre 2021

  • LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL. MAIS QUI SONT CEUX QUI ONT PROPULSE LE LIEUTENANT DE BELZEBUTH AU SOMMET ?

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    21 h 25, le 05 septembre 2021

  • Bravo hakim !! On est tous derrière toi … si les libanais a l’extérieur peuvent voter encore cette fois ci SE SERA UN RAS DE MARREE EN FAVEUR DES FL … ne vous en faites pas des aigris de la vie et de ceux qui n’ont rien à vous reprocher depuis votre sortie de prison ils n’ont que leurs yeux pour pleurer et leur bouche pour ressasser les affres de la guerre !! …. On continue

    Bery tus

    21 h 09, le 05 septembre 2021

  • BLA BLA BLA...... Il a sa part de responsabilités pour avoir ramené ce fou furieux à ce poste . Geagea aussi joue à l'éffarouché

    radiosatellite.online

    20 h 50, le 05 septembre 2021

  • Aucun salut possible tant que tous ces malfrats sont à leurs postes de président, de ministres, de députés, de zaïms, de chefs de tribus et de guerilleros. La seule chance de salut c'est un changement TOTAL. Sans exception. Avec abolition du confessionnalisme et du communautarisme.

    Robert Malek

    20 h 49, le 05 septembre 2021

  • Le Salut va venir de Mearab?

    Chebli Arlette

    20 h 16, le 05 septembre 2021

Retour en haut