Rechercher
Rechercher

Politique - Formation du gouvernement

Mikati : J'ai le sentiment que Aoun a accepté mes propositions

Washington et Londres pressent pour la mise sur pied rapide d'un cabinet. 

Mikati : J'ai le sentiment que Aoun a accepté mes propositions

Le président libanais, Michel Aoun, recevant le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, à Baabda, le 28 juillet 2021. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, et le chef de l'Etat, Michel Aoun, ont échangé mercredi des "propositions et commentaires" concernant la mouture du gouvernement que le député de Tripoli a été chargé de former il y a deux jours. Ce dernier a dit après la réunion avoir eu le sentiment que le président Aoun a "accepté" ses propositions. 

"J'ai présenté à Michel Aoun mes propositions concernant la mouture de mon cabinet et j'ai eu l'impression que celles-ci avaient été acceptées par le président", a déclaré M. Mikati de Baabda. "J'ai pris ses commentaires en considération et, si Dieu le veut, nous aurons bientôt un gouvernement", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par la présidence. Répondant par ailleurs à une question des journalistes sur la date à laquelle le cabinet pourrait être formé, le milliardaire tripolitain a rétorqué : "le jour où vous me verrez porter un smoking".  Selon une source informée de la réunion, citée par notre correspondante Hoda Chedid, Nagib Mikati a présenté au chef de l'État une liste de 24 ministres sans préciser de noms. Une nouvelle réunion doit se tenir demain entre les deux responsables. "Tout le processus de répartition des ministères est encore en cours", précise cette source. Le palais de Baabda a confirmé que M. Mikati a présenté une liste des ministères au président Aoun mais n'évoque pas le nombre des ministères en questions. Il a lui aussi indiqué qu'une nouvelle réunion doit se tenir jeudi après-midi pour poursuivre l'étude de cette liste.

Nagib Mikati s'était déjà rendu à Baabda la veille, à l'issue de discussions politiques avec les différents groupes parlementaires et députés indépendants concernant le programme et la composition de son équipe, attendue depuis près d'un an alors que le Liban traverse une grave crise socio-économique et financière. Il avait dans ce cadre promis mardi de former un nouveau gouvernement, qu'il a dit souhaiter "purement technocrate", dans les plus brefs délais.

Dans un entretien téléphonique avec l'agence de presse américaine Bloomberg, le Premier ministre désigné Nagib Mikati a affirmé pour cela avoir "le soutien international nécessaire de la part de l'Union européenne et en particulier de la France". "J'ai confiance dans le fait que les États-Unis seront prêts à me soutenir également", a-t-il ajouté. Mais jusque-là, les capitales occidentales ont fait preuve de prudence dans leurs réactions à la désignation de M. Mikati. Commentant la crise au Liban,  le Premier ministre désigné a concédé qu'il ne "pouvait pas éteindre le feu". "Mais je peux l'empêcher de se propager. C'est ce que j'ai l'intention de faire, et je l'espère, au cours des cent premiers jours de mon mandat", a-t-il assuré.

Lire aussi

Gouvernement : les petits calculs du camp aouniste

Mercredi, dans un entretien à la chaîne Sky News Arabia, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, qui a jeté l'éponge le 15 juillet après neuf mois d'impasse politique, a exprimé une nouvelle fois son soutien à Nagib Mikati. "C'est dans l'intérêt du Liban que Nagib Mikati puisse réussir à former un gouvernement", a estimé le leader sunnite. "Nous le soutenons fortement", a-t-il ajouté.

Nommé déjà deux fois Premier ministre par le passé, le riche homme d'affaires a été nommé pour reprendre le flambeau de la formation du cabinet une dizaine de jours après la récusation de Saad Hariri. Il s'agit depuis fin août 2020 du troisième Premier ministre désigné pour former un gouvernement de "mission" réclamé à l'international, notamment par la France, qui a proposé en septembre dernier un plan de réformes économiques et de lutte anticorruption en contrepartie d'un déblocage d'une aide financière cruciale.

"Il n'y a plus de temps à perdre"
Avant ce nouvel entretien entre MM. Aoun et Mikati, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont exhorté les autorités libanaises à former rapidement un nouveau gouvernement.

"Les Etats-Unis renouvellent leur appel à rapidement former un gouvernement" qui s'engage "à mettre en œuvre des réformes essentielles", a déclaré aux journalistes Jalina Porter, porte-parole du département d'Etat. De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, écrit sur Twitter que "la désignation de Nagib Mikati devrait être suivie de la formation rapide d'un gouvernement qui mettra en place les réformes requises pour rétablir la stabilité dans le pays". "Il n'y a plus de temps à perdre pour faire face à la crise économique et humanitaire croissante", a-t-il également averti.

Lire aussi

Mikati : Consensus pour accélérer la formation du gouvernement

Lundi, peu après la fin des consultations parlementaires, la France avait pris "note" de la désignation de M. Mikati. "L’urgence est désormais de former un gouvernement compétent et capable de mettre en œuvre les réformes indispensables au relèvement du pays, que tous les Libanais attendent", avait ajouté la porte-parole du Quai d'Orsay, avant d'ajouter que Paris "appelle l’ensemble des dirigeants libanais à agir en ce sens le plus rapidement possible. Leur responsabilité est engagée". L'Union européenne avait de son côté indiqué qu'il était d'une "importance cruciale qu’un gouvernement crédible et pouvant rendre des comptes soit formé au Liban sans délai, une équipe qui peut répondre à la sévère crise économique et sociale à laquelle le pays fait face". 


Le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, et le chef de l'Etat, Michel Aoun, ont échangé mercredi des "propositions et commentaires" concernant la mouture du gouvernement que le député de Tripoli a été chargé de former il y a deux jours. Ce dernier a dit après la réunion avoir eu le sentiment que le président Aoun a "accepté" ses propositions. "J'ai présenté à Michel Aoun...

commentaires (8)

curieux que personne, aucun politique Citoyen libanais ou pays quelconque n'evoque LA CONDITION ESSENTIELLE POUR QUE REUSSISSE UN NOUVEAU GOUV- A PART GEN.ROUKOZ : POUVOIRS EXCEPTIONNELS.difficile a obtenir? impossible? soit mais du diable qu'ils en parlent au moins, qu'ils l'exigent , NON ?

Gaby SIOUFI

13 h 56, le 29 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • curieux que personne, aucun politique Citoyen libanais ou pays quelconque n'evoque LA CONDITION ESSENTIELLE POUR QUE REUSSISSE UN NOUVEAU GOUV- A PART GEN.ROUKOZ : POUVOIRS EXCEPTIONNELS.difficile a obtenir? impossible? soit mais du diable qu'ils en parlent au moins, qu'ils l'exigent , NON ?

    Gaby SIOUFI

    13 h 56, le 29 juillet 2021

  • Mikati table sur le fait qu'il y a des élections l’année prochaine et que Aoun et ses partisans sont dos au mur et que s'ils veulent espérer garder quelques députés élus par des Chrétiens, et non pas par le Hezbollah, au parlement, il doit lâcher du lest. Aoun agira dans le sens ou il perdra le mois de plume possible. Si Mikati entend se présenter aux prochaines élections, Aoun lui rendra la vie facile aujourd'hui, pour diviser les sunnites, aux élections, affaiblissant ainsi Hariri lui mettant Mikati en face. Si Mikati n'entend pas se présenter aux élections, il lui fera des misères et lui rendra la vie noire comme le leadership sunnite l'a fait avec tous les Présidents précédents depuis l'indépendance a ce jour conduisant le pays a l’état désastreux dans lequel il se trouve. De toute manière, quoi qu'il en soit, ce gouvernement ne fera rien d'autre que stabiliser la Livre Libanaise jusqu'au prochaine élections et préparer ces dernières si elles ont lieu. Sinon ce sera le chaos.

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 16, le 29 juillet 2021

  • Il a le sentiment…Désolé mais valait mieux se taire que de dire des âneries

    mokpo

    19 h 45, le 28 juillet 2021

  • Optimiste déjà ? Détrompez-vous car votre interlocuteur vous cache bien des surprises. On aimerait vous écouter après un mois.

    Esber

    17 h 06, le 28 juillet 2021

  • le blocage de nouveau. deja des fuites sur les ecrans des t.v. revelent que aoun a dit qu,il ne va pas ceder... des prerogatives que constitutionellement il n,a pas... a mikati ce qu,il n,a pas cede a hariri. si c,est vrai, on recommence !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 31, le 28 juillet 2021

  • Écoutez l’occident messieurs Aoun, Bassil et Nasrallah…

    Eleni Caridopoulou

    16 h 03, le 28 juillet 2021

  • ADIB VOULAIT FORMER UN GOUVERNEMENT TECHNOCRATE, LE CLUB DES MILLIARDAIRES, NOTAMMENT MIKATI, L'ONT EMPÊCHÉ EN JOUANT LA CARTE DE LA RELIGION SUNNITE. MAINTENANT C'EST MIKATI QUI RÉCLAME UN GOUVERNEMENT TECHNOCRATE ! OÙ EST L'ERREUR ?

    Gebran Eid

    13 h 55, le 28 juillet 2021

  • Ce sont les destructeurs qui vont rebâtir?

    Wow

    13 h 47, le 28 juillet 2021

Retour en haut