Rechercher
Rechercher

Politique - Contrebande et sanctions saoudiennes

Le Liban exhorte l’Arabie saoudite à revenir sur sa décision

Les renseignements des FSI prennent en charge l’enquête, sous la supervision de Oueidate.


Le Liban exhorte l’Arabie saoudite à revenir sur sa décision

Un policier saoudien montrant une saisie de pilules de Captagon dissimulées dans une cargaison de grenades en provenance du Liban. Photo Twitter/@Spa_Eng

Réunis en urgence au palais présidentiel de Baabda, les hauts responsables libanais concernés par la décision prise par l’Arabie saoudite de « suspendre » ses importations de fruits et légumes en provenance du Liban ont exhorté hier les dirigeants du royaume à revenir sur leur sentence. L’Arabie saoudite avait annoncé vendredi cette décision après la découverte d’une cargaison de Captagon dissimulée dans des grenades en provenance du Liban. Riyad avait alors affirmé que des cargaisons de fruits et légumes étaient utilisées pour faire de « la contrebande de drogue » et avait accusé Beyrouth d’inaction. La suspension des importations, avaient ajouté les autorités saoudiennes, restera en vigueur « jusqu’à ce que les autorités libanaises fournissent des garanties suffisantes et fiables sur les mesures permettant de mettre fin aux opérations de contrebande systématique ciblant le royaume ». Présidée par le président Michel Aoun, en présence du Premier ministre sortant Hassane Diab, de plusieurs ministres, du commandant en chef de l’armée, des chefs des organismes de sécurité, des responsables des douanes et de représentants de syndicats d’agriculteurs, la réunion a été consacrée à la grande question de la contrebande à partir du Liban, ainsi qu’aux conséquences catastrophiques de la décision saoudienne pour les exportations libanaises. En quelque sorte, elle est venue confirmer la scandaleuse incompétence de l’administration libanaise dans la lutte contre le trafic de drogue, pour ne rien dire des complicités internes dont le trafic a sans doute bénéficié.

Lire aussi

Le Liban officiel prône l’apaisement avec le royaume saoudien

Parmi les responsables réunis, on redoute que le terme de « suspension » utilisé par les dirigeants saoudiens ne soit qu’un euphémisme pour « fermeture durable », indiquent des sources bien informées. Au terme de cette réunion, le ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, a été officiellement chargé d’engager des contacts avec son homologue saoudien, à des fins d’information et d’explication. M. Fahmi tente en particulier de sauver 100 tonnes de fruits et agrumes bloqués dans des camions à la frontière saoudienne.

Diab prône la coopération

À l’issue de la réunion de Baabda, un communiqué a été publié dans lequel les responsables expriment le souhait du Liban « de voir l’Arabie saoudite revenir sur sa décision » et assurent de sa volonté d’entretenir avec le royaume « les relations les plus fraternelles ». Dans son intervention personnelle, le Premier ministre sortant avait tenu à rappeler à l’Arabie saoudite et aux États du Golfe comme le Koweït, Bahreïn, le sultanat d’Oman et les Émirats arabes unis, qu’on dit tentés de l’imiter, « que l’arrêt de l’importation de fruits et légumes du Liban n’empêchera pas (les réseaux de trafiquants) de trouver d’autres voies pour leur marchés illicites ». Hassane Diab a donc proposé une « coopération » Liban-Arabie saoudite dans la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Lire aussi

La Grèce saisit quatre tonnes de cannabis dans une cargaison en provenance du Liban


Toutefois, le chef de l’État devait offrir à l’Arabie saoudite un gage plus concret de la bonne volonté du Liban, en s’indignant du retard mis par la direction des douanes à acheter et à installer des « scanners » de télédétection pour contrôler les conteneurs qui passent par le port de Beyrouth, malgré une décision en ce sens prise en juillet 2020, et la publication d’un décret à cet effet. Le chef de l’État a exigé que l’achat de ces appareils soit finalisé, quelle que soit la situation du Trésor. La décision d’achat des scanners avait été prise un mois avant les explosions qui ont dévasté le port et les quartiers portuaires (4 août 2020), et révélé le scandaleux état de sous-équipement de cette porte d’entrée du Liban laissée sans surveillance appropriée. La décision est désormais aux mains de la direction des adjudications. La chaîne de télévision al-Arabiya, citant sa consœur al-Hadath, avait rapporté que la drogue arrivée au Liban repartait du port de Beyrouth sans inspection, sous prétexte que le port n’est pas équipé de scanners pour le moment.

Quatre arrestations

Selon des premiers éléments de l’enquête des douanes, cités par notre correspondante Hoda Chedid, la cargaison de grenades truffées de Captagon avait été introduite au Liban depuis la Syrie avant d’être réexportée vers le royaume en tant que marchandise libanaise. La cargaison, après être arrivée au Liban, avait été estampillée comme un produit libanais par une société libanaise fictive qui dispose d’un certificat du ministère de l’Agriculture, avant d’être réexportée vers l’Arabie saoudite, selon une source proche de l’enquête. Quatre personnes liées à cette société fictive ont été arrêtées, d’après notre correspondante. Selon des informations de notre correspondante dans la Békaa Sarah Abdallah, un entrepôt de la localité de Taanayel, dans la Békaa, a été placé sous scellés sur ordre du procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, dans le cadre de cette affaire.

Lire aussi

Les agriculteurs catastrophés après la suspension par Riyad des importations de fruits et légumes

L’enquête montrera s’il existe des complicités au niveau des ministères de l’Agriculture, de la Chambre de commerce et d’industrie de la Békaa, ou des Affaires étrangères, stations administratives nécessaires pour l’obtention de l’attestation d’origine. L’enquête s’orientera aussi vers les ministères de l’Économie et les douanes. Elle a été confiée au bureau des renseignements des FSI, et sera coiffée par Ghassan Oueidate. La cargaison de grenades contenait plus de 5 millions de comprimés de Captagon.Les premiers éléments de l’enquête semblent confirmer ce que Ibrahim Tarchichi, le président du rassemblement des agriculteurs et paysans de la Békaa, avait affirmé dès vendredi dernier, à savoir que les grenades saisies en Arabie saoudite ne viennent pas du Liban, mais de Syrie. « Ce n’est pas la saison des grenades au Liban et de toute manière, nous n’avons jamais exporté ce fruit. Nous en importons pour le marché local depuis 20 ans », a-t-il dit. La décision saoudienne porte incontestablement un coup dur au secteur agricole local, sachant que le pays a exporté pour 29,3 millions de dollars de fruits et légumes vers l’Arabie saoudite en 2020, selon le site des douanes libanaises. « Cette décision nous est tombée dessus comme un couperet. Elle nous prive de l’exportation de plus de 100 000 tonnes de produits tous les ans », a affirmé Ibrahim Tarchichi. « Il n’est pas interdit de penser que la suspension, par Riyad, des importations de fruits et légumes du Liban ait une dimension non seulement sécuritaire, mais aussi politique, et soit liée à la formation d’un nouveau gouvernement dont la déclaration ministérielle comprendrait spécifiquement l’engagement du Liban à contrôler ses frontières légales et illégales », indique, de son côté, notre correspondant Mounir Rabih. Et d’ajouter que, même en l’absence de toute dimension politique, « la décision saoudienne sera difficile à lever sans une période probatoire ». En 2011 déjà, des officiers saoudiens venus au Liban avaient exigé un meilleur contrôle de ses frontières, rappelle notre correspondant.


Réunis en urgence au palais présidentiel de Baabda, les hauts responsables libanais concernés par la décision prise par l’Arabie saoudite de « suspendre » ses importations de fruits et légumes en provenance du Liban ont exhorté hier les dirigeants du royaume à revenir sur leur sentence. L’Arabie saoudite avait annoncé vendredi cette décision après la découverte d’une...

commentaires (4)

Rien que des gesticulations pour ne rien dire. Tout le monde sait qui est derriere tout cela. Mais personne n'ose le dire et surtout personne n'osera s'y opposer. Donc, l'indignation du president ne vaut pas un pet de lapin.

IMB a SPO

17 h 24, le 27 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Rien que des gesticulations pour ne rien dire. Tout le monde sait qui est derriere tout cela. Mais personne n'ose le dire et surtout personne n'osera s'y opposer. Donc, l'indignation du president ne vaut pas un pet de lapin.

    IMB a SPO

    17 h 24, le 27 avril 2021

  • Le roi MBS n’est pas sans savoir que si le président donne l’ordre de contrôler toutes les frontières et les abus de tout genre sur le sol libanais il torpille son accord avec ses protecteurs et du coup empêche l’accession au trône à son faux rejeton. Il ferme les yeux sur toutes les exactions simulant son étonnement de voir des pays se plaindre du bordel qui règne depuis son accession au pouvoir et ce dans tous les domaines et envoie sa clique prêcher la vertu et l’honnêteté qui ne les éclaboussent pas mais font semblant comme s’ils étaient les seuls sauveurs alors qu’ils font de tout pour tuer notre pays. Il existe encore des libanais qui croient en leur bonne foi malgré toutes les preuves de leur implication dans le massacre de notre pays et de ses institutions. Comment faire alors pour arriver à les mettre hors d’état de nuire lorsque les victimes sont consentantes et les bourreaux vénérés? Hier encore certains applaudissaient l’action de son homonyme sous prétexte qu’elle cherche à faire éclater la vérité du plus gros hold-up alors que le premier à être sanctionné n’est autre que l’un de leurs plus proche famille et qui trouve que l’Europe finira par être exclue des relations avec le Liban si elle persistait à dénoncer les voleurs et à les nommer. Que leur faut il de plus à ces partisans sectaires pour savoir que ni les chrétiens ni aucun humain ne figure sur leur plan de sauvetage seule leur tête et leur poste compte avec leur argent volé bien sûr.

    Sissi zayyat

    10 h 29, le 27 avril 2021

  • Ce problème de contrebande , dans les deux sens, entraîne des conséquences multiples pas seulement financières au premier rang desquelles se trouvent d'importantes perte fiscales . La porosité des frontières liée à une complicité de certains fonctionnaires ( la non installation de ces scanners, l'absence évidente de volonté de contrôler tous ces passeurs ) ,.et maintenant nos responsables de réunissent pour penser aux conséquences catastrophiques de la décision saoudienne pour les exportations libanaises. Le problème c'est que cette catastrophe ,une de plus, qui s'annonce, personne ne veut en endosser la responsabilité. Depuis nôtres descente en enfer, notre carburant coule à flot au pays de la Syrie "soeur" et personne au plus haut niveau n'a dénoncé ce fléau, a part une timide intervention de notre ministre de l'énergie. On en arrive à souhaiter que les Saoudiens ne reviennent pas sur cette décision, la décision de leur Ambassadeur est éloquente en décidant de prendre des vacances ... Il faudrait que tous ces responsables assument plutôt que de quémander,une nouvelle fois.

    C…

    03 h 57, le 27 avril 2021

  • L’enquête montrera S'IL EXISTE des complicités au niveau des ministères de l’Agriculture, de la Chambre de commerce et d’industrie de la Békaa, ou des Affaires étrangères, stations administratives nécessaires pour l’obtention de l’attestation d’origine. L’enquête s’orientera aussi vers les ministères de l’Économie et les douanes. S'IL EXISTE ? AVEZ VOUS DONC UN SEUL DOUTE? UNE SOCIETE FICTIVE MAIS ENREGISTREE AU LIBAN DEMANDE A 4 OU 5 DEPARTEMENT DE LEGALISER UN DOCUMENT FAUX EVIDEMENT PUISQUE LE LIBAN N'A JAMAIS EXPORTE DES GRENADES ( fruit evidement ) MAIS C'EST UN IMPORTATEUR DE CE PRODUIT TOUTES LES PERSONNES QUI ONT SIGNES CES DOCUMENTS TOUT COMME LES DOUANIER E TLEURS CHEFS QUI ONT CONTRESIGNE LES DOCUMENTS DE DOUANE DEVRAIENT ETRE EN PRISON AUJOURDH'UI ET RENVOYES DE LEURS FONCTIONS IMMEDIATEMENT ET POUR TOUJOURS « de voir l’Arabie saoudite revenir sur sa décision » et assurent de sa volonté d’entretenir avec le royaume « les relations les plus fraternelles ». LA FRATERNITE CE N'EST PAS SEULEMENT QUAND ON DOIT RECEVOIR DE L'ARGENT , C'EST AUSSI NE PAS ACCEPTER DES DECLARATIONS ET INSULTES DE NASRALLAH CONTRE L'ARABIE SEOUDITE OU D'AUTRES PAYS ARABES POUR OBEIR AUX ORDRES DE L'IRAN LA VERITE UN PAYS POURRI PAR SA CLASSE DIRIGEANTE DEPUIS L'ACCESSION DE AOUN A LA PRESIDENCE CAR OBEIR A UN PARTI IRANIEN AU DETRIMENT DU PAYS A LAISSE OUVERTE TOUTES LES CONTREBANDES ET AUSSI LES ADJUDICATIONS FOIREUSES OU LES COMMISSIONS SONT LA REGLE PLUTOT QUE L'EXCEPTION

    LA VERITE

    01 h 06, le 27 avril 2021

Retour en haut