Rechercher
Rechercher

Politique - Frontières maritimes

Les FL plaident pour l’adoption du décret d’amendement

Le député Forces libanaises (FL) Georges Adwan s’est prononcé hier en faveur de l’adoption de l’amendement du décret 6433, prévoyant une révision de la frontière maritime méridionale en y ajoutant une superficie supplémentaire de 1 430 km2 au profit du Liban, estimant qu’il s’agit d’une « question souveraine ».

« Quand vous avez un comité qui négocie avec ce sens du professionnalisme et des responsabilités, il est de notre devoir, en tant que Libanais, de le soutenir », a estimé Georges Adwan, en référence aux réclamations des négociateurs libanais envoyés pour discuter avec Israël. « Cela nous apprend que l’État libanais et l’armée sont les plus prudents et devraient être responsables de notre souveraineté. Nous avons une armée dont nous pouvons être fiers et des officiers professionnels et responsables », a renchéri M. Adwan.

Le décret d’amendement adopte une ligne plus conforme à la Zone économique exclusive (ZEE) du Liban, la ligne 29. « Si nous l’adoptons, nous pouvons le défendre avec tous les articles juridiques et accords internationaux, alors que nous ne pouvons pas défendre la ligne actuelle », a jugé M. Adwan.

« Israël travaille dans le champ Karich et l’adoption de cette nouvelle ligne de tracé des frontières l’empêchera d’opérer dans cette zone car ce sera un domaine controversé », a-t-il fait savoir, soulignant l’importance de cette question pour l’exploration et l’exploitation des ressources énergétiques offshore pour le Liban.

Dans ce contexte, le député a demandé au Premier ministre sortant Hassane Diab de convoquer le cabinet à une session au plus vite afin de modifier le décret 6433 et l’envoyer immédiatement aux Nations unies, espérant qu’il « mette de côté toutes les considérations de quelque nature qu’elles soient face à l’intérêt national supérieur ». « S’il ne le fait pas, je me tournerai vers le président de la République pour lui demander de signer le décret, car il a la charge de l’intérêt national et de la Constitution », a-t-il ajouté.

Entamées en octobre 2020, les négociations indirectes entre le Liban et Israël sur la démarcation de leur frontière maritime, sous l’égide des Nations unies et avec la médiation américaine, sont interrompues depuis décembre dernier, en raison des rectifications de frontières réclamées par le Liban.


Le député Forces libanaises (FL) Georges Adwan s’est prononcé hier en faveur de l’adoption de l’amendement du décret 6433, prévoyant une révision de la frontière maritime méridionale en y ajoutant une superficie supplémentaire de 1 430 km2 au profit du Liban, estimant qu’il s’agit d’une « question souveraine ».
« Quand vous avez un comité qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut