Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Raï : Nous sommes face à un plan qui vise à changer l'identité du Liban

Le patriarche maronite se demande pourquoi les responsables ne parviennent pas à former un gouvernement, alors qu'ils se disent d'accord sur ses critères, "notamment l'absence du tiers de blocage".

Raï : Nous sommes face à un plan qui vise à changer l'identité du Liban

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo ANI

Le patriarche maronite Béchara Raï a affirmé samedi, dans une lettre adressée aux fidèles à l'occasion de la fête de Pâques, qu'il y a désormais un "plan clair qui vise à changer l'identité du Liban", alors que le pays empêtré dans de graves crises est sans gouvernement depuis bientôt huit mois. À ce sujet, le dignitaire maronite s'est demandé pourquoi les dirigeants politiques, qui se disent d'accord sur une série de critères pour le nouveau cabinet, notamment l'absence de tiers de blocage, ne parviennent toujours pas à former ce gouvernement. Ces remarques sonnent comme une critique à l'encontre du président de la République Michel Aoun et son gendre, le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, tous deux accusés par leurs détracteurs de vouloir s'assurer un tiers de blocage au sein de la prochaine équipe ministérielle dans un contexte de bras de fer politique avec le Premier ministre désigné Saad Hariri.

"Comme il nous est douloureux de voir la classe au pouvoir et ceux qui l'entourent manipuler le sort de la patrie, de son peuple, de sa terre, de sa dignité ! (...) Il est encore plus douloureux de voir que certains d'entre eux s'accrochent à une loyauté envers un autre pays que le Liban, aux dépens de la nation et des Libanais !", a regretté le prélat, dans une allusion à peine voilée au Hezbollah, proche allié de l'Iran. Jeudi, des propos du patriarche tenus il y a plusieurs jours par visioconférence avaient été rendus publics. Mgr Raï y avait durement critiqué le parti chiite qui confisque, selon lui, "la décision de guerre et de paix".

Une charge claire contre Michel Aoun

Béchara Raï s'est ensuite longuement attardé sur l'impasse politique qui se manifeste par l'absence d'un nouveau gouvernement depuis près de huit mois. "Que peut-on dire de ceux qui bloquent intentionnellement la formation du gouvernement et paralysent l'État, pour faire croire au peuple que le problème est dans la Constitution, alors que la Constitution est la solution ? Le problème vient de leurs comportements politiques et nationaux", a-t-il jugé, à l'heure où les acteurs de la scène libanaise se livrent une bataille rangée autour des prérogatives dévolues au chef de l'État et au Premier ministre désigné sur la formation du cabinet. Si le patriarche ne nomme pas les responsables politiques qu'il critique, ses propos au sujet de l'interprétation de la Constitution sonnent comme une charge claire contre Michel Aoun et son camp.

Le Liban est sans cabinet actif depuis depuis la démission de celui de Hassane Diab, il y a près de huit mois, dans la foulée des explosions meurtrières du 4 août au port de Beyrouth. Le chef de l'État Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri ne sont toujours pas parvenus à former une nouvelle équipe, alors que celle-ci est plus que jamais indispensable afin de réformer un pays et obtenir des aides substantielles de la communauté internationale.

Lire aussi

Nouvelle charge du patriarche maronite contre le Hezbollah

Dans ce contexte, Béchara Raï a estimé qu'il est "désormais clair que nous sommes face à un plan qui vise à changer le Liban, son système, son identité, sa formule et ses traditions". Il y a des parties qui adoptent une méthode de démolition des institutions constitutionnelles, financières, de l'armée et de la justice. Il y a des parties qui choisissent de créer des problèmes et d'empêcher les solutions", a lancé le dignitaire religieux. "La vie de la nation n'est pas celle des quotas. C'est l'intégration de valeurs, la rencontre de volontés et un profit commun", a-t-il encore estimé, demandant que "les droits des confessions et leurs quotas s'évanouissent devant les droits des citoyens à la sécurité, à la nourriture, à l'éducation, à la santé, au travail, à la prospérité et à la paix". Encore une critique qui semble viser le président Aoun, qui avait dernièrement affirmé dans un entretien au quotidien al-Joumhouria que le Premier ministre désigné n'avait pas le droit de nommer les ministres chrétiens et que cette tâche revenait au chef de l'État.

! Halte aux abus

Pourquoi ce délai (pour former un gouvernement) alors que tous déclarent - s'ils disent vrai - vouloir un cabinet de spécialistes indépendants et compétents, au sein duquel aucun parti politique ou parlementaire ne détiendrait le tiers de blocage, un concept qui de toute façon ne figure ni dans la Constitution, ni dans le Pacte national ?", s'est encore demandé le prélat maronite.

Lire aussi

Derrière l’assouplissement de Nasrallah, des considérations tactiques

"Je dis à tous ceux qui sont à l'origine de l'échec de la formation du gouvernement et de ses conséquences financières, économiques, monétaires et sociales : Arrêtez les abus ! Arrêtez les comportements égoïstes et autoritaires ! Arrêtez de sacrifier le Liban et les Libanais pour le bien d'autres peuples, d’autres causes et d’autres pays ! Arrêtez les interprétations personnelles de la Constitution et les hérésies dans l'interprétation du Pacte national (1943). Libérez la prise de décision et le peuple libanais !", a lancé le patriarche dans son message.

Evoquant en outre l'importance de la "compassion", il a regretté que ce concept soit de moins en moins présent dans "la conscience humaine", qui est "sous l'influence du matérialisme, des intérêts personnels, de la dégradation morale et de la corruption endémique sous toutes ses formes". Il a dans ce cadre estimé que la classe dirigeante libanaise est "très éloignée de la culture de la compassion". 

Neutralité et conférence internationale

Le chef de l'Église maronite est enfin revenu en quelques mots sur ses deux chevaux de bataille : la neutralité du Liban et la tenue d'une conférence internationale pour sauver le pays. "Un Liban neutre est un Liban de stabilité et de paix. Quant au Liban partial, c'est le Liban de la tourmente et de la guerre. Nous voulons la paix, pas la guerre. La neutralité est dans l'intérêt de tous et peut sauver tout le monde", a-t-il affirmé, alors que cette proposition ne fait pas l'unanimité, notamment auprès du Hezbollah, encore armé et engagé notamment en Syrie aux côtés du régime du président Bachar el-Assad.

"Quant à la conférence internationale, elle donnera au Liban une nouvelle vie en stabilisant son entité, ses frontières internationales, en renouvelant le partenariat national, en renforçant sa souveraineté, son indépendance et son armée", a jugé Mgr Raï, ajoutant que "les Nations Unies et nos amis arabes et internationaux sont prêts à discuter de cette proposition car ils souhaitent aider le Liban à rester un pays libre et privilégié dans cet Orient".

Le 27 février, lors d'un grand rassemblement organisé au siège patriarcal maronite à Bkerké pour soutenir les appels du patriarche à la neutralité du Liban et à la tenue d'une conférence internationale, Béchara Raï avait appelé à la "libération de l'État", maintenant que "le territoire a été libéré". Après cette charge contre le Hezbollah et ses armes, le dialogue avait quand même repris entre les deux parties, via un comité bipartite.


Le patriarche maronite Béchara Raï a affirmé samedi, dans une lettre adressée aux fidèles à l'occasion de la fête de Pâques, qu'il y a désormais un "plan clair qui vise à changer l'identité du Liban", alors que le pays empêtré dans de graves crises est sans gouvernement depuis bientôt huit mois. À ce sujet, le dignitaire maronite s'est demandé pourquoi les dirigeants politiques,...

commentaires (17)

seule question qui m'interresse : ce discours avait il ete fait avant ou apres la visite de aoun a bkerke? pour le reste, ce n'est qu'un cri dans un desert qui plus est desert pourri, purulent, infecte et desespere!

gaby sioufi

11 h 15, le 04 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • seule question qui m'interresse : ce discours avait il ete fait avant ou apres la visite de aoun a bkerke? pour le reste, ce n'est qu'un cri dans un desert qui plus est desert pourri, purulent, infecte et desespere!

    gaby sioufi

    11 h 15, le 04 avril 2021

  • Certains disent qu'il est temps de passer à un état démocratique et non confessionnel. Très bonne proposition au moment ou le confessionnalisme est à son apogée, le pays effondré économiquement, culturellement. et humainement, à la tête duquel se trouve l'organisation armée la plus formidable que l'histoire du Liban a connue. Ya Mgr Raï, asseyons nous autour de la table, écoutons cette organisation affiliée à l'Iran et malheureusement pour nous, composée de libanais, ce qu'elle souhaite comme état, ce qui sera considéré comme l'essence même de la souveraineté, de la démocratie et de la laïcité.

    DJACK

    11 h 03, le 04 avril 2021

  • Le Liban a été construit par les maronites et les Druzes, et s’est enrichi par toutes les autres communautés qui s’y croisent. Par contre, l’agenda du Hezbollah est un agenda différent, il vise dans ces statuts à transformer notre pays. C’est cela que le patriarche dénonce, avec la corruption généralisée qui en découle. Quand à dire que c’est le Hezb qui protège le Liban de Daech, c’est une vaste blague. Daech est une création du régime Syrien pour dévoyer une révolution pacifique et juste. C’est Assad qui a lâché tous les prisonniers islamistes dans la nature, et a encouragé la radicalisation par les atrocités dont nous avons gouté nous même les potions amères en leur temps.

    Bachir Karim

    23 h 43, le 03 avril 2021

  • Le patriarche se pose des questions alors qu'il connait les réponses. On attend de lui qu'il agisse et non qu'il pose des questions. Il est le seul qui peut renverser la table et exiger des changements radicaux et immédiats. Demander la neutralité du Liban et la tenue d'une conférence internationale pour sauver le pays ne suffiront pas. Il faut aussi demander la démission de toute la classe politique ainsi que le parlement afin qu'une nouvelle classe politique issue du peuple prenne le pouvoir. Seule une REVOLUTION sauvera le Liban.

    carlos achkar

    19 h 40, le 03 avril 2021

  • Honte Mr. Aoun vous avez vendu notre pays aux ayatollahs??????

    Eleni Caridopoulou

    18 h 37, le 03 avril 2021

  • Bécharra Raï en tant que chef de l’Eglise maronite dispose d’une arme de dernier recours qu’il pourrait bien être inspiré d’utiliser un jour: l’excommunication du gendre du Président Aoun et la menace de l’excommunier lui-même, afin de libérer les chrétiens de l’imposture de ce funeste personnage qui prétend les représenter

    AntoineK

    18 h 29, le 03 avril 2021

  • La situation actuelle découle d'un pacte confessionnel de l'époque ottoman repris sous le protectorat français et est aujourd'hui révolue . il est temps de passer a un etat démocratique et non confessionnel. Que l'on arrête de chercher une aiguille dans une botte de foin ou de vouloir faire porter le chapeau à une communauté en particulier . On tourne en rond comme un serpent qui cherche a se mordre la queue en se mettant des oeillières pour éviter de voir la réalité du Liban et du Moyen orient . Pensez vous sérieusement que c'est la coalition occidentale qui a stoppé l'avancée de Daesh en Irak, Syrie et puis au Liban ? Oui aucune milice ne devrait exister au Liban et le droit et la justice doit s'appliquer a tout le territoire du Liban mais encore faut il que l'armée libanaise ait les moyens de défendre le territoire libanais ou que la laisse acquérir ces moyens . Pensez vous sérieusement que si le régime de Bachar en Syrie s’écroule, le Liban avec toutes ses communautés ( que vise Daesh et la Turquie ) aux interêts parfois divergents tiendra longtemps ? Je vous laisse imaginer le scénario d’une Turquie victorieuse en Syrie sous couverture Daeshiste …

    nabil zorkot

    18 h 21, le 03 avril 2021

  • Un cancer généralisé et qui se manifeste de différentes façons, a prit possession de notre patrie! Aujourd'hui, seul un miracle nous en délivrera!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 14, le 03 avril 2021

  • Avec connivence au plus haut niveau.

    Esber

    17 h 04, le 03 avril 2021

  • Béchara Raï a estimé qu'il est "désormais clair que nous sommes face à un plan qui vise à changer le Liban, son système, son identité, sa formule et ses traditions". On entend bien qu'il parle d'un complot mais par qui et pour quoi ? Penses-t-il peut etre qu'il faille accepter le statut d'un pays plongé dans le féodalisme et le confessionnalisme ? Peut être qu'il prefère qu'on reste dans ce systeme archaïque et maffieux actuel ? n'est il pas temps que ce pays meurtrie change de voie pour trouver son salut ! J'attend avec impatience que Monseigneur s'engage sur la voie d'un etat laïc et non confessionnel comme le sont les états de l'Occident qui nous servent de reférence ...

    nabil zorkot

    16 h 57, le 03 avril 2021

  • A voice crying in the wilderness.

    Gougassian Jean-Jacques

    16 h 17, le 03 avril 2021

  • "... Le problème vient de leurs comportements politiques et nationaux ..."- Non, le problème vient de leur ego surdimentionné par rapport à leur petite taille...

    Gros Gnon

    15 h 40, le 03 avril 2021

  • MAIS PATRIARCHE VOUS SAVEZ, COMME TOUS LES LIBANAIS, QU,IL Y A COMPLOT IRANIEN EXECUTE PAR LE HEZBOLLAH, AVEC AOUN ET SON GENDRE OTAGES QUI SONT PRISONNIERS D,INTERETS AVANCEES , DE DIVERSES FORMES, ET QUI NON SEULEMENT SUIVENT MAIS EXECUTENT DE MALGRE LES ORDRES DES SEIDES QUI ONT DETRUIT TOUT DANS LE PAYS POUR CHANGER TOUT AVEC LE REVE D,UNE WILEYET EL FAKIH DONT NASRALLAH A REPETE TANT DE FOIS QU,IL EN FAIT PARTIE ET VEUT L,IMPOSER AU LIBAN. DETRUISANT TOUT, APPAUVRISSANT ET AFFAMANT LE PEUPLE ON LUI OTE TOUTE CONTRE REACTION ET ON ETABLIT A LA DOUCE SON COMPLOT. DU MOINS C,EST CE DONT ILS REVENT. ET C,EST A L,ELEMENT CHRETIEN DE SE REVEILLER, DE DEGAGER LE DUO QUI EST LEUR OTAGE ET DE PREPARER LA RESISTANCE A L,IMAGE DE CELLE QUI A CHASSE ARAFAT ET SES VOYOUS, SI NECESSAIRE, ET SI LES MENACES DE GUERRE CIVILE DE H,N, SONT MISES EN ACTION. IL VEUT QUE LES AUTRES COMMENCENT, IL NE FAUT PAS TOMBER DANS LE PIEGE. MAIS LA OU IL FAIT UNE ERREUR MAJEURE C,EST QU,UNE GUERRE CIVILE AU LIBAN SONNERAIT L,HALLALI DES MERCENAIRES ET DE LEURS COMPLICES. RESISTANTS LIBANAIS DE LA PREMIERE HEURE SOYEZ PRETS SI LA PATRIE EST EN DANGER D,UN AUTRE ARAFAT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 20, le 03 avril 2021

  • Ils font leur affaires, nous regardent agonir...et dépensent le reste de notre argent des banques et du budget. Le plan.

    Marie Claude

    14 h 27, le 03 avril 2021

  • Plus tardive est la prise de conscience collective, plus le temps joue en la faveur des traitres qui sont en train de vendre le pays, beaucoup moins lentement qu'avant, mais sûrement !

    Robert Malek

    14 h 02, le 03 avril 2021

  • ""ARRETEZ LES ABUS ! ARRETEZ LES COMPORTEMENTS EGOÏSTES ET AUTORITAIRES ! ARRETEZ DE SACRIFIER LE LIBAN ET LES LIBANAIS POUR LE BIEN D'AUTRES PEUPLES, D’AUTRES CAUSES ET D’AUTRES PAYS ! ARRETEZ LES INTERPRETATIONS PERSONNELLES DE LA CONSTITUTION ET LES HERESIES DANS L'INTERPRETATION DU PACTE NATIONAL (1943). LIBEREZ LA PRISE DE DECISION ET LE PEUPLE LIBANAIS !""---- Vous avez sur ce point mille fois raison Monseigneur. Que de causes perdues ont été défendues par les ""pro de toutes obédiences"", surtout syriennes et palestiniennes, au détriment du Liban et de son peuple. Mais par contre, vous me permettez Monseigneur sur : ""LA NEUTRALITE DU LIBAN ET LA TENUE D'UNE CONFERENCE INTERNATIONALE POUR SAUVER LE PAYS"", sur ces deux points précisément, je n’y crois pas beaucoup ni à la neutralité du Liban, ni le sauver par une conférence internationale. Malheureusement, trop tard.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    13 h 51, le 03 avril 2021

  • Ce discours du Monseigneur Raï est un diamant pur. Ils devrait réveiller les consciences en veille des libanais de toutes les religions car il est authentique et désintéressé. Il ne prêche que l’amour sans tomber dans le pathos, l’amour de la nation en premier. Lui homme de foi invite tous les libanais à se réveiller pour sauver leur pays loin des considérations religieuses et pathétiques car il s’agit de leur survie à tous sans distinction. S’élever au delà des complexes ancestrales qui ont détruit ce pays et qui ont toujours eu pour but de diviser pour mieux régner sur leurs cadavres et leurs ruines. Si les libanais ont un brin de patriotisme saisiront cette opportunité pour se mettre tous debout et iront arracher ensemble le pouvoir à ces vendus qui n’ont ni foi ni loi et que seul leur cupidité et leur propre nombril et intérêts personnels les motivent dans le but de saccager le pays.

    Sissi zayyat

    13 h 40, le 03 avril 2021

Retour en haut