Rechercher
Rechercher

Politique - Vie politique

Nouvelle charge du patriarche maronite contre le Hezbollah

Béchara Raï reproche au parti chiite de vouloir entraîner le Liban dans une guerre à son corps défendant.

Nouvelle charge du patriarche maronite contre le Hezbollah

Le patriarche saluant la foule venue à Bkerké appuyer ses prises de position. Anwar Amro/AFP

Au risque de compromettre les efforts d’apaisement visant à faciliter le processus de formation d’un nouveau gouvernement, auxquels le patriarche maronite Béchara Raï est associé, des réseaux sociaux et des télévisions ont diffusé hier des propos dans lesquels, ne mâchant pas ses mots et dans une sorte de « politique vérité » qui ne veut plus cacher les choses, le patriarche reproche ouvertement au Hezbollah d’entraîner les Libanais dans une guerre (contre Israël) à leur corps défendant, et sans leur demander leur avis. Les propos du patriarche ont été tenus avant le discours prononcé mercredi par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, dans lequel il a laissé entendre qu’il ne faut pas « désespérer » de la possibilité de former un gouvernement.

« Pourquoi êtes-vous contre la neutralité ? Voulez-vous nous obliger à entrer en guerre ? » lance le patriarche dans cette vidéo massivement partagée sur les réseaux sociaux dans la nuit de mercredi à jeudi. « Pourquoi refusez-vous une initiative de neutralité qui est dans votre intérêt et dans celui de tous les Libanais et ouvre la voie à la prospérité ? Pourquoi décidez-vous d’entraîner les Libanais dans une guerre que vous avez décidé de mener sans leur demander leur avis ? »

Lire aussi

Derrière l’assouplissement de Nasrallah, des considérations tactiques

« Avez-vous sollicité l’avis et l’approbation des Libanais avant de vous impliquer en Syrie, en Irak et au Yémen ? Avez-vous pris l’avis du gouvernement avant de décider de la guerre ou de la paix avec Israël ? » reprend le chef de l’Église maronite, rappelant que selon la Constitution ces décisions doivent être prises « par le gouvernement à la majorité des deux tiers ». « Ce que je fais (en prônant la neutralité, NDLR), je le fais dans votre intérêt, mais vous, vous ignorez aussi bien notre intérêt que celui de votre base », a-t-il encore insisté. Et de révéler avoir entendu des partisans du Hezbollah venus à Bkerké lui confier que les armes du parti chiite sont « dirigées contre eux », qu’ils ne « peuvent plus supporter » cette situation et qu’ils « ont faim » comme le reste du peuple libanais.

L’extrait vidéo est tiré d’une visioconférence tenue samedi dernier par le patriarche depuis Bkerké avec des fidèles des paroisses Saint-Maron de Brooklyn et Notre-Dame du Liban de Los Angeles. La conférence est disponible dans son intégralité en ligne. La partie fuitée se trouve à la 49e minute.

Dans les cercles du patriarche maronite, on ne s’émeut pas outre mesure de la vidéo qui circule, et l’on distingue clairement entre les propos du patriarche et le processus de formation du gouvernement. « Ce sont des propos qu’il tient depuis longtemps et dont il ne se cache pas », a affirmé une personnalité proche du prélat, qui ajoute que le chef de l’Église maronite « espère toujours qu’un terrain d’entente sera trouvé entre le chef de l’État et le Premier ministre désigné, de nature à favoriser la formation d’un nouveau gouvernement ».

Lire aussi

Neutralité libanaise : histoire et enjeux d’un concept

De son côté, l’avocat Harès Chéhab estime « qu’il est inutile d’en faire une affaire et de faire enfler la polémique; elle retombera d’elle-même ». N’importe qui a pu mettre en ligne la vidéo en question, puisque les propos du patriarche ont été tenus samedi devant plusieurs centaines de fidèles, ajoute en substance l’avocat, qui représente, avec le vicaire patriarcal Samir Mazloum, le patriarcat au sein du comité bipartite Bkerké-Hezbollah chargé du dialogue entre les deux instances.Le 27 février, lors d’un grand rassemblement organisé à Bkerké pour soutenir ses appels à la neutralité du Liban et à la tenue d’une conférence internationale sous les auspices de l’ONU pour un règlement de la crise libanaise, le patriarche avait appelé à la « libération de la légalité de son carcan », maintenant que « le territoire a été libéré ». Après cette charge contre le Hezbollah et ses armes, le dialogue avait quand même repris entre les deux parties, via le comité bipartite. Ce groupe s’était réuni le 8 mars et avait, selon un communiqué du parti pro-iranien, évoqué « la question de la neutralité positive proposée par le patriarche Raï ». Le Hezbollah estime que le Liban ne peut être neutre au vu des « menaces » israéliennes, et estime qu’une internationalisation du règlement sous le chapitre VII de la charte de l’ONU équivaudrait à une « déclaration de guerre ». Cependant, le patriarche n’a jamais évoqué cette éventualité, rappelant que le Liban indépendant est né en 1943 sur les fonts baptismaux de la neutralité.


Au risque de compromettre les efforts d’apaisement visant à faciliter le processus de formation d’un nouveau gouvernement, auxquels le patriarche maronite Béchara Raï est associé, des réseaux sociaux et des télévisions ont diffusé hier des propos dans lesquels, ne mâchant pas ses mots et dans une sorte de « politique vérité » qui ne veut plus cacher les choses, le...

commentaires (4)

Votre Béatitude,Le Hezbollah vient vous demander humblement de le tirer des griffes de l’Iran.Mais c’est trop tard car aujourd’hui il n’y a qu’Israel et les Russes qui peuvent agir et le sort du peuple Libanais rien à cirer .Tout ce que nous pourrions faire contre Hezbollah ne servirait à rien!Car aujourd’hui ils remuent la queue en dehors de la cage et aboie dedans en vain car les bouches affamées se sont substituées aux oreilles! Hélas!

PHENICIA

07 h 25, le 03 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Votre Béatitude,Le Hezbollah vient vous demander humblement de le tirer des griffes de l’Iran.Mais c’est trop tard car aujourd’hui il n’y a qu’Israel et les Russes qui peuvent agir et le sort du peuple Libanais rien à cirer .Tout ce que nous pourrions faire contre Hezbollah ne servirait à rien!Car aujourd’hui ils remuent la queue en dehors de la cage et aboie dedans en vain car les bouches affamées se sont substituées aux oreilles! Hélas!

    PHENICIA

    07 h 25, le 03 avril 2021

  • PATRIARCHE VOUS FAITES UNE GRANDE CONCESSION EN LES RECEVANT A BKERKE ET UNE PLUS GRANDE EN DISCUTANT AVEC EUX. QUE POUVEZ-VOUS DISCUTER AVEC UNE MILICE DE MERCENAIRES IRANIENS ET AVEC LEURS PARAVENTS LIBANAIS QUI ONT VENDU LE PEUPLE ET LE PAYS ET ONT PRATIQUEMENT DETRUIT LA VIE ET L,AVENIR DE TOUS LES LIBANAIS, SURTOUT LES CHRETIENS, ET L,EXISTENCE MEME DU LIBAN. RESTEZ SUR VOTRE LIGNE FERME. IL FAUT QU,ILS DEGAGENT MERCENAIRES ET PARAVENTS POUR QUE VIVENT LES LIBANAIS ET LE LIBAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 57, le 02 avril 2021

  • C’est la voix de la raison, quiconque pourvu d’un minimum de discernement ne peut qu’approuver les mots du patriarche. Qu’avons nous a gagner de ce suivisme aveugle derriere un axe politique sectaire et retrograde, contraire a l’orientation historique du Liban, pays de fraternite islamo-chretienne et non chiito-chretienne ! Qu’un grand parti chretien appuie les ambitions demeusurees et destructrice de la milice armee illegale est desolant. Tout cela pour des ambitions bassement politiciennes. L’amour malsain du pouvoir a cause la destruction du Liban historique. Les Libanais dans leur majorite ne peuvent logiquement qu’appuyer la neutralite et la distanciation du Liban. Le combat sera dur et ardu mais on en a vu d’autres !

    Goraieb Nada

    09 h 04, le 02 avril 2021

  • En 1935, Laval et Staline discutaient un traité franco-soviétique de mutuelle assistance en cas d'agression. Staline était inquiet du nombre de divisions dont pourrait disposer l'armée française sur le front occidental en cas de guerre. Quand Laval lui demande s'il ne pouvait faire quelque chose pour encourager la religion catholique en Russie et faciliter ainsi les relations entre la France et le Vatican, Staline lui répondit cyniquement : "Oh ! Le pape ! Combien de divisions a-t-il ?", montrant ainsi le peu de cas que lui-même et la révolution communiste faisaient de la religion. Pourtant, c'est bien la religion catholique et le syndicat Solidarnosc qui furent à l'origine de la remise en question du système communiste, en Pologne puis dans toute l'Europe de l'Est.

    Nassar Jamal

    08 h 04, le 02 avril 2021

Retour en haut