Rechercher
Rechercher

Société - Chute de la livre

« Nous avons tout perdu » : le même cri de désespoir hier, partout au Liban

Une foule en colère a investi les rues alors que le dollar s’échangeait à 10 000 LL sur le marché parallèle.

« Nous avons tout perdu » : le même cri de désespoir hier, partout au Liban

Une femme assise devant des pneus en flammes, le 2 mars 2021 dans le centre-ville de Beyrouth, lors d'une manifestation contre la dévaluation de la livre libanaise. Photo Matthieu Karam

« Nous n’avons plus rien à perdre, parce que nous avons tout perdu. » Tel un leitmotiv, cette phrase était répétée hier par des manifestants en colère qui ont progressivement investi les rues dans plusieurs régions du pays pour protester contre la chute continue de la livre. Celle-ci s’échangeait hier à 10 000 livres pour un dollar sur le marché parallèle. Un record.

De Tyr au Akkar, en passant par Nabatiyé, Saïda, Kfarhim dans le Chouf, Beyrouth, la Békaa, Jbeil, Batroun, Tripoli et le Koura, c’est le même cri de désespoir et d’exaspération qui était lancé contre la classe politique, accusée d’être à l’origine de la crise dans laquelle le pays est plongé depuis plus d’un an et demi. Une classe politique incapable de proposer des solutions.

Hier, plusieurs artères principales ont été ainsi bloquées au cœur de la capitale. À Tarik Jdidé, Kaskas, Verdun, Corniche Mazraa, Béchara el-Khoury, Saïfi et aussi place des Martyrs, où les manifestants de plus en plus nombreux en soirée tambourinaient sur les plaques métalliques qui balisent les chantiers non loin du Sérail. Les slogans de la thaoura étaient repris en chœur : « À bas le régime voyou », « Thaoura, thaoura », « Le peuple veut la chute du régime ».

« Nous n’avons pas d’électricité depuis deux semaines, le dollar est à 10 000 LL, il n’y a pas de travail pour les Libanais. On entre au supermarché avec 100 000 livres et on en ressort endetté de 200 000 », lâche un protestataire furieux sur la voie-express du Ring, coupée à la circulation à l’aide de pneus enflammés. Le jeune homme affirme venir de Khandak el-Ghamik, fief du mouvement Amal. « Nous sommes contre tous. Tous, c’est-à-dire tous », fulmine-t-il, en reprenant le slogan de la révolution du 17 octobre. Mais il se reprend vite : « Tous, à l’exception du estéz (le président de la Chambre Nabih Berry) et du sayyed (le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah). »

Lire aussi

Le salaire minimum au Liban désormais inférieur à ceux du Bangladesh et des Philippines

« Nous voulons manger, nous voulons vivre », dit-il encore, refusant de donner son nom et son âge. Hier soir, les protestataires, sur le Ring, avaient aussi des mots durs contre le chef de l’État Michel Aoun.

« Nous bloquons la route parce que nous n’avons pas d’électricité, pas d’argent, pas de sécurité », dit de son côté Omar, 18 ans, venu du quartier Aïcha Bakkar. « Ici, tous les protestataires sont chiites et moi je suis sunnite, mais nous sommes solidaires », assure-t-il, avant de préciser qu’il est « contre toute la classe politique à l’exception de cheikh Saad » (Hariri, chef du courant du Futur).

Le spectacle est presque le même au niveau du carrefour dit Chevrolet, dans le quartier de Furn el-Chebback. « Nous n’avons plus d’argent, nos parents ne peuvent plus payer nos frais universitaires », affirme Antoine, 20 ans, étudiant à l’Université Saint-Joseph.

Manifestation de colère, hier soir, sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth. Photo Matthieu Karam

Trop laxistes

À côté de lui, Christiane, 48 ans, enseignante, ne cache pas son ras-le-bol à l’égard de ses compatriotes, trop démobilisés à son goût. Les mots se bousculent dans sa bouche. « J’espère que tout le peuple descendra dans la rue, parce que la situation est devenue insupportable. Il ne saurait y avoir pire que ce qu’on vit actuellement. Nous avons tout perdu. Nous n’avons plus rien et nos jeunes sont en train de partir alors que c’est eux (la classe politique) qui doivent partir. Eux, dont les enfants étudient à l’étranger. Tous : le CPL, les Forces libanaises, Amal, le Hezbollah, le courant du Futur... Tous. Ils se sont moqués de nous pendant des années et continuent de le faire. Quand le peuple va-t-il enfin se réveiller ? » vocifère-t-elle.

À quelques kilomètres de là, à Zouk où la foule ne cesse de grandir, Yasser tire un billet de 100 000 livres de sa poche. « J’ai 50 ans et c’est tout ce que j’ai. » Sa voix est douce, fatiguée. Yasser est venu de Baalbeck pour participer aux mouvements de protestation qui, l’espère-t-il, se poursuivront. « Il faut que le blocage de routes se poursuive », insiste-t-il. Une unité de l’armée se déploie loin des manifestants qui ont fermé les deux voies de l’autoroute. Elle ne reste pas longtemps sur place et se retire vite, laissant les agents des FSI contrôler la situation. Les policiers n’interviennent pas, alors que les protestataires scandent des slogans hostiles au Hezbollah et au chef de l’État. Plusieurs d’entre eux brandissent le drapeau libanais. L’air est irrespirable à cause de la fumée qui se dégage des pneus en flammes. « Je ne suis pas là seulement à cause de la dégringolade de la livre, mais parce que c’est tout le pays qui s’effondre. Je n’arrive plus à payer mes frais d’université », s’énerve Élias, 21 ans. Il est persuadé que le soulèvement populaire n’a pas pris fin.

Pour Fouad, 43 ans, au chômage depuis un an, il est impératif que les Libanais « bougent afin de se débarrasser de la classe politique qui continue de nous ignorer ». « Qu’attend-on encore ? Ils nous ont appauvris, fait exploser, pillés », se déchaîne-t-il, mais il admet que l’épidémie de coronavirus a freiné le mouvement de protestation. « Celui-ci doit reprendre. Nous n’avons plus rien à perdre. Nous ne devons plus rien craindre », dit-il.

À Chtaura, dans la Békaa, où tôt dans la journée le taux de change avait atteint chez les changeurs de la région près de 10 000 livres pour un dollar, des protestataires ont obligé certains agents de change à fermer boutique sur la place de la localité et l’armée est intervenue pour éviter tout acte de vandalisme. Des habitants de Taalabaya, dans la même région, ont eux bloqué la route principale de la localité pour manifester leur colère contre la dégringolade de la livre et la détérioration des conditions de vie. Toujours dans la Békaa, un groupe de jeunes a coupé la route Rayak-Baalbeck à l’aide de pneus enflammés, ainsi que la route au niveau du rond-point de Zahlé et à l’entrée du village de Nabi Chit.

À Saïda aussi, au Liban-Sud, des manifestants ont bloqué la circulation au niveau de la place Élia, scandant des slogans contre le pouvoir. L’armée est intervenue pour rouvrir le passage. Les protestataires se sont ensuite rendus à la rue des banques, dans le centre de Saïda, et ont fermé de force les bureaux de change, accusant les changeurs d’être des « voleurs ». Les forces de sécurité étaient présentes en nombre sur les lieux. Sur l’autoroute menant au Sud, au niveau de Jiyeh, la route a également été coupée, puis de nouveau à Khaldé en soirée.

Des mouvements de protestation ont été également organisés dans les secteurs sous contrôle du Hezbollah, sur l’ancienne route de l’aéroport au niveau de l’hôpital al-Rassoul el-Aazam, et dans le secteur de la Cité sportive.


« Nous n’avons plus rien à perdre, parce que nous avons tout perdu. » Tel un leitmotiv, cette phrase était répétée hier par des manifestants en colère qui ont progressivement investi les rues dans plusieurs régions du pays pour protester contre la chute continue de la livre. Celle-ci s’échangeait hier à 10 000 livres pour un dollar sur le marché parallèle. Un...

commentaires (10)

LE BORDEL SE DESINTEGRE ET LES PATRONNES SE CRAMPONNENT AVEC LEURS DENTS ET LES GRIFFES DE LEURS MAINS ET LEURS PIEDS. CITOYENS DEGAGEZ-LES TOUS POUR REBATIR VOTRE PAYS. POINT DE SOLUTION DE SALUT AVEC CES CLIQUES MAFIEUSES.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 54, le 03 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • LE BORDEL SE DESINTEGRE ET LES PATRONNES SE CRAMPONNENT AVEC LEURS DENTS ET LES GRIFFES DE LEURS MAINS ET LEURS PIEDS. CITOYENS DEGAGEZ-LES TOUS POUR REBATIR VOTRE PAYS. POINT DE SOLUTION DE SALUT AVEC CES CLIQUES MAFIEUSES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 54, le 03 mars 2021

  • Il n’y a qu’un seul peuple uni qui sauvera le pays. Seul le drapeau libanais et le slogan kelloun ne mènera à la gloire. C’est le seul pays où il y a plusieurs peuples, plusieurs armées, plusieurs pouvoirs on ne s’en sortira pas sans une union sacrée contre eux TOUS SANS EXCEPTION AUCUNE. ils sont de mèche, même ceux qui prétendent le contraire. On ne fait pas du neuf avec du vieux, cela s’appelle du recyclage. Il faut encercler leurs lieux de domiciles pour les empêcher de dormir comme ils nous empêchent de vivre depuis des décennies.

    Sissi zayyat

    11 h 10, le 03 mars 2021

  • Les divisions des libanais provient de la peur de certains à s’exprimer librement. Lorsque le nombre des libanais dans la rue sera enfin très élevé la population hésitante se ralliera. TOUS DANS LA RUE !

    KARAM Peter

    09 h 24, le 03 mars 2021

  • Nous, peuple libanais, devons enfin comprendre que les "responsables", du premier et plus haut placé à tous les autres, ne sont pas à leurs postes pour servir le pays...mais pour servir leurs intérêts personnels et familiaux ! Donc, brûler des pneus et barricader les routes ne sert qu'à embêter le petit peuple. Tandis que ces "responsables" ne souffrent pas des conséquences de ce désordre, étant confortablement planqués dans leurs palais, résidences et ministères et ne manquant de rien ! C'est donc là, chez eux, la source de tous nos problèmes depuis des années, qu'il faut agir, rapidement et énergiquement ! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 16, le 03 mars 2021

  • Christiane et Fouad ont raison. Les libanais sont encore trop divisés. C’est cinique à dire mais peut être la faim va enfin nous rassembler.

    PPZZ58

    08 h 57, le 03 mars 2021

  • C'est bon de voir qu'enfin le pouvoir profond (Hezbollah) est autant conspué que le pouvoir de surface (Aoun - Hariri). Espérons que ça continue dans cette voie.

    Citoyen libanais

    08 h 35, le 03 mars 2021

  • Avec ces slogans "Tous à l'exception de ...", la seule solution serait la décentralisation. Que chacun de ces zaims prenne la responsabilité de ses moutons. Nous en finirons probablement du "ma khallouné".

    Salim Naufal

    07 h 51, le 03 mars 2021

  • À 10’000 Livres le Dollar, ceux qui vont perdre surtout ce sont les marchands de calculettes, car la conversion devient très simple tout d’un coup... Bloquer les rues servira surtout à donner aux banques une nouvelle excuse pour fermer leurs portes, au covid-19 de se repartir de plus belle, et d’empêcher nos pauvres vieillards qui ont obtenu un rendez-vous d’aller se faire vacciner...

    Gros Gnon

    07 h 37, le 03 mars 2021

  • Allons les enfants de la patrie !! Le jour de gloire DOIT arriver !! O peuple du Liban soulève toi !! Solidarité et détermination jusqu’aux élections législatives sous la protection de l’armée. TOUS DANS LA RUE

    KARAM Peter

    02 h 51, le 03 mars 2021

  • ILS ONT FAIT DU PAYS UN GRAND BORDEL. PEUPLE LIBANAIS QUI AVEZ TOUT PERDU ET AFFAME AVEC VOS FAMILLES SANS ESPOIR DE LENDEMAIN QU,ATTENDEZ-VOUS POUR DEGAGER DE MALGRE CES CLIQUES MAFIEUSES DE MERCENAIRES ET DE CHEFS INCOMPETENTS DE TOUS GENRES GRANDS PERES, PERES, HERITIERS ET HERITIERES, FILS ET FILLES, PETITS FILS ET PETITES FILLES, GENDRES, PARENTS ET AMIS COMPLICES SANS OUBLIER LES VENDUS TOUS CORROMPUS ET VOLEURS QUI ONT DEVALISE LES CAISSES DE L,ETAT ET LES DEPOTS ECONOMIES D,UNE VIE DES CITOYENS RESIDENTS ET DIASPORA ? QU,ATTENDEZ-VOUS ? QUE CES MAFIEUX ET SURTOUT MERCENAIRES ET LEUR PARAVENT SAUVENT LE PAYS ET VOUS SAUVENT APRES VOUS AVOIR POUSSE DANS LES DEDALES DES ENFERS ? DEGAGEZ-LES AUJOURD,HUI AVANT DEMAIN POUR ESSAYER DE SAUVER VOS FAMILLES ET L,AVENIR DE VOS ENFANTS QUI EMIGRENT EN MASSE POUR FUIR L,ENFER CREE PAR CES MAFIEUX SANS DIGNITE NI CONSCIENCE. JE PLEURE LE LIBAN ET JE PLEURE EN TANT QUE LIBANAIS CE PARADIS TRANSFORME EN ENFER PAR CES INCOMPETENTS VQUE NOUS AVONS SUIVI COMME DES MOUTONS DE PANURGE. MAINTENANT HARO SUR LES PANURGES. DEGAGEONS-LES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 57, le 03 mars 2021

Retour en haut