Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Les plaques d'égout de Beyrouth, nouvelle cible des voleurs

Les autorités disent ne pas avoir les moyens de les remplacer, et s'inquiètent de la difficulté à circuler pour les voitures et les piétons, surtout la nuit.

Les plaques d'égout de Beyrouth, nouvelle cible des voleurs

Photo d'illustration. Gérard Julien AFP/Archives

Beyrouth est le théâtre de vols d'un genre nouveau, ceux des plaques d'égout en vue d'en revendre le fer, de plus en plus cher dans un pays en proie à un effondrement économique sans précédent. Le mohafez de la capitale, Marwan Abboud, a indiqué mercredi à l'AFP que les vols de matériaux ferreux ont augmenté depuis l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth, le 4 août. Ces vols comprennent essentiellement "les plaques d'égouts en fer plombé, dont le prix a considérablement augmenté", a-t-il expliqué.

La gigantesque explosion du 4 août a aggravé les difficultés de la population, la moitié vivant désormais dans la pauvreté, dans un pays englué depuis plus d'un an dans une profonde crise économique. La monnaie locale, en chute libre, a perdu plus de 80% de sa valeur face au billet vert, provoquant une hyperinflation et une forte érosion du pouvoir d'achat des Libanais, toutes catégories sociales confondues.

Pour mémoire

Les meurtres et vols de voitures en hausse de près de 80 % cette année

Les autorités disent ne pas avoir les moyens de remplacer les plaques d'égout qui sont en train de disparaître rapidement, et s'inquiètent de la difficulté à circuler pour les voitures et les piétons, surtout la nuit. Le phénomène "est source de grande inquiétude pour nous", affirme à l'AFP une source de la garde municipale de la ville. "Nous déployons jour et nuit du personnel pour identifier les voleurs". Selon le quotidien al-Akhbar, proche du Hezbollah, un couvercle pesant entre 70 et 100 kilogrammes peut rapporter 100 dollars, un trafic qui est en train d'attirer des "bandes spécialisées et organisées".


Beyrouth est le théâtre de vols d'un genre nouveau, ceux des plaques d'égout en vue d'en revendre le fer, de plus en plus cher dans un pays en proie à un effondrement économique sans précédent. Le mohafez de la capitale, Marwan Abboud, a indiqué mercredi à l'AFP que les vols de matériaux ferreux ont augmenté depuis l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth, le 4 août. Ces vols...

commentaires (8)

Et bientôt ce sera les câbles électriques pour nous servir de corde pour pendre les politiciens source de tous nos problèmes. C’est tout ce qu’ils méritent. Au lieu de ça ils se font vaccinés avant tout le monde par peur de se faire contaminer alors que morts, ils soulageraient le pays naturellement.

Sissi zayyat

10 h 08, le 25 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Et bientôt ce sera les câbles électriques pour nous servir de corde pour pendre les politiciens source de tous nos problèmes. C’est tout ce qu’ils méritent. Au lieu de ça ils se font vaccinés avant tout le monde par peur de se faire contaminer alors que morts, ils soulageraient le pays naturellement.

    Sissi zayyat

    10 h 08, le 25 février 2021

  • Tout a fait, visites aux fonderies pour arriver aux petits voleurs... mais, que fait-on de ceux qui sont a la source de nos maux et qui ont plonge le pays dans cette misère abjecte? Ce sont eux les grands voleurs!

    CW

    23 h 36, le 24 février 2021

  • Une ou deux sociétés peuvent faire fondre ce metal. Pourquoi ne pas aller à la source donc?

    Antoine Sabbagha

    22 h 59, le 24 février 2021

  • Il y a combien de fonderies au Liban capables de fondre ce métal? Il suffit de les surveiller pour attraper les voleurs. Mais les agents sont trop occupés à s’assurer que le "prestige" de la présidence ne soit pas égratigné...

    Gros Gnon

    20 h 56, le 24 février 2021

  • Pitié... qu'on nous épargne quelque chose...

    NAUFAL SORAYA

    20 h 00, le 24 février 2021

  • Rien ne m’étonnera dans ce beau pays que le Liban a eu été ! Tout le monde vole ce qu’il trouve, les politiques ont ouvert la voie et ont donné l’exemple, tant qu’ils seront toujours présents à leurs postes ça ira de mal en pire. C’est triste mais c’est la réalité. Il y aura toujours un qui nous dira ou est le mal, suivez mon regard …

    Le Point du Jour.

    19 h 49, le 24 février 2021

  • Juste comparons le Liban des premiers trois quarts du 20ème siècle et celui résultant de la gabegie actuelle... Je suis sur que même nos frères chiites, pourtant discriminés à l'époque, se portaient mieux qu'aujourd'hui... CA SUFFIT!

    Bachir Karim

    19 h 37, le 24 février 2021

  • LORSQU,ON VOLE LES DEPOTS BANCAIRES D,UN PEUPLUE ET ON L,AFFAME PAR DESSUS LE MARCHE ON DEVRAIT S,ATTENDRE A TOUT SURTOUT AU JETTAGE DES MAFIEUX DANS LES TROUS DES EGOUTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 25, le 24 février 2021

Retour en haut