Rechercher
Rechercher

Environnement - Environnement

La marée noire qui ravage les côtes israéliennes a atteint le Liban-Sud

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entraînant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, en face de Ras Naqoura, du côté libanais de la frontière, jusqu'à Ashkelon, à la limite de la bande de Gaza

La marée noire qui ravage les côtes israéliennes a atteint le Liban-Sud

Sur la plage de la réserve naturelle de Tyr, un homme montre, le 22 février, ses mains couvertes de goudron. REUTERS/Aziz Taher

La marée noire qui ravage les côtes israéliennes depuis plusieurs jours a atteint les côtes du Liban-Sud, a annoncé, lundi, le Premier ministre sortant Hassane Diab.

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entraînant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, en face de Ras Naqoura, du côté libanais de la frontière, jusqu'à Ashkelon, à la limite de la bande de Gaza. Dimanche, les autorités israéliennes et des ONG ont ratissé les côtes d’Israël le long de la Méditerranée après la découverte d'une des plus importantes marées noires de l'histoire du pays.

Lundi, le Premier ministre Diab a demandé "d'agir en conséquence pour réparer les dégâts causés par cette marée noire", rapporte son bureau de presse. Il a demandé à la ministre sortante de la Défense Zeina Acar, au ministre sortant de l'Environnement, Damien Kattar et au Conseil national de la recherche scientifique (CNRS) de suivre ce dossier et d'informer la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul) afin "d'établir un rapport officiel et d'agir en conséquent pour gérer les dégâts causés par cette marée noire".

Pour mémoire

Pourquoi les eaux usées de Beyrouth continuent d’être déversées dans la mer...


Le Conseil national pour la recherche scientifique au Liban (CNRS-L) a annoncé dans l'après-midi avoir prélevé des échantillons sur les plages de Tyr afin de les analyser et inspecté les plages du Liban-Sud afin d'établir un rapport sur l'étendue des dégâts sur les ressources côtières et maritimes.

De son côté, le Le directeur de l'ONG Greenpeace au Moyen-Orient, Julien Jreissati, a appelé à une "action immédiate" du ministère de l'Environnement "pour évaluer la sévérité de cette marée noire et à mettre un place un programme de suivi pour minimiser les effets de la catastrophe sur l'environnement et la santé publique". "Selon les résultats des études, les autorités devraient publier des consignes de sécurité pour les Libanais, notamment en ce qui concerne la pêche et la baignade", a-t-il plaidé. M. Jreissati a encore évoqué des menaces pour "la biodiversité marine et les habitants de la Méditerranée orientale", estimant qu'il s'agissait d'une "manifestation de la destruction de la nature résultant de la dépendance de nos systèmes mondiaux aux ressources fossiles".

Déversement de bitume 
Cette marée noire est due au déversement de "dizaines à des centaines de tonnes" de bitume d'un navire, selon les premières indications du ministère israélien de l'Environnement. Les autorités israéliennes ont appelé la population "à ne pas se rendre à la plage pour s'y baigner ou y faire du sport jusqu'à nouvel ordre". Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est rendu dimanche sur les plages d'Ashdod, au sud de Tel-Aviv, afin de participer aux opérations de nettoyage aux côtés de la ministre de l'Environnement Gila Gamliel. 

Lundi, le ministère israélien de l’Environnement a en outre indiqué qu’un juge avait décrété une interdiction de publication concernant les détails relatifs à la marée noire. Cette ordonnance, valide pour une durée d’une semaine, rapporte le Haaretz, interdit la publication de toute détail relatif à l’enquête, dont quoi que ce soit qui pourrait permettre d’identifier les suspects ou les navires impliqués. "La publication de détails de l’enquête pourrait porter préjudice au processus complexe de cette enquête aux ramifications internationales", a expliqué le ministère au Haaretz.

Pour mémoire

Des cas de jaunisse causés par la pollution à Yammouné


Une baleine -un rorqual commun, deuxième plus grande espèce au monde après la baleine bleue- longue de près de 17 mètres, a par ailleurs été découverte sur une plage près d'Ashkelon. Dimanche, des experts du gouvernement ont recueilli des échantillons de la dépouille du cétacé qui a ensuite été inhumée dans le sable de la plage par une excavatrice et un bulldozer, a constaté un photographe de l'AFP. Les autorités israéliennes avaient initialement lié la mort du cétacé aux déversements de pétrole mais l'Autorité israélienne de la nature et des parcs a indiqué vendredi que sa mort "ne peut pas être liée à la pollution au goudron". Selon elle, le cétacé, un mâle pesant 25 tonnes, était à un stade avancé de décomposition, faisant remonter sa mort à environ deux semaines avant la pollution.





La marée noire qui ravage les côtes israéliennes depuis plusieurs jours a atteint les côtes du Liban-Sud, a annoncé, lundi, le Premier ministre sortant Hassane Diab.Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entraînant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, en face de Ras...

commentaires (2)

"... La publication de détails de l’enquête pourrait porter préjudice au processus complexe de cette enquête aux ramifications internationales ..." - Manquerait plus que ce soit un coup des services secrets iraniens, qui auraient oublié de vérifier que les courants vont du sud vers le nord, et qu’en fin de compte c’est leur province méditerranéenne qui morflerait...

Gros Gnon

20 h 26, le 22 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • "... La publication de détails de l’enquête pourrait porter préjudice au processus complexe de cette enquête aux ramifications internationales ..." - Manquerait plus que ce soit un coup des services secrets iraniens, qui auraient oublié de vérifier que les courants vont du sud vers le nord, et qu’en fin de compte c’est leur province méditerranéenne qui morflerait...

    Gros Gnon

    20 h 26, le 22 février 2021

  • Il faut les prendre ces criminels

    Eleni Caridopoulou

    18 h 15, le 22 février 2021

Retour en haut