Rechercher
Rechercher

Environnement - Békaa

Des cas de jaunisse causés par la pollution à Yammouné

La municipalité assure avoir souvent prévenu contre le danger d’infiltration des eaux usées dans les canalisations d’eau, sans avoir été entendue par les officiels.

Des cas de jaunisse causés par la pollution à Yammouné

Le lac artificiel de Yammouné, qui approvisionne quelque 42 villages en eau. Photo fournie par Talal Chreif

Alors que le coronavirus ravage le pays et éclipse d’autres problèmes sanitaires, des cas de jaunisse ont été recensés dernièrement dans plusieurs villages du caza de Baalbeck, dans la Békaa, laissant craindre une future contamination à plus large échelle. En cause : les canalisations d’eau du lac artificiel de Yammouné, polluées par les eaux usées, alors qu’elles desservent quelque 42 villages du caza, soit près de 200 000 personnes.

Le problème des fuites d’eaux usées dans les canalisations d’eau, très souvent vétustes, sont monnaie courante au Liban, où l’entretien des infrastructures n’est pas effectué de manière régulière et rigoureuse.

Le président du conseil municipal de Yammouné, Talal Chreif, indique à L’Orient-Le Jour que « le projet de réhabilitation du réseau d’égouts de la localité avait été confié par le ministère de l’Énergie et de l’Eau à un entrepreneur durant l’été 2019, mais les travaux ont été interrompus en octobre » après le mouvement de contestation populaire qui avait alors éclaté et les problèmes financiers qui l’ont accompagné. « J’ai alors contacté le ministère pour demander des renseignements sur l’interruption des travaux, sachant que les fuites vers les canalisations d’eau étaient récurrentes, poursuit-il. On m’a répondu que la hausse de prix de change du dollar est la cause principale de l’arrêt des travaux. Le contrat de l’entrepreneur ayant été conclu sur base d’un dollar à 1 500 livres, celui-ci ne peut plus supporter les pertes dues à la hausse du prix de change. »

Lire aussi

Pourquoi les eaux usées de Beyrouth continuent d’être déversées dans la mer...

Le lac artificiel de Yammouné est un projet du ministère de l’Énergie et de l’Eau qui permet de stocker 1,45 million de m3 d’eau et d’approvisionner en eau 42 villages de la région de Baalbeck. Doté d’un mur de sept mètres de haut, il s’étend sur une surface de 32 hectares, dans cette vallée connue pour être un château d’eau pour la Békaa. Il avait été inauguré en juillet 2018 par l’ancien ministre Gebran Bassil en présence de représentants des deux partis influents dans la région, le Hezbollah et Amal.

Selon M. Chreif, la localité de Yammouné compte 5 000 habitants et possède des sources qui se déversent dans le lac artificiel. « Ce ne sont pas les sources qui sont polluées, mais le lac, suivant les informations dont nous disposons », précise-t-il, appelant le ministère à reprendre les travaux.

Crainte de la multiplication des cas

Jusqu’à présent, seuls quatre à cinq cas de jaunisse ont été recensés par les bureaux du ministère de la Santé dans la Békaa, mais les craintes d’une contamination de plus grande ampleur sont légitimes, compte tenu de la pollution généralisée. Selon l’élu, ces cas se sont déclarés dans certains des villages desservis par le lac, pas à Yammouné même. Il estime que « les cas de jaunisse ne peuvent qu’être reliés à la pollution de l’eau du lac, puisqu’il s’agit de la cause principale de cette maladie ». Selon lui, la réhabilitation des réseaux d’égouts est donc essentielle pour protéger les sources de Yammouné et le lac artificiel, et s’assurer de la salubrité et de la propreté de l’eau acheminée dans la région.

Lire aussi

Les jurds de Akoura menacés par l’incinération sauvage de pneus

En attendant, la municipalité de Yammouné a publié un communiqué dans lequel elle déclare « avoir demandé que la gestion de la station d’épuration de la localité, qui dépend de l’Office des eaux de la Békaa, lui soit remise, car elle saurait la faire fonctionner à moindres frais, et de manière continue ». Elle souligne « ne pas comprendre pourquoi cette requête a été refusée ». « Nous avons tenté autant que possible d’éviter cette catastrophe sanitaire et environnementale, et avons déposé plusieurs plaintes auprès des officiels, poursuit le texte. Ces plaintes étant restées sans réponse, nous nous sommes dirigés vers les médias. Malheureusement, Yammouné ne figure pas sur la carte officielle du développement. »


Alors que le coronavirus ravage le pays et éclipse d’autres problèmes sanitaires, des cas de jaunisse ont été recensés dernièrement dans plusieurs villages du caza de Baalbeck, dans la Békaa, laissant craindre une future contamination à plus large échelle. En cause : les canalisations d’eau du lac artificiel de Yammouné, polluées par les eaux usées, alors qu’elles...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut