Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Pour Geagea, une présidentielle anticipée "n'est que de la poudre aux yeux"

"Seules des législatives anticipées peuvent apporter un changement", estime le chef des Forces libanaises, dans un entretien à Al-Quds al-Arabi.

Pour Geagea, une présidentielle anticipée

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Photo d'archives AFP

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, farouche opposant au mandat du président de la République, Michel Aoun, et qui appelait tout récemment à la démission de celui-ci, alors que le pays est dans une grave crise, a nuancé ses propos cette fois-ci en estimant qu'une "présidentielle anticipée n'est que de la poudre aux yeux". Il s'est dit plutôt en faveur de législatives anticipées afin de changer la classe politique au pouvoir.

Interrogé par le quotidien arabe basé à Londres "Al-Quds al-arabi" sur la priorité entre des législatives anticipées ou une présidentielle anticipée, le leader chrétien a répondu : "Celui qui propose une présidentielle anticipée ne propose absolument pas de plan de sauvetage. Cette proposition est soit un coup de gueule ou a pour objectif de faire aboutir un certain candidat à la magistrature suprême". "Supposez que le président Michel Aoun démissionne aujourd'hui - et je souhaitais qu'il démissionne hier, avant aujourd'hui - que se passerait-il ?", demande M. Geagea. "Le Parlement se réunirait sous 30 jours et élirait un nouveau président. En présence de la majorité parlementaire actuelle, qui serait élu ? Soit un président similaire au président Aoun, ou un peu pire que lui. Qu'est-ce qui aurait changé dans ce cas-là ?", s'interroge le chef des FL.

Lire aussi

Contre le Hezbollah et l’Iran, Joumblatt passe à la vitesse supérieure

 "Proposer des élections présidentielles anticipées n'est que de la poudre aux yeux", a-t-il ainsi estimé, assurant toutefois "ne pas être attaché au maintien du président Aoun dans son poste". "Seules des législatives anticipées peuvent apporter un changement. Cellles-ci pourront produire une nouvelle majorité qui aboutira certainement à élire un président de la République différent, à un gouvernement différent et des pratiques différentes", a affirmé Samir Geagea.

"De longs mois"

Pourtant, fin décembre, le chef des FL affirmait que s'il était président de la République, il démissionnerait. Les propos acerbes du leader chrétien interviennent au moment où le Liban est embourbé depuis plus d'un an dans une grave crise économique, financière et politique, et sans gouvernement depuis août, suite à la démission du cabinet de Hassane Diab dans la foulée de la gigantesque explosion au port de Beyrouth qui a fait plus de 200 morts et 6500 blessés. Le Premier ministre Saad Hariri, désigné le 22 octobre, n'a toujours pas réussi à former son équipe, en raison, entre autres, de divergences avec le chef de l'Etat autour de la répartition des postes et des prérogatives constitutionnelles de chacun des deux présidents.

Interrogé sur le retard dans la formation d'un nouveau gouvernement, le leader chrétien a regretté ce délai. "Nous l'avions prévu dès le premier instant, partant du principe de la nature de la classe au pouvoir et de la poursuite de ses intérêts personnels plutôt que de ceux du Liban. Ce qui se passe ne nous surprend pas", a-t-il déclaré. "Je ne pense pas que la question de la formation du gouvernement ait quoi que ce soit à voir avec l'investiture le 20 janvier du président américain élu Joe Biden. Même après son intronisation le 20 janvier, il ne définira pas sa politique du jour au lendemain, cela prendra de longs mois", a-t-il estimé.


Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Samir Geagea avec Al-Quds al-Arabi ici


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, farouche opposant au mandat du président de la République, Michel Aoun, et qui appelait tout récemment à la démission de celui-ci, alors que le pays est dans une grave crise, a nuancé ses propos cette fois-ci en estimant qu'une "présidentielle anticipée n'est que de la poudre aux yeux". Il s'est dit plutôt en faveur de législatives...

commentaires (5)

La photo de l’article est-elle très récente pour la publier ? Il est souriant, le chef des Ouèttes, un demi-sourire d’un parfait candidat à la prochaine présidentielle. Il est beau, souriant, comme sur une affiche de cinéma. Il a le profil qui convient au poste qu’il recherche depuis quarante ans. Un peu de patience pour son investiture, mais pour le lien du journal arabe mentionné en fin d’article, l’interview est d’un intérêt tel qu’il le consacre déjà présidentiable en pleine période de pandémie.

L'ARCHIPEL LIBANAIS

19 h 30, le 10 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • La photo de l’article est-elle très récente pour la publier ? Il est souriant, le chef des Ouèttes, un demi-sourire d’un parfait candidat à la prochaine présidentielle. Il est beau, souriant, comme sur une affiche de cinéma. Il a le profil qui convient au poste qu’il recherche depuis quarante ans. Un peu de patience pour son investiture, mais pour le lien du journal arabe mentionné en fin d’article, l’interview est d’un intérêt tel qu’il le consacre déjà présidentiable en pleine période de pandémie.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    19 h 30, le 10 janvier 2021

  • Ni une présidentielle, ni des législatives anticipées ne changeront quoique ce soit. Ce qu’il faut tient en trois étapes: (1) organiser des cours d’éducation civique à tous les Libanais, (2) leur faire passer des tests, et (3) tous ceux qui ont obtenu au moins la moyenne pourrons voter aux prochaines élections.

    Gros Gnon

    20 h 48, le 09 janvier 2021

  • "Seules des législatives anticipées peuvent apporter un changement", estime le chef des Forces libanaises, meme des législatives anticipées sur le meme mode de scrutins communautaire , religieux ne va rien changer , la majorité des libanais sont conditionnés et gavés par des slogans , des cultes de personnalités ,sont des moutons obeissent à leurs chefs communautaires , M Geagea vous en faites parti de ces gens la , dans vos slogans éléctorales la derniere fois (votez pour moi pour sauver les chrétiens du Liban ) donc , on reprendra les meme et on recommence, rappelez vous : tant que les libanais se disent maronite, chiite, sunnite,.....on sera au meme point et meme pire..............au Liban il ne doit avoir que des libais .

    youssef barada

    16 h 03, le 09 janvier 2021

  • Il a raison, mais qu'il ne se fasse pas trop d'illusions ! Les Libanais veulent chasser les anciens, lui y compris. La tendance aujourd'hui est à l'émergence de nouveaux mouvements ou partis sans aucune étiquette évoquant les courants criminels actuels. Puisse cette tendance se concrétiser afin de préparer des législatives dans une atmosphère de changement total.

    Robert Malek

    15 h 05, le 09 janvier 2021

  • Non une présidentielle anticipée n’est pas de la poudre aux yeux M Geagea.. C’est un coup d’état contre la légitimité populaire. Une tentative de manipulation des institutions par la majorité parlementaire actuelle, visant à asseoir le gendre chéri à la place du beau-pere qui commence à afficher du kilométrage... et repartir pour 6 ans avec la même donne milicienne aux couleurs perses.

    LeRougeEtLeNoir

    14 h 12, le 09 janvier 2021

Retour en haut