Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

En attendant le retour de Hariri, la querelle CPL-Futur repart de plus belle...

Les aounistes appellent le Premier ministre désigné à « rentrer de voyage et à assumer ses responsabilités ».

En attendant le retour de Hariri, la querelle CPL-Futur repart de plus belle...

Saad Hariri au cours d’une réunion avec le groupe parlementaire aouniste lors des consultations non contraignantes, le 23 octobre 2020. Photo tirée du compte Twitter de Saad Hariri

Contrairement à ce qu’auraient pu espérer les plus optimistes, le retour à Beyrouth du Premier ministre désigné, Saad Hariri (en déplacement pour les fêtes de fin d’année), ne fera probablement pas progresser le processus de formation du gouvernement. Le courant du Futur et le Courant patriotique libre n’en finissent en effet pas de compliquer la formation du cabinet en envenimant davantage leurs rapports déjà en dents de scie.

Dans le prolongement du différend politique qui les oppose depuis des mois, et duquel le chef de l’État Michel Aoun ne semble pas loin, une nouvelle querelle a éclaté hier entre les deux camps. Tout a commencé lorsque le groupe parlementaire aouniste (dont le CPL est la principale composante) a exhorté Saad Hariri à « assumer ses responsabilités, à accomplir son devoir national et constitutionnel et arrêter d’essayer de gagner du temps », comme on peut lire dans un communiqué publié à l’issue de la réunion hebdomadaire du groupe sous la présidence de son chef Gebran Bassil. Les députés aounistes ont également appelé M. Hariri à « rentrer de voyage afin de faire ce que l’on attend de lui », à savoir mettre sur pied son équipe ministérielle, et à ne pas « inventer des obstacles internes pour cacher les vraies raisons du retard dans le processus ».

Lire aussi

Joseph Bahout : La corrélation entre la situation locale et la conjoncture régionale n’est pas évidente

Une allusion aux propos tenus par M. Hariri, à l’issue de son dernier entretien avec le président de la République, le 23 décembre dernier. Après avoir distillé un climat d’optimisme quant à la mise sur pied d’une « formule gouvernementale » avant Noël, le Premier ministre désigné s’était rétracté, espérant la formation de son équipe après le Nouvel An, invoquant « des obstacles clairs ». Il faisait ainsi notamment référence au tandem Baabda-CPL, accusé de vouloir obtenir les portefeuilles de la Justice et de l’Intérieur, ce à quoi le Premier ministre désigné s’oppose.

La réponse haririenne

Quoi qu’il en soit, la réponse de Saad Hariri aux accusations aounistes ne s’est pas fait attendre. « Le groupe du Liban fort est revenu à son habitude de faire assumer les responsabilités des blocages aux autres », fustige le bureau de presse du leader sunnite dans un communiqué.

Lire aussi

« Raï va relancer son initiative de salut au retour de Hariri », affirme Sejean Azzi

Comme pour réaffirmer la rupture des rapports avec le CPL, le bureau de presse de M. Hariri a ouvertement décoché ses flèches en direction tant de Gebran Bassil que de son parti. « Le groupe aouniste et son chef occultent le fait que le Premier ministre désigné a fait son devoir national et constitutionnel en présentant (le 9 décembre dernier) au président Aoun une mouture gouvernementale composée de technocrates non partisans et attend maintenant que le chef de l’État termine d’étudier cette proposition », ajoute le texte. Dans ce communiqué, le groupe aouniste est aussi accusé de poser « des conditions rédhibitoires » qui « menacent de torpiller l’initiative française », présentée à Beyrouth par le président Emmanuel Macron et préconisant la formation d’un cabinet « de mission ».

« Le groupe aouniste et son chef occultent aussi le fait que ceux qui ont bloqué le pays pendant plus de deux ans n’ont pas le droit de donner des leçons portant sur le gain du temps et l’invention des obstacles », conclut le communiqué haririen, dans une allusion au blocage de la présidentielle de 2016 de la part du CPL et de ses alliés, afin d’assurer l’élection de Michel Aoun.


Contrairement à ce qu’auraient pu espérer les plus optimistes, le retour à Beyrouth du Premier ministre désigné, Saad Hariri (en déplacement pour les fêtes de fin d’année), ne fera probablement pas progresser le processus de formation du gouvernement. Le courant du Futur et le Courant patriotique libre n’en finissent en effet pas de compliquer la formation du cabinet en envenimant...

commentaires (7)

LE CPL, UN PARAVENT IRANO-HEZBOLLAHI QUI A CONDUIT LE LIBAN AUX FAILLITES DE TOUS GENRES ET A DETRUIT L,ETAT ET AFFAME LES LIBANAIS. UNE MALEDICTION !

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

15 h 54, le 06 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • LE CPL, UN PARAVENT IRANO-HEZBOLLAHI QUI A CONDUIT LE LIBAN AUX FAILLITES DE TOUS GENRES ET A DETRUIT L,ETAT ET AFFAME LES LIBANAIS. UNE MALEDICTION !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    15 h 54, le 06 janvier 2021

  • Allez continuez vos conneries. Le dollar frôle les 9000LL sur le marché noir. Bien sûr vous avez tous planqué votre argent à l’étranger, mais la révolution de la faim va bientôt vous balayer et tous vos avoirs a l’étranger vont être gelés

    Censuré par l’OLJ

    14 h 45, le 06 janvier 2021

  • Les gens du Future devrait faire gaffe! Elle n’est pas très loin la grosse baffe ! Car Kassem Souleymani est sur place! Pour ne laisser de Hariri nulle trace ! Pauvre Liban région Iranienne perdue Qui rattrapera tout ce qui t’es due?

    PHENICIA

    14 h 00, le 06 janvier 2021

  • Le CPL réclame le retour de Hariri pour assumer ses responsabilités à savoir mesurer la distance entre Banda et la maison du centre pour faire plaisir à Im Bassil et son père spirituel qui le font tourner en bourrique et ce, plusieurs fois par jour. Qu’ils nous expliquent pourquoi lorsqu’il est en mission et qu’il s’active à former un gouvernent ils disent préférer prendre leur temps pour que ce gouvernent voit le jour une fois tous les protagonistes seront d’accord, autant dire quand la poule aura des dents en sachant que le temps nous est compté et soudainement ils crient à la lenteur du processus alors qu’ils sont les seuls à le bloquer? Ils ne sont plus à un mensonge près ces Zozos et prennent les gens pour des demeurés. CPL, AOUN LES LIBANAIS NE SONT PAS PRÊTS À VOUS PARDONNER. Les crimes que vous commettez resteront à jamais dans les anales de l’histoire et dans la mémoire des libanais.

    Sissi zayyat

    10 h 52, le 06 janvier 2021

  • HAHAHAHA ! ""this made my day"" ! voila que jobran et ses serfs goutent a la meme amertume qu'ils nous ont fait goute 30 mois durant jusqu'a l'election de leur grand patron.... j'espere que saad hariri en joui tout autant que moi-malgre le crime commis par lui en 2016 .... HEHEHEHE comme c'est drole.

    Gaby SIOUFI

    10 h 00, le 06 janvier 2021

  • y a un truc que je ne comprends pas. Pq Hariri ( par ex) ne fait pas de conférence de presse et cite en détails aux libanais tous les obstacles en question?? PQ tout se passe en catimini ,derrière les murs, entre 2 bureaux? Allez bon sang, ayez du cran et laissez les libanais juger au final. Hariri qui accuse Aoun et son gendre d'obstacles . Le gendre ( Le CPL ) accuse Hariri de blocage.( et Aoun qui regarde son gendre mener la barque) . Crevez l'abscès et laissez les libanais juger. Comme l'a déjà dit , d'ailleurs, le patriache Raï.

    radiosatellite.online

    00 h 30, le 06 janvier 2021

  • HARIRI EN VACANCE ! IL A TRAVAILLÉ DUR IL MÉRITE BIEN DES VACANCES. TOUT VA BIEN AU PAYS, CORONA VIRUS, HEZBOLLAH VIRUS ETCC..ETC..LA LISTE DES MALHEURS EST LONGUE. ET LUI EN VACANCE....INCROYABLE MA FI CHI BI RASSO.

    Gebran Eid

    00 h 28, le 06 janvier 2021

Retour en haut