Rechercher
Rechercher

Politique - Liban/Etats-Unis

Washington s'apprêterait à sanctionner Bassil, selon le Wall Street Journal

"Des sanctions contre M. Bassil feraient voler en éclat la formation du gouvernement", affirme une personne informée du dossier, selon le Wall Street Journal.

Washington s'apprêterait à sanctionner Bassil, selon le Wall Street Journal

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, le 22 octobre 2020 à Baabda. Photo EUTERS/Mohamed Azakir

L'administration du président américain Donald Trump s'apprêterait à sanctionner vendredi le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, que Washington accuserait de soutenir le Hezbollah, classé groupe terroriste par les Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, rapporte le Wall Street Journal

Selon le WSJ, qui cite "des personnes informées de cette décision", ces sanctions "contre l'un des politiques chrétiens les plus puissants du Liban viseraient à réduire l'emprise du Hezbollah sur le pouvoir". Cela aura pour effet de "renverser la donne concernant les tentatives de former un nouveau cabinet dans un Liban en crise", poursuit le quotidien. "Des sanctions contre M. Bassil feraient voler en éclat la formation du gouvernement", affirme même une personne informée du dossier, selon le site. Trois mois après la démission du Premier ministre libanais Hassane Diab, la formation du cabinet bute toujours sur les requêtes des différents partis.

Si ces sanctions sont en effet adoptées, elle interviendraient à onze semaines de la fin du mandat du président Trump, qui risque de ne pas être réélu face au candidat démocrate Joe Biden, selon les derniers résultats.

"Même si un changement de dernière minute est possible, la décision a été approuvée en principe par le Département du Trésor et le secrétaire d'Etat Mike Pompeo est censé annoncer les sanctions à Washington, vendredi avant midi (heure de Washington)", précise le WSJ en citant une source anonyme.

"Tout le monde doit être sanctionné au Liban"

Le département d'Etat a refusé de commenter cette question auprès du WSJ, de même que Gebran Bassil. Mais le WSJ rappelle qu'il avait interrogé le chef du CPL en début d'année, sur d'éventuelles sanctions contre sa personne pour ses liens avec le Hezbollah. "Tout le monde doit être sanctionné au Liban alors, car tout le monde traite avec le Hezbollah dans le pays, sur tous les plans", avait réagi le leader de la formation fondée par le président libanais, Michel Aoun, également son beau-père.

Lire aussi

CPL-Hezbollah : du mariage religieux à l’union libre...

Une dizaine de pays, avec à leur tête les États-Unis, considèrent le Hezbollah comme un groupe terroriste. Le 22 octobre, le Trésor américain avait sanctionné deux hauts responsables du parti pro-iranien, Nabil Kaouk et Hassan Baghdadi. En septembre, les États-Unis avaient annoncé des sanctions visant en particulier deux sociétés basées au Liban et un individu pour leurs liens avec le parti chiite. Quelques jours auparavant, ils avaient imposé pour la première fois des sanctions contre des responsables appartenant à des formations politiques alliées au Hezbollah. Ces sanctions avaient frappé les anciens ministres libanais des Travaux publics Youssef Fenianos, et des Finances Ali Hassan Khalil, pour "corruption" et soutien au Hezbollah. L'administration Trump envisage depuis des mois des sanctions contre Gebran Bassil mais aucune action concrète n'a encore été prise sur ce plan, faute de consensus parmi les responsables américains.

Lire aussi

Comprendre les sanctions US et la position du Liban, en première ligne de la guerre financière

Dans ce contexte, le site d'information tayyar.org, affilié au CPL de M. Bassil, a annoncé que ce dernier s'est entretenu vendredi avec la nouvelle ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo. Ils ont évoqué "la situation au Liban et les moyens d'appliquer la feuille de route française", en référence à l'initiative de sortie de crise lancée depuis Beyrouth, le 1er septembre, par le président français, Emmanuel Macron. Cette initiative prévoit entre autres un gouvernement dit de "mission", ainsi qu'une série de réformes comme préalable à toute aide financière internationale.

Depuis la révolte populaire du 17 octobre 2019, qui fustige toute la classe politique accusée de corruption et d'incompétence, Gebran Bassil est l'une des figures les plus conspuées dans la rue. Cette hostilité envers sa personne s'est accrue, de même que contre toute la classe dirigeante, après la double explosion du 4 août au port de Beyrouth, qui a tué 204 personnes, blessé 6.500 autres, et ravagé des quartiers entiers de la capitale. La déflagration est due, selon la version officielle, à un incendie qui a déclenché l'explosion de près de 3.000 tonnes de nitrate d'ammonium stockés sans mesures de sécurité dans le port depuis 2014.


L'administration du président américain Donald Trump s'apprêterait à sanctionner vendredi le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, que Washington accuserait de soutenir le Hezbollah, classé groupe terroriste par les Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, rapporte le Wall Street Journal. Selon le WSJ, qui cite "des personnes informées de cette décision",...

commentaires (17)

Tout ça est bien clair, en résumé le Monsieur est simplement un VOLEUR pris la main dans le sac ! pas la peine de l’enliser plus que ça il est déjà dans la mouise jusqu’au cou. A quand son procès et, entre-temps sa mise à l’écart de la république pour l’empêcher de nuire encore ? Le pays du cèdre retrouve son honneur en perdant son gendre officiel.

Le Point du Jour.

02 h 10, le 07 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Tout ça est bien clair, en résumé le Monsieur est simplement un VOLEUR pris la main dans le sac ! pas la peine de l’enliser plus que ça il est déjà dans la mouise jusqu’au cou. A quand son procès et, entre-temps sa mise à l’écart de la république pour l’empêcher de nuire encore ? Le pays du cèdre retrouve son honneur en perdant son gendre officiel.

    Le Point du Jour.

    02 h 10, le 07 novembre 2020

  • Le titre est incompatible avec le corps de l'article, puisque "la formation vol en éclat" d'une part et d'autre part, "il se réunit avec l'ambassadrice....initiative française". Une explication de l'OLJ ne serais pas un luxe.

    Shou fi

    16 h 52, le 06 novembre 2020

  • Alors Mr. Nabih Berri devrait aussi faire l’object de sanctions.

    Mireille Kang

    16 h 37, le 06 novembre 2020

  • "... Des sanctions contre M. Bassil feraient voler en éclat la formation du gouvernement ..." - On ne voit vraiment pas pourquoi. De toutes façons, tout gouvernement avec Bassil, ou avec quelqu’un qu’il aurait nommé, sera furieusement rejeté par la colère populaire. Donc sanctions ou pas sanctions, ça ne change rien. Allez, on passe à autre chose de plus sérieux que les malheurs de mâme Chantal qui devra aller faire son shopping à Téhéran en 2021 (de préférence en hiver comme ça le froid pourra justifier le voile)...

    Gros Gnon

    15 h 39, le 06 novembre 2020

  • Absolument d'accord avec tous les commentaires postés jusqu'à présent, et qui auraient pu être bien plus acerbes.

    Rene Malek

    15 h 16, le 06 novembre 2020

  • Bassil mérite d'être sanctionné, étant perçu comme un des dirigeants politiques les plus corrompus, s'étant notamment considérablement enrichi à travers le ministère de l'Energie qu'il a dirigé, directement ou indirectement, durant de nombreuses années.

    Tony BASSILA

    14 h 13, le 06 novembre 2020

  • le député Gebran Bassil, que Washington accuserait de soutenir le Hezbollah, classé groupe terroriste par les Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, SOUTENIR LE HEZBOLLAH SEULEMENT??? MR BASSIL A ETE VOIR MR NASRALLAH LA VEILLE DE SON DEPART POUR LA LIGUE ARABE ET A RECU DE LUI TRES PROBABLEMENT LE TEXTE A LIRE " AU NOM DU LIBAN " DURANT LA LIGUE CAD RAMENER LA SYRIE DANS LE GIRON ARABE ET L'ACCEPTER A NOUVEAU DANS LA LIGUE ARABE LA VERITE MR BASSIL A LU LE TEXTE AU NOM DU LIBAN SANS AVOIR EU AUCUN ACCORD DU PREMEIR MINISTRE OU DU CONSEIL DES MINISTRES SUR CE SUJET SI CELA N'EST PAS UN " SOUTIEN " QUE MR BASSIL EXPLIQUE AU PEUPLE CE QUE C'EST

    LA VERITE

    14 h 12, le 06 novembre 2020

  • QU'EST QU'ILS ATTENDENT ENCORE, SPÉRANT QUE CE N'EST PAS DE L'INTOX

    Gebran Eid

    13 h 36, le 06 novembre 2020

  • Les americains veulent se venger du Hezbollah a cause du massacre des Americains 1982 ou 1983 ?

    Eleni Caridopoulou

    13 h 36, le 06 novembre 2020

  • Enfin une bonne nouvelle en 2020 !!

    Elie H

    12 h 55, le 06 novembre 2020

  • Si n’importe quel événement arriverait à torpiller ce futur ex gouvernement qu’ils nous concoctent ce serait une planche de salut et non un désastre comme veulent bien le croire certains. Il n’y a rien à espérer de cette clique qui est en train de se reformer pour continuer le saccage du pays et ce ne serait que justice que ce gouvernement ne voit jamais le jour. Prions pour que ces sanctions tombent le plus vite possible et qu’elles soient élargies avec d’autres noms plus conséquents et les preuves de pillage comme pièces de conviction. On croise les doigts.

    Sissi zayyat

    12 h 25, le 06 novembre 2020

  • Il a toujours clamé sa quasi sainteté et qu’il est pauvre comme Job, il ne doit donc craindre aucune sanction. Sauf peut être que Madame ne pourra plus aller à Paris acheter ses sacs dans les grandes marques de luxe bien entendu dans l’avion prêté par un ami de Monsieur

    Liberté de Penser

    11 h 25, le 06 novembre 2020

  • Sanction largement méritée. Le fait que cette mesure risque de torpiller la formation du gouvernement Hariri n’est pas une mauvaise chose, même s’il débouche sur une aggravation de la crise politique et torpille la formation d’un nouveau gouvernement Hariri qui consacre le maintien au pouvoir de la classe politique qui a ruiné le pays. En renversant la table ce que n’a pas réussit à faire le soulèvement populaire l’administration Trump rend peut-être un fier service au Liban.

    Tabet Ibrahim

    10 h 53, le 06 novembre 2020

  • Encore un pas ténébreux vers l'abîme où veulent nous précipiter ces américains de malheur , et qui ne mènera le pays qu'à plus de désastres encore !

    Chucri Abboud

    10 h 48, le 06 novembre 2020

  • donc le soutien au Hezbollah et pas la corruption dont il est accusé . Quid de tout le parti Amal qui est l'allié stratégique du parti sur tous les plans ?

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    10 h 25, le 06 novembre 2020

  • Ce sera un beau cadeau de Trump aux libanais avant son départ. On croise les doigts...

    La Colère de Zeus

    10 h 20, le 06 novembre 2020

  • "... Tout le monde doit être sanctionné au Liban ..." - ah bon? Moi aussi?

    Gros Gnon

    10 h 07, le 06 novembre 2020

Retour en haut