Rechercher
Rechercher

Baabda

Aoun : « Impossible » que la double explosion soit due à des armes du Hezbollah

Je n’ai pas appelé à un accord de paix avec Israël, a affirmé le président dans un entretien au « Corriere della Sera ».

Aoun : « Impossible » que la double explosion soit due à des armes du Hezbollah

Après le 4 août, l’appel des manifestants au départ de toute la classe politique est devenu plus pressant. photo d’archives / João Sousa

Il est « impossible » que la double explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis des années dans le port de Beyrouth soit due à des armes du Hezbollah, a estimé le président Michel Aoun dans un entretien publié hier par le quotidien italien, Corriere della Sera, alors que l’enquête se poursuit pour déterminer la cause de la déflagration qui a fait 178 morts, 6 000 blessés et 300 000 sinistrés.

Selon le chef de l’État, aucune arme du parti chiite n’était stockée dans le port. « Impossible, mais des événements aussi graves que celui-ci agitent les esprits et stimulent l’imagination », a-t-il dit, interrogé au sujet de l’hypothèse d’une responsabilité du Hezbollah. Il a cependant indiqué que « cette piste sera, elle aussi, étudiée ». « D’un point de vue moral, nous sommes tenus de prendre en compte toutes les éventualités, qu’il s’agisse d’un facteur étranger ou d’une cause locale, même si nous sommes persuadés qu’il s’agit d’un accident dû à la négligence des personnes concernées au port. Nous nous devons d’explorer toutes les éventualités pour barrer la voie aux interprétations et aux accusations de dissimuler les faits. Aucune personne impliquée dans cette affaire ne pourra rester longtemps cachée », a-t-il ajouté.

La paix avec Israël

Par ailleurs, Michel Aoun a démenti avoir appelé à un accord de paix avec Israël, quelques jours après un entretien accordé à un média français dans lequel il laisse planer le doute sur une telle option. « Je n’ai pas appelé à un accord de paix avec Israël, car il y a de nombreux problèmes, notamment le fait qu’une portion du territoire libanais est sous occupation et que des frontières maritimes et terrestres sont encore l’objet de litiges, en sus de la cause palestinienne et de la présence de réfugiés palestiniens au Liban », a expliqué le président.

Lors d’un entretien accordé à la chaîne d’informations française BFMTV, il avait répondu à une question concernant la normalisation des relations avec Israël, par un « cela dépend », ajoutant qu’il ne pourrait y avoir d’avancée que lorsque « les problèmes » entre le Liban et l’État hébreu seraient « résolus ».

En réponse à une autre question, il a jugé qu’il est « possible d’organiser des législatives anticipées, mais conformément à une loi qui garantisse le respect des choix populaires ». « Il faut surtout avoir l’accord du Parlement pour réduire le mandat de la Chambre, mais il n’est pas possible de fixer un délai pour cela. Nous espérons l’obtenir dans un an. Il reste que cette décision ne m’appartient pas mais est du ressort du président de la Chambre et des députés », a-t-il encore dit.

Prié de commenter les appels à sa démission, au départ de la classe politique et à un changement fondamental au niveau du pouvoir, Michel Aoun a indiqué qu’il est « encore plus radical que leurs auteurs ». « J’ai beaucoup enduré avec le Parlement dont la majorité n’est pas d’accord avec ces revendications. Lorsque je présidais le groupe parlementaire (du CPL), j’avais présenté de nombreuses propositions de loi prévoyant des réformes, dont certaines seulement ont été approuvées, comme la loi électorale », a-t-il souligné.

Le président a exprimé l’espoir que « la pression populaire débouchera sur la promulgation de plus de lois portant sur des réformes, mais nous devons nous calmer et en finir avec le déchaînement des gens en colère pour qu’on puisse travailler ». Et d’ajouter : « Je suis garant du pouvoir. La responsabilité m’oblige à ne pas provoquer un vide. »


Il est « impossible » que la double explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis des années dans le port de Beyrouth soit due à des armes du Hezbollah, a estimé le président Michel Aoun dans un entretien publié hier par le quotidien italien, Corriere della Sera, alors que l’enquête se poursuit pour déterminer la cause de la déflagration qui a fait...

commentaires (4)

"nous devons nous calmer et en finir avec le déchaînement des gens en colère pour qu’on puisse travailler"...ah oui, c'est comme mes enfants courent dans la maison et m'empêchent de me concentrer. Eh bien faites comme moi Mr le Président! Ce que je fais c est de les faire participer au travail ou carrément de le leur laisser faire! Puis à présent c est la faute au peuple qui ne vous a pas laissé travailler... eh oui il faut qu ils arrêtent d'être en colère pour avoir perdu leur maison et qu ils aillent tranquillement se trouver un coin dans une rue et qu ils s y couchent sans faire trop de tapage (shhhht le Président travaille), il faut qu'il arrête de ressentir le desespoir d avoir perdu un enfant ou d en avoir un autre enseveli sous les décombres d'un beyrouth ravagé, il faut qu'il arrêtent de faire du bruit pour dire qu ils ne peuvent plus assumer les frais de leur vie quotidienne..... tout ça, ça en fait du bruit vous avez raison Mr le Président...ça en fait du bruit.... mais la différence entre moi et vous, c'est qu'à la fin de la journée quand je dirai : mes enfants ne m'ont rien laissé faire, c'est car moi même j aurai décidé l espace d une journee de ne rien faire pour les tenir entre mes bras et courir avec eux dans la maison, faire des glaces avec eux, les cajoler et les aimer. Et que le lendemain, je me surpasserai et aurai fini ce que " j'avais à faire" avant même leur lever.

CK

05 h 57, le 19 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • "nous devons nous calmer et en finir avec le déchaînement des gens en colère pour qu’on puisse travailler"...ah oui, c'est comme mes enfants courent dans la maison et m'empêchent de me concentrer. Eh bien faites comme moi Mr le Président! Ce que je fais c est de les faire participer au travail ou carrément de le leur laisser faire! Puis à présent c est la faute au peuple qui ne vous a pas laissé travailler... eh oui il faut qu ils arrêtent d'être en colère pour avoir perdu leur maison et qu ils aillent tranquillement se trouver un coin dans une rue et qu ils s y couchent sans faire trop de tapage (shhhht le Président travaille), il faut qu'il arrête de ressentir le desespoir d avoir perdu un enfant ou d en avoir un autre enseveli sous les décombres d'un beyrouth ravagé, il faut qu'il arrêtent de faire du bruit pour dire qu ils ne peuvent plus assumer les frais de leur vie quotidienne..... tout ça, ça en fait du bruit vous avez raison Mr le Président...ça en fait du bruit.... mais la différence entre moi et vous, c'est qu'à la fin de la journée quand je dirai : mes enfants ne m'ont rien laissé faire, c'est car moi même j aurai décidé l espace d une journee de ne rien faire pour les tenir entre mes bras et courir avec eux dans la maison, faire des glaces avec eux, les cajoler et les aimer. Et que le lendemain, je me surpasserai et aurai fini ce que " j'avais à faire" avant même leur lever.

    CK

    05 h 57, le 19 août 2020

  • Les chiites sont plus nombreux et le prochain président sera Hassan Nasrallah , le premier ministre sunnite et président de la chambre chrétien

    Eleni Caridopoulou

    01 h 24, le 19 août 2020

  • Nous devons nous préparer à un changement radical Président de la république chiite , car ils sont plus nombreux ,premier ministre sunnite et président du conseil chrétien

    Eleni Caridopoulou

    01 h 08, le 19 août 2020

  • Nous devons nous préparer à un changement radical , président de la République chiite car ils sont

    Eleni Caridopoulou

    01 h 05, le 19 août 2020