Rechercher
Rechercher

Finances

Bank Audi a accusé de lourdes pertes en 2019

Bank Audi a accusé de lourdes pertes en 2019

Bank Audi a révélé que 15,4 milliards de dollars de dépôts ont été retirés de l’ensemble des banques du pays durant l’année 2019. Photo d’archives AFP

Bank Audi a publié mardi son rapport d’audit de l’année 2019. Sans surprise, la banque affiche des pertes importantes à l’issue d’un exercice marqué par le début de la grave crise économique et financière que le pays traverse depuis près d’un an. Les résultats ont été audités par E&Y et la firme BDO, Semaan, Gholam & Co, qui ont également audité la BLOM Bank, et dont le rapport avait été publié courant juillet. Comme pour BLOM, les auditeurs ont émis une « adverse opinion » (opinion défavorable), signifiant qu’il faut généralement entreprendre un nouvel audit.

Les deux firmes ont émis cet avis pour plusieurs raisons, dont le manquement aux normes IFRS 9 (International Financial Reporting Standard) qui « standardise la présentation des comptes consolidés au niveau international et garantit leur transparence ». Ainsi, la Bank Audi n’inclut pas les « ajustements nécessaires » aux valeurs comptables. De plus, en raison de la crise économique et financière, de la décision du gouvernement démissionnaire de Hassane Diab de faire défaut sur la dette en devises – les eurobonds – en mars dernier et de la dépréciation de la livre libanaise (7 150 livres pour un dollar à l’achat et 7 000 livres à la vente selon l’application Sarraf Lebanon), « le management (de la banque) était incapable de proposer des estimations fiables de la valeur de (certains) actifs et d’autres instruments financiers ». Ces actifs concernent le portfolio de la dette libanaise – qui s’est élevée à 93,1 milliards de dollars à fin mai –, libellée en monnaie nationale et en devises, celui auprès de la banque centrale et celui des dettes du secteur privé (ménages et entreprises).

Baisse des dépôts

La banque a comptabilisé des pertes pour l’année 2019 s’élevant à 907,688 milliards de livres, soit 602,11 millions de dollars au taux de change officiel 1 507,5 livres. Alors que ses profits se sont établis à 754,590 milliards de livres pour l’année 2018, soit 500,56 millions de dollars. Cela équivaut à une baisse annuelle des profits de 220,29 % selon nos calculs. Les actionnaires ont donc subi des pertes de 2 289 milliards de livres, soit 1,52 million de dollars.

Les banques centrales, dont la Banque du Liban (BDL), devaient, à fin décembre 2019, 23 169,52 milliards de livres, soit 15,37 milliards de dollars à la Bank Audi, montant presque similaire à celui de la fin de l’année 2018 (24 793,68 milliards de livres). Les prêts au secteur privé se sont élevés à 15 461,67 milliards de livres, soit 10,25 milliards de dollars. Les dépôts des clients, quant à eux, sont tombés à 44 336,56 milliards de livres, soit 29,41 milliards de dollars, en baisse de 7,2 % selon nos calculs, par rapport à l’année précédente (47 777,07 milliards de livres ou 31,69 milliards de dollars). Le capital social, inchangé, a atteint selon nos calculs 2 455,66 milliards de livres, soit 1,63 milliard de dollars.

Lire aussi

Moody’s retire les notes de Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank

En plus du Liban, Bank Audi est présente dans neuf autres pays, dont la Jordanie. Une source bancaire a révélé que la banque avait reçu des offres d’achat pour cet établissement, sans fournir plus de détails. En mai, la banque libanaise avait entrepris des négociations pour vendre sa filiale en Égypte, mais en raison du Covid-19, l’opération est en suspens.

S’adressant à ses actionnaires, la banque a révélé que 15,4 milliards de dollars de dépôts ont été retirés de l’ensemble des banques du pays durant l’année 2019, dont 11,4 milliards uniquement durant le dernier trimestre. C’est la partie de l’année où la crise économique s’est accentuée, en plus de la crise politique qui a suivi en raison du mouvement de contestation débuté le 17 octobre 2019, ainsi que la démission du gouvernement de Saad Hariri III ce même mois. Le volume de crédits octroyés au secteur privé par les banques libanaises a diminué de 9,6 milliards de dollars, pour tomber à 49,8 milliards de dollars à fin décembre 2019.


Bank Audi a publié mardi son rapport d’audit de l’année 2019. Sans surprise, la banque affiche des pertes importantes à l’issue d’un exercice marqué par le début de la grave crise économique et financière que le pays traverse depuis près d’un an. Les résultats ont été audités par E&Y et la firme BDO, Semaan, Gholam & Co, qui ont également audité la BLOM Bank,...

commentaires (6)

Nos banquiers sont de véritables alchimistes... à défaut d'avoir transformé le plomb en or, ils ont réussi a transformer nos $ (arrivés frais) en Livres Libanaises. Bravo!!

Sybille S. Hneine

15 h 24, le 13 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Nos banquiers sont de véritables alchimistes... à défaut d'avoir transformé le plomb en or, ils ont réussi a transformer nos $ (arrivés frais) en Livres Libanaises. Bravo!!

    Sybille S. Hneine

    15 h 24, le 13 août 2020

  • LOURDE PERTE POUR QUI ? POUR LES DÉPOSANTS OUI. LES RESPONSABLES OU PROPRIÉTAIRES DE LA BANQUE ONT INVESTIE LEURS ARGENTS AILLEURS À L'ÉTRANGER DEPUIS.

    Gebran Eid

    15 h 06, le 13 août 2020

  • 11.4 milliards usd le dernier trimestre... ben j'aurais mieux fait d'être cliente chez eux. Ah pardon! C'était pas pour le commun des mortels... forcément. On nous a bien pris pour des idiots les banques, la BDL, l'ABL, et les politiciens...

    Sybille S. Hneine

    14 h 17, le 13 août 2020

  • LA COMBINE DES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT TRANSFERE HORS DU PAYS 11,4 MILLIARDS DE DOLLARS DES GROS REQUINS LORSQU,ILS REFUSAIENT DEUX CENTS DOLLARS AUX COMMUNS DEPOSANTS. CES 11,4 MILLIARDS ETANT CONNUS IL FAUT QU,ILS SOIENT RECUPERES D,URGENCE PAR LA JUSTICE ET L,ETAT ET QUE LES BANQUES EN SOIENT PLEINEMENT RESPONSABLES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 22, le 13 août 2020

  • Comment $11.4 milliards ont été retirés durant le dernier trimestre si les banques interdisaient les transferts?

    Fadi Chami

    07 h 52, le 13 août 2020

  • DES CHIFFRES SUR LESQUELS PERSONNE NE PEUT COMPTER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 43, le 13 août 2020