Rechercher
Rechercher

Reportage

Ambiance morose en Libye pour l'Adha

Cette année, le prix d'un mouton moyen varie entre 1.200 (environ 740 euros) et 1.400 dinars (environ 860 euros), ce qui est dissuasif pour nombreux Libyens.

Ambiance morose en Libye pour l'Adha

Des Libyens venus acheter un mouton dans le marché de Tajoura, au sud-est de la capitale Tripoli, le 28 juillet 2020 pour la fête de l'Adha. Photo AFP / Mahmud TURKIA

Le plus important marché de l'Ouest libyen est très clairsemé pour la fête du sacrifice qui se déroule dans une atmosphère morose en pleine pandémie de coronavirus, et une double peine: les prix élevés et les pénuries de liquidité et de services.

Parti très tôt de Zliten, à 140 km à l'est de Tripoli, Suleiman Ertel s'est installé sur le marché avec ses moutons qu'il espère vendre pour la fête de l'Adha. C'est à Tajoura, en banlieue est de Tripoli, que les éleveurs des villes de l'Ouest libyen se regroupent les jours précédant cette fête que les musulmans célèbrent en sacrifiant un mouton d'au moins un an. Ils le partagent ensuite avec leurs proches et en donnent une partie aux pauvres. Sur ce marché en plein air, chaque vendeur installe un enclos rudimentaire avec du grillage métallique pour enfermer ses moutons et, comme la fête tombe en plein été cette année, il veille à protéger ses bêtes du soleil avec un simple voile.

"Tout est plus cher"
Mais cette année, l'humeur est morose parmi les éleveurs car les clients se font attendre: "D'habitude, les jours qui précèdent la fête, les gens s'empressent d'acheter leur mouton", dit-il en montrant un marché quasiment vide. En effet, à quelques jours de la fête, il n'y a pas grand monde sur le marché qui s'étend sur plus de trois kilomètres carrés, sinon quelques rares acheteurs s'informant sur les prix sans conclure de transaction.

Pour M. Ertel, "la crainte des marchés bondés et la hausse des cas de contamination par le coronavirus dernièrement en plus des prix élevés du bétail", ont éloigné les clients cette année. Pour les éleveurs aussi, "tout est plus cher", explique M. Ertel, debout devant son enclos. "Le fourrage a doublé de prix mais aussi les coûts du transport entre les villes à cause de l'insécurité sur certains trajets. "C'est décourageant", conclu-t-il dépité. Pendant que d'autres clients inspectent les moutons en les tâtant sous leur laine épaisse, puis en les tournant et en les retournant plusieurs fois, Ahmed Al-Fallah hésite.

Lire aussi

Crise oblige, le Liban célèbre sans moutons la fête de l'Adha

Le père de famille, qui se rend au marché depuis trois jours sans pouvoir acheter un mouton à un prix abordable, doit trouver un moyen pour ne pas briser la tradition d'une fête religieuse et familiale si importante. "Je me renseigne sur les prix sans pouvoir acheter. La somme que j'ai ne suffit pas. Je pense que je vais devoir emprunter", confie-t-il à l'AFP gardant un œil sur l'un de ses trois garçons qui pose pour une photo à côté d'un mouton.

Cette année, le prix d'un mouton moyen varie entre 1.200 (environ 740 euros) et 1.400 dinars (environ 860 euros) ce qui est dissuasif pour nombreux Libyens qui, même s'ils ont les moyens, ne peuvent retirer suffisamment d'espèces sur leurs comptes bancaires à cause des pénuries de liquidité. "La plupart des banques ont plafonné les retraits à 1.000 dinars les jours précédant la fête, (...) ce qui est inférieur aux prix proposés", explique Mohamad Kecher. "Alors on hésite. Faut-il tout dépenser pour le mouton du sacrifice ou garder cet argent pour les dépenses de la famille pendant un mois ?", se demande-t-il, se contentant d'observer les moutons qu'il ne peut se permettre.

Lire aussi

En Irak, cimetières et parcs d'attraction interdits pour l'Adha

Après plus d'un an de combats meurtriers aux portes de la capitale entre les forces de l'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, qui a tenté de prendre Tripoli, siège du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, les familles de l'Ouest libyen sont moralement et financièrement épuisées. En plus, à cause des longues coupures d'eau et d'électricité, il leur sera difficile de stocker la viande dans des congélateurs.

A cette situation déplorable, vient s'ajouter la crise sanitaire due au Covid-19 où les autorités peinent à contenir la propagation du virus malgré les couvre-feux, la fermeture des écoles et des mosquées et l'interdiction de voyager. Ces dernières semaines, le virus a rapidement progressé. Pour la première fois depuis le premier cas dépisté fin mars, plus de 100 cas ont été recensés en une journée portant le nombre de cas confirmés dans le pays à 3.017 les décès à 67.


Le plus important marché de l'Ouest libyen est très clairsemé pour la fête du sacrifice qui se déroule dans une atmosphère morose en pleine pandémie de coronavirus, et une double peine: les prix élevés et les pénuries de liquidité et de services.

Parti très tôt de Zliten, à 140 km à l'est de Tripoli, Suleiman Ertel s'est installé sur le marché avec ses moutons qu'il...

commentaires (0)

Commentaires (0)