Rechercher
Rechercher

Liban

Diab : Des "parties locales et étrangères" œuvrent à "assiéger les Libanais"

"Revoir la composition du gouvernement est devenu obligatoire", affirme Elie Ferzli depuis la Maison du Centre.

Diab : Des

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, avant le début du Conseil des ministres, le 2 juillet 2020 au Grand Sérail. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a accusé, jeudi en ouverture du Conseil des ministres consacré à la situation économique qui s'aggrave de jour en jour, "des parties locales et étrangères" de vouloir "assiéger les Libanais", alors que ses parrains accentuent la pression sur son cabinet. 

"Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région", a déclaré M. Diab dans une longue diatribe contre ceux qui entravent l'action de son cabinet. "Il s'agit d'un siège politico-financier destiné à affamer les Libanais alors que dans le même temps, ils disent vouloir aider le peuple libanais. Ils nous demandent des réformes, mais de l'autre côté, ils fournissent une protection à la corruption et aux corrompus, et nous empêchent d'avoir accès aux dossiers des fonds volés", a ajouté le Premier ministre, dénonçant des "intérêts personnels, politiques et communautaires". "Ils jouent sur la valeur du dollar américain et portent atteinte à la livre libanaise, et ils essaient d'empêcher la mise en œuvre des mesures du gouvernement pour tenter de régler cette question. Le jeu sur le dollar est devenu clair et flagrant pour tout le monde", a-t-il estimé. "Ils nous demandent des mesures financières, et ils sortent l'argent vers l'étranger et empêchent les transferts, ainsi que le déblocage des crédits pour le fioul, le mazout, les médicaments et la farine pour couper le courant, affamer les Libanais et les laisser mourir sans médicaments". "Nous nous sommes tus face à des agissements diplomatiques qui constituent d'importantes violations des usages internationaux afin de préserver les amitiés et les relations, mais un tel comportement défie les usages fraternels et diplomatiques", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Briser l’isolement ou mourir

Le chef du gouvernement fait référence à la polémique autour des propos hostiles au Hezbollah de l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban, Dorothy Shea, après lesquels un juge de Tyr avait émis un jugement interdisant toute interview de la diplomate. A l'issue d'un entretien, lundi, avec le chef de la diplomatie libanaise, Nassif Hitti, Mme Shea avait affirmé que la page avait été tournée.

Le Liban, où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté selon la Banque mondiale, connaît sa pire crise économique depuis la guerre civile des années 1975-1990. Le mouvement de contestation entamé le 17 octobre visant la classe politique et la corruption a provoqué la chute du gouvernement d'union nationale de Saad Hariri, auquel a succédé celui de Hassane Diab, parrainé par le Hezbollah et ses alliés. 

"Le rôle du gouvernement est-il terminé ?"
Lors de son intervention, M. Diab a défendu l'action de son cabinet qui semble être lâché par ses parrains, qui critiquent sa lenteur dans la mise en œuvre des réformes. "Nous savions que nous allions faire face à des accumulations et de grandes crises. Nous n'avons pas eu peur de livrer cette bataille pour sauver le pays (...) Nous n'avons aucune ambition politique ou électorale, et nous nous sommes plongés dans le travail, chantier après chantier, crise après crise. Ce sont des problèmes accumulés depuis des dizaines d'années qui ont explosé en même temps", a déclaré le Premier ministre. "Nous essayons de freiner l'effondrement et de réduire l'ampleur du choc et des dégâts sur le pays", a-t-il ajouté.

"Dans ce contexte, plusieurs questions se posent : ce gouvernement est-il devenu impuissant face aux défis auxquels il est confronté ? Avons-nous perdu la bataille ? Le rôle du gouvernement est-il terminé ?", s'est-il interrogé tandis que les rumeurs d'un remaniement et d'un changement de gouvernement se sont intensifiées ces derniers jours, alors que le cabinet de Hassane Diab. "Pour moi, la réponse est claire", a-t-il tranché.

Lire aussi

Quand Diab est abandonné par ses propres parrains...

Néanmoins, en coulisses, les contacts s'intensifient. Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, s'est ainsi entretenu avec le président du Parlement et leader du mouvement Amal, Nabih Berry, qui sont, avec leur allié du Hezbollah, les principaux parrains du gouvernement. Et le vice-président du Parlement, Elie Ferzli, s'est entretenu avec le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, et a affirmé que "revoir la composition du gouvernement est devenu obligatoire". Quant à M. Hariri, il a affirmé qu'il avait ses conditions pour revenir à la tête du gouvernement, critiquant sévèrement le Premier ministre Diab et son équipe.


Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a accusé, jeudi en ouverture du Conseil des ministres consacré à la situation économique qui s'aggrave de jour en jour, "des parties locales et étrangères" de vouloir "assiéger les Libanais", alors que ses parrains accentuent la pression sur son cabinet. 

"Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger...

commentaires (15)

"Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région", a déclaré M. Diab dans une longue diatribe contre ceux qui entravent l'action de son cabinet. "Il s'agit d'un siège politico-financier destiné à affamer les Libanais alors que dans le même temps, ils disent vouloir aider le peuple libanais. Ils nous demandent des réformes, mais de l'autre côté, ils fournissent une protection à la corruption et aux corrompus, et nous empêchent d'avoir accès aux dossiers des fonds volés", a ajouté le Premier ministre, dénonçant des "intérêts personnels, avant d etre PM vous savez tout ca si votre tache est impossible qu est ce que vous attendez pour rendre votre tablier et laisser le peuple libanais dans sa merde

youssef barada

22 h 24, le 04 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • "Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région", a déclaré M. Diab dans une longue diatribe contre ceux qui entravent l'action de son cabinet. "Il s'agit d'un siège politico-financier destiné à affamer les Libanais alors que dans le même temps, ils disent vouloir aider le peuple libanais. Ils nous demandent des réformes, mais de l'autre côté, ils fournissent une protection à la corruption et aux corrompus, et nous empêchent d'avoir accès aux dossiers des fonds volés", a ajouté le Premier ministre, dénonçant des "intérêts personnels, avant d etre PM vous savez tout ca si votre tache est impossible qu est ce que vous attendez pour rendre votre tablier et laisser le peuple libanais dans sa merde

    youssef barada

    22 h 24, le 04 juillet 2020

  • "Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région", a déclaré M. Diab dans une longue diatribe contre ceux qui entravent l'action de son cabinet. "Il s'agit d'un siège politico-financier destiné à affamer les Libanais alors que dans le même temps, ils disent vouloir aider le peuple libanais. Ils nous demandent des réformes, mais de l'autre côté, ils fournissent une protection à la corruption et aux corrompus, et nous empêchent d'avoir accès aux dossiers des fonds volés", a ajouté le Premier ministre, dénonçant des "intérêts personnels, avant d etre PM vous savez tout ca si votre tache est impossible qu est ce que vous attendez pour rendre votre tablier et laisser le peuple libanais dans sa merde

    youssef barada

    22 h 24, le 04 juillet 2020

  • Môsieur le Permier Sinsitre, En écoutant vos commentaires jeudi, je me demande si vous n'avez pas appelé Le Président Trump pour des conseils. Vous avez quasiment le même discours, c'est pas ma faute, c'est les autres. Quels autres?? Si vous parlez du Hezbollah, Amal et le CPL, vous avez tout a fait raison. Car c'est vos propres commanditaires, qui vous ont miné et détruit votre crédibilité. L'opposition ne peut que critiquer et vous regardez faire. En 5 mois au pouvoir, vous nous avez prouvez sans aucun doute que vous n'êtes pas indépendant et ni que VOUS controler le pays, mais c'est bien le Hezbollah et Amal. A votre place, je remballe mes affaires et je retourne comme professeur d'informatique. Arrêtez de nous dire re-dire ces mêmes discours stériles... Vous n'avez rien accomplis au contraire vous avez Flanché a chaque fois. Quand votre ministre de l'énergie met la faute sur les contrebandiers pour le manque de fuel, et bien c'est les partisans de Nasrallah et Amal qui sont les Maîtres de cette contrebande. Allez un peu de courage, acceptez votre incompétence et votre échec. DEMISSIONNER

    Marwan Takchi

    21 h 10, le 03 juillet 2020

  • A Mr Diab une lpetite eçon d'honnêteté : il faut toujours finir sa phrase sans en occulter la partie essentiel! " Le Hezbollah, l'Iran et la Syrie ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région",. Voilà, et maintenant plus de stress, vous avez finalement dit ce que vous avez toujours voulu dire...

    Wlek Sanferlou

    00 h 07, le 03 juillet 2020

  • Personnellement s'il faut donner des noms... j'aimerais beaucoup que notre cher gouverneur de la Banque du Liban en balance quelques uns... qui ont eu la chance de faire des transferts monétaires après le 17 octobre. Et après les autres noms de "parrains" suivront sûrement. De la part de notre PM ou non.

    Sybille S. Hneine

    20 h 29, le 02 juillet 2020

  • Ce n'est pas Mr Diab qui gouverne c'est le Hezbollah alors il doit donner sa démission . L'occident n'aiderait pas le Liban tant qu'il y a le parti de Dieu ( diable ) , on dit aussi que l'armée est Hezbollah

    Eleni Caridopoulou

    19 h 03, le 02 juillet 2020

  • "aider Mme à faire (son) ménage" ?

    BEX-DALAYEUN Nicole

    18 h 32, le 02 juillet 2020

  • "Nous nous sommes, nous savions, nous n'avons, nous n'avons, nous nous sommes, nous nous sommes, nous essayons," la réponse est claire comme vous dites, aussi imbu qu'inutile, rentrez chez vous aider Mme à faire son ménage, merci pour ce moment.

    Je partage mon avis

    17 h 18, le 02 juillet 2020

  • COMPRENDRE, DES MILICES LOCALES LIEES A DES PARTIES OU ETATS ETRANGERS ET QUI SONT VOS PARRAINS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 16, le 02 juillet 2020

  • le voila qui recommence notre 1er. avec des variantes je l'avoue. cette fois ci -desole pour l'auteur de l'article mentionnant qu'il est lache par ses copains parrains- mais notre 1er a choisi - carrement, officiellement de se faire la voix ET la voie de ses maitres parrains. JE DIS que tout ce beau monde ait le courage de leur accusations contre salameh. qu'on lui mette sur le dos 2/3 juges intelligens et capables, s'il est trouve coupable qu'on le foute en prison. sinon, s'ils ne peuvent pas ou n'osent pas ( suis pour la 3e -car la ils risquent ouvrir la boite de pandore), alors qu'ils cessent de vomir contre lui. qu'ils essayent de trouver 1 ou 2 autres boucs emissaires -a part leurs maitres et parrains- boucs qui n'auraient pas de boite de pandore a ouvrir.

    gaby sioufi

    16 h 56, le 02 juillet 2020

  • Tout ce que dit Diab est parfaitement exact à 100 %. On aurait envie d'applaudir de grand coeur ... sauf que : 1) Il oublie de nommer les criminels. Il est vrai que tout le monde les connait mais ce qui va sans le dire, va parfois mieux en le disant. 2) Si son analyse est correcte, il lui reste à en tirer les conséquences : comme le disait un ministre français qui a traduit sa parole en actes: "Un ministre, ça ferme sa gueule, ou ça démissionne!"

    Yves Prevost

    16 h 50, le 02 juillet 2020

  • Arreter de vous lamenter et de nous gratifier toutes les semaines de grandes phrases inutiles dont le but est d'endormir le peuple. Un jour nous avons echappe a un enorme coup d'etat, le lendemain se sont les forces de l'ombre qui veulent plonger le pays dans une guerre fratricide, aujourdhui c'est le siege du Liban par des parties locales et etrangeres. Vous etes touche par le meme syndrome que l'autre dont le seul slogan c'est "ils ne nous ont pas laisse " De grace, epargner nous ces sorties de presse qui ne servent a rien et communiquer sur les realisations du gouverment s'il y en a encore. Vous devez agir comme un capitaine d'un navire qui est en train de couler et que vous devez, au pire, garder en flotaison et au mieux le mener a bon port. Malheureusement vous avez demontre depuis 5 moins que vous n'etes qu'un capitaine de pedalo qui ne fait que tourner en rond en laissant le vrai paquebot sombrer.

    Moubarak tony

    16 h 18, le 02 juillet 2020

  • "Des parties locales et étrangères ont œuvré et œuvrent à assiéger les Libanais et à impliquer le Liban dans les conflits de la région". Certain parti jeu le dollars par exprès ... qui affirment vouloir aider les libanais à sortir de la crise mais qui au contraire bloquent toutes réformes Ahhh la chapeau bas Mr le premier ministre vous avez nommer le chat par son nom

    Bery tus

    15 h 42, le 02 juillet 2020

  • Monsieur le premier Ministre, le peuple libanais vous demande juste d'etre en accord avec votre sens de la justice et d 'oeuvrer immédiatement pour que soient prises les décisions adéquates;il n' y a plus de temps à perdre; oubliez votre personne pour le salut de tous;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    15 h 41, le 02 juillet 2020

  • Arretez de vous plaindre et FAITES VOTRE TRAVAIL. Vos geremiades ne sont que des excuses plates pour couvrir votre incapacite d'etre a la hauteur des evenements que traverse le Liban. Ceux qui complotent et qui tiennent les libanais en otages sont ceux-la meme qui vous tierre par la laisse auc cou. Rentrez chez vous. Vous ne servez a RIEN.

    Jean Michael

    15 h 29, le 02 juillet 2020