Vers quelles spécialisations de pointe?

L’ESA, une grande école de management à l’ADN international

L’ESA, une grande école de management à l’ADN international

L’ESA accueille près de 500 étudiants chaque année ainsi que plus de 2 000 professionnels dans le cadre de ses formations courtes. Photo DR

« L’ESA est le meilleur symbole de notre volonté d’aider les jeunes Libanais à acquérir ici, à Beyrouth, la meilleure formation possible pour devenir d’inlassables artisans de la réussite. » Tels étaient les propos prononcés par le président Jacques Chirac, aux côtés de Rafic Hariri, lors de l’inauguration de l’École supérieure des affaires en avril 1996.

Créée par un accord intergouvernemental entre la France et le Liban, l’ESA est gérée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la région Paris Île-de-France. Elle est membre du réseau des écoles de cette prestigieuse institution.

Cette grande école de management est installée depuis bientôt 25 ans rue Clemenceau, au cœur de Beyrouth, dans un espace vert de 33000 m² qui fut autrefois le campus diplomatique français. C’est dans cet espace d’exception, entièrement consacré au business, que l’ESA accueille près de 500 étudiants chaque année ainsi que plus de 2 000 professionnels dans le cadre de ses formations courtes, certificats et examens.

Expertise internationale et ancrage professionnel

L’école s’adresse depuis sa création à des dirigeants, des cadres et des employés d’entreprise en s’inspirant du modèle des grandes écoles de management françaises et anglo-saxonnes. « Au lendemain de la guerre civile libanaise, l’objectif de l’ESA était de faire venir les professeurs et experts à Beyrouth, et de contribuer ainsi à endiguer la fuite des talents », explique Maxence Duault, directeur général de l’école, nommé en décembre 2019. « L’ESA se définissait déjà comme une école par les professionnels, pour les professionnels. Aujourd’hui, son offre s’est considérablement étoffée, à l’attention de publics plus spécialisés, ou encore de publics plus jeunes, pour leur permettre de bénéficier de ce savoir-faire construit depuis plus de deux décennies », ajoute Maxence Duault. Actuellement, neuf diplômes universitaires sont proposés par l’ESA.

L’établissement s’appuie sur le réseau de la CCI pour proposer un modèle académique unique, fondé sur des formations résolument tournées vers l’international et l’entreprise, et construites en partenariat avec les meilleures Business Schools européennes, telles que HEC Paris, ESCP BS, Essec BS ou encore SDA Bocconi. « Ces formations ouvrent aux étudiants l’accès, tout d’abord, à un corps professoral international de très haut niveau ; l’opportunité d’acquérir un double diplôme ; enfin, la possibilité de rejoindre deux puissants réseaux d’anciens : celui de l’ESA et le réseau international de l’école partenaire », explique le directeur.

Nombreuses possibilités pour les jeunes

Au-delà des diplômes, l’ESA propose également de très nombreux programmes courts à l’attention des professionnels et chefs d’entreprise, par le biais de son département Executive Education. Ces formations, souvent co-construites avec les entreprises du Liban et de la région, permettent de nourrir les savoir-faire de l’école et enrichissent l’ensemble de ses programmes grâce à un dialogue permanent entre le monde académique et le monde de l’entreprise.

Actuellement, une dizaine de formations permettent d’obtenir un certificat professionnel, validant des compétences parmi les plus recherchées du marché du travail. Leur coût varie entre 2 000 $ et 7 000 $.

Très connue du monde de l’entreprise et des professionnels, l’ESA l’est moins pour certaines de ses formations à l’attention des plus jeunes, en l’occurrence ses programmes Bachelor in Business Administration (BBA) et Master international en management (MiM), à travers lesquels les étudiants se voient offrir la possibilité de partir en mobilité internationale, et d’obtenir le plus souvent le diplôme du partenaire.

« L’international fait partie de notre identité, insiste Maxence Duault. Nous avons plusieurs dizaines d’étudiants de l’ESA qui sont en échange longue durée, pour un an ou un an et demi, auprès de partenaires prestigieux comme l’Essec BS, ESCP BS, Skema BS, Neoma BS. »

Positionnement haut de gamme

Pour postuler à ces programmes, les futurs étudiants devront passer par un processus de sélection intense et rigoureux. « Nous préférons la qualité à la quantité. C’est pourquoi nous maintenons un positionnement haut de gamme, relève Maxence Duault. Lorsqu’un jeune lycéen candidate au Bachelor en partenariat avec l’Essec, ce n’est pas simplement l’ESA qui sélectionne, c’est aussi l’Essec, dont le programme est classé n° 1 en France », explique M. Duault.

L’ESA enregistre de très bons résultats en termes d’employabilité à la sortie des études, avec plus de 90 % des étudiants employés trois mois après l’obtention du diplôme. « C’est l’écosystème unique de l’ESA, porté par le travail d’hommes et de femmes d’exception, qui produit ce type de résultat », souligne Maxence Duault.

Aides financières

Les frais de scolarité de l’école oscillent généralement entre 12 000 $ et 18 000 $ par an – ou l’équivalent en livres libanaises, à l’exception de certains programmes prestigieux comme le MBA, l’Executive MBA ou le DBA. « Nous sommes continuellement à la recherche d’un prix raisonnable et proportionné à la qualité de nos programmes et de nos partenariats. Étant donné le caractère exceptionnel de notre offre, nous sommes très compétitifs, si ce n’est les plus compétitifs du Liban », affirme Maxence Duault.

« Nous maintenons volontairement des tarifs raisonnables et avons une culture qui nous pousse à ne pas surestimer les coûts, explique le directeur de l’ESA. Avec la crise économique, nous avons même revu à la hausse les aides financières proposées aux étudiants. »

Les Bachelors peuvent ainsi obtenir une bourse « d’excellence » basée sur les résultats du baccalauréat et couvrant jusqu’à 25 % des frais pour les mentions « bien », et 50 % pour les mentions très bien. Pour les Bachelors et la plupart de ses masters, l’ESA propose une bourse en partenariat avec la Lebanese International Finance Executive (LIFE), pouvant couvrir jusqu’à 12 000 $ des frais de scolarité. Les demandes de bourse se font directement sur le site internet de l’ESA :

https://www.esa.edu.lb/french/formations-diplomantes/aide-financiere


« L’ESA est le meilleur symbole de notre volonté d’aider les jeunes Libanais à acquérir ici, à Beyrouth, la meilleure formation possible pour devenir d’inlassables artisans de la réussite. » Tels étaient les propos prononcés par le président Jacques Chirac, aux côtés de Rafic Hariri, lors de l’inauguration de l’École supérieure des affaires en avril 1996....

commentaires (0)

Commentaires (0)