Régions

À Lassa, l’Église maronite à bout de patience

Mgr Nabil Andari dénonce les « dérobades » des instances judiciaires et sécuritaires.

La conférence de presse au siège de l’évêché maronite de Jounieh, à Adma. Photo ANI

C’est une tournure confessionnelle grave que risquent de prendre les agressions subies lundi à Lassa, un village à prédominance chiite de Jbeil, par des cultivateurs chrétiens venus y exploiter des lopins mis à leur disposition par la société Daccache et l’association Ardouna. Une conférence de presse conjointe du vicaire patriarcal de Jounieh, dont relèvent ces terrains, et du député Chaouki Daccache (Forces libanaises), qui a fourni gratuitement semences, serres, circuits d’irrigation, engrais et produits de pulvérisation, a permis de faire le point.

« Cette terre est nôtre et nous l’exploiterons », a dit en substance l’évêque Antoine Nabil Andari, qui a reproché aux autorités sécuritaires et judiciaires locales leurs « dérobades » à l’exercice de leurs responsabilités. Lundi, des fermiers chrétiens venus prendre possession de lopins mis à leur disposition gratuitement pour y cultiver la pomme de terre ont été pris à partie et brutalisés par un groupe de motards chiites armés de bâtons, de pierres et de canifs, et chassés des lieux sous les prétextes les plus fallacieux. Un litige oppose depuis des années l’Église maronite, propriétaire de terrains qu’elle met à la disposition d’agriculteurs, au comité des waqfs chiites de Lassa, qui estime que les habitants de confession chiite sont victimes d’un plan d’éviction de la région, établi selon un agenda « bien précis ».

Lire aussi

Nouveau rebondissement dans l’affaire de Lassa

Dans le but d’empêcher la répétition des incidents de lundi, des contacts ont été pris hier au plus haut de la pyramide par le patriarche Béchara Raï, qui s’en est ouvert au téléphone au président de la Chambre Nabih Berry, ainsi que par le député Simon Abi Ramia, qui a été reçu par le chef de l’État Michel Aoun, et par le député FL de Jbeil, Ziad Hawat, qui aurait reçu de M. Berry l’engagement qu’il mettra de l’ordre dans cette affaire.

Pour sa part, c’est d’un ton très ferme que le vicaire maronite de Jounieh, Mgr Antoine Nabil Andari, connu pour être un homme de grande douceur, a conclu hier la conférence de presse conjointe qu’il a tenue avec le député FL Chaouki Daccache au siège du vicariat patriarcal de Jounieh (Adma) pour faire le point sur ces graves développements. S’adressant aux forces hostiles au projet, Mgr Andari a martelé : « Nous sommes les propriétaires légitimes de ces terrains et non des envahisseurs comme vous le dites. Ne falsifiez pas l’histoire en inventant des récits qui concordent avec votre sentiment de supériorité. Ne nous forcez pas à hausser la voix. Notre décision est prise. Nous sommes les héritiers de ceux qui ont labouré le roc et bonifié les terres pour assurer leur subsistance et sauvegarder l’entité (libanaise). Ne mettez pas la sécurité et la stabilité en péril. » « En sus des poursuites judiciaires, a poursuivi l’évêque, nous adjurons pour la dernière fois les instances concernées, le Conseil supérieur chiite et tous les instances et partis, ainsi que les forces de sécurité à tous les niveaux, de mettre fin à ces conduites déviantes et ces agressions, et de protéger la paix civile et la convivialité. C’est dit : j’ai fait mon devoir et avisé qui de droit. »

Dans son discours, l’évêque a affirmé que les terrains contestés « ont été achetés par étapes, documents à l’appui, par nos prédécesseurs depuis plus de deux siècles (…). Ils ont été bonifiés et exploités, pour le bien des fidèles, depuis les affres de la grande famine. Il est notoire que l’évêché possède des documents anciens faisant autorité, ainsi que de récents titres de propriété obtenus après une opération cadastrale volontaire, confirmée de façon légale et définitive après l’opération cadastrale officielle (2000) ».

Et de dénoncer les « pêcheurs en eaux troubles » et les « profiteurs qui, par des voies torses, portent atteinte aux propriétés de l’archevêché en y construisant des logements ou en exploitant sans autorisation des biens-fonds, parfois sans autorisation et parfois en vertu de récépissés falsifiés ».

« Il n’est plus possible de se taire », s’est enfin écrié l’évêque, qui a amèrement reproché aux autorités sécuritaires et judiciaires locales « de se dérober à leurs responsabilités » de mettre un terme aux empiétements sur le cadastre définitif, alors qu’elles doivent « intervenir rapidement ».

Chaouki Daccache hausse le ton

S’adressant pour sa part aux forces de sécurité et à leur commandement, aux ministres de la Défense et de l’Intérieur, au Premier ministre et au président de la Chambre, aux députés et enfin au président de la République, le député FL Chaouki Daccache a déclaré : « Notre bien-fonds sera planté, aussi bien par la force de la loi que par la force du droit (…). L’Église a un Dieu qui sait la défendre, un patriarche et des évêques qui connaissent leurs droits et sauront le faire prévaloir aux yeux de tous. Mais l’Église a aussi des fidèles qui lui obéissent quand elle leur commande. Et paix à ceux qui suivent les voies de la paix. »

Lire aussi

Affaire de Lassa : Souhaid met en garde contre un compromis qui dépossédera l’Église de ses biens

Dans un petit retour en arrière, le parlementaire a révélé que, loin des feux de la rampe, le projet s’était heurté, le 13 mai, à des actes d’intimidation similaires, mais que cet incident s’était conclu par « des poignées de main » entre les représentants de l’archevêché et ceux du Conseil supérieur chiite, dont le recours a été sollicité, ainsi que du Hezbollah, du président de la municipalité et du mokhtar de Lassa. Au demeurant, par souci d’équité, 20 % du projet agricole avait été dévolu à 12 familles d’agriculteurs de Lassa même. M. Daccache a révélé avoir également pris contact avec des députés du Hezbollah et d’Amal pour « les mettre au courant du projet », assurant avoir obtenu leur feu vert là-dessus.

L’agression de lundi n’est pas le premier acte d’intimidation dirigé contre l’archevêché de Jounieh (anciennement archevêché de Baalbeck). D’autres l’ont précédée, au fil des années, destinées à imposer comme des faits accomplis des empiétements sur des biens-fonds relevant de l’archevêché. Par souci de la paix civile et de la préservation coûte que coûte de la convivialité, l’Église a toujours fait face à des contestations tout à fait arbitraires et à la présentation de récépissés de moukhtar sans valeur juridique, et ce par la patience et l’arbitrage de la justice. Toutefois, l’incident de lundi semble avoir été la goutte qui a fait déborder le vase.


C’est une tournure confessionnelle grave que risquent de prendre les agressions subies lundi à Lassa, un village à prédominance chiite de Jbeil, par des cultivateurs chrétiens venus y exploiter des lopins mis à leur disposition par la société Daccache et l’association Ardouna. Une conférence de presse conjointe du vicaire patriarcal de Jounieh, dont relèvent ces terrains, et du...

commentaires (11)

Quand il s'agit de "serres, circuits d’irrigation, engrais et produits de pulvérisation" a Lassa, je me pose pourtant aussi la question si on regarde l'impact ecologique et si cela ne va pas nuire les autres habitants (par exemple chiites) dans la region. Il faut trouver une solution pacifique par dialogue.

Stes David

22 h 46, le 28 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Quand il s'agit de "serres, circuits d’irrigation, engrais et produits de pulvérisation" a Lassa, je me pose pourtant aussi la question si on regarde l'impact ecologique et si cela ne va pas nuire les autres habitants (par exemple chiites) dans la region. Il faut trouver une solution pacifique par dialogue.

    Stes David

    22 h 46, le 28 mai 2020

  • Apparemment l'arme de dissuasion massive du Hezbollah est devenue les mobylettes et leurs faux spadassins armés de bâtons, de pierres et de canifs... L'Irgoun et la Haganah avaient fait la même chose avec les Palestiniens pour les chasser de leurs maisons, de leurs terres et de là de toute la Palestine.

    Honneur et Patrie

    20 h 34, le 28 mai 2020

  • Et comme par hasard, ce conflit est réouvert juste au bon timing pour déclencher des mésententes et batailles internes lorsque le Hezbollah est attaqué de toutes parts avant la publication du jugement du Tribunal International qui coincera encore plus le Hezb ... Il n'est pas difficile de deviner qui est le cheg d'orchestre de toute cette confusion !

    Chucri Abboud

    18 h 18, le 28 mai 2020

  • L'Islam a été créé 600 années après la venue du Christ. Le Liban a été parmi les premier pays qui a ont été Christianisé et l'un des rares qui l'est resté après 2000 ans. Hassouna et ses ouailles nous ont démontrer par A+B qu'ils sont tous aussi nuls en Math qu'en histoire - Géo! C'est inquiétant vu le fait qu'ils se sont alliés a une autre catégories de gens qui sont aussi ignares et dangereux, je cites: Les Aounistes. Dans tous les pays du monde le peuple vote pour les plus intelligents et capables pour faire avancer leur bien être, l’économie et la société sauf au Liban ou l'ont choisit les plus cons. Autrement, ce qui se passe a Lassa est grave et pourrait être l’étincelle qui ferait exploser le baril de poudre sur lequel la Hezbollah et Aoun ont actuellement assis le pays. Les instances Chiites de Lassa devrait agir vite pour arrêter ces pratiques qui risques de déborder et ce ne sont pas les missiles qui arrêteront les habitants de la région de réagir. Ni ceux des Palestiniens, ni ceux des Syriens ne les ont impressionne alors ceux de trois péteux qui se coutrrent apres

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 37, le 28 mai 2020

  • Mais alors, voyons voir un peu, il y a maldonne ici ! les chiites parlent histoire demographique de ces regions-habitees par eux bien avant les maronites ! Tiens donc , alors les juifs qui pretextent de la meme chose en terre arabe auraient ils des prextes bien fondes eux aussi ?

    gaby sioufi

    11 h 00, le 28 mai 2020

  • curieusement, a chaque fois qu'un cas Conflictuel Serieux se presente, il y a cafouillage, incomprehension, contradictions, dossiers perdus,justice inacapable de juger. Mais bon, Oh Grand Peuple du LIban sous le regne de aoun/nasrallah , n'oubliez Jamais que le kesrouan ftouh jbail etaient habites par des chiites avant l'arrivee des mecreants maronites et que donc elles sont a eux !

    gaby sioufi

    10 h 58, le 28 mai 2020

  • Faut se réveiller. Le liban, isolé, rejeté, en faillite et appauvri va être absorbé en une bouchée de pain par le régime islamiste iranien. A cause de Aoun et cie et leurs ambitions présidentielles , leurs obsessions à court terme pour le pouvoir, la république libanaise construite par nos parents, tout ce qui a été fait culturellement, intellectuellement, linguistiquement, socialement, internationalemnt, financièrement, économique...tout a disparu officieusement. Il suffit maintenant de le faire disparaitre "officiellement". Lorsque les intégristes iraniens armés et leurs milices le décideront. CPL réveillez vous et voyez ce que vous êtes en train de faire. L'HISTOIRE ne vous pardonnera jamais. Ni vos enfants. d'ailleurs.

    RadioSatellite.co

    10 h 21, le 28 mai 2020

  • Il n’y a pas que l’Eglise Maronite qui est à bout de patience, il y a une majorité de libanais qui en ont marre de se sentir menacés en permanence que ce soit par les actes ou par les propos tenus dans la presse. Et ensuite nos technocrates veulent transformer l’économie de rente en économie d’investissement dans un pays où l’Etat de droit est bafoué à tout instant, où la décision de guerre ou de paix n’est même pas aux mains du gouvernement avec en plus de 1,5 millions d’étrangers qui ne sont pas pressés de rentrer chez eux. Arrêtons de rêver le Liban de 1943 et celui de Taef n’existe plus. Il faut chercher une nouvelle formule mais durable cette fois ci et non pas soumise constamment à des crises à répétition

    Liberté de Penser

    08 h 39, le 28 mai 2020

  • LES AGRESSEURS SE PRETENDENT VICTIMES. LES TERRES DE L,EGLISE SONT DES TERRES CHRETIENNES ET CELLES USURPEES DOIVENT Y RETOURNER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 08, le 28 mai 2020

  • Tout le ftouh. Kesserouan est jonché de drapeaux jaunes De par la bêtise des CPL Grandeur et décadence du Mont liban......... RM

    Robert Moumdjian

    04 h 28, le 28 mai 2020

  • ceci s'apparente à des tentatives de changements démographiques. Bizarre eux qui disent combattre les kiboutz et implantations en israel. Ils font de même. Installer , remplacer et noyauter. Transformer progressivement un village libanais à un village d'obédience iranienne. ?? ( et ce, à terme..Pour l'instant ce sont des "villageois" officiellement ) . Idem côté Annaya, lieu de pélerinage. on voit flotter des drapeaux jaunes intégristes dans un village voisin. Juste pour montrer leur présence. Evidemment le CPL couvre tout ceci !!!! puisque ne dit rien et garde avec eux, cette alliance contre nature.

    RadioSatellite.co

    01 h 53, le 28 mai 2020