Focus

Au cœur de la loi d’amnistie, le sort de milliers de Libanais installés en Israël

« Oui, mon père a collaboré avec les Israéliens. Au Liban, tout le monde a collaboré avec quelqu’un. Certains ont collaboré avec les Palestiniens, d’autres avec les Syriens, et maintenant, il y a ceux qui collaborent avec les Iraniens. »


Des milliers de Libanais quittent le Liban-Sud pour Israël, le 23 mai 2000, deux jours avant l’achèvement du retrait israélien, par la porte de Kfarkila. Menahem Kahana/AFP

À la veille du retrait de l’armée israélienne du Liban-Sud, il y a vingt ans, des milliers des personnes accusées d’avoir collaboré avec l’ennemi avaient quitté « la zone de sécurité », de crainte de représailles, et s’étaient réfugiées en Israël. Aujourd’hui, et même si la loi d’amnistie, à l’ordre du jour de la séance parlementaire d’aujourd’hui, leur permet de rentrer, combien de ces Libanais, dont un grand nombre se sont intégrés en Israël ou se sont installés dans des pays tiers, voudront-ils, ou pourront-ils, regagner pour autant leur foyer ? Ils étaient plus de dix mille, appartenant aux communautés chrétienne, druze et chiite, à fuir en Israël en mai 2000. Tous n’étaient pas membres de la milice pro-israélienne de l’Armée du Liban-Sud. Souvent, ils travaillaient en Israël, notamment en tant qu’ouvriers et ouvrières dans les usines et les fermes de la Galilée, ou comme gardiens et femmes de ménage dans les hôtels de la côte nord israélienne.Au cours des vingt dernières années, plus de la moitié ont quitté Israël soit pour revenir au Liban, soit pour s’installer dans un pays tiers, comme le Canada, les États-Unis, l’Australie, l’Allemagne ou la Suède. Ceux qui ont décidé de rentrer au pays du Cèdre ont purgé diverses peines de prison et ont perdu leurs droits civiques. Beaucoup d’entre eux n’ont pu, durant des années, voter ou obtenir un passeport, voire même un permis de conduire.

Lire aussi

Au Liban-Sud, une minorité rêve encore de venir à bout de la mainmise du Hezbollah

Au cours des vingt dernières années, les Libanais qui ont décidé de rester en territoire ennemi s’y sont fait une place. Rejetés par les Palestiniens qui les considèrent comme les alliés de l’État hébreu, ils se sont installés dans des localités à majorité juive, comme Kiryat Shmona, limitrophe du Liban, ou encore la ville touristique et côtière de Nahariya. En Israël, ils ont un statut propre, « Libanais israélien », et non celui d’Arabe israélien. Selon les témoignages de leurs proches ainsi que des articles publiés dans la presse israélienne, leurs enfants sont bien intégrés dans la société israélienne. Ils parlent parfaitement l’hébreu et effectuent des études universitaires poussées. Même si leurs parents ne venaient pas de milieux aisés ou intellectuels, un bon nombre de ces jeunes sont devenus chercheur, professeur d’université, médecin ou architecte. Contrairement aux Arabes israéliens, à l’exception des druzes, les « Libanais israéliens » effectuent le service militaire qu’ils peuvent commuer en deux ans de service civil. Il semble aussi qu’ils n’aiment pas être qualifiés d’Arabes et préfèrent remonter à leurs racines… phéniciennes.


Pour ce milicien de l’ALS en route pour Ras Naqoura lors du retrait israélien du Liban-Sud, en mai 2000, pouce baissé, signe de défaite. Photo d’archives


Une loi qui les dépouille de leur nationalité

« La loi (d’amnistie) devrait permettre uniquement aux femmes et aux enfants des anciens membres de l’ALS de rentrer au Liban. Elle prévoit que toute personne désireuse de revenir au pays présente une demande aux autorités libanaises qui décideront si elle peut le faire ou non. Tous ceux qui étaient membres de l’ALS seront exclus de l’amnistie. Or, ceux qui sont restés en Israël jusqu’à ce jour faisaient partie de la milice. Par ailleurs, le texte stipule que tous ceux qui ne rentreront pas six mois après le vote de la loi seront rayés des registres libanais et seront ainsi dépouillés de leur nationalité libanaise », explique Antoine Saad. Cet avocat traite le dossier du retour des Libanais d’Israël en coopération notamment avec le collectif « Ils ont le droit de rentrer », qui regroupe des dizaines de personnes ayant de la famille en Israël et appartenant aux villages chrétiens de la bande frontalière. Le collectif est aussi en contact avec des membres de la communauté druze, mais le sujet reste très tabou dans la communauté chiite qui constituait une grande partie des membres de l’ALS, notamment des miliciens les moins gradés. « Un bon nombre de personnes de la communauté chiite ayant collaboré avec Israël sont rentrées au Liban et sont venues grossir les rangs du Hezbollah », affirment des personnes originaires des villages de Aïtaroun et Kfarkila, donnant des noms à l’appui. Ces hommes sont rentrés au Liban quelques mois après le retrait israélien et ont purgé des peines de prison avant de revenir au Sud où ils ont rejoint le Hezbollah. Cette loi n’aborde pas les questions liées au statut personnel et occulte plusieurs points, regrette en outre M. Saad. « Un Libanais marié à une Arabe israélienne, même si elle fait partie de sa communauté religieuse, ne peut pas rentrer avec elle au pays. Par ailleurs, que feront les Libanais qui travaillent depuis 20 ans en Israël de leurs économies ? Pourront-ils ramener ces fonds gagnés en Israël ? Que feront les jeunes diplômés issus de familles libanaises ? Leurs diplômes acquis en Israël seront-ils reconnus par l’État libanais ? » interroge l’avocat.

Pour Christelle Hanna, membre du collectif Ils ont le droit de rentrer, « le texte qui sera débattu au Parlement ne constitue pas une loi d’amnistie. L’occupation israélienne du Liban et la situation des habitants du Liban-Sud au cours de cette période font bien partie de la guerre du Liban. Tout le monde a été amnistié. Pourquoi les habitants du Liban-Sud font-ils exception ? » s’insurge-t-elle, avant de souligner à son tour qu’« avec cette loi, il est impossible pour les anciens membres de l’ALS de rentrer au Liban ».

De nombreux habitants du Liban-Sud dont les proches se trouvent en Israël tiennent à rappeler le passé et remontent ainsi jusqu’aux années soixante-dix, quand l’État libanais autorisait les fedayin palestiniens à porter les armes et mener des opérations contre Israël à partir du Liban-Sud. Un grand nombre des habitants des villages chrétiens de la région, qui étaient proches du parti Kataëb, ne se sentaient pas en sécurité. Des exactions contre les chrétiens et les chiites à Khiam ainsi que le massacre de Aïchiyé, où 54 personnes de la communauté chrétienne avaient été tuées en 1976, n’avaient fait qu’amplifier ce sentiment d’insécurité, selon eux.


Au point de passage de Metoulla, un soldat israélien veille sur le flot de réfugiés venant du Liban, lors du retrait israélien en mai 2000. Photo d’archives


« Une autre idée du Liban »

« Le général Saad Haddad, premier commandant de l’ALS, était bien un officier de l’armée libanaise. Jusqu’à présent, d’anciens soldats libanais qui avaient rejoint les rangs de l’ALS encaissent leurs indemnités de l’armée libanaise », explique Carla, originaire de Klay’aa, qui n’a pas vu depuis vingt ans son père, parti en Israël avec le retrait des troupes israéliennes. « Mon père s’est battu pour son idée du Liban. Il avait une cause, et je le respecte pour cela. Oui, mon père a collaboré avec les Israéliens. Il a défendu une cause. Au Liban, tout le monde a collaboré avec quelqu’un. Certains ont collaboré avec les Palestiniens, d’autres avec les Syriens, et maintenant, il y a ceux qui collaborent avec les Iraniens. Ils nous accusent d’être des agents d’Israël, eh bien, nous avons une autre idée du Liban », martèle cette femme âgée de 41 ans. Elle se souvient : « Le jour du retrait israélien, j’étais bloquée avec ma sœur à Beyrouth. Nos parents sont partis sans nous. Puis ma mère et mes frères et sœurs sont rentrés au bout de quelques mois. Mon père est resté seul là-bas. Je me suis mariée six mois après le retrait israélien. Je suis allée, vêtue de ma robe blanche, à Kfarkila. C’était avant la construction du mur. Mon père avait des jumelles. Il m’a vue. Ma tante et mes cousins paternels étaient encore avec lui. Aujourd’hui, tous sont partis au Canada », raconte-t-elle, confiant qu’elle peut aussi, à partir de la frontière, voir la maison de son père à Kiryat Shmona. « Mon père ne connaît pas mes enfants. Il est seul en Israël. C’est un homme qui a passé toute sa jeunesse loin de sa femme et de ses enfants, et cela m’attriste beaucoup », confie-t-elle.

Lire aussi

Plus de double urgence à la loi d'amnistie : un revers pour le tandem chiite

Bernard, lui, a 34 ans. Originaire de Rmeich, il est parti en Israël avec sa famille en mai 2000. Il avait 14 ans. Il est rentré quelques mois plus tard pour passer son brevet. Bernard a été élevé par ses grands-parents. « Jusqu’à mes années d’université, jusqu’à ce que je devienne indépendant financièrement, mes parents m’envoyaient de l’argent avec l’évêque maronite de Terre sainte. Je suis resté 15 ans sans voir ma famille. Et puis j’ai été les voir à Chypre… pour être interrogé à mon retour par les autorités libanaises. Pour eux, je suis le fils d’agents israéliens », dit-il tristement. Il est le seul de sa famille à rester au Liban. Deux de ses frères et sœurs se sont établis en Israël, et les deux autres ont émigré à partir de l’État hébreu au Canada.


À la veille du retrait de l’armée israélienne du Liban-Sud, il y a vingt ans, des milliers des personnes accusées d’avoir collaboré avec l’ennemi avaient quitté « la zone de sécurité », de crainte de représailles, et s’étaient réfugiées en Israël. Aujourd’hui, et même si la loi d’amnistie, à l’ordre du jour de la séance parlementaire...

commentaires (14)

Visiblement nous avons inventé différents degrés de "traitrise"! Ceux qui ont collaboré avec l'Egypte du temps de Nasser, ou avec l'Iran de nos jours sont considérés des patriotes qui peuvent siéger au parlement. Alors que ceux qui se sont alliés à Israël sont des traitres qui n'ont pas droit à l'amnistie. On ne sait plus quoi inventer pour enfoncer le pays encore plus...

KAHIL Mirwan

17 h 40, le 28 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Visiblement nous avons inventé différents degrés de "traitrise"! Ceux qui ont collaboré avec l'Egypte du temps de Nasser, ou avec l'Iran de nos jours sont considérés des patriotes qui peuvent siéger au parlement. Alors que ceux qui se sont alliés à Israël sont des traitres qui n'ont pas droit à l'amnistie. On ne sait plus quoi inventer pour enfoncer le pays encore plus...

    KAHIL Mirwan

    17 h 40, le 28 mai 2020

  • Cet article aurait fait couler beaucoup d'encre et indique que la page de la guerre n'est pas définitivement tournée...et pour cause, notre faillite ne fait que refléter cette guerre froide que nous nous menons depuis la fin de la guerre civile...Le Liban tel quel n'est pas viable. Pourrons nous trouver une autre formule magique?

    Onaissi Antoine

    15 h 17, le 28 mai 2020

  • TRISTE DISCUSSIONS OU L'ENNEMI EST TOUJPURS ISRAEL JE DEFIE UN CHRETIEN ET MEME UN MUSULMAN LIBANAIS QUI N'A PAS TROUVE QUE L'INVASION DU LIBAN EN 1982 PAR ISRAEL N'A PAS SAUVE LE LIBAN DE L'EMPRISE DES PALESTINIENS QUI REVAIENT DE FAIRE DU LIBAN LEUR PALESTINNE CESSONS DE PARLER DE COLLABORATION AVEC ISRAEL ENNEMI MAIS PARLONS DE SAUVEURS EN 1982 CERTAINS MUSULMANS SE SONT EGARES EN 1975 EN FAISANT ALLIANCE AVEC LES PALESTINIENS CONTRE LES CHRETIENS TOUT COMME AUJOURDH'UI CERTAINS CHIITES SE SONT EGARES EN FAISANT ALLIANCE AVEC L'IRAN LE LIBAN MERITE PLUS QUE CELA , IL MERITE UNE PAIX (meme froide pour certains ) AVEC ISRAEL CONMME AVEC LA JORDANIE ET L'EGYPTE AFIN DE METTRE DE COTE CES GUERRES AVEC ISRAEL POUR UNE CAUSE QUI NE DOIT PLUS NOUS CONCERNER APRES LES 150000 MORTS DE TOUTES RELIGIONS QUE LE LIBAN A PAYE POUR CETTE CAUSE QUE MEME LEURS LEADERS NE CHERCHENT MEME PLUS A RESOUDRE SEUL UNE PAIX PEUT RENDRE AU LIBAN SON PRESTIGE ET SA FOIE DANS L'AVENIR DE CE PAYS ET REMONTER SON ECONOMIE LA VERITE TOUS LE PENSENT MAIS AUCUN N'OSE LE DIRE OUVERTEMENT

    LA VERITE

    14 h 13, le 28 mai 2020

  • D'abord il faut arrêter d'utiliser le verbe "Collaborer" Car il ne s'applique pas a ces gens la. Lorsque Saad Haddad a décidé de prendre en main la région, c’était après avoir reçu l’ordre, des dirigeants de l’époque, de faire ce qu'il pense au mieux pour assurer la sécurité des Libanais du Sud. Il l'a fait avec les troupes qui se trouvaient alors sous ses ordres et celles-ci comprenais des citoyens de toutes les religions et confessions. Ils ont sauvé le sud et le pays a leur façon en "coopération" avec Israël puisque le sud est resté Libanais a ce jour. De plus, toutes ces années la, ils se sont battus sous et pour les couleurs du drapeau Libanais et ne l'ont jamais remplacé par celui d’Israël ou de n'importe quel autre Nasser, Arafat, Assad, Saddam ou autre Fakih. En fait ils ont juste "coopéré" avec un état voisin pour leur survie et celle de leur famille mais aussi du pays contrairement au Nasseristes, aux baasistes et a présent aux Fakihistes qui eux ont pissé, piétiné et déchiré le drapeau de leur pays au profit du leur propre et de celui de leur maître. Ces gens sont des Héros, de quelques confessions qu'ils soient et l’état se doit de leur rendre tout leur droits et leur faire honneur. Ces gens la ont été l’exemple du Liban message et de la convivialité entre communauté se battant pour leur survie, mains dans la main sans distinctions aucunes. A voir ou leurs détracteurs ont conduit le pays, je ne voit pas pourquoi ils reviendraient!

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 03, le 28 mai 2020

  • Qu'ils y restent en usurpie et qu'ils y crèvent ces COLLABOS vendus au diable .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 01, le 28 mai 2020

  • On remarque en tout cas que pendant la présidence du Général Aoun, on discute des problèmes, on établit un dialogue national, on essaie de faire au mieux le pansement des blessures. Tout les libanais d'une manière ou d'une autre ont eu leur part de peine.... Inutile donc de remonter les enchères contre tel ou tel, simplement remercier notre président de la démocratie qu'il nous permet d'avoir.

    SABBAGH IMAD

    12 h 24, le 28 mai 2020

  • "Au Liban, tout le monde a collaboré avec quelqu’un. Certains ont collaboré avec les Palestiniens, d’autres avec les Syriens, et maintenant, il y a ceux qui collaborent avec les Iraniens.". Exactement! Alors pourquoi certains de ces collabos sont-ils au pouvoir alors que d'autres sont exilés?

    Yves Prevost

    07 h 16, le 28 mai 2020

  • LE PREMIER PARAGRAPHE DIT TOUT. TOUT CHACUN A COLLABORE AVEC L,ETRANGER. CERTAINS L,AVAIENT FAIT DANS LE PASSE POUR LE BIEN DU LIBAN. D,AUTRES LE FONT AUJOURD,HUI POUR LA CATASTROPHE DU PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 13, le 28 mai 2020

  • La lecture de cet article réveille de vieux démons en moi et montre à quel point le hezb tient les rênes du pouvoir. J'attends impatiemment la mise en place d'un nouveau Liban post le hezb pour exploiter toutes nos ressources de développement, étouffées par les politiciens de l'après-guerre.

    Onaissi Antoine

    05 h 34, le 28 mai 2020

  • Je cite : ....""« Oui, mon père a collaboré avec les Israéliens. Au Liban, tout le monde a collaboré avec quelqu’un. Certains ont collaboré avec les Palestiniens, d’autres avec les Syriens, et maintenant, il y a ceux qui collaborent avec les Iraniens. »"""…………………………………………............... Collabo ou non, la question ne sera pas tranchée facilement, et sera longtemps abordée. Que de débats en perspective. On dit souvent que l’histoire est écrite par les vainqueurs, et qu’au pays des victoires divines, elle ne sera en lettres capitales que par ceux qui ont leurs mots à dire, si vous suivez mon regard… C. F.

    CHARLES FAYAD

    02 h 57, le 28 mai 2020

  • .....""Que feront les jeunes diplômés issus de familles libanaises ? Leurs diplômes acquis en Israël seront-ils reconnus par l’État libanais ? » interroge l’avocat."""......................................................................... Sans vouloir dire que leur problème est réglé par la scolarité, et leurs études, et que leur pays d’origine s’en décharge, il faut reconnaître que pour l’équivalence de leurs diplômes, ils auront moins de souci à faire en Europe, que s’ils sont porteurs d’un diplôme d’un pays arabe….

    CHARLES FAYAD

    02 h 46, le 28 mai 2020

  • ....""Par ailleurs, le texte stipule que tous ceux qui ne rentreront pas six mois après le vote de la loi seront rayés des registres libanais et seront ainsi dépouillés de leur nationalité libanaise », explique Antoine Saad""…………………………………………………………………………………………………… Alors là je reste sur ma faim. Mais que deviennent par exemple leurs biens, et que feront lors d’une vente ou d’un héritage, lors d’une indivision ? Ils seront également victimes de la double peine ? S’ils renoncent à leur nationalité d’accueil, seront-ils des apatrides ? Nous les Révolutionnaires, on a toujours dit que le Liban est une terre d’accueil pour tous les damnés de la terre, et d’abord pour les Libanais même s’ils ont fait fausse route…………………………… C. F.

    CHARLES FAYAD

    02 h 39, le 28 mai 2020

  • Je cite ce passage :..."" Je me suis mariée six mois après le retrait israélien. Je suis allée, vêtue de ma robe blanche, à Kfarkila. C’était avant la construction du mur. Mon père avait des jumelles. Il m’a vue. ……….. « Mon père ne connaît pas mes enfants. Il est seul en Israël. C’est un homme qui a passé toute sa jeunesse loin de sa femme et de ses enfants, et cela m’attriste beaucoup », confie-t-elle..."" ………………………………………………………………………………….. C’est très émouvant ce passage. La ""collaboration"" sera encore abordée dans des décennies, je n’ai aucun doute. La scène me rappelle celle qu’on voit dans des reportages lors de la construction du mur de Berlin, et longtemps après, j’ai moi-même vu des Allemands munis de jumelles venir en ""pèlerinage"" pour apercevoir leur quartier, leurs maisons ou ce qu’il en reste de l'autre côté du mur. Je veux dire que des situations pareilles, on en a vu, et des réfugiés, et des gens arrachés à leurs racines, et leur lot de misère… Pourquoi ne pas trouver une issue honorable pour des milliers de Libanais, et pour en finir avec ce douloureux dossier, et satisfaire toutes les parties, comme on a trouvé l’autre issue acceptable pour le cas très récent de Fakhoury, quand par un mot, un geste, nos autorités ont fait le reste…………………… C. F.

    CHARLES FAYAD

    02 h 19, le 28 mai 2020

  • Vivement que la paix soit signée. Le Liban Sud de région délaissee a le potentiel de devenir un centre touristique dune zone ouverte allant de Istanbul au Caire en passant par Beyrouth et Jérusalem. Il est permis de rêver. Quant aux Perses il n'ont rien à voir avec la méditerranée orientale et doivent cesser leur impérialisme et zizanies.

    Liban Libre

    01 h 17, le 28 mai 2020