Rechercher
Rechercher

Communautés

L’Église maronite va développer son propre plan d'assistance alimentaire

Le plan reposera sur un recensement des besoins effectué à divers niveaux : paroissial, épiscopal et monastique, ainsi qu’auprès de Caritas-Liban.

Le patriarche maronite, Béchara Raï, à l'ouverture de la réunion de coordination de la campagne alimentaire. Photo Ani

Un plan d’assistance alimentaire et sociale aux familles privées de revenus en raison de la crise économique va être développé par l’Église maronite, a annoncé hier son chef, le patriarche Béchara Raï, depuis le siège patriarcal maronite de Bkerké. Le plan reposera sur un recensement des besoins effectué à divers niveaux : paroissial, épiscopal et monastique, ainsi qu’auprès de Caritas-Liban, l’organisme officiel chargé de la pastorale sociale de l’Église. Il sera coordonné par le Centre maronite de documentation et de recherche, dirigé par Mgr Samir Mazloum, et couvrira l'ensemble du territoire libanais.

La réunion de Bkerké a servi à examiner ce plan d’assistance à mettre en œuvre, auquel seront associés en outre divers associations et organismes à vocation sociale ou socio-politique, comme la Ligue Maronite, la Fondation Maronite dans le monde, la Fondation Maronite pour le développement intégré, la Mission Pontificale, la Croix-Rouge libanaise, l'association Saint Vincent de Paul, le Conseil central maronite, le rassemblement Maronites pour le Liban, le groupe Kallassi, Labora, Offre-Joie et le Conseil national pour la révolution des cèdres, ainsi que des membres du Comité de secours patriarcal. S’y associeront en outre les donateurs qui agissent sans intermédiaires ou font des dons à des institutions caritatives, les fraternités paroissiales, des communautés apostoliques, des associations, et des municipalités et initiatives collectives diverses.

Lire aussi

La solidarité du ramadan s’organise, mais les besoins sont immenses

Le patriarche a précisé au passage que l'Église maronite au Liban aide environ 33 456 personnes pour un montant d’environ 71 milliards de livres libanaises (environ 47,2 millions de dollars au taux de change officiel). En outre, ses institutions, y compris scolaires, hospitalières et sociales, offrent des opportunités d'emploi à 18 870 familles, pour une masse salariale globale annuelle de 430,73 milliards de L.L. (soit 283,8 millions de dollars, avec un salaire mensuel moyen de 1 253 $).

L'éditorial de Issa Goraieb

Hercule, es-tu là ?

« La diaconie de l'amour de l’Église se voit aujourd’hui devant le lourd devoir de secourir les pauvres et les nécessiteux, dont le nombre augmente en raison de la crise économique et financière et de la vie suffocante, de la hausse aléatoire des prix et de la dépréciation de la livre libanaise », a relevé le patriarche maronite. Il a souligné que la réunion de Bkerké coïncidait avec la séance qui se tenait au palais présidentiel, pour étudier le plan de sauvetage économique établi par le gouvernement. « Nous espérons le succès aussi bien de l'État que de l’Église, pour le plus grand bien commun et le bien-être des citoyens, chacun dans son secteur d'activité et ses moyens », a-t-il conclu.

L’association « Solidarity »
Le coup d’envoi d’une campagne de distribution d'une aide alimentaire à 5 000 familles privées de ressources par la crise économique et le confinement, avait déjà été donné lundi. Placée sous le patronage du patriarcat maronite, la campagne est organisée par l’ONG « Solidarity », derrière laquelle se trouvent la Fondation maronite dans le monde, rattachée à Bkerké, et la Fondation Gilbert et Rose-Marie Chaghouri. Le projet est exécuté en partenariat avec l’Ordre libanais maronite, qui a mis à la disposition de l’opération des points de distribution. La campagne prend donc en charge les besoins alimentaires de 5 000 familles durant six mois. Son succès servira de test et permettra l’augmentation en nombre des familles qui en bénéficieront, et pour des périodes plus longues, sachant qu’aucun indicateur ne laisse espérer que les difficultés économiques et quotidiennes disparaîtront dans un délai prévisible.

Lire aussi

En France, les Libanais multiplient les initiatives solidaires

Le ministre des Finances, Ghazi Wazni, a affirmé hier que près de 50% des Libanais vivaient désormais sous le seuil de pauvreté, et que le taux de chômage a atteint 35% de la population active, avec des pertes d’emplois massives au cours des derniers mois et une aggravation du marasme en raison de la politique de confinement mise en place pour faire face à l’épidémie de Covid-19.


Un plan d’assistance alimentaire et sociale aux familles privées de revenus en raison de la crise économique va être développé par l’Église maronite, a annoncé hier son chef, le patriarche Béchara Raï, depuis le siège patriarcal maronite de Bkerké. Le plan reposera sur un recensement des besoins effectué à divers niveaux : paroissial, épiscopal et monastique, ainsi...

commentaires (4)

Mgr Rai merci n oubli pas au passage de penser au pauvre des pauvres le gouverneur de BDL

youssef barada

23 h 18, le 07 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Mgr Rai merci n oubli pas au passage de penser au pauvre des pauvres le gouverneur de BDL

    youssef barada

    23 h 18, le 07 mai 2020

  • IL SEMBLE QUE LAZARD AIT OPTE POUR LA FACILITE DU PLAN , COPIE EN CELA PAR LE GOUV DIAB . POURQUOI SINON QUE LA BONNE SOLUTION N'EXISTE PAS OU PLUTOT ELLE EST TROP COMPLEXE ET DIFFICILE A TROUVER, LE PLUS DIFFICILE/ L'IMPOSSIBLE ETANT QU'IL FAUDRA D'ABORD METTRE AU PAS LES VOLEURS DE LA CAVERNE DE ALI BABA , LES INCOMPETENTS INCLUS .

    gaby sioufi

    10 h 22, le 07 mai 2020

  • Le technocrate des finances a enfin compris que 50% des libanais vivent sous le seuil de pauvreté. Il lui reste encore à comprendre qu’avec son plan de sauvetage de l’économie, ce pourcentage passera à 80% au minimum. Les précédents gouvernements ont volé l’argent public par des moyens détournés et cachés. Le présent gouvernement de technocrates indépendants veut voler l’épargne des citoyens grâce à des lois. Quelle différence entre eux et leurs prédécesseurs? Réponse : ils couvrent leurs prédécesseurs en occultant les raisons de la faillite actuelle et en deviennent ainsi complices donc tout aussi coupables

    Liberté de Penser

    09 h 14, le 07 mai 2020

  • Il en était temps...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 23, le 07 mai 2020