Rechercher
Rechercher

Partis

Face au Hezbollah, Joumblatt passe à la vitesse supérieure

Après Saad Hariri, le leader druze s’en prend au cabinet Diab et tance le parti chiite pour la première fois depuis la mise sur pied de l’équipe ministérielle.

Walid Joumblatt. Joseph Eid/photo d’archives AFP

Le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a-t-il mis fin à son espèce de modus vivendi avec le Hezbollah ? Les milieux politiques se sont posé la question au lendemain de propos particulièrement incendiaires que le leader druze a tenus dimanche soir.

Dans un entretien accordé à la chaîne saoudienne al-Arabiya, M. Joumblatt s’était livré à une violente diatribe aussi bien contre le sexennat de Michel Aoun que contre le gouvernement de Hassane Diab. « Le Courant patriotique libre a oublié qu’il n’était qu’une milice dans les années 80 », a lancé le chef du PSP. « Nous n’accepterons pas que le Hezbollah, ou qui que ce soit, nous élimine », a-t-il tonné avant de poursuivre : « Le Hezbollah et le CPL contrôlent le gouvernement de Hassane Diab. » Ce dernier « n’est rien », selon M. Joumblatt. « Le Premier ministre n’ose pas toucher au dossier de l’électricité », a-t-il encore dit dans ce qui sonne comme une flèche décochée en direction du CPL qui détient avec ses proches alliés le ministère de l’Énergie depuis 2008. « Je suis contre la ligne politique suivie par le président (Michel Aoun) et le comportement putschiste du Hezbollah », a poursuivi le leader druze sur sa lancée. C’est la toute première fois, depuis la mise sur pied de l’équipe Diab, que le leader druze s’en prend clairement au parti de Dieu, après avoir longtemps évité de l’attaquer ouvertement pour des raisons diverses.

Cette offensive de Walid Joumblatt contre le Hezbollah, la présidence, le gouvernement et le CPL intervient après une charge toute aussi virulente menée par le leader du courant du Futur, Saad Hariri, qui s’en était violemment pris à Hassane Diab à la suite de ses critiques à l’encontre du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé.

Lire aussi

Hariri de retour pour tenter de rassembler l’opposition

S’agit-il d’un pas supplémentaire en direction d’un front d’opposition unifié ? « Nous sommes dans l’opposition », répond Marwan Hamadé, député joumblattiste du Chouf, dans une déclaration à L’Orient-Le Jour. « Nous nous opposons à une politique qui est en train de détruire le Liban dans ses frontières, désormais perméables au Hezbollah, dans son régime démocratique parlementaire et dans son appartenance arabe. Autant de principes prévus dans la Constitution en vigueur », explique le député, qui déplore qu’« on (soit) en train de détruire le Liban édifié en 1920 au lieu de l’améliorer ». S’il ne se prononce pas au sujet du front unifié d’opposition, estimant que celui-ci « existe », mais que « chacun le voit sous son propre angle », M. Hamadé reste catégorique quant au positionnement joumblattiste dans la prochaine phase. « Le Hezbollah ne peut pas poursuivre son projet et nous poursuivrons notre lutte politique contre celui-ci », souligne le député, dans une tentative d’expliciter les derniers propos lancés par Walid Joumblatt. Et d’ajouter : « Nous nous opposons surtout à l’instrument de cette politique, qui n’est autre que le mandat de Michel Aoun. »

« Tentative de liquidation de l’opposition »

Marwan Hamadé ne manque pas, en outre, de tancer le cabinet de Hassane Diab. Celui-ci est dans une « inaction totale », déplore-t-il, notamment « sur le plan économique et financier ». « Au lieu de se conformer aux conseils des instances internationales, le gouvernement se livre à une tentative de liquidation de l’opposition », soutient-il.

Lire aussi

Samy Gemayel à L’OLJ : « Le changement ne peut plus se faire à partir des institutions »

En attendant des actes concrets, le Hezbollah ne se sent aucunement concerné par les propos de Walid Joumblatt, dans la mesure où tous les efforts de la formation chiite à l’heure actuelle sont axés sur la lutte contre la corruption et le gaspillage, comme l’assure une source proche du parti à L’OLJ. « Le Hezbollah ne cherche à isoler personne et entretient un dialogue avec toutes les parties politiques, notamment le PSP », assure cette source. « Notre priorité est actuellement à la lutte contre la corruption. »

---

Geagea : Il faut former un front d’opposition au Hezbollah

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a appelé hier soir à la formation d’un front d’opposition face au Hezbollah et réclamé des élections anticipées, dans des déclarations d’une rare violence prononcées lors d’un entretien accordé à la chaîne saoudienne al-Arabiya.

« Un front d’opposition au Hezbollah doit être formé. Nous communiquons avec le courant du Futur et le Parti socialiste progressiste pour bâtir une entente commune », a déclaré M. Geagea. « La situation au Liban est complexe et dangereuse. Nous ne participerons à aucun gouvernement contrôlé par le Hezbollah. Le gouvernement de Hassane Diab n’a rien accompli pour le Liban », a-t-il ajouté.

Le chef des FL a affirmé par ailleurs ne pas « regretter l’accession de Michel Aoun à la présidence », qu’il a favorisée. « Le Hezbollah est un problème plus grave que le président de la République », a-t-il poursuivi.

Dimanche, dans une interview accordée à la même chaîne, le leader druze Walid Joumblatt avait accusé Michel Aoun de poursuivre sa politique d’élimination, estimant que le Premier ministre Hassane Diab n’est « rien » et que son gouvernement est dirigé par le Courant patriotique libre et le Hezbollah.

M. Geagea a en outre reconnu pour la première fois que son parti participait aux manifestations contre le pouvoir. « Nous parions sur le soulèvement populaire pour parvenir à une (nouvelle) classe politique. La classe dirigeante au Liban doit être changée », a-t-il dit, appelant également à la tenue d’élections législatives anticipées.




Le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a-t-il mis fin à son espèce de modus vivendi avec le Hezbollah ? Les milieux politiques se sont posé la question au lendemain de propos particulièrement incendiaires que le leader druze a tenus dimanche soir.

Dans un entretien accordé à la chaîne saoudienne al-Arabiya, M. Joumblatt s’était livré à une violente...

commentaires (10)

Hariri et Joumblatt ont poussé les Forces Libanaises a soutenir Aoun lorsqu'ils ont lâché la candidature du Dr Geagea et menacé d’élire Franjieh. Entre les deux maux il fallait choisir. Les FL ont signé un accord avec Aoun, mais ce dernier et ses acolytes n'ont rien respecté surtout après que les FL ai doublé le nombre de leurs députés, seul contre tous devenant le plus grand parti Chrétien. Çà dérange! Alors maintenant ces deux monsieurs se rendent comptent de leurs conneries et se rappelle soudain que le problème est le Hezbollah et la politique de Aoun? Sa7 el nom!!! Comment voulez vous que les gens aient confiance en vous encore? Avec une politique de concessions après concessions vous avez cru éviter au pays d'arriver a la guerre civile? Commencer a compter le jours, vous nous y avez conduit droit dedans. Il ne reste plus que l’étincelle pour faire sauter le baril de poudre sur lequel vous nous aviez assis!

Pierre Hadjigeorgiou

11 h 20, le 29 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Hariri et Joumblatt ont poussé les Forces Libanaises a soutenir Aoun lorsqu'ils ont lâché la candidature du Dr Geagea et menacé d’élire Franjieh. Entre les deux maux il fallait choisir. Les FL ont signé un accord avec Aoun, mais ce dernier et ses acolytes n'ont rien respecté surtout après que les FL ai doublé le nombre de leurs députés, seul contre tous devenant le plus grand parti Chrétien. Çà dérange! Alors maintenant ces deux monsieurs se rendent comptent de leurs conneries et se rappelle soudain que le problème est le Hezbollah et la politique de Aoun? Sa7 el nom!!! Comment voulez vous que les gens aient confiance en vous encore? Avec une politique de concessions après concessions vous avez cru éviter au pays d'arriver a la guerre civile? Commencer a compter le jours, vous nous y avez conduit droit dedans. Il ne reste plus que l’étincelle pour faire sauter le baril de poudre sur lequel vous nous aviez assis!

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 20, le 29 avril 2020

  • L'amnésie le prend au bon moment.

    Citoyen

    23 h 27, le 28 avril 2020

  • TOUS EN PRISON

    Maroun Ghosn

    18 h 20, le 28 avril 2020

  • Le Hezb est responsable de presque tous nos malheurs! L'assassinat de Hariri (et même avant), blocage du centre-ville, mettre Aoun a la présidence etc etc…que l’on accepte ou pas… Le Hazb a totalement Echoué OU totalement réussit à voir le Liban tel qu’il est à ce jour !

    Jack Gardner

    16 h 07, le 28 avril 2020

  • M Jamblat je croyais vous avez passer la à votre fils , vous déplorez la situation économique, vous avez oublié que vous faisiez parti de tous las gouvenements du liban depuis 1990 je crois vous etes mieux à paris avec M Hariri et laisser le peuple dessider de son sort

    youssef barada

    15 h 40, le 28 avril 2020

  • Bon Dieu , avec des déclarations pareilles , comment éviter la guerre civile ? Les libanais n'ont-ils encore rien compris ?

    Chucri Abboud

    15 h 38, le 28 avril 2020

  • Mr Joumblatt, Hassan Diab est le Premier Ministre du liban. Que vous ne l'aimiez pas, et ce a juste raison, mais de la a l'insulter devant un media etranger, c'est inadmissible.

    Nader

    12 h 12, le 28 avril 2020

  • Le monde se débat contre un virus et des problèmes terribles à venir dans l'après virus, pendant ce temps au Liban une opposition essaye de se constituer avec Hariri, joumblatt et geagea à sa tête. On essaye même de nous expliquer intellectuellement que c'est pour le bien d'un peuple qui se débat dans une famine sans (fin) . Donc, intellectuellement, la résistance du hezb libanais, c'est la fin de la faim et du virus, et le retour des biftons? Vivement Gaby Nasr vendredi, hahahahahaha. ..

    FRIK-A-FRAK

    11 h 15, le 28 avril 2020

  • ENFIN UN DEBUT D’OPPOSITION QU’ON ESPÈRE CONCLUANTE A CETTE HÉMORRAGIE AUSSI BIEN POLITIQUE QU’INTELLECTUELLE DE NOTRE PAYS QU’ON REGARDAIT SOMBRER DANS L’OBSCURANTISME ET LE SUICIDE FORCÉ PAR UNE BANDE DE CLOWNS TRISTES ET OBSCURES QUI NOUS ENTRAÎNER DANS LEUR CHUTE VERS DES HORIZONS TÉNÉBREUSES COMME LEUR POLITIQUES ET LEURS LEADERS. POURVU QUE ÇA ABOUTISSE À UNE LIBÉRATION DE NOTRE PAYS DE CE CARCAN QUI S’APPRÊTER À NOUS ÉTOUFFER SANS AVOIR LA POSSIBILITÉ DE NOUS EN DÉFAIRE. IL ÉTAIT GRAND TEMPS QUE LES LIBANAIS RÉAGISSENT.

    Sissi zayyat

    10 h 20, le 28 avril 2020

  • OU ETIEZ-VOUS TOUS QUAND VOUS AVIEZ LAISSE SE FORMER LE CABINET DIAB ? VOS PROTESTATIONS AUJOURD,HUI NE PESENT GUERE. DES PAROLES EN L,AIR. DRESSEZ-VOUS CONTRE LE HAIRCUT MEME PARTIEL DES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS CAR ILLEGAL ET DEMANDEZ L,APPLICATION DU MEN AYNA LAKA HAZA CONTRE TOUS LES ESCROCS QUI QU,ILS SOIENT, CHEFS D,ETAT, DE PARLEMENT, P.M. ET FONCTIONNAIRES DU SECTEUR PUBLIC, INCLUS VOUS, SANS OUBLIER LES PREDATEURS BANQUIERS ET LES TRAFIQUANTS DES MILICES ET AUTRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 45, le 28 avril 2020