Rechercher
Rechercher

Entretien

Samy Gemayel à L’OLJ : « Le changement ne peut plus se faire à partir des institutions »

« Ce Parlement ne veut permettre à personne de lui réclamer des comptes », fulmine le chef des Kataëb qui ne souhaite pourtant pas offrir au pouvoir « le cadeau » d’une démission.


Samy Gemayel. Photo d’archives

Deux semaines après le début du soulèvement populaire du 17 octobre, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, s’est efforcé de saisir au vol les principales revendications des manifestants, notamment la tenue d’élections législatives anticipées pour renouveler la classe dirigeante. Avec son bloc parlementaire réduit (trois députés), il a présenté une proposition de loi revêtue du caractère de double urgence, visant à réduire le mandat de la Chambre issue des élections du 6 mai 2018, dans la perspective d’un scrutin anticipé en mai ou juin 2020.

Le Parlement, réuni mercredi au palais de l’Unesco, a cependant décidé de renvoyer le projet en commission pour un nouvel examen, après avoir considéré que le caractère de double urgence ne se justifiait pas. En dépit du fait que de nombreuses voix se sont jointes à M. Gemayel et son parti pour réclamer la tenue d’élections anticipés, seuls 21 députés au total ont fini par voter pour le maintien du caractère de double urgence de la proposition. Il s’agit des trois députés Kataëb : Samy Gemayel, Élias Hankache et Nadim Gemayel ; de trois membres nordiques du bloc du Futur : Dima Jamali (Tripoli), Sami Fatfat (Denniyé) et Tarek Merhebi (Akkar); de six députés des Forces libanaises : Ziad Hawat (Jbeil), Chawki Daccache (Kesrouan), Georges Adwan (Chouf), Georges Okaïs (Zahlé), Anis Nassar (Aley) et Pierre Bou Assi (Baabda) ; de trois joumblattistes : Bilal Abdallah, Fayçal Sayegh et Waël Bou Faour ; de trois des quatre membres du bloc Mikati : Nagib Mikati, Nicolas Nahas et Ali Darwiche (tous trois députés de Tripoli) ; de même que des indépendants Paula Yacoubian (Beyrouth), Eddy Demerjian (Zahlé) et Michel Moawad (Zghorta).Le projet semble ainsi avoir été renvoyé aux calendes grecques, selon certains observateurs.

S’agit-il d’un règlement de comptes avec l’opposition, dont les Kataëb se veulent le fer de lance ? « Qu’ils fassent ce qu’ils veulent », déclare Samy Gemayel dans un entretien accordé à L’Orient-Le Jour. Pour lui, le problème est beaucoup plus profond que les habituelles querelles liées à la politique politicienne. « Ce qui s’est passé prouve que ce Parlement ne veut permettre à personne de lui réclamer des comptes », s’alarme le député du Metn, avant de poursuivre : « Cela nous a également montré que, désormais, les gens devraient compter sur leurs propres forces et moyens de pression pour susciter le changement qu’il désirent parce que celui-ci ne peut plus avoir lieu à partir des institutions. » Mais pour autant, M. Gemayel n’entend pas, pas plus que ses deux collègues du bloc, démissionner de son mandat de député. « Cela ne déboucherait pas sur des législatives anticipées et ne ferait qu’étouffer la voix de l’opposition, ce qui permettrait (au pouvoir) de commettre des irrégularités à l’encontre du peuple. Nous ne leur offrirons pas ce cadeau », dit-il.

« Crime contre le peuple »
« Nombreux sont ceux qui voulaient reprendre en écho les revendications du mouvement de contestation. Au vu de cela, nous aurions dû être 50 députés à voter cette proposition de loi, et non pas 21 seulement », déplore le leader des Kataëb.

Ces propos de M. Gemayel sont clairement une pique adressée tant au courant du Futur qu’aux Forces libanaises, dont les rapports avec les Kataëb sont en dents de scie depuis la mise sur pied du compromis présidentiel de 2016. Ces deux formations, tout comme le bloc joumblattiste, n’auront au final mobilisé qu’une partie minoritaire de leurs effectifs parlementaires en faveur de la proposition de loi alors même qu’elles s’étaient montrées, à plusieurs reprises, favorables aux demandes de la rue en ébullition.

En tout état de cause, Samy Gemayel tranche la question une fois pour toutes : « Nous estimons que les protagonistes qui ont pris part au compromis présidentiel sont responsables du crime commis à l’encontre du peuple libanais », lance-t-il.

Pour ce qui est du Hezbollah, Samy Gemayel s’abstient de lui imputer la responsabilité de l’échec de sa proposition de loi. « Mais le Hezbollah est responsable de la situation actuelle du Liban dans la mesure où, depuis la présidentielle de 2016, il a isolé (le pays) de son entourage », dit-il.


Lire aussi
Hariri de retour pour tenter de rassembler l’opposition


Deux semaines après le début du soulèvement populaire du 17 octobre, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, s’est efforcé de saisir au vol les principales revendications des manifestants, notamment la tenue d’élections législatives anticipées pour renouveler la classe dirigeante. Avec son bloc parlementaire réduit (trois députés), il a présenté une proposition de loi revêtue du...

commentaires (11)

VERITE VRAIE EFFARANTE TELLE QU' ENONCEE SANS LANGUE DE BOIS PAR MR. GEMAYEL. TREVE DE CONNERIES ET DE BLA BLA. RESTE A TROUVER LA SOLUTION ET GUIDER CE CABINET OU UN AUTRE A L'APPLIQUER- AVEC TOUT L'APPUI NECESSAIRE.

gaby sioufi

15 h 01, le 24 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • VERITE VRAIE EFFARANTE TELLE QU' ENONCEE SANS LANGUE DE BOIS PAR MR. GEMAYEL. TREVE DE CONNERIES ET DE BLA BLA. RESTE A TROUVER LA SOLUTION ET GUIDER CE CABINET OU UN AUTRE A L'APPLIQUER- AVEC TOUT L'APPUI NECESSAIRE.

    gaby sioufi

    15 h 01, le 24 avril 2020

  • « Cela ne déboucherait pas sur des législatives anticipées et ne ferait qu’étouffer la voix de l’opposition, ce qui permettrait (au pouvoir) de commettre des irrégularités à l’encontre du peuple. Nous ne leur offrirons pas ce cadeau » Alors pourquoi avoir reprocher tout ce temps les FL d’être au gouvernement ... puis qu’avait dit Riad Salemeh peu de temps avant les présidentielles sur l’économie du pays ... Vous n’êtes pas objectif désolé Mr Gemayel !!!

    Bery tus

    06 h 49, le 24 avril 2020

  • Samy Gemayel, Paula Yacoubian et leurs team montrent la vrai face de ce qu'un vrai député devrait être. Bien qu'ils soient une minorité leurs messages passeront surtout avec une masse populaire grandissante et affamée de justice et de normalité. Bon courage.

    Wlek Sanferlou

    00 h 23, le 24 avril 2020

  • pourquoi vous voulez que les députés élus qu ils démissionnent, ils ont payé cher leurs places, il parait pour devenir député au Liban il faut arroser bcp qqs millions de dollars pas seulement les électeurs mais aussi les partis politiques pour aller sur leur liste. donc c est pas demain la veille que le parlement coupera la branche ou il est assis. ds l histoire du Liban c est le contraire qui s est produit cad trouver des prétextes pour prolonger son mandat.

    youssef barada

    00 h 13, le 24 avril 2020

  • Il a raison de continuer à Ies emm. Jusqu'à ce qu'ils lâchent prise. Et il a raison de ne pas démissionner pour conserver un moyen d'action, serait-il faible, au sein de ce parlement

    Marionet

    23 h 46, le 23 avril 2020

  • Bravo, Mr Gemayel, vous êtes toujours égal à vous-même et refusé d'intégrer cette bande de corrompus depuis quelques années et dénoncé tous les excès qui nous ont mené là où on est... Mais là où le bat blesse, c’est votre passé d’héritier d’une dynastie politique à couleur communautaire qui n’est pas sans reproches depuis et durant la guerre civile et cela, les gens ne l’oublient pas! Néanmoins, on voudrait vous donner le bénéfice du doute et croire que vous êtes de sang nouveau, sincère, patriotique et que vous allez rejoindre les mouvements de société civile apolitiques, et, alors là votre crédibilité serait renforcée... Mais, pour en arriver là, et comme premier geste, vous auriez dû, ainsi que votre collègue, Paula Yacoubian, simplement démissionner de cette grotte d’Ali Baba!

    Saliba Nouhad

    23 h 23, le 23 avril 2020

  • CLAIR ! LE CHANGEMENT NE PEUT PLUS SE FAIRE A PARTIR DES INSTITUTIONS... QUEL EST CE PAYS OU LES BANQUES UNILATERALEMENT ET PAR FORCE PAIENT LA MOITIE DES INTERETS DES COMPTES EN DOLLARS EN L.L. ET AU TAUX DE 1507 L.L. LE DOLLAR LORSQU,IL S,ECHANGE DEJA A 3800 L.L. AUJOURD,HUI SUR LE MARCHE ET 5000 LL ET PROBABLEMENT 10000 LL DANS UN PROCHE AVENIR ? N,EST-CE PAS POUSSER LES GENS A LA REVOLUTION ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 13, le 23 avril 2020

  • Sami Gemayel remportera probablement un plus grand nombre de sièges dans son bloc aux prochaines élections. Beaucoup de ses interventions dès le 17 octobre sont appréciées. Cependant, il devrait parfois s'éloigner des propositions théoriques et difficilement réalisables. Le grand mérite reste d'avoir refusé le compromis de 2016.Et il avait raison avec ceux qui ont fait de même.

    Esber

    19 h 09, le 23 avril 2020

  • M. Samy Gemayel oublie toujours dans des critiques les partis les plus corrompus qui ont gouverné avec les syriens et profité au maximum de la présence syrienne tant au niveau politique qu'en se partageant le gateau financier et le clientélisme politique qu 'ils ont assis dans les institutions . Élections anticipées avec ces partis qui nous gouvernent depuis les années 90 et ont été exclusivement seuls à nous gouverner entre 1992 et 2009 , ? Est Il objectif dans sa demande et sans arrière pensée politique ? Pour être crédible Il faut avoir le courage de critiquer et de de soulever contre tous ceux qui le méritent . Or jusqu''a now tant lui que Mme Yaacoubian n'ont pas pu et dû se montrer objectifs .

    Lecteurs OLJ

    18 h 32, le 23 avril 2020

  • Vous avez parfaitement raison. Le quotidien politique n’a plus d’importance , tant hier ressemble à avant-hier qui ressemble à après-demain! Le changement ne se fera qu’en changeant tout le système. Comment , par quels moyens..? . Ce n’est pas clair pour l’instant.

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 53, le 23 avril 2020

  • J'ai remarque qu'aucun député du "parti de Nahr el-Kalb" n'a voté en faveur du projet présenté par Samy Gemayel.

    Honneur et Patrie

    17 h 45, le 23 avril 2020