Rechercher
Rechercher

Culture - Questionnaire du confinement

Lynn Téhini Kassatly : Chocolat, chocolat... puis un peu de sport !

En survêtement ou pyjama dans son appartement beyrouthin, la conseillère du ministre de la Culture est une maman déculpabilisée, parce qu’elle arrive enfin à jouer à la femme au foyer, qui ne cuisine pas, mais qui revoit les classiques du 7e art.

Lynn Téhini Kassatly, en télétravail toute la journée. Photo DR

Qu’est-ce qui vous manque le plus dans ce confinement forcé ?

Sortir. Être libre, tout simplement.

Qu’est-ce qui vous réjouit le plus ?

Passer davantage de temps avec mes filles, Emma et Laura (respectivement 6 ans et 5 mois). Comme pour Janane Mallat, je dirais que pour la première fois de ma vie je vis comme une femme au foyer et après avoir été si souvent rongée par le sentiment de culpabilité de ne pas être assez disponible, je déculpabilise enfin !

Où auriez-vous aimé être confinée, à part chez vous ?

À Deir el-Qamar, vivre un retour aux sources vers les origines de ma famille.

Avec quel chanteur ou musicien auriez-vous aimé vous confiner ?

Ibrahim Maalouf bien entendu ou bien Matthieu Chedid, alias M, que j’ai vu en concert au Festival de Baalbeck et que je suis sur les réseaux sociaux. Une véritable bête de scène. Avec lui, ça aurait été le show garanti tous les jours !

Quel est votre look vestimentaire du confinement ?

Survêtement, pyjama (ample bien entendu) ou jeans, mais seulement quand je sors brièvement faire les courses. Ah, j’oubliais : les lunettes antilumière bleue.

Êtes-vous télétravail ou télé tout court ?

Les deux ! Télétravail toute la journée. Je surfe pour découvrir quelles sont les initiatives qui sont lancées un peu partout dans le monde dans le domaine culturel en période de confinement. Travailler sur des initiatives au Liban (certaines ont déjà été lancées, d’autres le seront très prochainement, mais je n’en dirai pas plus), mais aussi se préparer à affronter les défis de l’après-Covid-19 dans ce secteur.

Et puis, sur une note moins agréable, assurer les cours en ligne envoyés par l’école à l’attention de ma fille.

Télévision à partir de 22h lorsque toute la maison est silencieuse, le seul moment de la journée où je suis enfin seule !

Chauve-souris/pangolin ou complot international ?

Plutôt chauve-souris. Je ne crois pas aux théories des complots. De toute façon, les conséquences sont les mêmes. Nous sommes tous en danger, confinés.

Fin du monde ou début d’une ère nouvelle ?

Ni l’un ni l’autre. La race humaine a la mémoire courte. Tôt ou tard tout redeviendra comme avant.

Junk Food ou sport dans le salon ?

Chocolat, chocolat et encore chocolat ! Et puis dès que je commence à sentir que j’ai exagéré, je passe au sport !

Vinaigre blanc ou eau de Javel ?

Vinaigre blanc certainement. Et à grande dose ! Suivons la tendance et privilégions le naturel ! Impossible pour moi de supporter l’odeur de l’eau de Javel. Je me demande comment Ziyad Makhoul a réussi à se parfumer au Dettol !

Médias traditionnels ou réseaux sociaux ?

Réseaux sociaux pour rester au plus près de l’actualité et de mes amis.

Vous êtes-vous découvert un nouveau talent ou un nouveau penchant ?

La peinture ! J’apprends même certaines techniques en ligne. Mais n’ayant ni atelier ni balcon, l’appartement s’est transformé en capharnaüm.

Quelle est votre success-story en matière de cuisine ? Et le flop absolu ?

Flop absolu sur toute la ligne ! Je compte beaucoup sur ma mère et ma belle-mère, toutes deux véritables cordons-bleus.

Quel film mettez-vous dans un tiroir fermé à double tour ?

Je ne ramène chez moi que ce que j’ai envie de visionner !

Quel livre avez-vous envie de jeter par la fenêtre ?

Aucun ! Les livres ont une âme. N’est-ce pas Carlos Ruiz Zafon qui a dit que « le livre a l’âme de celui qui l’a écrit et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et rêvé avec lui » ? Et… je tiens encore à rêver.

Un film classique que vous aimeriez (re)voir maintenant ?

Je me suis remise aux grands classiques hollywoodiens : Ben Hur, Autant en emporte le vent, West Side Story, Casablanca et la Dolce Vita sont sur ma liste pour la semaine qui vient.

Qu’est-ce qui vous fait encore rire ? Pleurer ?

Rire : l’humour de ma fille de 6 ans. Ses blagues enfantines. Et puis aussi l’humour des Libanais sur les réseaux sociaux. Parodies, imitations, commentaires, montages vidéo... Je suis toujours épatée par les capacités humoristiques de mes compatriotes. C’est certainement une forme de résilience.

Pleurer: la perspective de ce qui nous attend dans l’après-coronavirus au Liban et dont les prémices se font déjà ressentir. Mais aussi lorsque je parle de culture et qu’on me rit au nez en me disant qu’il y a d’autres priorités actuellement. Malheureusement, ce secteur n’a jamais été une priorité dans ce pays. Ni dans le passé ni au présent. Pourtant qu’avons-nous réellement à offrir au monde ? Le Liban sans ce secteur n’est pas le Liban.

Une qualité à prendre ?

L’optimisme.

Et un défaut à laisser, avec cette pandémie ?

La prétention. Tout d’un coup, nous sommes tous devenus scientifiques ou médecins !

Un seul mot pour décrire votre état d’esprit ?

Tiraillement. Je suis tiraillée entre vouloir rester enfermée chez moi dans une bulle pour ne pas être confrontée à la dure réalité politique et économique, ou bien vouloir me battre, contre-attaquer et accélérer mes efforts avec les réseaux d’entraide et de solidarité sociale. Et je me dis que plus on commence tôt à tous les niveaux (réformes...) plus on s’en sort vite. Mais ce sera certainement la plus longue et pénible de nos batailles.

Quelle est la dernière chose à laquelle vous pensez le soir avant de vous coucher ?

Demain sera certainement un jour meilleur.

Quelle est la première chose que vous ferez à la fin de la pandémie ?

Voyager, redécouvrir le monde. Probablement avec un œil nouveau.



Dans la même rubrique
Ziyad Makhoul : Je me parfume désormais au Dettol

Janane Mallat : Ne rien faire, c’est extraordinaire

Ibrahim Maalouf : Twitter est une cyberpandémie à lui tout seul



Qu’est-ce qui vous manque le plus dans ce confinement forcé ? Sortir. Être libre, tout simplement.Qu’est-ce qui vous réjouit le plus ? Passer davantage de temps avec mes filles, Emma et Laura (respectivement 6 ans et 5 mois). Comme pour Janane Mallat, je dirais que pour la première fois de ma vie je vis comme une femme au foyer et après avoir été si souvent rongée par le sentiment de...

commentaires (2)

Est-ce la fille du feu député Fouad Tehini? Moi aussi je voudrais être confiner chez moi a Deir el Kamar :( Je suis à des milliers de Km malheureusement

Jack Gardner

12 h 56, le 27 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Est-ce la fille du feu député Fouad Tehini? Moi aussi je voudrais être confiner chez moi a Deir el Kamar :( Je suis à des milliers de Km malheureusement

    Jack Gardner

    12 h 56, le 27 avril 2020

  • Le choix des questions est vraiment inintéressant.. pourquoi ne pas poser des questions en relation avec les projets et la vision du ministère de la culture?

    Nathalie Akkaoui

    10 h 28, le 27 avril 2020

Retour en haut