Rechercher
Rechercher

Culture - Questionnaire du temps retrouvé

Janane Mallat : Ne rien faire, c’est extraordinaire

L’hyperactive et talentueuse productrice d’émissions de télé depuis 30 ans (Chater yehke, Ya leyl ya ein, Dancing with the stars et dernièrement Dayf el-saff, version saoudienne de 'Au tableau' qui cartonne depuis trois semaines sur MBC1) se redécouvre en femme au foyer et assume son état de « procrastinatrice » confinée. Et comblée ?

Janane Mallat découvre les petits bonheurs d’une vie au ralenti, au soleil, sur la terrasse de sa maison où elle est confinée.

Qu’est-ce qui vous manque le plus dans ce confinement forcé ?
L’idée de la liberté de mouvement. Ce n’est pas par hasard que la liberté de circulation figure à l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Qu’est-ce qui vous réjouit le plus ?
Pour la première fois de ma vie je vis comme une femme au foyer. Je gère mon quotidien à la maison sans travail à l’extérieur. C’est une expérience que je n’aurais sans doute pas vécue sans cette pandémie. Comme je sais que c’est momentané, je trouve l’expérience très édifiante et, ma foi, agréable. Ne rien faire, c’est extraordinaire.

Où auriez-vous aimé être confinée, à part chez vous ?
Nulle part.

Avec quel chanteur ou musicien auriez-vous aimé vous confiner ?
Barbara parce qu’à la fois poète, chanteuse, pianiste et fine.

Quel est votre look vestimentaire du confinement ?
Survêtement et chemise de nuit. Chaussettes.

Êtes-vous télétravail ou télé tout court ?
Vu mon métier de productrice TV, regarder la télé est lié au travail. J’observe comment les chaînes se comportent au niveau de la programmation et du contenu et je regarde beaucoup de fictions, ce qui me donne l’envie d’en écrire une.

Chauve-souris/pangolin ou complot international ?
Complot de l’humanité contre elle-même. Pangolin sans doute. Mais c’est un détail.

Fin du monde ou début d'une ère nouvelle ?
Fin d’un monde (j’espère) POUR une ère nouvelle.

Junk food ou sport dans le salon ?
Sport dans le jardin

Vinaigre blanc ou eau de Javel?
Eau de javel (hélas). Les croyances anciennes sont tenaces.

Médias traditionnels ou réseaux sociaux ?
Médias traditionnels via les réseaux sociaux. J’ai toujours accédé aux informations locales et internationales à travers les applications et les sites web.

Vous êtes-vous découvert un nouveau talent ou un nouveau penchant ?
Celui de la procrastination

Quel film mettez-vous dans un tiroir fermé à double tour ?
Tout film d’horreur. Alien par exemple, qui réunit horreur et confinement

Quel livre avez-vous envie de jeter par la fenêtre ?
Aucun. Un livre ne doit jamais être jeté par la fenêtre.

Un film classique que vous aimeriez (re)voir maintenant ?
When Harry met Sally.

Qu’est-ce qui vous fait encore rire ?
Les blagues géniales improvisées par mes concitoyens que je reçois par les réseaux sociaux.

Pleurer ?
Les victimes de la pandémie qui meurent seules et leurs proches qui ne peuvent pas les accompagner.

Une qualité à prendre
La patience …

Et un défaut à laisser, avec cette pandémie ?
L’illusoire volonté de vouloir tout planifier

Un seul mot pour décrire votre état d’esprit ?
L’incrédulité. Je n’arrive pas encore à intégrer ce que nous vivons comme une réalité.

Quelle est la dernière chose à laquelle vous pensez le soir avant de vous coucher ?
Comment notre révolution va-t-elle reprendre?

Quelle est la première chose que vous ferez à la fin de la pandémie ?
Prendre l’avion. De préférence sans masque.


Dans la même rubrique
Ibrahim Maalouf : Twitter est une cyberpandémie à lui tout seul


Qu’est-ce qui vous manque le plus dans ce confinement forcé ?L’idée de la liberté de mouvement. Ce n’est pas par hasard que la liberté de circulation figure à l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme Qu’est-ce qui vous réjouit le plus ?Pour la première fois de ma vie je vis comme une femme au foyer. Je gère mon quotidien à la maison sans travail à...
commentaires (3)

N'importe quoi mais ça va

Eleni Caridopoulou

19 h 52, le 13 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • N'importe quoi mais ça va

    Eleni Caridopoulou

    19 h 52, le 13 avril 2020

  • "... Ne rien faire, c’est extraordinaire ..." On dira que c’est vrai. Pour ceux qui peuvent se le permettre, en tous cas. Pour les autres...

    Gros Gnon

    14 h 51, le 13 avril 2020

  • NE RIEN FAIRE C,EST ETRE FAINEANT ET DEVENIR INCOMPETENT A L,IMAGE DE NOS ABRUTIS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 54, le 13 avril 2020

Retour en haut