Rechercher
Rechercher

À La Une - économie

La livre libanaise continue sa descente en piqué sur le marché noir

Au lendemain d'une nouvelle circulaire de la BDL, les bureaux de change achètent aujourd'hui un dollar à 3 200 LL et le vendent à 3 350. 

Un homme échangeant des devises dans un bureau de change de Beyrouth, le 3 avril 2020. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

La livre libanaise poursuivait mercredi sa chute, en atteignant le taux-record des 3 350 LL contre un dollar américain, au lendemain de la publication par la Banque du Liban (BDL) d'une nouvelle circulaire réglementant les retraits effectués à partir de comptes en devises, et alors que le Liban traverse une crise économique et financière sans précédent depuis 30 ans, aggravée par la crise du coronavirus (Covid-19).

Selon le site lebaneselira.org qui compile les données et dessine l'évolution du taux de change depuis novembre dernier sur les marchés officiel, parallèle et noir, les bureaux de change achètent aujourd'hui un dollar à 3200 L.L. et le vendent à 3350 L.L. Ce taux est plus du double du taux officiel de change, la monnaie nationale étant indexée sur le billet vert depuis 1997 au taux fixe de 1507 livres. Une circulaire de la Banque centrale en mars avait pourtant plafonné le taux de change sur le marché parallèle à 30% de plus que le taux officiel, soit un peu moins de 2.000 livres pour un dollar. La barre des 3.000 LL pour un dollar avait été atteinte la semaine dernière.

Dans sa septième circulaire publiée depuis le début du mois, la BDL ouvrait la possibilité à tous les clients de banques titulaires de comptes en devises, peu importe leur montant, de convertir en livres et au "taux du marché" les sommes qu’ils souhaitent retirer en espèces. Cette mesure sera applicable immédiatement pour une durée de six mois. La nouvelle circulaire précise en outre que les limites des sommes pouvant être retirées seront fixées par chaque établissement, qui devra "publier chaque jour le taux applicable" pour ce type d’opérations.

La publication de cette nouvelle circulaire intervient alors que les banques ont totalement suspendu les retraits d’espèces en devises depuis le début de l’état d’urgence sanitaire décrété le 15 mars pour lutter contre le Covid-19. Le secteur bancaire avait d’ailleurs fortement restreint les plafonds de ce type d’opérations des mois plus tôt, pour tenter – sans succès – de limiter les effets de la grave crise économique et financière que traverse le pays, et qui s’est transformée en crise de liquidités.

Cette crise, la pire depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), est marquée par une forte récession, une fonte des réserves en devises étrangères et une perte de la valeur de la monnaie nationale ayant fait grimper les prix. Le pays, qui a annoncé en mars son premier défaut de paiement dans l'histoire, croule sous une dette d'environ 92 milliards de dollars, soit 176% du PIB (selon les chiffres du gouvernement), l'un des taux les plus élevés mondialement.

Depuis l'automne, les banques ont imposé des restrictions draconiennes sur les retraits notamment en dollars, sur fond de soulèvement populaire inédit contre l'ensemble de la classe dirigeante accusée de corruption et d'incompétence. Des restrictions qui ont encore été resserrées il y a un mois, alors que l'épidémie de Covid-19 se propageait et que les autorités monétaires étaient dans l'impossibilité d'importer des dollars en raison de la fermeture de l'aéroport.



Lire aussi
Conjoncture économique : le Liban est bien le second plus mauvais élève de la zone Mena

La crise des liquidités actuelle est aussi celle de la dollarisation de l’économie


Pour mémoire
La BDL peut-elle vraiment contrôler le taux de change parallèle ?


La livre libanaise poursuivait mercredi sa chute, en atteignant le taux-record des 3 350 LL contre un dollar américain, au lendemain de la publication par la Banque du Liban (BDL) d'une nouvelle circulaire réglementant les retraits effectués à partir de comptes en devises, et alors que le Liban traverse une crise économique et financière sans précédent depuis 30 ans, aggravée par...

commentaires (4)

C'est un des chaos.

Eddy

09 h 45, le 23 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • C'est un des chaos.

    Eddy

    09 h 45, le 23 avril 2020

  • LE SEUL FAIT DE LAISSER LES BANQUES DECIDER DU PRIX DU MARCHE AUQUEL ELLES DOIVENT PAYER LES CLIENTS EST ENCORE UNE ABSURDITE CAR LE PRIX DU MARCHE AURAIT DU ETRE DONNE TOUS LES JOURS PAR LA BDL ET DEVENIR OBLIGATOIRE POUR LES BANQUES UNE FOIS DE PLUS LA BDL EST COMPLICE AVEC LES BANQUES POUR LES AUTORISER A FAIRE CE QU'ILS VEULENT LA SEULE VRAIE DECISION QUI DEVRAIENT ETRE PRISE : LES BANQUES DOIVENT PAYER AUX CLIENTS LEURS AVOIRS OU ETRE DECLARE EN FAILLITTE SI ELLE NE PAYENT PAS AU MOINS 25% DES AVOIRS EN SA POSSESSION LA VERITE VOUS TROUVEREZ QUE LES ACTIONNAIRES TROUVERONT IMMEDIATEMENT LES FONDS NECESSAIRES SOIT EN VENDANT LEURS GROUPES A L'ETRANGER SOIT EN RAMENANT LES MILLIARDS QU'ILS ONT MIS BIEN AU CHAUD A L'ETRANGER MAIS PEUT ETRE LE FAIT QUE LES RUMEURS QUE RIAD SALAME ET SON ASSITANTE ET ASSISTANTS ONT MIS DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS A L'ETRANGER EN LEURS NOMS LES OBLIGE A SE TAIRE C'EST LA SEULE EXPLICATION VALABLE QUE JE TROUVE PROBABLE

    LA VERITE

    04 h 20, le 23 avril 2020

  • CA APPROCHE LES 3500LL ET PROCHAINEMENT LES 5000LL POUR PEUT-ETRE ATTEINDRE LES 10000LL DANS UN PROCHE AVENIR ET LES PREDATEURS BANQUIERS AVEC LEUR CONSPIRATRICE LA BDL VEULENT OBLIGER LES GENS AUX DEPOTS EN DOLLARS EN RETIRANT DES DOLLARDS D,ETRE PAYES EN L.L. A UN TAUX SI INFERIEUR. QUI VA SINON LA JUSTICE ARRETER CE VOL PRESQUE PAREIL A MAIN ARMEE ? ALLEZ LA JUSTICE FAITES-VOUS VOIR ET ENTENDRE !

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    21 h 28, le 22 avril 2020

  • Et avec la nouvelle circulaire de la BdL, la chute va être encore plus rapide. Je crains qu’on arrive rapidement à une situation de contrôle des capitaux et contrôle de change

    Censuré par l’OLJ

    20 h 59, le 22 avril 2020

Retour en haut