Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Des militants protestent au ministère de l’Économie à Beyrouth contre la flambée des prix

Ce mouvement, qui intervient en violation des règles de confinement, est le premier de ce genre depuis le début de la mobilisation générale pour lutter contre le coronavirus, il y a un mois.

Les militants devant le ministère de l’Économie. Photo João Sousa

Des militants du mouvement de contestation populaire ont pénétré jeudi en fin d’après-midi dans le bâtiment du ministère de l’Économie, dans le centre-ville de Beyrouth, pour protester contre la hausse vertigineuse des prix, exigeant de rencontrer le ministre Raoul Nehmé auquel ils ont reproché le manque d’action du gouvernement.

Ce mouvement, qui intervient en violation des règles de confinement, est le premier de ce genre depuis le début de la mobilisation générale pour lutter contre le coronavirus, il y a un mois. Le 27 mars dernier, les forces de l'ordre avait démantelé de manière musclée le dernier campement de la révolution dans le centre-ville de la capitale.

Répétant des slogans contre la hausse des prix et les commerçants qui, selon eux, profitent de la situation, et accusant le ministre de l’Économie de ne pas protéger les classes défavorisées, les manifestants, qui portaient des masques et des gants, ont demandé à rencontrer le ministre et l’ont attendu pendant deux heures pour qu’il accepte de les recevoir, a indiqué à L’Orient-Le Jour l’avocat et militant Wassef Haraké. « Nous avons fait un petit rassemblement devant le siège du ministère en respectant les règles de distanciation sociale puis six d’entre nous sont entrés au ministère où nous avons attendu pendant deux heures pour que Raoul Nehmé nous reçoive », a-t-il expliqué.

Les militants ont reproché au ministre et au gouvernement de ne pas agir suffisamment pour contrôler la flambée des prix, affirmant que le fait de dresser quelques contraventions n’était pas suffisant. « Le ministère de l’Économie peut pénaliser les commerçants qui sont en train d’imposer des prix élevés de façon injustifiée et peut collaborer avec le parquet pour que les personnes incriminées soient poursuivies », lui ont-ils affirmé, selon l’avocat.

M. Haraké, l’une des figures du mouvement de contestation, a prévenu que si le gouvernement ne prenait pas de mesures efficaces, les militants comptent observer à partir du début de la semaine prochaine des sit-in devant les établissements qui font flamber les prix. « Puisque le gouvernement ne fait rien pour protéger les gens, c’est à la révolution de le faire », a-t-il dit.


View this post on Instagram

Protest in Azarieh. احتجاج بالعازرية. DaleelThawra is your directory for all needs and initiatives related to the revolution. Send us yours at www.daleelthawra.com ‏⠀ ⠀ IF YOU SEE SUSPICIOUS CONTENT. DM us to report it.⠀ ⠀ To have your events in the Daleel Thawra calendar please fill in the form found in our profile. !Cut off to be included is 7pm the day before Beirut time! ⠀ ‎ ‏‎#كلن_يعني_كلن #لبنان_ينتفض #انا_خط_احمر #طرابلس #عروس_الثورة #زوق #نبطية #جل_الديب #صور #البقاع ‏ #صيدا #زحله #لا_ثقة #lebanon #lebanonrevolts #lebanesediaspora #lebanese_diaspora_reunites #livelovelebanon #livelovebeirut #livelovetripoli #jaleldib #lilwatan #unity #thawra #daleelthawra

A post shared by Daleel Thawra (@daleelthawra) on



A Saïda, au Liban-Sud, une vingtaine d'habitants ont également manifesté dans le quartier populaire d'al-Kayyaa contre la cherté de la vie, criant : « Vous voulez nous confiner, aidez-nous à manger », selon notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. Il s'agit de la première mobilisation dans la ville depuis l'instauration de l’état de mobilisation générale. Les manifestants ont appelé les responsables à intervenir et à les aider notamment avant le début du mois de ramadan. Les forces de sécurité sont par la suite intervenues pour les disperser.

Depuis la mise en place des mesures de confinement pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, les Libanais se plaignent d'une hausse des prix des denrées alimentaires. Depuis la fin de l'été 2019, la monnaie locale libanaise, dont le taux officiel est arrimé au dollar, connaît une dépréciation galopante qui lui fait perdre plus de la moitié de sa valeur sur le marché des changes parallèles, ce qui a fortement impacté le pouvoir d'achat des Libanais qui dépendent pour beaucoup des importations pour leurs besoins essentiels.

M. Nehmé doit proposer un projet de modification de la loi sur la protection du consommateur, après avoir notamment recueilli les suggestions des Libanais, via une page internet, pour son élaboration.

Pour lutter contre la pandémie, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu'au 26 avril la période de mobilisation générale, décrétée le 15 mars et renouvelée une première fois jusqu'au 12 avril. La mobilisation générale prévoit la fermeture de tous les commerces non-essentiels, de l'aéroport de Beyrouth et des établissements scolaires et universitaires. Le gouvernement a également imposé depuis le 26 mars un couvre-feu de 19h à 5h et, dernière mesure en date, la circulation alternée des véhicules a été instaurée. Ce renforcement des mesures a été décidé après qu'un certain relâchement du respect des consignes de confinement a été constaté dans plusieurs régions du pays.

Jeudi dans la journée, le Premier ministre Hassane Diab a laissé entendre que le gouvernement pourrait prolonger de deux semaines la mobilisation générale.


Lire aussi
« Personne ne nous a proposé ne serait-ce qu’un sac de pain »

La BDL donne de nouvelles précisions sur les retraits des « petits » dépôts


Pour mémoire
Contre le gouvernement et la crise économique, la rue mobilisée à Beyrouth et Antélias


"Les gens meurent de faim, vous pensez qu'on va avoir peur du coronavirus ?" : nouvelle mobilisation à Beyrouth


Des militants du mouvement de contestation populaire ont pénétré jeudi en fin d’après-midi dans le bâtiment du ministère de l’Économie, dans le centre-ville de Beyrouth, pour protester contre la hausse vertigineuse des prix, exigeant de rencontrer le ministre Raoul Nehmé auquel ils ont reproché le manque d’action du gouvernement. Ce mouvement, qui intervient en violation des...

commentaires (1)

Je souhaite que ces militants pressent la promulgation de la nouvelle loi qui a été préparée par le Ministère de l'Economie et qui a été de suite contestée par les commerçants qui y voient un coup Au système libéral du commerce . La contestation de ces commerçants / détracteurs veut tout simplement dire qu'il ne faut pas toucher aux gains avides et énormes des gros commercants malgré cette situation difficile dans le pays .

Lecteurs OLJ

21 h 01, le 16 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je souhaite que ces militants pressent la promulgation de la nouvelle loi qui a été préparée par le Ministère de l'Economie et qui a été de suite contestée par les commerçants qui y voient un coup Au système libéral du commerce . La contestation de ces commerçants / détracteurs veut tout simplement dire qu'il ne faut pas toucher aux gains avides et énormes des gros commercants malgré cette situation difficile dans le pays .

    Lecteurs OLJ

    21 h 01, le 16 avril 2020

Retour en haut