Rechercher
Rechercher

Pandémie

Coronavirus au Liban : le bilan continue d'augmenter, 21 nouveaux cas

Pas de nouveaux décès enregistrés, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, publié en début d'après-midi.

Un membre de la Défense civile islamique désinfecte une rue de Saïda, au Liban-Sud, le 28 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Photo AFP / Mahmoud ZAYYAT

Le nombre de personnes contaminées au Liban par le nouveau coronavirus continuait d'augmenter, 21 nouveaux cas ayant été enregistrés durant les dernières 24h, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié en début d'après-midi. Toutefois, aucun nouveau décès n'a eu lieu, le chiffre total se maintenant à huit, dont deux survenus hier.

En soirée, l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri a annoncé trois nouvelles guérisons de patients traités en son sein.

Ainsi, le nombre total de cas enregistrés depuis que la pandémie a atteint le pays du Cèdre, le 21 février, s'établit à 412 cas, dont huit décès, quatre cas critiques, et 30 guérisons. Le nombre actuel de personnes contaminées s'élève donc à 374, selon le site du ministère de l'Information dédié au coronavirus.  


(Lire aussi : Un monde fou, fou, fou, l'édito de Issa GORAIEB)



Hassan "inquiet"

Le ministère a profité de cette occasion pour inciter une nouvelle fois les Libanais à respecter les mesures restrictives mises en place par le gouvernement et à rester confinés chez eux afin de limiter la propagation du virus. 

Dans ce contexte, le ministre de la Santé, Hamad Hassan, s'est dit samedi "inquiet" du respect relatif des mesures de confinement dans certaines régions libanaises.

Lors d'une tournée d'inspection à l'hôpital libano-canadien de Sin el-Fil en compagnie du député Elias Bou Saab, M. Hassan a affirmé que "la plupart des personnes décédées du fait du coronavirus étaient âgées", soulignant qu'il est "de notre responsabilité de rester chez soi pour limiter la propagation du virus". Le ministre de la Santé a ensuite affirmé que "le degré de respect des mesures de protection varie d'une région à une autre, et cela est inquiétant".

Pour sa part, Elias Bou Saab a déploré que "dans le Metn, nous avons le nombre le plus élevé de cas de coronavirus, mais aucun des hôpitaux du caza n'est équipé pour accueillir les cas urgents". Il a par ailleurs annoncé avoir "loué l'hôpital libano-canadien pour une période d'une année, afin que le ministère de la Santé puisse en disposer de la manière qu'il juge la plus appropriée". Dans ce cadre, les soins offerts aux enfants de moins de 15 ans seront gratuits tout au long de cette période. L'ancien ministre a lancé un appel aux contributions, afin de financer la gratuité des soins pour tous.

Par ailleurs, une conférence de presse qu'était censé tenir le ministre de la Santé avec son collègue des Affaires étrangères, Nassif Hitti, a été reportée à une date ultérieure, sans plus de précisions.

En outre, l'armée libanaise a publié une série de photos de militaires patrouillant dans la nuit de vendredi dans plusieurs régions du pays afin de s'assurer du respect du couvre-feu imposé entre 19h et 5h, dans le cadre des mesures de confinement prises par le gouvernement de Hassane Diab.

Photo armée libanaise

Dans certaines régions, notamment à Tripoli, au Liban-Nord, des Libanais continuent de circuler et de se rassembler, notamment pour la prière du vendredi, faisant fi des consignes de l'Etat.

A Beyrouth, dans le quartier de Mazraa, un homme a tenté de s'immoler samedi après avoir été verbalisé par la police dans le cadre des contrôles effectués pour s'assurer du respect des mesures de confinement. L'individu circulait à moto lorsque les policiers lui ont dressé une contravention.

Par ailleurs, des jeunes de Saïda, au Liban-Sud, ont fait circuler un camion décoré dans les rues de la ville, diffusant des chansons et des animations, afin d'égayer le quotidien des enfants, ainsi que celui de leurs proches, confinés chez eux, rapporte notre correspondant Mountasser Abdallah. Le camion, qui ressemble à un char de carnaval, s'arrêtait toutes les 10 minutes dans un quartier de la ville, à la joie des riverains confinés chez eux et luttant contre l'ennui. Plus tard dans la journée, une opération de désinfection de grande envergure a été menée conjointement par la municipalité et le commandement du Hezbollah dans la région.

Photo Mountasser Abdallah

Depuis vendredi, un couvre-feu a été instauré entre 19h et 5h. Les Libanais sont appelés à rester chez eux jusqu'au 12 avril au moins, dans le cadre des décisions prises par le gouvernement pour enrayer la pandémie qui frappe la planète.


Lire aussi

Ce que j’aurai appris, le billet de Médéa AZOURI

En France, plus de 600 Libanais veulent être rapatriés

La Quarantaine à Beyrouth, du rempart sanitaire du XIXe siècle à l’antre de la pollution du XXIe

À travers le plan contre le coronavirus, le Hezbollah envoie des messages dans trois directionsle décryptage de Scarlett HADDAD

La position du gouvernement sur les rapatriements fortement critiquée

Grâce au coronavirus, la justice numérique commence à balbutier


Le nombre de personnes contaminées au Liban par le nouveau coronavirus continuait d'augmenter, 21 nouveaux cas ayant été enregistrés durant les dernières 24h, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié en début d'après-midi. Toutefois, aucun nouveau décès n'a eu lieu, le chiffre total se maintenant à huit, dont deux survenus hier.En soirée, l'hôpital gouvernemental...

commentaires (0)

Commentaires (0)