Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Un Libanais plaide coupable aux Etats-Unis de l'envoi de pièces détachées de drones au Hezbollah

Les pièces exportées, notamment vers la Syrie, comprenaient notamment des technologies permettant de localiser la position d'un avion et des boussoles numériques, deux éléments qui peuvent être combinés pour créer des systèmes de pilotage à distance.

Photo d'archives AFP d'un drone.

Un ressortissant libanais, accusé aux Etats-Unis d'avoir "conspiré" pour envoyer des pièces détachées de drones au Hezbollah, en Syrie, a plaidé coupable mercredi de violation des lois américaines en matière d'exportations devant un tribunal du Minnesota, rapporte l'agence de presse AP.

Selon le Parquet américain, Issam Hamadé et son frère Oussama, qui est également poursuivi en justice pour contrebande, se sont procurés, entre 2009 et 2013, des technologies sophistiquées permettant d'équiper des drones et les ont exportées illégalement à destination du parti chiite. Les pièces exportées comprenaient notamment des technologies permettant de localiser la position d'un avion et des boussoles numériques, deux éléments qui peuvent être combinés pour créer des systèmes de pilotage à distance de drones. Elles incluaient également un réacteur et 20 moteurs à piston. Les deux hommes avaient été arrêtés en février 2018 en Afrique du Sud et extradés depuis aux Etats-Unis.


(Lire aussi : Une traductrice du Pentagone a divulgué les noms d'informateurs en Irak à des proches du Hezbollah)

Le Hezbollah est considéré comme une organisation terroriste par Washington, qui interdit par ailleurs toute exportation vers la Syrie, où les deux frères auraient envoyé du matériel. 

Issam Hamadé encourt une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison, dans un verdict qui sera annoncé le mois prochain. Toutefois, un accord aurait été passé entre le Parquet et la défense pour demander une peine de 30 mois. Dans cet accord, Issam Hamadé a avoué que son frère Oussama s'était chargé des achats des pièces dans plusieurs pays différents, y compris aux Etats-Unis. Il a reconnu avoir transféré des fonds, à la demande de son frère, du Liban vers des comptes bancaires en Afrique du Sud, sachant que cet argent serait utilisé pour acheter le matériel controversé. Selon ce texte, Issam Hamadé avait "des raisons de croire" que ces matériaux et technologies étaient envoyés en Syrie, ce qui est contraire aux lois américaines en matière d'exportation. 

L'accusé sera extradé vers le Liban après l'exécution de sa sentence.



Lire aussi
L’administration US s’apprêterait à sanctionner des Libanais pour corruption

Face au Hezbollah et à l’Iran, Washington n’exclut pas de passer à la vitesse supérieure

 


Un ressortissant libanais, accusé aux Etats-Unis d'avoir "conspiré" pour envoyer des pièces détachées de drones au Hezbollah, en Syrie, a plaidé coupable mercredi de violation des lois américaines en matière d'exportations devant un tribunal du Minnesota, rapporte l'agence de presse AP.Selon le Parquet américain, Issam Hamadé et son frère Oussama, qui est également poursuivi en...

commentaires (5)

Ils sont gentils les Américains , il pouvait avoir une setence plus dure

Eleni Caridopoulou

20 h 53, le 12 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ils sont gentils les Américains , il pouvait avoir une setence plus dure

    Eleni Caridopoulou

    20 h 53, le 12 mars 2020

  • Donc il a avouer ?!?

    Bery tus

    14 h 11, le 12 mars 2020

  • "... des technologies permettant de localiser la position d'un avion et des boussoles numériques ..." Un GPS et un compas digital donc... Qui existent de série dans n'importe quel téléphone portable... Et qui s'achètent à la pièce en chine chez n'importe quel magasin pour hobbyiste pour quelques $... Lol

    Gros Gnon

    13 h 04, le 11 mars 2020

  • BIZARRE HISTOIRE !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    12 h 46, le 11 mars 2020

  • C'est ce qu'on appelle le coup de pied de l'âne ou mieux encore la réponse du berger à la bergère . Celles et ceux qui annoncent la mort du hezb libanais de la résistance devraient revoir leur optimisme démesuré. HE IS THERE TO LAST.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 21, le 11 mars 2020

Retour en haut