Rechercher
Rechercher

Coronavirus

Avec trois nouveaux cas, le bilan des contaminations au Liban monte à 13

Jusqu’à présent, toutes les personnes infectées ont contracté la maladie en Iran ou ont été contaminées par des voyageurs rentrés de ce pays.


Opération de désinfection d’une salle de classe, dans une école de Rmeilé, hier. Mahmoud Zayyat/AFP

Trois nouveaux cas de coronavirus ont été recensés hier, portant à treize le nombre de personnes atteintes dans le pays. Les personnes nouvellement diagnostiquées avaient été en contact direct avec le patient de nationalité syrienne infecté par son fils rentré d’Iran et admis vendredi à l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri, souligne le rapport publié au quotidien par l’hôpital. Jusqu’à présent, tous les cas enregistrés ont été détectés chez des personnes soit rentrées d’Iran soit ayant été en contact avec des voyageurs venant de ce pays.

Les trois nouveaux malades ont été mis à l’isolement, tandis que les tests de laboratoire effectués sur 41 autres cas également accueillis au service d’urgence se sont avérés négatifs. Parmi ces cas, 23 ont néanmoins été mis en quarantaine sur place, tandis qu’il a été demandé aux autres de rester confinés à leur domicile. Par ailleurs, 11 personnes mises auparavant en quarantaine et dont les résultats de laboratoire se sont avérés hier négatifs sont rentrées chez elles après avoir reçu les instructions de protection nécessaires, conformément aux directives de l’Organisation mondiale de la santé.Pour ce qui est des mesures d’isolement à domicile, et dans le cadre de sa lutte pour la prévention de l’épidémie, le ministère de la Santé a appelé toutes les personnes arrivées des pays où se propage le coronavirus à rester confiner chez eux, leur demandant d’appeler le 76/592 699 en cas d’apparition de symptômes. Les 178 passagers d’un avion arrivé hier à Beyrouth en soirée en provenance de Machhad, en Iran, se sont ainsi vus enjoints de rester chez eux.

Sans suspendre les vols, le ministre des Transports publics, Michel Najjar, avait néanmoins décidé vendredi de refuser de manière temporaire l’entrée sur le territoire aux voyageurs en provenance d’Iran, de Chine, d’Italie et de Corée du Sud, pays considérés comme foyers de contamination, à l’exception des Libanais et des résidents étrangers au Liban.


(Lire aussi : Comment la propagation du virus bouscule les habitudes au Liban)



Vols annulés

En tout état de cause, le nombre de voyages, du Liban, a considérablement diminué, affirme une voyagiste interrogée par L’Orient-Le Jour. Selon elle, la compagnie italienne Alitalia a annulé ses vols entre Beyrouth et l’Italie jusqu’à la fin du mois, et Gulf Air a suspendu pour une semaine ses vols reliant Bahreïn à Beyrouth. Quant à l’Arabie saoudite, elle refuse désormais d’accueillir les Libanais qui ne détiennent pas un permis de séjour ou un visa de travail. Exit donc les pèlerins qui veulent y faire du tourisme ou effectuer la omra. Les nombreux jeunes cadres qui, employés dans des entreprises multinationales basées à Riyad ou Djeddah, viennent passer tous les week-ends avec leur famille au Liban peuvent néanmoins poursuivre leurs allers-retours.

Quid des voyageurs qui ont déjà acheté des billets à destination des pays considérés comme des foyers de contamination ? La voyagiste interrogée affirme qu’ils seront intégralement remboursés. Du côté des Émirats arabes unis (EAU), les Libanais qui arrivent à Dubaï doivent longuement attendre pour se faire examiner, poursuit-elle. Ils sont d’ailleurs obligés de fournir en amont de nombreuses informations concernant notamment leur passeport, leur confession et leurs coordonnées. Nabil Keyrouz, de l’agence de voyage Lit-Otul, confirme que désormais, les personnes voulant se rendre à Beyrouth en provenance d’Italie, d’Iran, de Chine ou de Corée du Sud ne peuvent le faire que s’ils sont libanais ou résidents au Liban.Dans ce contexte de restriction, les Libanais hésitent désormais à voyager, sauf en cas de nécessité, et leur réticence se manifeste par la fréquence des vols annulés. « Nous recevons souvent des messages de compagnies aériennes annonçant l’annulation de vols, faute d’avoir un nombre suffisant de voyageurs », affirme la voyagiste précitée. Un vol de la British Airways en provenance de Londres, censé atterrir hier à 22h, a ainsi été annulé.


(Pour mémoire : Coronavirus : le Liban suspend l'entrée des voyageurs étrangers en provenance des pays les plus touchés)



Frontières terrestres

Les frontières terrestres restent quant à elles ouvertes, mais les mesures de contrôle ont été renforcées. Un autobus venant de Syrie, qui tentait d’entrer au Liban au passage de Kaa (Nord-Est) avec 30 voyageurs à bord, a été forcé de rebrousser chemin après qu’une équipe en charge du contrôle médical eut décelé un cas de coronavirus contracté par une jeune passagère, selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle). Dimanche, vingt étudiants qui vivaient en Iran étaient rentrés via la Syrie et le poste-frontière de Masnaa (Békaa), où ils avaient subi des examens de contrôle effectués par les services du ministère de la Santé, qui n’avaient repéré aucun cas suspect.

Démarches tous azimuts

Entre-temps, les autorités concernées multiplient les démarches pour éviter la propagation du fléau. Au Grand Sérail, le comité de suivi des mesures préventives contre le coronavirus s’est tenu sous la présidence du secrétaire général du Conseil supérieur de la défense, Mahmoud Asmar, avec la participation des directeurs généraux des ministères de la Santé et de l’Éducation nationale, Walid Ammar et Fadi Yarak, du directeur général de l’Aviation civile, Fadi el-Hassan, du secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh, du président de l’ordre des pharmaciens, Ghassan Amine, et du président du syndicat des propriétaires d’hôpitaux privés, Sleiman Haroun. Le comité a émis plusieurs recommandations, notamment celles de diffuser les décisions du ministère de la Santé auprès de toutes les institutions et de demander aux Libanais en provenance des zones affectées de se conformer aux mesures d’isolement.

Pour sa part, l’administration de l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri a organisé, à l’intention des médias, une tournée dans les départements nouvellement créés, notamment le service d’urgence consacré aux cas suspects, ainsi que quatre ailes qui accueillent chacune seize patients, en plus de huit salles de soins intensifs et de la section d’isolement pouvant accueillir quatre patients.

Avec le soutien et le financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Syndicat des infirmières du Liban a organisé des ateliers pour préparer des infirmières à faire face au coronavirus et lutter contre les infections dans les hôpitaux, les préparant à former à leur tour leurs collègues au sein de leurs institutions. La formation a été suivie par des infirmières travaillant dans des hôpitaux de tous les mohafazats.

Enfin, le ministre de l’Éducation, Tarek Majzoub, qui avait demandé vendredi la fermeture des écoles, garderies et universités, a appelé dans un communiqué les écoles à préparer des programmes d’enseignement d’urgence aux élèves afin qu’ils les suivent chez eux pour compenser l’interruption des classes.


Lire aussi

Plus de 3.000 décès liés au coronavirus, la propagation s'accélère hors de Chine


Trois nouveaux cas de coronavirus ont été recensés hier, portant à treize le nombre de personnes atteintes dans le pays. Les personnes nouvellement diagnostiquées avaient été en contact direct avec le patient de nationalité syrienne infecté par son fils rentré d’Iran et admis vendredi à l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri, souligne le rapport publié au quotidien par...

commentaires (2)

J'ai souvenir de notre tres cher ministre de la sante se pavanant devant tous les cameras du pays expliquant qu'il ne fallait abolument pas paniquer et que tout est sous controle ....les avions en provenance d'Iran peuvent toujours atterir sans aucune crainte...et depuis on ne le voit plus.... etonnant !!!

Houri Ziad

10 h 57, le 03 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • J'ai souvenir de notre tres cher ministre de la sante se pavanant devant tous les cameras du pays expliquant qu'il ne fallait abolument pas paniquer et que tout est sous controle ....les avions en provenance d'Iran peuvent toujours atterir sans aucune crainte...et depuis on ne le voit plus.... etonnant !!!

    Houri Ziad

    10 h 57, le 03 mars 2020

  • C’est quoi ce choix de photo morbide?

    Gros Gnon

    01 h 08, le 03 mars 2020