X

Liban

Le gouvernement Diab cherche à ménager les pays arabes

Déclaration ministérielle

« Il y a toujours un gouffre entre ce que disent les déclarations ministérielles et ce qui est effectivement mis en pratique », affirme le politologue Karim Bitar.

04/02/2020

C’est un changement de cap léger, mais significatif, que le nouveau gouvernement semble avoir opéré en matière de politique étrangère. À la lecture du passage du brouillon de la déclaration ministérielle consacré au volet politique et aux relations extérieures du Liban, qui occupe une part plutôt minime dans ce programme principalement axé sur les réformes sectorielles, il ressort une volonté de regagner la confiance aux niveaux interne et international, avec une ouverture en direction des pays arabes en général, et du Golfe en particulier.

Sans pour autant se départir de certaines constantes consacrées par les cabinets précédents, le gouvernement de Hassane Diab s’engage d’emblée à adopter « une politique étrangère indépendante basée sur les intérêts supérieurs du Liban et le respect du droit international », même si cela devait s’avérer irréalisable à la lumière de la réalité complexe du Liban.

Prévisible, la formule employée pour justifier, sans le désigner, le rôle du Hezbollah face à Israël ne peut être considérée comme révolutionnaire, encore moins réformatrice, puisque que c’est le même texte, à la lettre près, employé par l’ancien gouvernement de Saad Hariri qui a été recyclé. Les faits survenus au cours du mandat du précédent gouvernement ont largement démontré le fossé qui existe entre l’énoncé de la question de la résistance et la réalité du terrain, où le Hezbollah a poursuivi, sans se soucier de la rhétorique officielle, sa propre politique extérieure en faisant cavalier seul.

« Je ne pense pas que les acteurs internationaux puissent en tenir rigueur au Premier ministre car leur principale préoccupation était que cette déclaration ne tarde pas trop à être publiée compte tenu des urgences, et ils savent par ailleurs d’expérience qu’il y a toujours un gouffre entre ce que disent les déclarations ministérielles et ce qui est effectivement mis en pratique », indique le politologue Karim Bitar à L’Orient-Le Jour. Aucune mention non plus de la stratégie de défense, inaugurée du temps du mandat du président Michel Sleiman et reléguée depuis aux oubliettes. À maintes reprises, le chef de l’État, Michel Aoun, l’avait évoquée dans ses discours, sans jamais joindre l’acte à la parole, liant cette question aux contingences régionales. Également occultées, les résolutions onusiennes prévoyant le désarmement des milices et groupes armés, notamment la 1559. Même si le texte de la déclaration ministérielle évoque, dans des termes très généraux, la nécessité de respecter les résolutions internationales, le comité rédactionnel a pris soin d’éviter la question litigieuse des armes du Hezbollah, se contentant de souligner explicitement l’engagement du Liban au respect de la 1701.

Lors de leur dernière réunion le 23 janvier dernier, les pays et organisations membres du Groupe international de soutien au Liban (GIS) avaient exhorté l’ensemble des parties libanaises à respecter la politique de distanciation des conflits régionaux et à désarmer tous les groupes armés, conditionnant tout soutien à accorder au Liban à la mise en application de ces principes. La communauté internationale avait ainsi rappelé l’engagement du Liban, notamment via des résolutions de l’ONU, à « désarmer tous les groupes armés afin qu’il n’y ait plus d’armes ni d’autorité au Liban hors du cadre de l’État ». Une injonction subtilement ignorée dans le texte de la déclaration qui semble refléter, une fois de plus, « l’art du possible » pratiqué par un gouvernement où la présence de ministres cooptés par le Hezbollah devrait précisément servir à s’assurer de la présence de garde-fous susceptibles de protéger les arrières et l’arsenal du parti.

« La formulation est minimaliste, on a cherché à éluder les questions géostratégiques les plus sensibles pour se restreindre au minimum requis, l’accent étant mis sur les enjeux sociaux, financiers et économiques », estime M. Bitar. Un premier rappel à l’ordre est venu hier de la part de l’ambassadeur de l’UE au Liban, Ralph Tarraf, qui, à l’issue d’un entretien avec le ministre de l’Intérieur, Mohammad Fehmi, a souligné que la communauté internationale « surveille de près le nouveau gouvernement et sa manière de faire ». « Les précédents gouvernements n’ont pas tenu leurs engagements à l’égard de la communauté internationale », a-t-il indiqué sans s’attarder sur les détails de ces engagements.


(Lire aussi : La leçon de 1982, l’édito de Michel TOUMA) 


Main tendue

Toutefois, la nouveauté du document serait probablement à rechercher dans la vision du nouvel exécutif des relations que doit entretenir le Liban avec son environnement arabe. Pour certains observateurs, le texte de la déclaration ministérielle est à interpréter sous l’angle de l’ouverture en direction des pays arabes, en particulier ceux du Golfe que le gouvernement cherche probablement à courtiser dans l’espoir d’un soutien.

« Il est clair que la teneur de la déclaration ministérielle est une main tendue et un geste de bonne volonté en direction des pays arabes », commente pour L’OLJ Nawaf Kabbara, professeur de sciences politiques à l’université de Balamand.

Il prend pour preuve le passage qui fait référence à l’article VIII de la Charte de la Ligue arabe prévoyant la non-ingérence dans les affaires des pays tiers. Cette idée est réitérée un peu plus loin dans le paragraphe relatif à l’engagement du gouvernement à respecter le principe de distanciation qui, comme le souligne le texte, consisterait notamment à « rester à l’écart des politiques susceptibles de porter atteinte aux relations arabes » du Liban. Comprendre que toute surenchère en faveur de l’Iran devrait désormais être évitée ainsi que les discours provocateurs du Hezbollah envers les pays arabes.

« Le nouveau gouvernement a besoin du soutien financier des États de la région. Par conséquent, il a tenu à ne pas paraître pro-iranien ou pro-Hezbollah, en recourant à une position qui se veut proche de la neutralité et certainement plus encline à un rapprochement avec le monde arabe », estime M. Kabbara. Une attitude qui tranche, selon lui avec la réalité du Liban actuel et le rôle avancé que joue le Hezbollah sur la scène locale et régionale, sachant qu’aucune référence n’est faite dans la déclaration à l’engagement du parti chiite dans des pays tels que la Syrie ou l’Irak notamment.

Il s’agit d’autant de mesures prudentes et judicieusement formulées qui n’ont probablement pas été acquiescées sans contrepartie, croit savoir le politologue, en l’occurrence le silence quasi absolu au sujet des armes du parti chiite.


Lire aussi

Gouvernement : un délai de quatre mois et des réserves, le décryptage de Scarlett HADDAD

Mohammad Khalid Khiari : Plus le gouvernement s’engage dans des réformes, plus il aura un soutien international

Une déclaration ministérielle qui se veut à la hauteur des défis

Les principaux points du projet de déclaration ministérielle (version non finale)

La déclaration ministérielle attendue : un véritable programme de travail..., le décryptage de Scarlett Haddad



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sissi zayyat

Le HB, CPL et Berry comptaient berner les arabes et les occidentaux en leur vendant un nouveau gouvernement factice comme ils ont cru berner les libanais.
La réponse de l'Arabie Saoudite ne s'est pas faite attendre. Ils ont écarté pour commencer, tous les libanais dans les contrats du ministère des eaux et ca n'est qu'un début. Que feront ces trois comploteurs le jour où tous les libanais travaillant dans les pays du golfe seront renvoyés chez eux?
C'est HB qui leur trouvera des contrats juteux pour subvenir aux besoins de leurs familles libanaises dépouillées de tous leurs bien par le soins du trio menteur et voleur?
Comment le président de la REPUBLIQUE a pu ne pas se pencher sur le problème essentiel qui écarte le Liban des pays donateurs, il aurait dû saisir cette opportunité puisqu'il était soutenu par le peuple et par le monde entier pour exiger le désarmement du HB.
La réponse est que HN tient tout le monde par des dossiers de vols en bande organisée et que tout ce beau monde craint de voir les détails de ses forfaits publiés dans les journaux.
On peut penser que c'est le chantage qui retient les responsables politiques de prendre des décisions drastiques et non les armes du HB. Le HB est dans une situation telle qu'il ne peut pas retourner ses armes contre les libanais ou l'armée libanaise mais ceci n'a pas été suffisamment convaincant pour que LE PRESIDENT
ait le courage de le désarmer. On se demande pourquoi.

Sami Mouracade

Monsieur le Directeur,

La declaration ministerielle a ce qu'il parait est d'une morosite sans pareil. Il n'y a rien qui reconforte ou qui donne un petit espoir d'une amelioration de la situation.
Il ne faut pas etre sorcier pour pouvoir gouverner et surtout pour donner un espoir aux citoyens. Il faut juste etre audacieux et prendre des decisions auxquelles on ne s'y attend pas.

Je me demande pourquoi le premier ou le ministre de l'energie n'annonce pas que d'ici un an, on aura une nouvelle usine qui va fournir assez de courant pour terminer une fois pour toute de cette crise. Les Allemands ( Siemens) ont la capacite de construire une usine pareille en 6 mois.

Je me demande pourquoi le nouveau conseil des ministres ne se reunit pas avec les dirigeants du Hezbollah et tout comme Michel Aoun l'a deja fait avec le hezb, tout comme Samir Geagea l'a deja fait avec le CPL, signe un accord qui regit les decisions de ce parti et qui lui interdit de prendre des decisions unilaterales qui nuisent aux interets du Liban et des citoyens Libanais. Il faut au moins essayer.

Il faut sortir des sentiers battus pour donner de l'espoir, meme si on risque d'essuyer un echec.
La morosite tue a petit feu et nos nouveaux ministres ne devraient surout pas suivre les pas des anciens.
Ils sont bien diplomes. Certains ont occupes des postes de haute responsabilite. Il faudrait juste qu'ils prennent des decisions audacieuses.

A bon entendeur salut.

LA VERITE

DEPUIS L'ACCORD DE AOUN AVEC NASRALLAH LE PAYS EST FOUTU

POURQUOI NE PAS DIRE CLAIREMENT QUE LE FL ET LE FUTUR SE SONT JOINT A CES ACCORDS AVEC AOUN POUR ENFIN ACCEDER AU POUVOIR ET PAS POUR SORTIR LE LIBAN DES CATASTROPHES QUI L'ATTENDAIT AVEC CET ACCORD

ILS ONT EU LE POUVOIR DEPUIS 3 ANS ET L'ARGENT PAR MILLIARD GRACE A UN RIAD SALAME QUI A FAIT DES COMBINES JUTEUSES POUR LES BANQUES ET LES POLITICIENS

TOUS CAD TOUS CEUX QUI ONT RUINE LE LIBAN EN TROIS ANS
UNIQUEMENT

APPELONS LES CHINOIS POUR CONSTRUIRE UNE PRISON DE 1000 PERSONNES EN 10 JOURS ET METTONS TOUT CE BEAU MONDE DEDANS, EUX ET TOUS LEURS COMPLICES DANS L'ADMINISTRATION ET DANS LE PRIVE CAR IL N'Y A POINT DE CORROMPUS SANS CORROMPTEURS

LE LIBAN S'EN PORTERA BIEN MIEUX
C'EST LA VERITE

Gros Gnon

Ou l'art de dire une chose et son contraire, en voulant en fait dire une troisième chose, mais qu'on ne peut pas nommer...

Pierre Hadjigeorgiou

Ce gouvernement pense se payer la gueule des pays occidentaux qui sont les seuls a pouvoir sortir le pays de ses déboire financier? Je leur souhaite bonne chance car tout le monde sait très bien comment ses membres ont été désigné, tout le monde sait très bien que le Hezbollah est le suppôt de l'Iran comme tout le monde sait qu'autant il clamera que le pays doit rester neutre dans les conflits régionaux il y est de facto mêlé en raison du Hezbollah...

Je partage mon avis

Le beurre et l'argent du beurre..... Pauvre Liban!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS MENAGER EST UNE FAUSSE VOIE. IL FAUT COOPERER ET SE RANGER AVEC LES POSITIONS DES PAYS ARABES DU GOLFE EN PRIORITE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LAISSONS PASSER UN PEU DE TEMPS ET JUGEONS SUR LES FAITS.

Marionet

J'ose espérer que l'ambassadeur de l'UE a dit "observer de près" le nouveau gouvernement et pas "surveiller". Sinon, ce serait quand même insultant.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants